Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1EssaisNouveaux acteurs, nouveaux enjeux...

Essais

Nouveaux acteurs, nouveaux enjeux : le marché de l’art japonais à l’épreuve de la « bulle spéculative » de la fin des années 1980

New Players, New Stakes: The Japanese Art Market During the “Speculative Bubble” of the Late 1980s
Neue Akteure, neue Einsätze: Der japanische Kunstmarkt angesichts der „Spekulationsblase“ der späten 1980er Jahre
Nuovi protagonisti, nuove questioni: il mercato dell’arte giapponese alla prova della bolla speculativa della fine degli anni ’80
Nuevos actores, nuevas problemáticas: el mercado del arte japonés a prueba de la “burbuja especulativa” de finales de los años 1980
Cléa Patin
p. 307-328

Résumés

Relatée par la presse européenne et étasunienne, la « bulle spéculative » de la fin des années 1980 au Japon est un phénomène connu : pendant quatre années d’une conjonction exceptionnelle entre dynamisme économique et euphorie du marché de l’art – de 1987 à 1991 – le Japon a enfin semblé prendre sa place sur le marché international de l’art, les acheteurs nippons s’arrachant les œuvres impressionnistes et modernes, surtout en ventes publiques. Cependant, son ampleur et sa complexité nous poussent aussi à nous pencher sur les observations et les témoignages des acteurs japonais eux-mêmes. Qu’ont-ils ressenti alors ? Si elle peut être appréhendée de manière générale comme un révélateur des conséquences néfastes que peut apporter sur le marché de l’art une ouverture trop soudaine, elle présente aussi des temps forts et des moments de rupture. En effet, elle a mis en mouvement, au-delà des investissements à court terme des spéculateurs, des forces profondes, tant du côté des particuliers que des entreprises. Beaucoup ont vu dans l’accès aux chefs-d’œuvre mondiaux le signe d’une revanche vis-à-vis de l’Occident ou l’occasion d’un partage culturel. Cet engagement massif s’est pourtant soldé par un échec : portés par les records de prix, les acheteurs japonais ont beaucoup considéré l’art comme un actif spéculatif et souffert d’asymétries informationnelles vis-à-vis des marchands européens et américains. Au final, la majorité des œuvres sont retournées à « prix cassés » dans leurs pays d’origine – à l’exception de celles retenues au cours des années 1990 par les musées publics, surtout municipaux et départementaux.

Haut de page

Note de l’auteur

Le présent article est issu d’une thèse, soutenue en 2012 à l’EHESS sous la direction de Pierre-Michel Menger, et publiée en 2016 sous le titre La Fabrique de l’art au Japon (Paris, éditions CNRS). Il s’ancre donc dans un travail de terrain, à la fois par entretiens approfondis (64 en tout) et par questionnaires, auprès de 106 galeristes, 8 grands magasins, et 25 artistes. De manière générale, il s’agissait de comprendre pourquoi le Japon, pourtant doté de moyens institutionnels et financiers importants, peine, à quelques exceptions près, à imposer ses artistes contemporains sur le marché international.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

Premiers pas sur le marché de l’art international
Une expansion du marché de l’art dans le sillage de la croissance
Des collectionneurs entre stratégie communicationnelle et philanthropie
Un marché pour les masses ?
Montée en force des ventes de peintures impressionnistes et modernes
Un mélange explosif entre actifs boursiers, fonciers et « artistiques »
Le marché de l’art comme refuge face au reflux des marchés foncier et boursier
Des tableaux comme nantissement ou investissement immobilier
Des entreprises à l’assaut du marché de l’art : le cas emblématique d’EIE International
Une implosion tardive, mais spectaculaire : le krach sur le marché de l’art
Le temps des revers pour les spéculateurs
L’effondrement des galeries
Le reflux généralisé des œuvres

Aperçu du texte

Dans la seconde moitié des années 1980, la participation active des Japonais sur le marché de l’art international fut largement commentée – souvent avec surprise ou inquiétude – tant au Japon qu’en Europe et aux États-Unis. Ainsi, journaux et magazines spécialisés se firent l’écho de la spéculation intense sur les chefs-d’œuvre des pays occidentaux, montrant ce que pouvait provoquer, de manière emblématique, une ouverture du marché de l’art aussi soudaine que brutale. Cependant, peut-on dire pour autant que les acquéreurs japonais de l’époque avaient véritablement pour ambition de dominer le marché international ? Quelles furent les motivations profondes derrière l’alimentation de cette « bulle spéculative » ?

Une chose est sûre : l’engouement massif des Japonais sur le marché de l’art n’a rien de linéaire. Fortement influencé par les évolutions sur les autres marchés (boursier et foncier notamment), il varia selon le profil des acteurs et le contenu des biens à quelques moments clé...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cléa Patin, « Nouveaux acteurs, nouveaux enjeux : le marché de l’art japonais à l’épreuve de la « bulle spéculative » de la fin des années 1980 »Perspective, 1 | 2020, 307-328.

Référence électronique

Cléa Patin, « Nouveaux acteurs, nouveaux enjeux : le marché de l’art japonais à l’épreuve de la « bulle spéculative » de la fin des années 1980 »Perspective [En ligne], 1 | 2020, mis en ligne le 30 décembre 2020, consulté le 27 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/perspective/19407 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.19407

Haut de page

Auteur

Cléa Patin

Après des études à l’Institut d’Études politiques de Lyon et en langue japonaise à l’INALCO, Cléa Patin a effectué sa thèse de doctorat sur le marché de l’art conjointement à l’Université de Tōkyō et à l’EHESS. Lauréate du prix Shibusawa Claudel en 2013, elle est désormais maîtresse de conférences à l’université Jean-Moulin (Lyon 3), département des études japonaises. Elle a récemment codirigé Japon pluriel 12 : autour de l’image, arts graphiques et culture visuelle au Japon (avec Julien Bouvard, Arles, éditions Picquier, 2018), ainsi que À la croisée de collections d’art entre Asie et Occident, du xixe siècle à nos jours (avec Marie Laureillard, Paris, Hémisphères, 2019).

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search