Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2DébatsOn n’échappe pas aux ruines, « c’...

Débats

On n’échappe pas aux ruines, « c’est que l’homme s’assied où la cendre de l’homme repose »

Un débat entre Martin Devecka, Rémi Hadad, Andrew Hui, Paul Landauer et Susan Stewart, mené par Jean-Paul Demoule et Alain Schnapp
Jean-Paul Demoule, Martin Devecka, Rémi Hadad, Andrew Hui, Paul Landauer, Alain Schnapp et Susan Stewart
p. 19-42

Ndlr

Les propos de Martin Devecka, Andrew Hui et Susan Stewart ont été traduits de l’anglais par Élisabeth Agius d’Yvoire.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2022.

Plan

La définition des ruines
L’usage des ruines
Esthétique des ruines et remémoration
Vivre avec les ruines ou dans les ruines ?
L’écocide et les ruines

Aperçu du texte

Jamais, depuis le xviiie siècle, les ruines n’ont été l’objet d’une curiosité aussi intense que celle des premières décennies du xxie siècle. Comme le tremblement de terre de Lisbonne en 1755, l’accident de la centrale de Tchernobyl en 1986, l’assaut contre les tours jumelles de New York le 11 septembre 2001, le raz de marée de Fukushima en 2011, ont profondément marqué les rapports des hommes avec les édifices qu’ils ont érigés, et imposé un nouvel ordre du jour. C’est dans ce cadre que se situe la conversation qui suit. Son objectif est d’interroger aussi bien la définition des ruines dans la diversité des cultures que leur histoire. Ruines, vestiges, décombres, débris, déchets : autant de mots qui désignent quelque chose qu’un accident et/ou le passage du temps a modifié, selon Walter Benjamin. C’est ce processus de modification même qui est au cœur de nos interrogations et que recouvre, en langue anglaise, le mot ruination.

La ruine, c’est une évidence, est par nature polysémiqu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Demoule, Martin Devecka, Rémi Hadad, Andrew Hui, Paul Landauer, Alain Schnapp et Susan Stewart, « On n’échappe pas aux ruines, « c’est que l’homme s’assied où la cendre de l’homme repose » »Perspective, 2 | 2021, 19-42.

Référence électronique

Jean-Paul Demoule, Martin Devecka, Rémi Hadad, Andrew Hui, Paul Landauer, Alain Schnapp et Susan Stewart, « On n’échappe pas aux ruines, « c’est que l’homme s’assied où la cendre de l’homme repose » »Perspective [En ligne], 2 | 2021, mis en ligne le 30 juin 2022, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/perspective/24706 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.24706

Haut de page

Auteurs

Jean-Paul Demoule

Jean-Paul Demoule est professeur émérite de protohistoire européenne, membre honoraire de l’Institut universitaire de France et ancien président de l’INRAP. Il a mené des fouilles en France, en Grèce et en Bulgarie et s’est spécialisé dans l’étude du Néolithique et de l’âge du fer, ainsi que de l’histoire et du rôle social de l’archéologie. Il a publié, seul ou en collaboration, une trentaine d’ouvrages dont, parmi les plus récents : Une histoire des civilisations – Comment l’archéo­logie bouleverse nos connaissances (Paris, INRAP / La Découverte, 2018, codirigé avec D. Garcia et A. Schnapp), Aux origines, l’archéo­logie – Une science au cœur des grands débats de notre temps (Paris, La Découverte, 2020).

Articles du même auteur

Martin Devecka

Martin Devecka est professeur associé de littérature et directeur du programme de Lettres classiques à l’University of California, Santa Cruz. Sa monographie, Broken Cities: a Historical Sociology of Ruins (Baltimore, Md, Johns Hopkins University Press, 2020), est une étude globale et comparative de la manière dont les cultures donnent un sens aux ruines.

Rémi Hadad

Rémi Hadad est un archéologue et anthropologue, spécialiste du début du Néolithique au Proche-Orient. Il est actuellement chercheur post-doctorant de la Fondation Fyssen à l’Institute of Archaeology de l’University College London et membre de l’UMR 7055 Préhistoire et Technologie de l’université Paris-Nanterre. Son travail de recherche doctorale, intitulé « Les Bâtisseurs de ruines. La révolution néolithique, l’architecture et le temps », est en cours de publication aux éditions Zones sensibles.

Andrew Hui

Andrew Hui enseigne à Yale-NUS College de Singapour. Il est l’auteur de The Poetics of Ruins in Renaissance Literature (New York, Fordham University Press, 2016) et de A Theory of the Aphorism: from Confucius to Twitter (Princeton, NJ / Oxford, Princeton University Press, 2019), dont une traduction en espagnol vient d’être publiée et dont les versions chinoise, grecque et turque sont sur le point de paraître. Un article intitulé « Dreams of the Universal Library », préfigurant le projet de livre auquel il travaille actuellement, paraîtra au printemps prochain dans la revue Critical Inquiry.

Paul Landauer

Paul Landauer est architecte, professeur à l’École d’architecture de la ville et des territoires Paris-Est (université Gustave Eiffel) et directeur de l’OCS-AUSser (UMR 3329). Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’architecture des grands ensembles et sur les formes de l’espace public. Ses travaux actuels, en cours de publication, portent sur les thèmes de la démolition et de la ruine dans l’architecture contemporaine.

Alain Schnapp

Alain Schnapp est professeur émérite d’archéologie à l’université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne. Son travail porte sur l’archéologie des cités grecques, l’iconographie et l’histoire de l’archéologie. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages ainsi que de nombreuses études spécialisées sur l’icono­graphie du monde grec, les fouilles des sites de Laos (Calabre), Eleftherna et Itanos (Crète). Il a enseigné dans de nombreuses universités européennes et américaines et a été le premier directeur général de l’INHA. Parmi ses publications, on peut citer Ruines, essai de perspective comparée (Dijon, Les Presses du réel, 2015) ; avec L. von Falkenhausen, P. N. Miller, T. Murray, World Antiquarianism, Comparative Perspectives (Los Angeles, Getty Research Institute, 2014) ; Une histoire universelle des ruines, des origines aux Lumières (Paris, Seuil, 2020).

Articles du même auteur

Susan Stewart

Poétesse, universitaire et traductrice, Susan Stewart est Avalon Foundation University Professor in the Humanities à Princeton University. Ses livres les plus récents sont Cinder: New and Selected Poems (Minneapolis, Minn., Graywolf Press, 2017) et The Ruins Lesson: Meaning and Material in Western Culture (Chicago, The University of Chicago Press, 2021).

Haut de page
  • Logo INHA
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search