Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2DébatsLieux de vie, lieux d’images : un...

Débats

Lieux de vie, lieux d’images : une autre histoire occidentale de l’espace domestique

Un dialogue entre Gil Bartholeyns, Manuel Charpy, Magali Nachtergael, Anne Perrin Khelissa et Stéphanie Wyler, mené par Pierre-Olivier Dittmar
Gil Bartholeyns, Manuel Charpy, Pierre-Olivier Dittmar, Magali Nachtergael, Anne Perrin Khelissa et Stéphanie Wyler
p. 43-66

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2022.

Aperçu du texte

Parmi les profondes transformations qu’ont connues les histoires de l’art et de l’anthropologie de l’image au cours des dernières décennies, celle qu’on peut considérer comme un travail de « dessentialisation » n’est sans doute pas la moindre. Penser que les images affectent (et sont affectées par) les milieux dans lesquels elles s’inscrivent a constitué, et constitue toujours, un horizon théorique majeur. Il ne s’agit pas là de réduire la portée des images à une fonction, sociale ou culturelle, au détriment d’une autre fonction, esthétique, mais plutôt d’admettre qu’une image constitue toujours un rapport, ou plutôt une série de rapports. Infiniment multiples, ces rapports articulent notamment des signifiants et des signifiés, des objets et des regards, fussent-ils fantasmés, mais aussi des objets et des lieux.

À ce titre, en prenant le risque d’une schématisation excessive, on admettra que trois contextes spatiaux – l’église, le palais et le musée – ont concentré les études et stru...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gil Bartholeyns, Manuel Charpy, Pierre-Olivier Dittmar, Magali Nachtergael, Anne Perrin Khelissa et Stéphanie Wyler, « Lieux de vie, lieux d’images : une autre histoire occidentale de l’espace domestique »Perspective, 2 | 2021, 43-66.

Référence électronique

Gil Bartholeyns, Manuel Charpy, Pierre-Olivier Dittmar, Magali Nachtergael, Anne Perrin Khelissa et Stéphanie Wyler, « Lieux de vie, lieux d’images : une autre histoire occidentale de l’espace domestique »Perspective [En ligne], 2 | 2021, mis en ligne le 30 juin 2022, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/perspective/24775 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.24775

Haut de page

Auteurs

Gil Bartholeyns

Gil Bartholeyns enseigne les cultures visuelles et matérielles au département des humanités de l’université de Lille. Il est corédacteur en chef de la revue Techniques et Culture. Il a récemment écrit, avec M. Charpy, L’Étrange et folle aventure du grille-pain, de la machine à coudre et des gens qui s’en servent (Paris, Premier Parallèle, 2021) ; l’essai Le Hantement du monde. Zoonoses et pathocène (Bellevaux, Dehors, 2021). Politiques visuelles, qu’il a dirigé (Dijon, Les Presses du réel, 2016), examine les visual studies et leur réception continentale. Avec Th. Golsenne, il a dirigé La Performance des images (Bruxelles, Éditons de l’université de Bruxelles, 2010), et avec P.-O. Dittmar et V. Jolivet, Image et transgression au Moyen Âge (Paris, PUF, 2008).

Manuel Charpy

Ancien normalien, agrégé d’arts appliqués, docteur en histoire contemporaine, Manuel Charpy est chargé de recherche au CNRS et directeur d’InVisu (laboratoire CNRS/INHA) depuis janvier 2019. Il enseigne l’histoire de l’art et l’histoire contemporaine dans les écoles d’arts appliqués et les universités depuis 20 ans. Il a créé en 2015 Modes pratiques, revue d’histoire du vêtement et de la mode. Auteur de contributions et d’ouvrages à la fois sur l’histoire de l’Afrique de l’Ouest et sur la culture matérielle en France au xixe siècle, il travaille actuellement à des livres sur l’histoire du vêtement et de la mode (Paris, La Découverte, à paraître) et l’histoire du portrait (Une image à soi. Histoires des usages sociaux d’une image, Paris, Flammarion, à paraître). Il vient d’écrire, avec G. Bartholeyns, L’Étrange et folle aventure du grille-pain, de la machine à coudre et des gens qui s’en servent (Paris, Premier Parallèle, 2021).

Pierre-Olivier Dittmar

Pierre-Olivier Dittmar est historien, maître de conférences à l’EHESS où il occupe la chaire d’histoire et d’anthropologie du vivant (xii-xvie siècle). Ses travaux portent sur les interfaces avec les non-humains au cours d’un long Moyen Âge, qu’il s’agisse des animaux, des invisibles, ou des artefacts. Il a notamment coécrit, avec ­G. Bartholeyns et V. Jolivet, Image et transgression au Moyen Âge (Paris, PUF, 2008) et, avec J. Baschet et J.-Cl. Bonne, Le Monde roman, par-delà le bien et le mal : pour une iconographie du lieu sacré (Paris, Arkhê, 2012), un numéro d’Images re-vues consacré au « Devenir-animal » (no 6, 2009) et, plus récemment, avec J. Baschet, Les Images dans l’Occident médiéval (Turnhout, ­Brepols, 2015), ainsi qu’un numéro de Techniques et cultures consacré à « Matérialiser les désirs. Techniques votives » (2018) et, avec G. ­Bartholeyns, et M. ­Bourin, Images de soi dans l’univers domestique, xiiie-xvie siècle (Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018).

Articles du même auteur

Magali Nachtergael

Professeure en littérature, théorie et arts visuels à l’université Bordeaux-Montaigne, Magali Nachtergael est aussi commissaire d’exposition et critique d’art. Spécialiste des interactions entre littérature et culture visuelle, elle a publié Les Mythologies individuelles, récit de soi et photographie au xxe siècle (Amsterdam / New York, Rodopi, 2012) et récemment, avec Ch. Foucher Zarmanian, Le Phototexte engagé. Une culture visuelle du militantisme au xxe siècle (Dijon, Les Presses du réel, 2021).

Anne Perrin Khelissa

Anne Perrin Khelissa est maîtresse de conférences en histoire de l’art moderne à l’université Toulouse – Jean Jaurès et membre du laboratoire FRAMESPA-UMR 5136-CNRS. Elle codirige avec Émilie Roffidal le programme de recherche « Les académies d’art et leurs réseaux dans la France préindustrielle » (ACA-RES ; URL : https://acares.hypotheses.org) soutenu par le Labex SMS, le Centre allemand d’histoire de l’art et l’INHA. Ses publications explorent principalement l’histoire du décor et de la culture matérielle au xviiie siècle, à travers les figures de marchands, de commanditaires, autant qu’à partir des objets manufacturés et des savoirs artistiques. Dans Luxe intime. Essai sur notre lien aux objets précieux (Paris, CTHS, 2020), elle propose d’associer la démarche historienne à une approche anthropo­logique et sensible.

Articles du même auteur

  • Network as a Concept in Art History: Milestones and Current Issues
    Der Begriff des Netzwerks in der Kunstgeschichte: Etappen und aktuelle Fragen
    La nozione di “rete” in storia dell’arte: origine e sviluppi attuali
    La noción de red en la historia del arte : referencias y variables actuales
    Paru dans Perspective, 1 | 2019

Stéphanie Wyler

Stéphanie Wyler est maîtresse de conférences en histoire et anthropologie des mondes romains à l’université de Paris et membre du laboratoire ANHIMA (UMR 8210). Elle étudie les polythéismes de l’Italie romaine dans une perspective d’anthropologie des images. Elle a codirigé récemment un numéro d’Images re-vues sur « Les Images dans les images – Antiquité et Moyen Âge » (no 9, 2020).

Haut de page
  • Logo INHA
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search