Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2VariaCrise, critique, mélancolie

Varia

Crise, critique, mélancolie

Crisis, Criticism, Melancholy
Krise, Kritik, Melancholie
Crisi, critica, melanconia
Crisis, crítica, melancolía
Rémi Labrusse
p. 261-274
Références :

Bubenik, 2019 : Andrea Bubenik (dir.), The Persistence of Melancholia in Arts and Culture, actes du colloque (Brisbane, 2014), New York /Londres, Routledge, 2019.

Holly, 2013 : Michael Ann Holly, Melancholy Art, Princeton / Oxford, Princeton University Press, 2013.

Merback, 2017 : Mitchell B. Merback, Perfection’s Therapy: An Essay on Albrecht Dürer’s Melencolia I, New York, Zone Books, 2017.

Verdier, 2020 : Aurélie Verdier, Aujourd’hui pense à moi. Francis Picabia, Ego, Image, Dijon, Les Presses du réel, 2020.

Résumés

La parution de deux ouvrages (Andrea Bubenik, Mitchell B. Merback) consacrés à la gravure Melencolia I d’Albrecht Dürer (1514) est l’occasion de réfléchir au destin et à l’actualité de l’une des plus célèbres images de la modernité occidentale. À partir de là, la notion de mélancolie, retravaillée par la psychanalyse et la phénoménologie, apparaît comme un enjeu épistémologique pour le discours de l’histoire de l’art (Michael Ann Holly) et pour la compréhension d’artistes majeurs du xxe siècle comme Picabia (Aurélie Verdier). Une hypothèse est proposée : si la mélancolie peut être considérée comme l’affect fondamental de la conscience occidentale moderne, c’est parce qu’elle fournit son mode d’existence le plus exact au basculement fatal de l’esprit critique, propre à la culture scientifique, en état de crise. Cette notion paradoxale d’état de crise est alors déployée du point de vue de la temporalité et du rapport aux objets. Enfin, la question est posée d’un possible dépassement de la mélancolie dans la pensée contemporaine (Paul Gilroy).

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2021.

Aperçu du texte

Mélancolie, aigre château des aigles

Dans les souterrains de la conscience occidentale moderne, la mélancolie n’en finit pas de s’agiter. Elle les habite avec une violence plus ou moins aiguë selon les temps, suivant des phases successives de retrait et de recharge de sa puissance expressive, étouffée ou triomphante, renversée en fureur, célébrée en langueur. Ça bouge, ça n’avance pas : on tourne en rond. C’est comme si, depuis toujours, l’ambivalence fondamentale des pensées de la mélancolie, retournant le négatif en positif, l’aveuglement en extra-lucidité, l’impuissance en surpuissance, le mort en vivant et inversement, les constituait en un noyau d’énergie noire attirant à lui toujours plus d’indéfinissable matière. Un trou noir, en somme, autour duquel gravite et finit toujours par s’écraser tout un nuage de notions : de grands astres éteints comme l’acédie médiévale, des planètes depuis toujours poussiéreuses comme la nostalgie ou rapidement refroidies comme la neurasthénie, de...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rémi Labrusse, « Crise, critique, mélancolie »Perspective, 2 | 2020, 261-274.

Référence électronique

Rémi Labrusse, « Crise, critique, mélancolie »Perspective [En ligne], 2 | 2020, mis en ligne le 30 juin 2021, consulté le 03 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/perspective/21820 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.21820

Haut de page

Auteur

Rémi Labrusse

Rémi Labrusse enseigne l’histoire de l’art à l’université Paris Nanterre. Il a récemment publié Face au chaos. Pensées de l’ornement à l’âge de l’industrie (Dijon, Les Presses du réel, 2018) et Préhistoire. L’envers du temps (Vanves, Hazan, 2019).

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search