Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2EssaisDanser l’identité nationale espag...

Essais

Danser l’identité nationale espagnole à Paris et à New York (1928-1930) : Antonia Mercé, La Argentina, entre néo-classicisme, modernisme et expression populaire

The Dance of Spanish National Identity in Paris and New York (1928-1930): Antonia Mercé, La Argentina, between Neoclassicism, Modernism and the Folk
In Paris und New York die spanische Nationalidentität tanzen (1928-1930). Antonia Mercé, La Argentina, zwischen Neoklassizimus, Moderne und Volkstümlichkeit
Danzare l’identità nazionale spagnola a Parigi e a New York (1928-1930): Antonia Mercé, La Argentina, tra neoclassicismo, modernismo ed espressione popolare
Bailar la identidad nacional española en Paris y en Nueva York (1928-1930): Antonia Mercé, La Argentina, entre neoclasicismo, modernismo y expresión popular
Mark Franko
Traduction de François Boisivon
p. 207-218

Résumés

Cet article compare la réception critique de la danseuse espagnole La Argentina (Antonia Mercé) à Paris en 1928 et à New York en 1930, relativement à la perception de sa danse comme une représentation de l’identité nationale espagnole. Les différences d’interprétation entre, d’une part, André Levinson, célèbre critique de danse parisien, historien, Russe émigré en France, et, d’autre part, Federico de Onís, philosophe espagnol, lui aussi expatrié, qui créa le département de littérature espagnole à la Columbia University, viennent éclairer l’idée du « classique » et la façon dont celle-ci put être utilisée pour caractériser l’art de La Argentina, bien qu’il fût infléchi par les notions de modernisme et de danse folklorique. Au moment où Levinson écrivait sur La Argentina, il produisait le concept du ballet néo-classique fondé sur ses principes techniques historiques. Ce faisant, il développait un modèle esthétique général du classicisme dans le mouvement qu’incarnait pour lui un corps se dilatant vers l’extérieur, lancé dans l’espace selon des trajectoires multidirectionnelles. Il considérait en revanche que la danse espagnole était « orientale » puisque ses mouvements étaient concentriques. Cet article analyse les stratégies rhétoriques employées par Levinson pour appréhender la danseuse espagnole comme l’autre du « classique » ainsi défini, tout en affirmant qu’elle parvient à une expression classique de l’identité nationale espagnole du fait même de cette altérité. Federico de Onís, quoiqu’il n’eût pas l’habitude d’écrire sur la danse, affirmait au contraire que le nationalisme de La Argentina lui était très personnel, fondamentalement gestuel et rythmique. Il proposa donc une notion du nationalisme de la danse espagnole fondée sur l’individualité plutôt que sur la théorie d’une forme esthétique.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2021.

Plan

Les atours de la danse moderne
L’identité nationale espagnole analysée dans son mouvement

Aperçu du texte

Les chercheurs qui s’intéressent à la danse connaissent bien le phénomène : durant la première moitié du xxe siècle, la danse et l’identité nationale furent pensées comme se reflétant l’une l’autre, que l’on considérât les performances des solistes de la danse moderne, celles des compagnies de ballet ou de celles qui se spécialisaient dans ce qu’on appelait les « danses exotiques » – plus tard, « ethniques » –, portées à la scène. Dans ce large éventail de modalités artistiques possibles par lequel la danse s’est définie comme un art moderne, il n’est pas sans intérêt de rappeler que l’idée de la danse comme incarnation en mouvement du caractère national vaut aussi bien pour l’invention des nouveaux vocabulaires de la danse moderne (ceux que créèrent Mary Wigman, Martha Graham ou Michio Ito, pour ne citer que ces trois noms emblématiques) que pour les conceptions académiques de la danse de ballet (qu’il s’agisse des Ballets suédois, des Ballets russes ou de l’Opéra de Paris). Mais c...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mark Franko, « Danser l’identité nationale espagnole à Paris et à New York (1928-1930) : Antonia Mercé, La Argentina, entre néo-classicisme, modernisme et expression populaire »Perspective, 2 | 2020, 207-218.

Référence électronique

Mark Franko, « Danser l’identité nationale espagnole à Paris et à New York (1928-1930) : Antonia Mercé, La Argentina, entre néo-classicisme, modernisme et expression populaire »Perspective [En ligne], 2 | 2020, mis en ligne le 30 juin 2021, consulté le 03 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/perspective/21232 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.21232

Haut de page

Auteur

Mark Franko

Mark Franko est professeur de danse, titulaire de la chaire Laura H. Carnell à la Temple University de Philadelphie. Il est l’auteur de Choreographing Discourses: A Mark Franko Reader (Routledge, 2019) et a dirigé The Oxford Handbook of Dance and Reenactment (Oxford University Press, 2017). Il a été lauréat, en 2011, du Congress on Research in Dance Outstanding Scholarly Research Award et a obtenu, en 2018-2019, une bourse de la Fondation en la mémoire de John Simon Guggenheim pour The Fascist Turn in the Dance of Serge Lifar: Interwar French Ballet and the German Occupation (Oxford University Press, 2020). Son ouvrage La Danse comme texte : idéologies du corps baroque (1993) a été traduit en français en 2005 (par Sophie Renaut).

Articles du même auteur

  • Un débat entre Bojana Cvejić, Marc Downie et Paul Kaiser, Benjamin Piekut, Frédéric Pouillaude et Edward C. Warburton, mené par Mark Franko et Kate van Orden
    Paru dans Perspective, 2 | 2019
Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search