Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2EssaisPietra viva : mouvement implicite...

Essais

Pietra viva : mouvement implicite, semblant de vie et anthropologie de l’art

Pietra viva: Implicit Movement, Semblance of Life and Anthropology of Art
Pietra viva: Implizite Bewegung, täuschende Lebendigkeit und Anthropologie der Kunst
Pietra viva: movimento implicito, parvenza di vita e antropologia dell’arte
Pietra viva: movimiento implícito, semblante de vida y antropología del arte
Carlo Severi
p. 143-154

Résumés

Comment « danse » une peinture ? Comment peut-elle sembler « vivante » ? À travers l’analyse de deux œuvres de Mantegna, cet article se propose de montrer qu’une image en perspective, considérée du point de vue de la polarisation entre ritrarre et imitare qui caractérise l’art italien du Quattrocento, semble vivante lorsqu’elle apparaît à la fois comme animée et inanimée. Il s’agit non seulement, dans le cas de Mantegna, de donner l’image d’un corps peint comme s’il était vivant ; il faut aussi que cette image se rapproche d’une image de la mort et de la pierre inanimée.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2021.

Aperçu du texte

Negli anni molti e nelle molte pruove, cercando, il saggio al buon concetto arriva d’un’immagine viva, vicino a morte, in pietra alpestra e dura

Comment « danse » une peinture ? Comment peut-elle sembler « vivante » ? Le thème du mouvement implicite attribué à un corps peint est ancien. Dans le livre II du De Pictura, Leon Battista Alberti écrit que la perception du mouvement physique des figures est indispensable à la perception de ce « mouvement de l’âme » vers laquelle toute peinture doit tendre. Ainsi la perspective consisterait-elle non seulement en un déchiffrement de la profondeur à partir d’une surface, mais aussi en la compréhension d’une dynamique implicite, propre à l’action attribuée aux figures. Alberti ajoute qu’un corps ne peut suggérer le mouvement que s’il engendre l’illusion d’un être vivant. La notion de mouvement suppose donc, à ses yeux, l’« apparence de la vie », ce parer vivo qui joue un rôle crucial dans la conception de la perspective italienne dès le Quattro...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carlo Severi, « Pietra viva : mouvement implicite, semblant de vie et anthropologie de l’art »Perspective, 2 | 2020, 143-154.

Référence électronique

Carlo Severi, « Pietra viva : mouvement implicite, semblant de vie et anthropologie de l’art »Perspective [En ligne], 2 | 2020, mis en ligne le 30 juin 2021, consulté le 03 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/perspective/20676 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.20676

Haut de page

Auteur

Carlo Severi

Directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales et directeur de recherche au CNRS, Carlo Severi est membre du Laboratoire d’anthropologie sociale du Collège de France depuis 1985. Il a été Getty scholar au Getty Institute for the History of Art and the Humanities de Los Angeles (1994-1995 et 2017), fellow du Wissenschaftskolleg de Berlin (2002-2003), visiting fellow au King’s College de l’Université de Cambridge (2012-2013) et Richard Lehmann visiting professor à la Villa I Tatti (Center for Renaissance Studies, Harvard University, 2018 et 2019) à Florence.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search