Navigation – Sitemap

HauptseiteNuméros2Essais« L’impersonnelle beauté [de] l’ê...

Essais

« L’impersonnelle beauté [de] l’être-foule » : Girls et cinéma dans la France de l’entre-deux-guerres

“The Impersonal Beauty [of] Being-Mass”: Girls and Cinema in France between the Wars
„Die unpersönliche Schönheit [des] Wesens in der Masse“: Girls und Film im Frankreich der Zwischenkriegszeit
“La bellezza impersonale [dell’]être-foule”: Girls e cinema nella Francia tra le due guerre
“La belleza impersonal [del] ser-multitud”: Girls y el cine en la Francia del periodo de entreguerras
Laurent Guido
p. 219-236

Zusammenfassungen

Die Rezeptionsstudie der Girls, jener Anfang des 20. Jahrhunderts beliebten Music Hall-Nummer, erhellt die spezifischen kulturellen Spannungen dieser Zeit. Die Bewegungen der Tänzerinnentruppe als Verbund wurden damals als körperliche Umformulierung der von der industriellen Moderne auferlegten Rhythmen aufgefasst. Während ihre Präsenz in Deutschland – insbesondere durch die kritische Sicht Siegfried Kracauers – umfassend kommentiert wurde, rief dasselbe Phänomen in Frankreich eine unumwundene Faszination für die mechanischen Aspekte der Girls hervor. Tatsächlich spiegeln sich in ihnen Überlegungen und Praktiken aus der Welt des Films, wie etwa Avantgarde-Experimente oder neoklassische Hoffnungen, die das neue Medium weckt.

Seitenanfang

Auszug aus dem Text

Dieses Dokument erscheint online im Volltext am Juni 2021.

Aufbau

Une fantasmagorie tayloriste
Rythmes et proportions photogéniques
Visions modernistes du corps-machine
Pulsion scopique et géométrie corporelle
Une perception néo-classique

Übersicht

Parmi les principaux spectacles de music-hall qui ont marqué l’imaginaire social au début du xxe siècle, les numéros de Girls revêtent un caractère particulier. Ils représentent en effet l’un des phénomènes emblématiques d’une période où s’accélèrent les procès liés au capitalisme industriel, qu’il s’agisse de la diffusion des méthodes de fabrication rationalisée, de la technicisation de la vie quotidienne via l’irruption de nouveaux modes de transport et de communication, ou encore de l’internationalisation des échanges économiques et des pratiques sociales. S’inscrivant dans le sillage des troupes de danseuses ayant connu une vogue croissante dans la seconde moitié du xixe siècle (chœurs de ballet, de revues ou d’autres productions des scènes dites « populaires »), les Girls ont progressivement imposé leur présence tout en jambes dans les circuits de salles de variétés en offrant au public une formule bien réglée, essentiellement d’origine britannique (les influentes Tiller Girls,...

Seitenanfang

Zitierempfehlung

Papierversionen:

Laurent Guido, „« L’impersonnelle beauté [de] l’être-foule » : Girls et cinéma dans la France de l’entre-deux-guerres“Perspective, 2 | 2020, 219-236.

Online-Version

Laurent Guido, „« L’impersonnelle beauté [de] l’être-foule » : Girls et cinéma dans la France de l’entre-deux-guerres“Perspective [Online], 2 | 2020, Online erschienen am: 30 Juni 2021, abgerufen am 13 April 2021. URL: http://journals.openedition.org/perspective/21397; DOI: https://doi.org/10.4000/perspective.21397

Seitenanfang

Autor

Laurent Guido

Laurent Guido est professeur au département Arts de l’université de Lille. Il a été invité pour des séjours de recherche à Paris 1 – Panthéon-Sorbonne et à Chicago, puis d’enseignement à Montréal, Paris-Nanterre, Bruxelles et Lausanne. Il a récemment publié Mythologies du film musical (Dijon, Les Presses du réel, 2016, avec M. Chabrol) ; De Wagner au cinéma (Paris, Éditions Mimésis, 2019) et Cinéma, mythe et idéologie (Paris, Hermann, 2020).

Seitenanfang
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search