Navigation – Plan du site
2010

Christian Quaeitzsch, « Une société de plaisirs » Festkultur und Bühnenbilder am Hofe Ludwigs XIV. und ihr Publikum, Berlin et Munich, Deutscher Kunstverlag, 2010

Raphaël Rosenberg
Références :

Christian Quaeitzsch, « Une société de plaisirs » Festkultur und Bühnenbilder am Hofe Ludwigs XIV. und ihr Publikum, Berlin et Munich, Deutscher Kunstverlag, 2010.

Texte intégral

1Les fêtes des cours européennes furent un élément capital de la représentation du pouvoir, de l’organisation des élites et du développement des arts. Leurs programmes, orchestrés autour des arts plastiques, du théâtre, de la danse et de la musique, ont fait l’objet de nombreuses recherches interdisciplinaires, basées généralement sur les publications « officielles » de ces événements. Mais comment les spectateurs ont-ils perçu ces fêtes ? Quelles furent leurs réactions ? En ont-ils compris les programmes complexes ? Christian Quaeitzsch pose ces questions apparemment anodines pour la première fois de façon systématique. Pour y répondre, il fait une analyse très circonstanciée de plusieurs sources, en particulier du courrier diplomatique des ambassadeurs à la cour de Louis XIV. Il en ressort que le public comprenait peu les allégories savantes et que le clivage entre intention et réception entraîna une évolution des fêtes et de la politique des images royales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaël Rosenberg, « Christian Quaeitzsch, « Une société de plaisirs » Festkultur und Bühnenbilder am Hofe Ludwigs XIV. und ihr Publikum, Berlin et Munich, Deutscher Kunstverlag, 2010 », Perspective [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 01 août 2013, consulté le 19 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/perspective/2591

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals