Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1EssaisPortée politique de la peinture m...

Essais

Portée politique de la peinture moderne japonaise : de la peinture d’histoire de l’ancienne École supérieure no 1 à la peinture de bataille de Fujita Tsuguharu

The Political Significance of Modern Japanese Painting: From the History Painting of the High School No. 1 to the War Painting of Fujita Tsuguharu
Die politische Rolle der modernen japanischen Malerei: Vom Historienbild der alten Oberschule Nr. 1 bis zum Schlachtengemälde von Fujita Tsuguharu
Portata politica della pittura moderna giapponese: dalla pittura di storia dell’antica Scuola Superiore n. 1 alla pittura di battaglia di Fujita Tsuguharu
El alcance político de la pintura moderna japonesa: de la pintura histórica de la antigua Escuela superior no 1 a la pintura de batallas de Fujita Tsuguharu
Atsushi Miura
Traduction de Camille Ogawa
p. 237-256

Résumés

Lorsque nous repensons la peinture japonaise moderne d’un point de vue politique, notre attention est attirée sur l’importance de la peinture d’histoire, y compris l’art militaire, produite à la fin du xixe et au début du xxe siècle. L’européanisation du début de l’ère Meiji et la réaction japonaise nationaliste ont laissé une marque indélébile sur les styles de peinture japonaise moderne, le yōga (« peinture occidentale ») et le nihonga (« peinture japonaise »). Nous examinerons la portée politique de la peinture japonaise moderne à la lumière de deux études de cas. Le premier sera constitué par le recueil de peintures japonaises modernes, de style nihonga, rassemblées dans le but d’étudier l’éthique et l’histoire à l’École supérieure no 1, à Tōkyō. Le second axe sera constitué par l’art militaire produit pendant que le conflit entre le Japon et l’Asie pacifique faisait rage, de la fin des années 1930 aux années 1940, en particulier la peinture du style yōga de Fujita Tsuguharu. La collection de peintures de l’École supérieure no 1 a contribué à l’arène éducative, tout en alignant son rythme sur celui de la montée du nationalisme au cours de la troisième décennie de Meiji. De même, l’art militaire de Fujita, suscité par la guerre du Pacifique, a grandement contribué au développement de la peinture d’histoire au Japon. Dans les liens qui unissent ces deux points d’investigation se révèlent certains aspects complexes de la peinture d’histoire japonaise moderne et de l’art militaire nés à l’intersection de sensibilités politiques et artistiques.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

La collection de peintures de l’École supérieure no 1
Types d’œuvres
Auteurs de ces peintures et tendances artistiques de l’époque
Principes éducatifs de l’École supérieure no 1 et son directeur, Kinoshita Hiroji
Les peintures de l’École supérieure no 1 comme matériel pédagogique pour l’enseignement de l’histoire
Les peintures de l’École supérieure no 1 et la peinture occidentale
Le paradoxe de la peinture japonaise (nihonga) moderne
La peinture de bataille par Fujita Tsuguharu
Peinture yōga et peinture de bataille
Premières peintures d’histoire et Fujita Tsuguharu
De la « peinture documentaire militaire » aux « tableaux de martyrs héroïques »
Rapports avec la peinture occidentale
Portée historique des peintures de bataille de Fujita

Aperçu du texte

Étudier l’histoire de la peinture moderne japonaise en se plaçant sous un angle nouveau, celui de la politique, met en évidence l’importance que joua la peinture d’histoire et de bataille de la deuxième moitié du xixe siècle au milieu du xxe siècle, c’est-à-dire de la Restauration de Meiji aux débuts des années Shōwa. En effet, l’histoire tourmentée du Japon à cette époque – avec l’occidentalisation du début de l’ère Meiji et le nationalisme qui se développe en réaction à cette politique gouvernementale, l’impérialisme et le colonialisme japonais en Asie qu’entraînent les victoires des guerres sino-japonaise (1894-1895) et russo-japonaise (1904-1905), et enfin la défaite de la guerre du Pacifique (Seconde Guerre mondiale), – marque profondément son empreinte sur la peinture moderne japonaise, qu’il s’agisse du nihonga (style japonisant utilisant des techniques traditionnelles) ou du yōga (style occidentalisant faisant usage notamment de la peinture à l’huile). Suivre pas à pas cette...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Atsushi Miura, « Portée politique de la peinture moderne japonaise : de la peinture d’histoire de l’ancienne École supérieure no 1 à la peinture de bataille de Fujita Tsuguharu »Perspective, 1 | 2020, 237-256.

Référence électronique

Atsushi Miura, « Portée politique de la peinture moderne japonaise : de la peinture d’histoire de l’ancienne École supérieure no 1 à la peinture de bataille de Fujita Tsuguharu »Perspective [En ligne], 1 | 2020, mis en ligne le 30 décembre 2020, consulté le 27 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/perspective/18842 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.18842

Haut de page

Auteur

Atsushi Miura

Atsushi Miura est professeur d’histoire de l’art à l’Université de Tōkyō. Il a consacré plusieurs ouvrages à la peinture française du xixe siècle et aux échanges artistiques entre France et Japon, parmi lesquels Histoires de peinture entre France et Japon (Tōkyō, UTCP, 2009) et Édouard Manet – révolution de la peinture occidentale (Tōkyō, Kadokawa, 2018).

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search