Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1EssaisÉloge du primitivisme : d’autres ...

Essais

Éloge du primitivisme : d’autres visages de la peinture japonaise prémoderne

In Praise of Primitivism: Other Faces of Premodern Japanese Painting
Ein Loblied auf den Primitivismus: Andere Gesichter der vormodernen japanischen Malerei
Elogio del primitivismo: altri aspetti della pittura giapponese premoderna
Elogio del primitivismo: otros rostros de la pintura japonesa premoderna
Christophe Marquet
p. 221-236

Résumés

Dans les années 1920, le penseur Yanagi Muneyoshi (1889-1961) entreprenait une relecture des arts du Japon qui allait entraîner un large mouvement de reconnaissance et de revitalisation de l’art populaire, sous le nom de Mingei. Cet article revisite cette entreprise en s’intéressant à l’appréciation que porta Yanagi sur les formes picturales primitives de l’époque d’Edo (1600-1868), comme l’imagerie d’Ōtsu. Il examine comment, depuis les années 1970, d’autres aspects oubliés de la peinture prémoderne furent redécouverts grâce aux travaux de l’historien de l’art Tsuji Nobuo sur les artistes « excentriques » d’Edo, présentés comme des « avant-gardistes ». Il s’attache enfin à montrer comment, depuis la fin des années 2000, se sont multipliées les expositions sur d’autres dimensions méconnues de la peinture d’Edo, appréciées essentiellement pour leur naïveté primitive, leur légèreté innocente ou leur humour parodique, témoignant d’une évolution du regard sur le primitivisme des arts de la période prémoderne, partagée par certains artistes contemporains comme Murakami Takashi ou Horio Sadaharu.

Haut de page

Dédicace

À la mémoire de Pascal Griolet (1946-2020)

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

La reconnaissance de la « peinture populaire » : le combat des années 1920
La peinture d’Edo comme art d’avant-garde : de la redécouverte des années 1970 à Murakami
Pour une autre peinture d’Edo : le tournant des années 2000
En guise de conclusion : Horio, un dialogue contemporain avec le primitivisme

Aperçu du texte

Je n’éprouve pas qu’un simple intérêt pour ces peintures de peu de valeur, ces peintures grossières ; je perçois une grande « saveur » dans le savoir-faire sans technique de ces artisans qui paraissent malhabiles, et je salue profondément leur absence totale de démonstration de virtuosité.

L’intensification des relations entre le Japon et l’Occident à partir de la Restauration de Meiji en 1868 a conduit, dans de nombreux domaines, à la formation de concepts et de modes de pensée empruntés à l’Europe moderne. Il en va ainsi dans celui de la création artistique – comme est récemment venue le rappeler l’exposition Meiji : splendeurs du Japon impérial au musée Guimet –, avec la formation du concept de bijutsu (« beaux-arts »), la compilation d’une histoire officielle de l’art national et l’institutionnalisation des pratiques artistiques. Cette réorganisation conceptuelle conduisit notamment à établir une distinction nette et hiérarchique entre art noble – l’art pour l’art produit par le...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Marquet, « Éloge du primitivisme : d’autres visages de la peinture japonaise prémoderne »Perspective, 1 | 2020, 221-236.

Référence électronique

Christophe Marquet, « Éloge du primitivisme : d’autres visages de la peinture japonaise prémoderne »Perspective [En ligne], 1 | 2020, mis en ligne le 30 décembre 2020, consulté le 27 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/perspective/18718 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.18718

Haut de page

Auteur

Christophe Marquet

Christophe Marquet, historien de l’art, est directeur de l’École française d’Extrême-Orient et membre de l’Institut français de recherche sur l’Asie de l’Est, après avoir été professeur des universités à l’INALCO. Ses recherches portent sur l’histoire de l’art et du livre au Japon aux époques moderne et prémoderne. Il a été commissaire de l’exposition Ōtsu-e : peintures populaires du Japon. Des imagiers du xviie siècle à Miró (Paris, Maison de la Culture du Japon, 2019), présentée au Japon sous le titre Peintures d’Ōtsu : regards européens (Ōtsu City Museum of History, 2019).

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search