Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1Essais« Fantaisies lusitaniennes » : hi...

Essais

« Fantaisies lusitaniennes » : histoires d’un musée et de l’homme qui s’opposa aux ultra-lusos

“Lusitanian Fantasies”: Histories of a Museum and the Man who Opposed the Ultra-Lusos
„Lusitanische Fantasien“: Geschichten eines Museums und des Mannes, der sich gegen die Ultra-Lusos stellte
“Fantasias lusitanas”: histórias de um museu e do homem que contestou os “ultralusos”
“Fantasie lusitane”: storie di un museo e dell’uomo che si oppose agli ultra-lusos
Sandra Leandro
Traduction de Melenn Kerhoas
p. 193-204

Résumés

Cet essai est divisé en deux parties : une première, où nous contextualisons et abordons quelques lignes de force de la pensée de l’historien de l’art Joaquim de Vasconcelos (1849-1936) ; une deuxième où nous présentons le Museu industrial e comercial de Porto, aujourd’hui disparu. Vasconcelos souhaitait que ce musée fût un instrument efficace pour former des étudiants et des ouvriers via l’observation et le design, afin de favoriser la production d’objets manufacturés. Dans le but de présenter de bons modèles, il le conçut à la fois comme un musée d’ethnographie et comme un musée de proto-design. Il pensa aussi cette institution comme un moyen de faire la promotion de l’économie, par la valorisation des fabriques et des produits industriels nationaux. Il était toutefois loin d’être un nationaliste conventionnel. Rompu à des critères internationaux, il essaya de démanteler l’appropriation nationaliste du style manuélin, questionna la notion de frontières dans l’art et se déclara contre les ultra-lusos pour lesquels l’origine nationale primait la qualité esthétique.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2021.

Plan

Introduction à une fantaisie
Amour et haine : les passions-patries de Joaquim de Vasconcelos (1849-1936)
Le Museu industrial e comercial de Porto : une preuve de vie
Considérations finales pour une fantaisie

Aperçu du texte

J’ai parcouru mon pays il y a presque quarante ans, crayon en main – un crayon d’amateur, il est vrai, mais avec la clairvoyance et la réflexion patiente de celui qui a appris la méthode d’analyse auprès des maîtres de la littérature artistique, surtout avec les Allemands et les Français. Comme peu de Portugais, je me suis concentré avec beaucoup de sérieux et de loyauté sur l’art espagnol sous toutes ses manifestations depuis plus de trente ans ; j’ai consacré mes recherches avec la plus grande sincérité et affection à ceux qui écrivent et publient […]. À mon sens, nous devons étudier ensemble l’art péninsulaire. Mon cabinet n’est pas un coffre à secrets nationaux ; il a des portes, des fenêtres et ainsi un certain horizon.

Introduction à une fantaisie

Considéré par Reinaldo dos Santos et José-Augusto França comme « le véritable fondateur de l’histoire de l’art au Portugal », Joaquim de Vasconcelos était rigoureux dans l’utilisation de l’heuristique et de l’herméneutique. Homme d’arg...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandra Leandro, « « Fantaisies lusitaniennes » : histoires d’un musée et de l’homme qui s’opposa aux ultra-lusos »Perspective, 1 | 2021, 193-204.

Référence électronique

Sandra Leandro, « « Fantaisies lusitaniennes » : histoires d’un musée et de l’homme qui s’opposa aux ultra-lusos »Perspective [En ligne], 1 | 2021, mis en ligne le 31 décembre 2021, consulté le 08 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/perspective/23724 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.23724

Haut de page

Auteur

Sandra Leandro

Historienne de l’art, directrice du Museu nacional Frei Manuel do Cenáculo et professeure à l’Universidade de Évora, est diplomée (licence, master et doctorat) de l’Universidade Nova de Lisbonne. Elle publie en particulier dans les champs de la peinture, du dessin d’humour, de la théorie et de la critique d’art, de la muséologie et des femmes artistes au Portugal. Commissaire de plusieurs expositions, elle a été récompensée en 2014 par le prix Grémio Literário.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search