Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2Essais« L’impersonnelle beauté [de] l’ê...

Essais

« L’impersonnelle beauté [de] l’être-foule » : Girls et cinéma dans la France de l’entre-deux-guerres

“The Impersonal Beauty [of] Being-Mass”: Girls and Cinema in France between the Wars
„Die unpersönliche Schönheit [des] Wesens in der Masse“: Girls und Film im Frankreich der Zwischenkriegszeit
“La bellezza impersonale [dell’]être-foule”: Girls e cinema nella Francia tra le due guerre
“La belleza impersonal [del] ser-multitud”: Girls y el cine en la Francia del periodo de entreguerras
Laurent Guido
p. 219-236

Résumés

L’étude de la réception des Girls, numéro de music-hall en vogue au début du xxe siècle, permet de mieux saisir les tensions culturelles propres à cette époque. Les mouvements collectifs de ces troupes de danseuses sont alors perçus comme la reformulation corporelle des rythmes imposés par la modernité industrielle. Si leur présence en Allemagne a largement été commentée, notamment par le biais de la lecture critique de Siegfried Kracauer, l’impact de ce même phénomène en France révèle une fascination assumée pour le caractère mécanique des Girls. Celles-ci font en effet écho à des réflexions et des pratiques liées au dispositif cinématographique, qu’il s’agisse des expérimentations d’avant-garde ou des espoirs néo-classiques que suscite le nouveau médium.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2021.

Plan

Une fantasmagorie tayloriste
Rythmes et proportions photogéniques
Visions modernistes du corps-machine
Pulsion scopique et géométrie corporelle
Une perception néo-classique

Aperçu du texte

Parmi les principaux spectacles de music-hall qui ont marqué l’imaginaire social au début du xxe siècle, les numéros de Girls revêtent un caractère particulier. Ils représentent en effet l’un des phénomènes emblématiques d’une période où s’accélèrent les procès liés au capitalisme industriel, qu’il s’agisse de la diffusion des méthodes de fabrication rationalisée, de la technicisation de la vie quotidienne via l’irruption de nouveaux modes de transport et de communication, ou encore de l’internationalisation des échanges économiques et des pratiques sociales. S’inscrivant dans le sillage des troupes de danseuses ayant connu une vogue croissante dans la seconde moitié du xixe siècle (chœurs de ballet, de revues ou d’autres productions des scènes dites « populaires »), les Girls ont progressivement imposé leur présence tout en jambes dans les circuits de salles de variétés en offrant au public une formule bien réglée, essentiellement d’origine britannique (les influentes Tiller Girls,...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Guido, « « L’impersonnelle beauté [de] l’être-foule » : Girls et cinéma dans la France de l’entre-deux-guerres »Perspective, 2 | 2020, 219-236.

Référence électronique

Laurent Guido, « « L’impersonnelle beauté [de] l’être-foule » : Girls et cinéma dans la France de l’entre-deux-guerres »Perspective [En ligne], 2 | 2020, mis en ligne le 30 juin 2021, consulté le 03 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/perspective/21397 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.21397

Haut de page

Auteur

Laurent Guido

Laurent Guido est professeur au département Arts de l’université de Lille. Il a été invité pour des séjours de recherche à Paris 1 – Panthéon-Sorbonne et à Chicago, puis d’enseignement à Montréal, Paris-Nanterre, Bruxelles et Lausanne. Il a récemment publié Mythologies du film musical (Dijon, Les Presses du réel, 2016, avec M. Chabrol) ; De Wagner au cinéma (Paris, Éditions Mimésis, 2019) et Cinéma, mythe et idéologie (Paris, Hermann, 2020).

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search