Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2EssaisL’Inhabitation trinitaire chez Th...

Essais

L’Inhabitation trinitaire chez Thérèse d’Avila, objet d’une théologie en histoire de l’art ?

The Inhabitation of the Trinity in Teresa of Ávila, a Subject for an Art Historical Approach to Theology?
Die dreifaltige Inhabitation bei Theresa von Avila – Gegenstand einer Theologie in der Kunstgeschichte?
L’inabitazione trinitaria di Teresa d’Avila, oggetto di una teologia nella storia dell’arte?
La inhabitación trinitaria en Teresa de Ávila, ¿objeto de una teología en la historia del arte?
Alysée Le Druillenec
p. 151-158

Résumés

Du latin inhabitare, l’inhabitation désigne le fait d’habiter en un autre. En théologie chrétienne, il s’agit d’un concept selon lequel Dieu habite en l’âme humaine selon plusieurs modalités (présence, parole, alliance, souffle, entre autres). À l’époque de la Contre-Réforme, Thérèse d’Avila (1515-1582) fut une des figures clés dans le développement de ce concept. Dans la présente étude, il s’agit d’esquisser une herméneutique des représentations de l’inhabitation selon Thérèse d’Avila, joignant histoire de l’art et théologie mystique. Comment aborder le mystère de l’inhabitation en histoire de l’art ? Pourrait-il contribuer à une théologie des images ? Les œuvres d’art produites par les artistes traduiraient-elles des climats spirituel et intellectuel empreints de théologie dogmatique ou produiraient-elles par leurs propres moyens un discours théologique ? La lecture de l’œuvre de Thérèse nous permet de distinguer deux, voire trois typologies possibles.

Haut de page

Note de l’auteur

Je remercie infiniment Étienne Jollet, Ralph Dekoninck, Frédéric Cousinié (qui m’a encouragée à travailler sur ce sujet), Éric Palazzo, Florence Larcher, Anne-Orange Poilpré, Matthieu Léglise, Nicolas Trotin, Marie Caillat et Pascale Roger pour le temps qu’ils ont consacré à cet article par leurs lectures, leur écoute et la richesse de leur conversation, mais aussi Denis Hétier et Florent Dumontier pour leurs précieux conseils en théologie.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2022.

Plan

Pour une herméneutique théologique
La possibilité d’un corpus
Quid de l’inhabitation du simple dévot ?

Aperçu du texte

On essaie de faire entrer à l’intérieur de soi / cet intérieur de l’extérieur […] pour que l’extérieur devienne l’intérieur / et pour être à l’intérieur de l’extérieur […]. Mais cela ne suffit pas.

Au xviie siècle, le croyant aspire à un « habiter » authentique à ses yeux qui consiste à « inhabiter » ici-bas. Du latin inhabitare, l’inhabitation désigne le fait d’habiter en un autre. En théologie chrétienne, il s’agit d’un concept selon lequel Dieu habite en l’âme humaine selon plusieurs modalités (présence, parole, alliance, souffle, entre autres). Selon Thérèse d’Avila, une des figures clés dans le développement de ce concept à l’époque de la Contre-Réforme, il s’agit, d’une part, d’un mode de coprésence de soi-même avec les différentes Personnes de la Trinité et, d’autre part, d’un type de présence de Dieu au cœur de l’âme humaine. Dans les « Septièmes Demeures » du Château intérieur  (1588), un texte qui présente à la fois un intérêt autobiographique et doctrinal, Thérèse définit ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alysée Le Druillenec, « L’Inhabitation trinitaire chez Thérèse d’Avila, objet d’une théologie en histoire de l’art ? »Perspective, 2 | 2021, 151-158.

Référence électronique

Alysée Le Druillenec, « L’Inhabitation trinitaire chez Thérèse d’Avila, objet d’une théologie en histoire de l’art ? »Perspective [En ligne], 2 | 2021, mis en ligne le 30 juin 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/perspective/25435 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.25435

Haut de page

Auteur

Alysée Le Druillenec

Alysée Le Druillenec prépare une thèse de doctorat en histoire de l’art à l’université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne sous la direction d’Étienne Jollet et de Ralph Dekoninck. Elle a publié Beatus Christophorus : saint Christophe à la Renaissance dans les églises de l’Eure (Nonant, 2020) coécrit avec Nicolas Trotin. Elle est l’auteur d’articles à paraître dans les actes des colloques « Ornamenta Sacra: Late Medieval and Early-Modern Liturgical Objects in a European Context (1400-1800) » (Barbara Baert, Marie-Christine Claes, Ralph Dekoninck [dir.], Bruxelles / Louvain, 2019) et « [Im]postures : Langages du corps à l’époque moderne » (Frédéric Cousinié [dir.], Paris, 2020).

Haut de page
  • Logo INHA
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search