Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1EssaisRosetsu, ses Cinq cents Arhat, et...

Essais

Rosetsu, ses Cinq cents Arhat, et la culture des expositions dans le Kyōto du xviiie siècle

Rosetsu’s One-Inch Square Picture and the Culture of Exhibitions in 18th-century Kyōto
Rosetsu, seine Fünfhundert Arhat und die Ausstellungskultur im Kyōto des 18. Jahrhunderts
Rosetsu, i suoi Cinquecento Arhat e la cultura delle esposizioni nella Kyōto del xviii secolo
Rosetsu, sus Quinientos Arhat, y la cultura de las exposiciones en el Kyōto del siglo xviii
Matthew McKelway
Traduction de Étienne Gomez
p. 201-220

Résumés

Cette contribution explore les raisons qui ont poussé Rosetsu à produire sa remarquable peinture de cinq cents disciples de Bouddha (Arhat) sur un morceau de papier d’environ trois centimètres de côté, en l’examinant depuis le contexte plus large de la culture des expositions publiques qui ont émergé au Japon au xviiie siècle, et plus particulièrement depuis celui de la compétition et de la collaboration artistiques dans le Kyōto de la fin du xviiie siècle. Il s’agit de situer Rosetsu dans l’histoire longue des peintures d’arhat en Asie de l’Est, notamment à la suite des représentations qu’Itō Jakuchū en a fait. L’essai se penche aussi sur la carrière de Rosetsu et de ses contemporains dans les années 1790 marquée par l’incendie de Tenmei 8 (1788), une catastrophe sans précédent qui a eu pour conséquence de raviver la production et la créativité artistiques. Il explore également les autres contextes d’exposition et de réception, notamment le « festival des paravents » (byōbu matsuri), une présentation annuelle de paravents peints, partie intégrante du festival de Gion, qui se déroulait au milieu de l’été au moins depuis le début du xviiie siècle. En se concentrant sur Rosetsu et l’une de ses dernières peintures documentées dans ces contextes sociaux et culturels, il s’agit de tenter de repenser son travail et sa carrière à partir des tropes modernes d’« excentricité » qui ont constamment été employés pour définir sa position dans l’histoire de l’art japonais.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

Les arhat et la culture des expositions
Les expositions de peintures dans les temples et aux festivals

Aperçu du texte

Le 10 septembre 1799, Minagawa Kien (1734-1807), l’éminent savant confucéen de Kyōto de la fin du xviiie siècle (on lui doit plus d’une dizaine de livres), décrivit brièvement une peinture remarquable de son proche ami, le peintre Nagasawa Rosetsu (1754-1799) :

Nagasawa Rosetsu était déjà un peintre réputé pour son talent, et à chacune de ses expositions, ses œuvres gagnaient en merveille. L’année dernière, à l’occasion de l’exposition estivale du quatrième mois lunaire, il a représenté cinq cents arhat sur un carré de trois centimètres sur trois, chacun en pied, avec aussi des silhouettes de lion, d’éléphant, de dragon, et de tigre. Malgré l’extrême petitesse et minutie de la représentation, chaque élément apparaissait avec sa forme propre, et son pinceau manifestait un raffinement accompli. C’était une véritable merveille pour les yeux.

Ces quelques lignes représentent un cas relativement rare de commentaire esthétique, par un contemporain, d’une peinture japonaise antérieure à l’ép...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Matthew McKelway, « Rosetsu, ses Cinq cents Arhat, et la culture des expositions dans le Kyōto du xviiie siècle  »Perspective, 1 | 2020, 201-220.

Référence électronique

Matthew McKelway, « Rosetsu, ses Cinq cents Arhat, et la culture des expositions dans le Kyōto du xviiie siècle  »Perspective [En ligne], 1 | 2020, mis en ligne le 30 décembre 2020, consulté le 27 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/perspective/18586 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.18586

Haut de page

Auteur

Matthew McKelway

Matthew McKelway est professeur d’histoire de l’art japonais à Columbia University (chaire Takeo and Itsuko Atsumi). Il a écrit sur les paravents peints à Kyōto (rakuchū rakugai zu) et le développement de la peinture de genre à l’époque moderne au Japon, sur la peinture des écoles Kanō, Rinpa, et les peintres « individualistes » de Kyōto au xviiie siècle. Il a été professeur invité à la Freie Universität Berlin, à l’Universität Heidelberg, à la Seijō University, et à l’université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search