Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1IntroductionHistoires de l’art en route

Introduction

Histoires de l’art en route

Victor Claass
p. 9-22

Texte intégral

  • 1 « […] aber in mir trug ich fortdauernd das Bild herum, durch Frieden und Krieg […]. » Friedrich de (...)

« […] mais je transportais en moi l’image,
à travers la guerre et la paix1 […]. »
Friedrich de La Motte Fouqué

  • 2 « Si tu étais la Joconde, / C’est au Louvre que tout le monde / Viendrait te voir exposée / Impossi (...)

« If you were the Mona Lisa
You’d be hanging in the Louvre
Everyone would come to see you
You’d be impossible to move
2. »
Madonna

1Septembre 2021 : les foules s’amassent autour de la place Charles-de-Gaulle à Paris, observant avec étonnement l’Arc de Triomphe emballé par Jeanne-Claude et Christo. Profitant de ce geste artistique posthume particulièrement attendu, qui impliquait environ 25 000 mètres carrés de polypropylène argenté, un utilisateur des réseaux sociaux connu pour son humour de niche et ses jeux algorithmiques publie le tweet suivant :

  • 3 @AkaAgar [Ambroise Garel], publication sur Twitter, 13 septembre 2021, 11 h 58 [URL : twitter.com/a (...)

Si comme moi vous vous demandez combien cela coûterait en timbres d’expédier l’Arc de Triomphe maintenant qu’il a été empaqueté. En partant du poids estimé (50 kt sans les fondations) et du prix pour un colis de 30 kg on obtient :
= 53 M€ en Colissimo
= 142 M€ en Chronopost3.

2Au-delà de sa charge comique – qui sied bien à la démarche d’inspiration dadaïste du binôme d’artistes, jouant de procédés de voilement et de dévoilement, de révélation ou de masquage des signes –, ce mot d’esprit guide vers plusieurs territoires de réflexion qui nourrissent le présent numéro de Perspective consacré au transport. Par l’aberration logistique et financière qu’elle implique, la boutade s’attaque d’emblée à la question du mouvement des choses par sa négative, à savoir l’immobilité la plus stricte. Un ressort burlesque similaire est également à l’œuvre dans une pièce remarquée de la compagnie de théâtre FC Bergman, Het Land Nod (2015), qui met en scène l’imposant Coup de lance de Pierre Paul Rubens dans une salle reconstituée du musée royal des Beaux-Arts d’Anvers (fig. 1). Magistrale, inamovible, la chose vit condamnée à collecter in situ les énergies et les attentions variées des personnages qui l’environnent, tout en se résignant, au son des détonations avoisinantes d’une guerre en cours, à l’impossibilité physique de son évacuation par une porte trop étroite. Mais l’ensemble des efforts ici déployés – que ce soit par le biais de la technique, de l’absurde ou d’un appel à l’imaginaire – suggère finalement une lecture alternative du statisme supposé de ces objets. Les recherches menées sur et autour de la présente publication le confirment par divers biais : rien de ce monde, semble-t-il, n’est fondamentalement intransportable (fig. 2).

1. FC Bergman, Het Land Nod, mai 2015, Anvers (Belgique), Parkloods Park Spoor Noord.

1. FC Bergman, Het Land Nod, mai 2015, Anvers (Belgique), Parkloods Park Spoor Noord.

© FC Bergmann ; © Kurt Van der Elst

2. Reportage sur le déplacement de La Joconde aux États-Unis en 1962. Paris Match, no 715, 22 décembre 1962, p. 42-43.

2. Reportage sur le déplacement de La Joconde aux États-Unis en 1962. Paris Match, no 715, 22 décembre 1962, p. 42-43.

© Paris Match

Emportements

  • 4 Mathieu Quet, Flux : comment la pensée logistique gouverne le monde, Paris, La Découverte, 2022, p. (...)

3L’Arc de Triomphe conditionné en vue d’une potentielle odyssée postale et les commentaires qu’il a pu susciter portent, de toute évidence, l’empreinte d’un temps : celui de l’avènement d’un empire des flux où tout s’échange et se transporte à grande, moyenne ou petite échelle. De la donnée numérique transférée d’un support à un autre jusqu’aux conteneurs empilés sur le pont des navires de fret (les plus imposants sont désormais capables d’en imbriquer une vingtaine de milliers), des biens de toutes sortes que des livreurs aux conditions de travail précaires acheminent aux seuils de nos logements jusqu’aux matières premières et autres gadgets manufacturés, tout se déplace ou presque, à une cadence vertigineuse. Dans un monde global gouverné par la logistique (qui consiste, de la manière la plus efficace possible, à « organiser le transport des objets pour répondre à un besoin ou une demande4 »), il semble profitable d’observer ce que celle-ci fait à l’art, à ses valeurs, à sa consommation et à son histoire – tout autant de domaines marqués du sceau de l’impermanence.

  • 5 Le champ interdisciplinaire des mobility studies prend pour objet d’étude les mouvements des corps, (...)
  • 6 Voir Sean Roberts, Jochen Sokoly, Radha Dalal (dir.), The Seas and the Mobility of Islamic Art, New (...)
  • 7 Ella Beaucamp, Philippe Cordez (dir.), Typical Venice? The Art of Commodities (13th–16th Centuries)(...)
  • 8 Le congrès du Comité international d’histoire de l’art qui s’est tenu à São Paulo en 2022 avait ain (...)

4Si les flux qui structurent le monde contemporain ont connu une densification importante lors des ultimes décennies du xxe siècle, les mobilités à l’œuvre dans le passé proche ou lointain constituent un terrain de recherche s’étant parallèlement bien installé au sein des sciences historiques et sociales. Histoires globales et connectées, études matérielles, transferts culturels, essor et développement transdisciplinaire des mobility studies5 : tout autant de méthodes et leurs dérivés qui permettent de penser à nouveaux frais les phénomènes de migration du vivant, des idées et des choses. Ces approches continuent d’inspirer d’abondants travaux au sein desquels l’intensité des forces migratoires constitue un état de fait incontestable, un point de départ ouvrant d’inattendus sentiers, qui peuvent aussi bien considérer le rôle des réseaux maritimes dans le déploiement des cultures islamiques6 que le commerce à Venise à l’ère prémoderne7. Dans le domaine spécifique de l’histoire de l’art, exceptionnels sont d’ailleurs les appels à contribution, les programmes de colloques ou les sommaires de publications ne faisant aucunement référence aux idées de mouvement, de mobilité, de migration ou de circulation, que ce soit au niveau local ou intercontinental8.

  • 9 Philippe Malgouyres, Jean-Luc Martinez (dir.), Venus d’ailleurs : matériaux et objets voyageurs, ca (...)
  • 10 Johan Deurell (dir.), Migration: The Journey of Objects, cat. exp. (Göteborg, musée Röhss, 2021-202 (...)
  • 11 Arjun Appadurai, « Museum Objects as Accidental Refugees », ibid., p. 67-77. Traduction de l’auteur
  • 12 Ibid., p. 75
  • 13 Barbara Cassin (dir.), Objets migrateurs : trésors sous influences, cat. exp. (Marseille, Vieille C (...)

5Les institutions muséales sont quant à elles nombreuses à faire écho à cette géographie changeante et repensée des choses, en ce qu’elle se traduit souvent par une double inscription matérielle et symbolique sur les objets. Le musée du Louvre présentait ainsi en 2021 une exposition intitulée « Venus d’ailleurs : matériaux et objets voyageurs9 », à travers laquelle le commissaire, Philippe Malgouyres, invitait le grand public à découvrir l’itinérance d’une série d’objets et des matériaux qui les constituent. Une remarquable figurine de colporteur du xviiie siècle surgissait en vedette dans son déroulé : s’y énoncent en miniature les indices de faits guerriers et coloniaux, ainsi que le commerce transocéanique très actif de l’époque (fig. 3a et 3b). Par son matériau même – l’ivoire – et son singulier régime de mise en abyme des représentations, le jouet semble, à lui seul, encapsuler, sinon transporter des mondes. Plus récemment encore, à Göteborg, en Suède, le musée Röhss présentait « Migration: The Journey of Objects10 », un réarrangement de son parcours destiné à mettre en lumière les tribulations associées à une sélection d’items opérée dans ses collections de design et d’arts décoratifs. Tapis iraniens des années 1980, pièces de mobilier anglais du xvie siècle tardif présentées sur roulettes, spécimens de vases antiques nomades, boîtes à tabac et autres cuillères en bois de renne du peuple sami y sont explicitement considérés comme des « migrants », sinon des « réfugiés accidentels11 » parvenus au musée au hasard de leur existence, parfois chaotique. Ils « port[ent avec eux] la force de leurs histoires, voyages, accidents et aventures12 », pour reprendre les termes employés par Arjun Appadurai dans sa contribution au catalogue, cherchant par son regard d’anthropologue à tisser des liens entre la biographie politique des choses et les destinées humaines. Enfin, Barbara Cassin préparait encore, au moment même de l’achèvement de ce numéro, l’exposition « Objets migrateurs13 » qui a ouvert ses portes à la Vieille Charité à Marseille au printemps 2022. La philosophe, pour laquelle les modalités de la circulation du sens et des affects constituent un terrain de réflexion privilégié, saisit cette occasion pour s’orienter vers d’autres continents interprétatifs et sémantiques. La tribune qu’elle signe en ouverture de la présente publication, qui vivifie et explore l’idée de transport sous plusieurs de ses avatars, en circonscrit l’ampleur. Autant de démarches analogues, pour ne pas dire porteuses, dont il serait ici trop ambitieux d’accumuler les exemples de manière exhaustive. Elles partagent néanmoins toutes une même observation de départ, déroutante de simplicité : les choses bougent.

3a et 3b. Figurine de colporteur, Allemagne, vers 1702-1703, ivoire, diamants, or émaillé et argent doré, 8,4 × 3,4 × 4,9 cm, Paris, musée du Louvre (MR380-33).

3a et 3b. Figurine de colporteur, Allemagne, vers 1702-1703, ivoire, diamants, or émaillé et argent doré, 8,4 × 3,4 × 4,9 cm, Paris, musée du Louvre (MR380-33).

© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Jean-Gilles Berizzi

Avis de passage

  • 14 Au même titre que les œuvres perdues, volées ou falsifiées, les transports des biens patrimoniaux d (...)
  • 15 Souvent cités, les manuels publiés par le chercheur en conservation et restauration canadien Nathan (...)
  • 16 À titre d’exemple, voir les lignes consacrées en 1675 par Sandrart au transport de La Vierge de la (...)
  • 17 La revue Mouseion, publiée par l’Office international des musées dès 1927, répond à la recrudescenc (...)
  • 18 Voir, par exemple, la littérature disponible sur la maison Chenue, dont l’histoire s’écrit en paral (...)
  • 19 Certains travaux ouvrent à ce sujet des pistes intéressantes, notamment sur la professionnalisation (...)

6La question ici posée est de savoir comment, au juste, les choses sont mises en route ; car si l’accent est souvent porté sur les motivations liées à ces circulations, sur leurs conséquences pour les vies complexes et stratifiées des objets, voire sur leur visualisation par le biais de dispositifs variés, la question des conditions du voyage n’est que trop rarement posée. C’est la phase spécifique du transit de l’objet que nous entendons mettre en lumière dans cette livraison de Perspective, en dégageant les aspects logistiques du rôle subsidiaire, anecdotique ou illustratif auxquels ils se trouvent souvent relégués14. Ce point aveugle serait la conséquence, pour certains, d’un tournant des sciences humaines ayant provoqué une perte de contact avec la vie sensible au profit d’une survalorisation des discours ; avant que lesdites material studies ne viennent faire courir, aux yeux d’autres, le risque d’un excès opposé. Du côté des approches les plus pragmatiques, la technologie du transport demeure pour sa part associée à une littérature d’une infinie richesse, dont la nécessaire complexité rend parfois la lecture aride aux néophytes. Méthodes de mise en caisse et de conditionnement des objets, variations hygrométriques, capacité de résistance aux chocs et vibrations, observations physico-chimiques, formulation de protocoles… La réflexion perpétuelle menée dans ce domaine demeure essentielle à la vie des institutions et à la gestion des collections. La multitude de ressources aujourd’hui accessibles documente le haut degré de technicité des savoirs atteint par les professionnels de la restauration, de la régie et du convoiement, et ce, dans une grande variété de contextes15. Si des sources anciennes évoquent déjà avec une précision notable le soin apporté aux modes d’acheminement de biens précieux16, l’apparition de corpus textuels et iconographiques décrivant avec systématisme ses (bonnes) pratiques connaît un véritable essor dans l’Europe du premier xxe siècle, au moment où les expositions internationales de prêts deviennent un enjeu prépondérant des rapports culturels entre les nations17 (fig. 4). C’est le signe qu’à bien des égards, la voie d’une histoire à la fois technique, sociale et culturelle de ces savoir-faire, tout comme des agents ou organisations18 qu’ils impliquent, mérite d’être poursuivie19.

4. Arrivée du convoi d’œuvres d’art pour l’« Exhibition of French Art (1200–1900) » de la Burlington House, Londres, décembre 1932, épreuve argentique anonyme, Londres, Royal Academy of Arts Archive (07/4849).

4. Arrivée du convoi d’œuvres d’art pour l’« Exhibition of French Art (1200–1900) » de la Burlington House, Londres, décembre 1932, épreuve argentique anonyme, Londres, Royal Academy of Arts Archive (07/4849).

© Royal Academy of Arts, London

  • 20 Pour ne citer qu’un exemple, la minutieuse étude publiée en 1994 par Hans Becker sur l’histoire de (...)
  • 21 Parmi les approches historiennes, voir Anne Wermescher, « Kunst auf Reisen: Die Geschichte des Kuns (...)
  • 22 « They have not generally theorized the movement of pictures in the clunky and literal sense. » Jen (...)
  • 23 Ibid.
  • 24 Shira Brisman, Albrecht Dürer and the Epistolary Mode of Address, Chicago, University of Chicago Pr (...)
  • 25 Sur les images « virales », qui étendent la question du transport à celle de la reproduction et de (...)
  • 26 Le terme a donné naissance au projet de recherche « Bilderfahrzeuge: Aby Warburg’s Legacy and the F (...)
  • 27 Aby Warburg, « Introduction à l’Atlas Mnémosyne », dans L’Atlas Mnémosyne, Sacha Zilberfarb (trad.  (...)

7L’objet trivialement réduit à sa condition matérielle d’une part, l’impact culturel et émotionnel de ses translocations successives de l’autre : le présent volume témoigne d’une ambition de concilier ces deux axes en traçant une voie médiane, intentionnellement sinueuse, identifiée dans une série de récents travaux qui ont contribué à l’inspirer. Ces derniers cherchent précisément à infuser à la littérature pratique sur le déplacement des biens patrimoniaux une dimension historique et conceptuelle qui lui fait par nature défaut20, tout en rendant manifeste le fait qu’une approche plus terre à terre des conditions de cette mobilité déblaye pour l’histoire de l’art des voies encore inexplorées21. Dans un ouvrage d’une remarquable originalité méthodologique paru en 2014, Transporting Visions: The Movement of Images in Early America, l’historienne de l’art états-unienne Jennifer L. Roberts formulait un diagnostic similaire : ses pages introductives évoquent une discipline confrontée en permanence aux mobilités, néanmoins frileuse à l’idée d’une théorisation du « mouvement des images dans son sens malcommode et littéral22 ». Historiennes et historiens de l’art auraient en effet selon l’autrice tout à gagner à diriger leur attention vers les « coûts matériels du transport des images – les décélérations, les résistances et les pertes – ou les effets de telles contraintes sur leur production formelle en tant qu’expressions spécifiquement visuelles23 ». Suivant ce canotage épistémologique, qui assure une liaison entre théorie des médias, anthropologie, sociologie, histoire et histoire de l’art, Shira Brisman proposait peu après une relecture entraînante de la production gravée d’Albrecht Dürer24. Dans son livre, dont Baptiste Roelly croise ici la recension avec celui précédemment cité, Brisman observe la dissémination de l’œuvre du maître de Nuremberg parallèlement au développement des réseaux postaux de l’Europe moderne, revisitant son corpus accompagnée des notions de délai, de latence ou d’interruption. Étudier le moment et les moyens du transport des objets-images, c’est entamer une réflexion féconde sur leur vigueur communicative, sur les modalités de leur production, diffusion, réception, voire de leur viralité25. C’est enrichir, ensuite, le complexe anthropologique de la « provenance » – une notion à envisager dans son champ élargi –, comme l’étaye un débat mené par Arnaud Bertinet et Felicity Bodenstein sur les sources exploitables en ce sens. C’est enfin poursuivre l’enquête sur la puissance effective des « véhicules d’images » ou « Bilderfahrzeuge26 », pour emprunter à Aby Warburg l’un de ses néologismes les plus enthousiasmants. Il lui servait à désigner des œuvres qualifiées d’« automobiles27 », en ce qu’elles s’identifient intimement avec les supports qui les charrient à travers le monde. Monnaies, tapisseries ou timbres-poste concourant à la propagation d’insignes de pouvoir, pour ne citer que quelques exemples, condensaient ainsi ses intérêts, au sein desquels les phénomènes de survivances et de migrations s’envisagent de manière totalisante.

  • 28 Gianenrico Bernasconi, Objets portatifs au siècle des Lumières, Paris, Éditions du CTHS, 2015, p. 1 (...)
  • 29 Quet, 2022, cité n. 4, p. 14.
  • 30 Ibid.
  • 31 Bruno Latour, Changer de société, refaire de la sociologie, Nicolas Guilhot (trad. fr.), révisé par (...)
  • 32 Ibid.

8Il s’agit, d’une certaine manière, de « placer l’histoire des techniques au centre de la réflexion en histoire sociale28 », pour isoler une formule proposée par l’historien Gianenrico Bernasconi, dont les deux éléments pourraient à loisir être inversés au gré des cas d’études. Les recherches de ce dernier sur les objets portatifs au siècle des Lumières rejoignent une tendance récente et interdisciplinaire, et trouvent toute leur place dans le débat animé par Guy Lambert abordant, de manière a priori contre-intuitive, l’architecture au prisme de sa transportabilité – des habitats mobiles de peuples nomades aux dômes géodésiques de Richard Buckminster Fuller (fig. 5). En somme, « il n’y a pas, d’un côté, le transport des objets et, de l’autre, celui des personnes, et, encore un peu plus loin, la circulation des êtres symboliques29 », comme le constate le sociologue Matthieu Quet dans un contexte épistémologique sensiblement différent, à savoir celui de ses travaux sur les flux globalisés. « Concevoir l’influence de la logistique sur notre monde, c’est au contraire essayer de comprendre comment objets, personnes, symboles se trouvent d’un même geste, mais pas forcément dans le même sens, mis en mouvement30. » Il s’agit dès lors pour les historiennes et historiens de l’art de puiser davantage de ferment symbolique dans les questionnements bassement pragmatiques, en se montrant délibérément « aussi myopes que possible31 » – l’injonction revient au sociologue et philosophe Bruno Latour. Poursuivant une réflexion sur les approches alternatives du fait social au prisme de la notion de transport, il fait d’ailleurs appel à une métaphore animalière fort adaptée à notre thématique : « Nous devons rester de véritables têtes de mule32. »

5. [Richard Buckminster Fuller ?], Transport d’un dôme géodésique en bois et en plastique de 9 mètres de diamètre par des Marines américains, Caroline du Nord, milieu des années 1950, épreuve argentique, The Estate of R. Buckminster Fuller.

5. [Richard Buckminster Fuller ?], Transport d’un dôme géodésique en bois et en plastique de 9 mètres de diamètre par des Marines américains, Caroline du Nord, milieu des années 1950, épreuve argentique, The Estate of R. Buckminster Fuller.

© The Estate of R. Buckminster Fuller

Qu’est-ce qu’une caisse ?

  • 33 Catherine Bédard (dir.), Dominique Blain : déplacements, cat. exp. (Paris, Centre culturel canadien (...)

9L’écueil immédiat est de toute évidence celui d’une trop grande littéralité dans l’approche. Écrire l’histoire de l’art par ses déplacements requiert assurément d’accorder une attention des plus sérieuses à ses instruments, ses technologies, ainsi qu’à ses rituels les plus canoniques – dont il faut non seulement rappeler qu’ils demeurent une préoccupation éternelle des artistes et des amateurs, tout en faisant l’objet d’une grande fascination auprès du public. Il est en revanche louable d’opposer une forme de résistance à ce que la mise en mouvement d’objets considérés comme fragiles et surchargés d’affects a de plus banal, ou à l’inverse de spectaculaire, de trop commodément poétique ou de sidérant. Il s’agit pour ainsi dire d’observer la caisse de près, d’en desceller précautionneusement le couvercle, d’en scruter les parois et volumes, afin d’initier à partir d’elle une investigation savante consistante. Celle refabriquée par Dominique Blain, dont un détail enveloppe et protège métaphoriquement la présente livraison, vaut comme prologue au « déballage » disciplinaire ici espéré. Avec son projet « Déplacements33 », l’artiste canadienne rappelle qu’un contenant de la sorte, dans sa boiserie et ses cordages, ses clous et ses charnières, son matelassage et ses zones d’ombre, abrite au-delà d’artefacts précieux une cohorte de mystères, de dynamiques tensives, de récits et d’agentivités variés qu’il s’agit de sonder. Une caisse véhicule toujours avec elle le fardeau de sa propre histoire, ainsi que son lot d’ambiguïtés : elle est à aborder comme un objet-faisceau ou s’entrechoquent les enjeux allégoriques, matériels et, par rebonds, savants.

  • 34 Allison Stielau, « The Case of the Case for Early Modern Objects and Images », Kritische Berichte, (...)
  • 35 Ibid., p. 12.

10Dans un article au titre gigogne, « The Case of the Case for Early Objects and Images34 », l’historienne de l’art Allison Stielau évoque précisément une série de contenants mobiles de l’ère moderne, en détaillant l’intérêt singulier dont ils font l’objet à travers l’histoire des techniques comme des représentations. Elle interprète les étuis, par exemple, comme relevant d’une catégorie d’objets ontologiquement interstitiels dont la raison d’être dépend absolument de la chose qu’ils protègent et épousent formellement. Hantés par ce qui ne s’y trouve pas ou plus, envisagés comme des dispositifs d’énonciation d’une présence en négatif – sinon comme une incarnation détournée de la mort –, les boîtes, caisses et autres fourreaux, qu’ils soient rustiques ou raffinés, génériques ou sur mesure, deviennent pour l’autrice les manifestations d’une « incertitude épistémologique35 ». Il faut en somme l’accepter et faire usage de l’ambiguïté constitutive de tels objets comme d’un tremplin intellectuel. Nul ne résoudra l’énigme de l’encaissement d’un portrait de Louis XIV renversé à l’horizontale, prêt à être immergé dans les brins de paille translucides, figurant sur un détail fameux de L’Enseigne de Gersaint d’Antoine Watteau (fig. 6). N’y voir qu’une saillie piquante à l’égard de la monarchie ou l’annonce inquiète de la chute d’un régime, ce serait omettre que le conditionnement soigneux du colis en vue de ses tribulations à venir implique aussi, en bout de chaîne, une irrépressible attente – dans ce cas, l’impatience probable d’un acheteur-destinataire manifestant un désir d’image et conférant la valeur la plus haute à la marchandise convoitée.

6. Antoine Watteau, Étude pour L’Enseigne de Gersaint, 1720, fusain, sanguine et craie blanche sur papier, 16,8 × 22,7 cm, Paris, musée Cognacq-Jay (J 195).

6. Antoine Watteau, Étude pour L’Enseigne de Gersaint, 1720, fusain, sanguine et craie blanche sur papier, 16,8 × 22,7 cm, Paris, musée Cognacq-Jay (J 195).

© Musée Cognacq-Jay

  • 36 Edmond de Goncourt et Jules de Goncourt, Journal : mémoires de la vie littéraire, t. IV, Paris, Gra (...)
  • 37 Ibid.
  • 38 Pour une analyse de la Modern Procession, voir Morad Montazami, « La Modern Procession de Francis A (...)

11Une caisse transbahutant un objet rejoue certes, à échelle réduite, l’indémodable cliché du musée-tombeau. Lors de l’évacuation des œuvres du Louvre en septembre 1870, un conservateur inquiet est d’ailleurs observé « pleurant à chaudes larmes, devant La Belle Jardinière au fond de sa caisse, ainsi que devant un mort chéri, tout près d’être cloué dans le cercueil36 ». Issue du Journal des frères Goncourt, témoins de ces opérations précipitées d’empaquetage, la séquence se poursuit ainsi : « Je vois les dix-sept caisses, contenant l’Antiope, les plus beaux Vénitiens, etc. ; – qui se croyaient attachés aux murs du Louvre pour l’éternité, et qui ne sont plus que des colis, protégés seulement contre les aventures de déplacement, par le mot : Fragile37. » Ces formules incitent en réalité à voir dans le moment du transport bien davantage qu’un sommeil des choses, c’est-à-dire l’inverse : un segment intensifié de leur vie. Il est d’ailleurs parfois lui-même un instant de leur vaillance face aux risques, voire la promesse de leur pleine activation. Processions et manifestations rituelles de l’ensemble des cultures du globe, triomphes et cortèges, cérémonies mobiles de propagande, de « libération », de départ, d’arrivée ou de « retour au bercail », œuvres anciennes ou contemporaines esthétiquement dépendantes de leur régime de portabilité : le transport, qu’il soit exécuté dans l’urgence ou savamment codifié, opéré en catimini ou sous les yeux des badauds, à grande ou menue distance, est toujours le moment d’un regard amplifié – quoique parfois empêché – porté sur les choses. Ainsi, par la performance The Modern Procession, orchestrée en fanfare par Francis Alÿs à New York en 2002, l’artiste brouillait les pistes en télescopant les pratiques et les symboles (fig. 7). Grâce au concours d’une association travaillant à l’accueil d’immigrants latino-américains, ce rituel à la fois sérieux et parodique impliquait des porteurs de palanquins expérimentés traversant la ville sous escorte policière, exhibant aux yeux des passants des répliques d’œuvres canoniques du Museum of Modern Art telles que la Roue de bicyclette de Marcel Duchamp et les Demoiselles d’Avignon de Pablo Picasso – mais également Kiki Smith en personne, l’air grave, « convoyée » assise sur un trône. Passant d’icônes du modernisme au statut de véritables idoles, vectrices d’un discours sur la fétichisation muséale et les oppressions culturelles, les entités ici mises en mouvement devenaient les instruments d’une étrange « expérimentation ethnographique38 », judicieusement captée par l’objectif de plusieurs caméras.

7. Francis Alÿs, The Modern Procession, 2002, performance enregistrée en vidéo, couleurs, son, 12 min., New York, Museum of Modern Art (553.2004, don de la Silverweed Foundation).

7. Francis Alÿs, The Modern Procession, 2002, performance enregistrée en vidéo, couleurs, son, 12 min., New York, Museum of Modern Art (553.2004, don de la Silverweed Foundation).

© The Museum of Modern Art

  • 39 Voir le site officiel de l’événement, Les Trésors royaux du Bénin [URL : tresorsroyaux.bj], et ses (...)
  • 40 Voir Merten Lagatz, Bénédicte Savoy, Philippa Sissis (dir.), Beute: Ein Bildatlas zu Kunstraub und (...)

12Les actualités rappellent d’ailleurs régulièrement la puissance imageante de ces mises en scène, comme à l’occasion de la stupéfiante cérémonie du transfert des momies des rois et reines d’Égypte au musée national de la Civilisation égyptienne du Caire en 2021, chorégraphiée à la manière d’un véritable show d’État depuis une place Tahrir qui retrouvait, dix ans après les soulèvements, sa plus stricte protection policière. Le cas des objets récemment restitués au Bénin par la France pourrait également être évoqué : si leur partance du musée du Quai Branly – Jacques-Chirac n’a pas fait l’objet d’une médiatisation particulière, l’arrivée des vingt-six objets du « trésor » d’Abomey a été diffusée et commentée en direct, et le solennel cortège de semi-remorques filmé via un drone à travers les avenues de Cotonou39. Chaque contenant, à l’inverse du choix usuel d’en neutraliser l’apparence par souci de sécurité, voyait exceptionnellement son contenu énoncé par une reproduction photographique légendée de l’objet conditionné (fig. 8) – preuve qu’il était essentiel, dans ce cadre narratif et politique précis, de sursignifier ces transferts de propriété, avec leurs dimensions à la fois concrète et symbolique. Ces images pourraient idéalement trouver leur place au sein de l’atlas constitué collectivement dans le cadre du projet de recherche « Translocations: Historical Enquiries into the Displacement of Cultural Assets » mené à la Technische Universität de Berlin sous la direction de Bénédicte Savoy40. Son équipe travaille sur les arrachements, spoliations, déplacements, relocalisations ou retours de biens culturels dans des contextes d’asymétrie de pouvoir, en analysant les faits historiques par les archives textuelles comme par leurs représentations.

8. Cérémonie de la restitution des vingt-six trésors royaux d’Abomey, Cotonou (Bénin), 10 novembre 2021. Photographie : Yanick Folly.

8. Cérémonie de la restitution des vingt-six trésors royaux d’Abomey, Cotonou (Bénin), 10 novembre 2021. Photographie : Yanick Folly.

© Yanick Folly / AFP

Les sens du transport

  • 41 Kelley Helmstutler Di Dio (dir.), Making and Moving Sculptures in Early Modern Italy, Londres, Rout (...)

13Par la variété des sujets abordés, ce numéro de Perspective dévoile un champ des possibles méthodologiques, sans prétendre pour autant épuiser sa thématique. Empruntant au domaine des études matérielles, l’enquête menée par Suzan van de Velde décrypte les inscriptions apposées sur les sculptures grecques dans la Rome antique et met ainsi au jour une forme complexe de pensée logistique dans l’administration des espaces publics de la cité. Sa contribution confirme la pertinence qu’il y a à s’interroger sur le transport des ouvrages sculptés et ses évidentes complications pratiques, déjà explorés à travers d’autres entreprises historiennes41. De l’altération du sens des objets, des métamorphoses de ses valeurs commerciale, esthétique ou diplomatique, ces modes d’approche et de pensée s’étendent finalement vers les processus créatifs eux-mêmes, dans le cadre d’œuvres dont la conception reflète des difficultés ou des possibilités liées à leurs tribulations futures.

  • 42 Francis Haskell, Le Musée éphémère : les maîtres anciens et l’essor des expositions, Pierre-Emmanue (...)

14En tant que dispositif moteur des déménagements de biens patrimoniaux, le complexe de l’exposition trouve ici légitimement sa place. Il est abordé par les visions combinées de l’ethnographie, de la sociologie et des métiers de la régie – celles de Tiziana Beltrame, de Yaël Kreplak et de Dominique Perrois. Leur récit traite volontairement de la stricte et protocolaire banalité d’un convoiement d’œuvres, escortées de Venise vers Paris à l’issue de la Biennale de 2017. L’article n’en demeure pas moins animé d’une tension sous-jacente, née de la confrontation entre le prosaïsme routinier associé au processus et l’incontestable dimension aventurière, souvent confidentielle, qui marque l’encadrement des délocalisations temporaires d’objets. La constitution de « musées éphémères42 », pour reprendre une formule consacrée de Francis Haskell, forme à ce titre un domaine particulièrement engageant pour l’histoire du transport, plus particulièrement dans la première moitié du xxe siècle, en ce que les dynamiques d’expansion et autres impérialismes culturels jouaient un rôle clef dans la mise en circulation du patrimoine à l’échelle globale.

  • 43 Le projet mené en ce moment par l’historien de l’art Matthew C. Hunter à l’université McGill à Mont (...)
  • 44 Dans le contexte de la pandémie, les questions écologiques relatives au transport des œuvres et à l (...)
  • 45 Voir, à titre d’exemple, les recherches menées par Laura Bohnenblust sur l’exposition « flottante » (...)
  • 46 Ainsi les projets conceptuels de l’artiste Raphaël Denis, dont l’œuvre explore par divers procédés (...)
  • 47 Sur ces événements et les pertes patrimoniales qui leur sont liées, voir Victor Claass, « Naufrage (...)
  • 48 Si l’histoire de l’exposition d’art italien de la Royal Academy de Londres (1929-1930), d’impulsion (...)

15Que ce soit par le biais d’une histoire des avancées logistiques appliquées aux pratiques muséales, d’une analyse du traitement médiatique singulier consacré aux moyens d’acheminement des objets depuis le xviiie siècle, de l’étude de questions pragmatiques relatives aux politiques d’assurance43, aux enjeux écologiques44, aux expositions itinérantes45 ou encore aux œuvres d’art processuelles traitant explicitement du transport46, les chemins à suivre sont multiples. C’est sans compter sur les accrocs, accidents, naufrages et catastrophes patrimoniales qui accompagnent ces moments d’itinérance et dont les premiers récits remontent à l’Antiquité. Leur analyse permet un regard diffracté sur le rapport des sociétés à leurs biens symboliques, dont la promotion acharnée par les États aboutit paradoxalement à leur mise en péril, voire, dans certains cas, à leur anéantissement. Le cas dramatique de l’incendie du paquebot Paris au port du Havre en 1939, qui devait envoyer une sélection prestigieuse d’œuvres d’art français à la World’s Fair de New York, est à ce titre exemplaire47. Celui de la tempête ayant chahuté le bien nommé Leonardo-da-Vinci, un bateau à vapeur transportant un lot inestimable de tableaux de la Renaissance italienne vers Londres en 1929, l’est tout autant (fig. 9). Si son issue est plus heureuse, il plongea l’Europe entière dans un état d’anxiété patrimoniale et marqua les mémoires48.

9. Reportage sur le naufrage du paquebot Paris, qui devait transporter un lot d’œuvres d’art vers l’Exposition internationale de New York, au port du Havre en 1939. L’Intransigeant, 20 avril 1939, p. 1.

9. Reportage sur le naufrage du paquebot Paris, qui devait transporter un lot d’œuvres d’art vers l’Exposition internationale de New York, au port du Havre en 1939. L’Intransigeant, 20 avril 1939, p. 1.

© Gallica / Bibliothèque nationale de France

  • 49 Arnaud Bertinet, « Évacuer le musée, entre sauvegarde du patrimoine et histoire du goût (1870-1940) (...)
  • 50 Concernant les circulations de vestiges archéologiques, voir également les travaux menés par l’hist (...)
  • 51 Un état de fait se répercutant également sur le travail des sources, comme l’évoque dans ce numéro (...)

16Accompli dans la précipitation, en situation de danger ou sous la contrainte, parfois chamboulé par les soubresauts imprévisibles de l’histoire et des excentricités individuelles, le transport des biens patrimoniaux est indéniablement lié à de multiples formes de violence. Renouant avec une littérature aujourd’hui considérable sur le devenir de l’art et des musées en temps de conflit guerrier, Solène Amice propose ici l’étude d’une logistique « à rebours » de l’avancée au front, celle du patrimoine lors de la Grande Guerre. Les considérations techniques, mémorielles et savantes s’y entrecroisent intimement, comme le rappelle Arnaud Bertinet dans un panorama historiographique important qui déplie l’indéniable richesse de ce champ de recherche49. Quant aux récits relatifs aux prises coloniales, nombreux et troublants, ils documentent une autre facette de cette brutalité. Mareike Vennen en évoque ici les ressorts politiques et symboliques, dans un article traitant de l’expédition orchestrée par une équipe de savants allemands sur le site de Tendaguru. Traitant à la fois de l’histoire des pratiques paléontologiques50 et des stratégies visuelles en contexte colonial, son analyse porte sur les représentations photographiques de porteurs africains engagés pour l’acheminement d’ossements excavés et leur propagation dans la presse. Le résultat de ses recherches confirme, s’il le fallait encore, tout ce que la pensée logistique doit au complexe militaro-industriel et au phénomène colonial, à l’origine d’une circulation soutenue de personnes et de biens culturels51.

17La rudesse effrayante de certains périples figure également au cœur de la contribution de Katerina Seraïdari, qui porte sur les réfugiés orthodoxes de la guerre gréco-turque de 1919-1922 et les objets emportés – ou non – dans la détresse de l’exil. La chose transportée devient ici la garante des dignités et des mémoires en perdition ; la source nécessaire d’un sentiment d’ancrage, sinon de sécurité précaire face au chaos du monde. Peut-être est-ce d’ailleurs en réponse à ce chaos qu’Adam Lowe, qui s’entretient ici avec Jean-Michel Frodon, travaille avec ses équipes à produire de minutieuses répliques d’œuvres déplacées ou de sites culturels possiblement menacés. De ce dialogue naissent de saisissantes réflexions sur la matérialité à l’ère numérique, les auras migratoires des objets et leur potentielle ubiquité, menant les lectrices et lecteurs vers une question tout aussi captivante qu’irrésolue : celle de savoir si, oui ou non, les procédés de reproduction constituent une forme alternative de transport.

  • 52 Yaëlle Biro, Noémie Étienne (dir.), Rhapsodic Objects: Art, Agency, and Materiality (1700–2000), Bo (...)
  • 53 Sur ces mobilités empêchées, voir le récit de Mirjam Brusius, organisatrice en 2019 d’un atelier de (...)

18C’est pourtant bien l’unicité et, d’une certaine manière, la fragilité des choses que faisaient récemment ressurgir les scènes d’évacuations patrimoniales consécutives à l’invasion de l’Ukraine par la Russie en février 2022 (fig. 10). S’intégrant à une typologie d’images déjà ancienne et tristement fournie, ces photographies dénotent pourtant aussi la robustesse et la résilience que ces « objets rhapsodiques52 » doivent à leur facture au moins autant qu’à la polyphonie des histoires qu’ils véhiculent avec eux. Elles contredisent d’un même geste une vision inexacte du musée, envisagé comme terminus de la vie des choses. Au-delà d’être les sites d’un transport émotionnel – pour renouer avec l’une des définitions depuis longtemps associée au terme –, le musée représente finalement un espace d’itinérances contrôlées, un lieu-dépôt où les objets vivent en transit entre les ressacs du temps et de l’histoire. L’éphémère y devient en quelque sorte pérenne, comme le suggère Hélène Claudot-Hawad lorsqu’elle évoque ici les habitats perpétuellement redéployés des Touaregs. L’histoire de l’art se doit d’envisager intégralement les mouvements de ses objets d’étude, tout en encourageant en retour ceux des chercheuses et chercheurs dans un monde certes global, mais demeurant borné par toutes sortes de frontières politiques et mentales53. Il lui revient dès lors, en tant que discipline, de se mobiliser.

10. Des employés du musée national Andreï- Cheptysky déplacent un fragment d’iconostase afin de le mettre à l’abri d’éventuels bombardements, Lviv (Ukraine), 7 mars 2022. Photographie : Lucas Barioulet.

10. Des employés du musée national Andreï- Cheptysky déplacent un fragment d’iconostase afin de le mettre à l’abri d’éventuels bombardements, Lviv (Ukraine), 7 mars 2022. Photographie : Lucas Barioulet.

© Lucas Barioulet

Haut de page

Notes

1 « […] aber in mir trug ich fortdauernd das Bild herum, durch Frieden und Krieg […]. » Friedrich de La Motte Fouqué, Ausgewählte Werke, vol. VII, Halle, Schwetschke, 1841, p. 192. Traduction de l’auteur.

2 « Si tu étais la Joconde, / C’est au Louvre que tout le monde / Viendrait te voir exposée / Impossible à déplacer. » Première strophe de la chanson Masterpiece de Madonna, 2012. Paroliers : Jimmy Harry, Julie Frost, Madonna Ciccone.

3 @AkaAgar [Ambroise Garel], publication sur Twitter, 13 septembre 2021, 11 h 58 [URL : twitter.com/akaAgar/status/1437355010082451458].

4 Mathieu Quet, Flux : comment la pensée logistique gouverne le monde, Paris, La Découverte, 2022, p. 12.

5 Le champ interdisciplinaire des mobility studies prend pour objet d’étude les mouvements des corps, des biens et des idées, tout en reconsidérant les notions spatiales de territoires, de frontières et d’échelles dans leurs rapports étroits avec des problématiques sociales et culturelles. Pour des repères bibliographiques, voir Roger Norum, « Mobility », Oxford Bibliographies Online, 28 octobre 2020 [URL : oxfordbibliographies.com/view/document/obo-9780199766567/obo-9780199766567-0254.xml].

6 Voir Sean Roberts, Jochen Sokoly, Radha Dalal (dir.), The Seas and the Mobility of Islamic Art, New Haven, Yale University Press, 2021.

7 Ella Beaucamp, Philippe Cordez (dir.), Typical Venice? The Art of Commodities (13th–16th Centuries), Londres, Harvey Miller, 2021.

8 Le congrès du Comité international d’histoire de l’art qui s’est tenu à São Paulo en 2022 avait ainsi pour thème « Motion: Migrations ».

9 Philippe Malgouyres, Jean-Luc Martinez (dir.), Venus d’ailleurs : matériaux et objets voyageurs, cat. exp. (Paris, musée du Louvre, 2021-2022), Paris, Seuil / Louvre Éditions, 2021. Pour un exemple d’approche basée sur les territoires et non les objets, voir également Gaëlle Beaujean, Catherine Coquery-Vidrovitch (dir.), L’Afrique des routes : histoire de la circulation des hommes, des richesses et des idées à travers le continent africain, cat. exp. (Paris, musée du Quai Branly – Jacques-Chirac, 2017), Paris, Actes Sud / Musée du Quai Branly – Jacques-Chirac, 2017.

10 Johan Deurell (dir.), Migration: The Journey of Objects, cat. exp. (Göteborg, musée Röhss, 2021-2022), Göteborg, Röhsska museet, 2022.

11 Arjun Appadurai, « Museum Objects as Accidental Refugees », ibid., p. 67-77. Traduction de l’auteur.

12 Ibid., p. 75

13 Barbara Cassin (dir.), Objets migrateurs : trésors sous influences, cat. exp. (Marseille, Vieille Charité, 2022), Paris / Marseille, Lienart / Musées de Marseille, 2022.

14 Au même titre que les œuvres perdues, volées ou falsifiées, les transports des biens patrimoniaux donnent régulièrement naissance à une littérature spectacularisante ou compilatoire. Voir Marco Carminati, Il David in carrozza: le avventure di viaggio delle opere d’arte dagli obelischi egizi al boom delle mostre, Milan, Longanesi, 2009.

15 Souvent cités, les manuels publiés par le chercheur en conservation et restauration canadien Nathan Stolow au tournant des années 1980 marquent un moment clef de normalisation des savoir-faire : Nathan Stolow, Conservation Standards for Works of Art in Transit and on Exhibition, Paris, Unesco, 1979 ; id., Conservation and Exhibitions: Packing, Transport, Storage, and Environmental Considerations, Londres / Boston, Butterworth, 1987. Voir également Marion F. Mecklenburg (dir.), Art in Transit: Studies in the Transport of Paintings, Washington, DC, National Gallery of Art, 1991, qui rassemble les contributions d’un symposium international organisé à Londres en 1991. De nombreux bulletins et revues (entre autres Zeitschrift für Kunsttechnologie und Konservierung et International Journal of Museum Management and Curatorship) traitent régulièrement de l’actualité de ces questions. Voir, pour davantage de références, les bibliographies publiées sur la médiathèque numérique de l’Institut national du patrimoine [URL : mediatheque-numerique.inp.fr/bibliographies].

16 À titre d’exemple, voir les lignes consacrées en 1675 par Sandrart au transport de La Vierge de la fête du rosaire d’Albrecht Dürer de Venise vers Prague : Joachim von Sandrart, Teutsche Academie der Bau-, Bild- und Mahlerey-Künste (Nuremberg, 1675-1680), Thomas Kirchner, Alessandro Nova et al. (éd.), 2008-2012, t. II, livre III, p. 223 [URL : ta.sandrart.net/de/text/439]

17 La revue Mouseion, publiée par l’Office international des musées dès 1927, répond à la recrudescence de ces expositions par diverses contributions visant à une normalisation des pratiques de convoiement. Voir à titre d’exemple les articles d’Erich Wiese (notamment « De l’influence du climat maritime sur les œuvres d’art et des mesures de protection à prendre en cas de transport par voie de mer », Mouseion, vol. 23-24, 1933, p. 211-231), ceux de Nicolas Roerich ou encore de Waldemar Deonna, qui se prononçait comme d’autres pour une régulation plus stricte de ces pratiques (Waldemar Deonna, « Les expositions internationales d’art : nécessité d’une réglementation », Mouseion, vol. 31-32, 1935, p. 131-142.

18 Voir, par exemple, la littérature disponible sur la maison Chenue, dont l’histoire s’écrit en parallèle de celle du développement du collectionnisme, des musées et du métier de layetier : Yves Lemoine, Jean-Charles Le Roux (dir.), Chenue, layetier-emballeur depuis 250 ans, Paris, Michel de Maule, 2010 ; et pour une perspective universitaire, Vera de Ladoucette, « Chenue, du layetier de Marie-Antoinette à un partenaire incontournable du domaine de l’art », mémoire de master, École du Louvre, 2015.

19 Certains travaux ouvrent à ce sujet des pistes intéressantes, notamment sur la professionnalisation des pratiques du transport depuis le xviiie siècle. Voir Barbara Jouves-Hann, « La conservation et la restauration des tableaux des collections privées à Paris entre 1789 et 1870 », thèse de doctorat, université Paris I – Panthéon-Sorbonne, 2019 (à paraître) ; id., « Protecting Private Collections of Paintings in France in the Nineteenth Century: Conservation History Viewed through the Lens of Patents », Journal of the History of Collections, vol. 34, no 1, 2022, p. 127-140. Pour un cas d’étude traitant de la caisse climatique, mêlant histoire culturelle et technique du transport, voir Anne Wermescher, « „Klimafest verpackt“: Die Einführung der Klimakiste vor 40 Jahren », Zeitschrift für Kunsttechnologie und Konservierung, vol. 31, no 1, 2017, p. 102-108.

20 Pour ne citer qu’un exemple, la minutieuse étude publiée en 1994 par Hans Becker sur l’histoire de L’Exécution de Maximilien d’Édouard Manet à travers ses transports successifs depuis son arrivée à la Kunsthalle de Mannheim en 1910 pourrait sans nul doute gagner à être enrichie par l’histoire particulièrement intense de sa réception européenne, voire transatlantique. Voir Hans Becker, « Transportgeschichte und Transportgegenwart am Beispiel Manet: „Die Erschießung des Kaiser Maximilian von Mexiko“ », Zeitschrift für Kunsttechnologie und Konservierung, vol. 8, no 1, 1994, p. 134-142.

21 Parmi les approches historiennes, voir Anne Wermescher, « Kunst auf Reisen: Die Geschichte des Kunsttransports im 19. und 20. Jahrhundert », thèse de doctorat, Hochschule für bildende Künste (Dresde), 2018. Un numéro de la revue publiée par l’Association autrichienne des restaurateurs en 2013 suit une intention similaire, croisant les regards des professionnels de la régie et de la restauration avec ceux d’historiennes et d’historiens de l’art. Voir Anke Schäning (dir.), Kunst unterwegs: 23. Tagung des Österreichischen Restauratorenverbandes 2012, actes de colloque (Vienne, Museum für angewandte Kunst, 2012), Vienne, Österreichischer Restauratorenverband, 2013.

22 « They have not generally theorized the movement of pictures in the clunky and literal sense. » Jennifer L. Roberts, Transporting Visions: The Movement of Images in Early America, Berkeley / Los Angeles / Londres, University of California Press, 2014, p. 2. Traduction de l’auteur.

23 Ibid.

24 Shira Brisman, Albrecht Dürer and the Epistolary Mode of Address, Chicago, University of Chicago Press, 2016.

25 Sur les images « virales », qui étendent la question du transport à celle de la reproduction et de la circulation des modèles, voir notamment Stephanie Porras, « Going Viral? Maerten de Vos’ St. Michael the Archangel », Nederlands Kunsthistorisch Jaarboek, no 66, 2016, p. 54-78.

26 Le terme a donné naissance au projet de recherche « Bilderfahrzeuge: Aby Warburg’s Legacy and the Future Iconology », financé par le ministère fédéral de l’Éducation et de la Recherche allemand et mené au Warburg Institute de Londres. Il fédère une équipe de chercheuses et de chercheurs travaillant autour de la notion warburgienne de « véhicule d’image », en l’appliquant à divers contextes historiques. Voir Andreas Beyer, Horst Bredekamp et al. (dir.), Bilderfahrzeuge: Aby Warburgs Vermächtnis und die Zukunft der Ikonologie, Berlin, Wagenbach, 2018 ; Uwe Fleckner, Elena Tolstichin (dir.), Das verirrte Kunstwerk: Bedeutung, Funktion und Manipulation von „Bilderfahrzeugen“ in der Diaspora, Berlin / Boston, De Gruyter, 2019. Voir également le site internet du projet, Bilderfahrzeuge [URL : bilderfahrzeuge.hypotheses.org].

27 Aby Warburg, « Introduction à l’Atlas Mnémosyne », dans L’Atlas Mnémosyne, Sacha Zilberfarb (trad. fr.), Paris, L’Écarquillé, 2012, p. 53-59, ici p. 58. « La tapisserie flamande est un prototype, de dimensions encore colossales, de ce transport d’images automobiles [automobilen Bilderfahrzeugs] […]. »

28 Gianenrico Bernasconi, Objets portatifs au siècle des Lumières, Paris, Éditions du CTHS, 2015, p. 15.

29 Quet, 2022, cité n. 4, p. 14.

30 Ibid.

31 Bruno Latour, Changer de société, refaire de la sociologie, Nicolas Guilhot (trad. fr.), révisé par l’auteur, Paris, La Découverte, 2007, p. 109.

32 Ibid.

33 Catherine Bédard (dir.), Dominique Blain : déplacements, cat. exp. (Paris, Centre culturel canadien, 2019-2020), Paris, Skira, 2019. L’exposition, dont le commissariat était assuré par Ami Barak et Catherine Bédard, a ensuite été présentée au domaine national de Chambord du 21 novembre 2021 au 13 mars 2022.

34 Allison Stielau, « The Case of the Case for Early Modern Objects and Images », Kritische Berichte, no 3, 2011, p. 5-16.

35 Ibid., p. 12.

36 Edmond de Goncourt et Jules de Goncourt, Journal : mémoires de la vie littéraire, t. IV, Paris, Grasset, 1870-1871, p. 24.

37 Ibid.

38 Pour une analyse de la Modern Procession, voir Morad Montazami, « La Modern Procession de Francis Alÿs ou l’œuvre d’art à l’ère de son rite de passage », Techniques et Culture, no 64, 2015, p. 196-207 [DOI : 10.4000/tc.7587].

39 Voir le site officiel de l’événement, Les Trésors royaux du Bénin [URL : tresorsroyaux.bj], et ses diverses ressources.

40 Voir Merten Lagatz, Bénédicte Savoy, Philippa Sissis (dir.), Beute: Ein Bildatlas zu Kunstraub und Kulturerbe, Berlin, Matthes und Seitz, 2021, ouvrage complété par une anthologie de textes : Isabelle Dolezalek, Bénédicte Savoy, Robert Skwirblies (dir.), Beute: Eine Anthologie zu Kunstraub und Kulturerbe, Berlin, Matthes und Seitz, 2021. Pour davantage d’informations sur le projet, voir son site internet, Translocations [URL : translocations.net].

41 Kelley Helmstutler Di Dio (dir.), Making and Moving Sculptures in Early Modern Italy, Londres, Routledge, 2015.

42 Francis Haskell, Le Musée éphémère : les maîtres anciens et l’essor des expositions, Pierre-Emmanuel Dauzat (trad. fr.), Paris, Gallimard, 2002.

43 Le projet mené en ce moment par l’historien de l’art Matthew C. Hunter à l’université McGill à Montréal, « The Matter of Insurance: Underwriting Art and the Art of Underwriting (1680–2020) », propose une attention renouvelée aux questions relatives à l’assurance des objets d’art depuis l’ère moderne.

44 Dans le contexte de la pandémie, les questions écologiques relatives au transport des œuvres et à la durabilité ont ressurgi dans le monde de l’art et des musées, comme en témoigne la presse spécialisée. Voir Roxana Azimi, « Marché de l’art : une lente prise de conscience écologique », L’Hebdo du Quotidien de l’art, no 2095, 29 janvier 2021, p. 11-12.

45 Voir, à titre d’exemple, les recherches menées par Laura Bohnenblust sur l’exposition « flottante » organisée par les autorités argentines pour mieux asseoir la place de ce pays dans le récit international de l’art moderne : Laura Bohnenblust, « Flottieren und die Grenzen der Ordnungsstruktur: Die exposición flotante des Museo de Arte Moderno de Buenos Aires (1956) », Kritische Berichte, no 2, 2018, p. 74-84 ; voir également Laura Moure Cecchini, « The Nave Italia and the Politics of Latinità: Art, Commerce, and Cultural Colonization in the Early Days of Fascism », Italian Studies, 2016, p. 1-30 [DOI: 10.1080/00751634.2016.1222755] ; Victor Claass, « “Les ambassadeurs muets” : usage, exil et tournée de tableaux français aux Amériques (1939-1947) », Revue de l’art, no 215, 2022, p. 39-51.

46 Ainsi les projets conceptuels de l’artiste Raphaël Denis, dont l’œuvre explore par divers procédés de rematérialisation et de documentation les saisies et spoliations nazies.

47 Sur ces événements et les pertes patrimoniales qui leur sont liées, voir Victor Claass, « Naufrage du prêt : autour de l’incendie du paquebot “Paris” en avril 1939 », dans François-René Martin, Michela Passini, Neville Rowley (dir.), Histoires de prêts : mémoires et enjeux des prêts dans les musées, Paris, École du Louvre, à paraître.

48 Si l’histoire de l’exposition d’art italien de la Royal Academy de Londres (1929-1930), d’impulsion mussolinienne, est bien connue, cet épisode n’a pas véritablement fait l’objet d’une étude poussée. Voir Victor Claass, « Leonardo Adrift: Propaganda as Bilderfahrzeug », Bilderfahrzeuge: Warburg’s Legacy and the Future of Iconology, février 2017 [URL : iconology.hypotheses.org/2002].

49 Arnaud Bertinet, « Évacuer le musée, entre sauvegarde du patrimoine et histoire du goût (1870-1940) », dans Modèles et modalités de la transmission culturelle, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2015 [DOI : 10.4000/books.psorbonne.8239].

50 Concernant les circulations de vestiges archéologiques, voir également les travaux menés par l’historienne Mirjam Brusius au German Historical Institute London, et plus particulièrement son projet « The Empire in Storage: Objects without Status between Middle Eastern Excavation Sites and Europe’s Museums ».

51 Un état de fait se répercutant également sur le travail des sources, comme l’évoque dans ce numéro le conservateur Zachary Kingdon mentionnant le rôle joué dans ces transits par les compagnies maritimes. Longtemps considéré comme de provenance inconnue, un bronze de Benin City conservé au musée du Quai Branly – Jacques-Chirac (73.1969.3.1 bis) doit ainsi son arrivée en France à une société d’armateurs non encore précisément identifiée, comme le documente l’acte d’achat conservé aux Archives nationales (2014470/13). L’objet fut acquis pour quelques centaines de francs en 1899, soit deux ans après l’« expédition punitive » perpétrée par les Britanniques dans cette ville.

52 Yaëlle Biro, Noémie Étienne (dir.), Rhapsodic Objects: Art, Agency, and Materiality (1700–2000), Boston / Berlin, De Gruyter, 2022.

53 Sur ces mobilités empêchées, voir le récit de Mirjam Brusius, organisatrice en 2019 d’un atelier de recherche international à Kingston, en Jamaïque. Elle y évoque les complications rencontrées, notamment autour de l’obtention de visas pour une partie des intervenantes et intervenants. Mirjam Brusius, « 100 Histories of 100 Worlds in One Object: Conference Report », German Historical Institute London Bulletin, vol. 42, no 1, 2020, p. 103-111.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. FC Bergman, Het Land Nod, mai 2015, Anvers (Belgique), Parkloods Park Spoor Noord.
Crédits © FC Bergmann ; © Kurt Van der Elst
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/26454/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre 2. Reportage sur le déplacement de La Joconde aux États-Unis en 1962. Paris Match, no 715, 22 décembre 1962, p. 42-43.
Crédits © Paris Match
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/26454/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre 3a et 3b. Figurine de colporteur, Allemagne, vers 1702-1703, ivoire, diamants, or émaillé et argent doré, 8,4 × 3,4 × 4,9 cm, Paris, musée du Louvre (MR380-33).
Crédits © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Jean-Gilles Berizzi
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/26454/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre 4. Arrivée du convoi d’œuvres d’art pour l’« Exhibition of French Art (1200–1900) » de la Burlington House, Londres, décembre 1932, épreuve argentique anonyme, Londres, Royal Academy of Arts Archive (07/4849).
Crédits © Royal Academy of Arts, London
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/26454/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre 5. [Richard Buckminster Fuller ?], Transport d’un dôme géodésique en bois et en plastique de 9 mètres de diamètre par des Marines américains, Caroline du Nord, milieu des années 1950, épreuve argentique, The Estate of R. Buckminster Fuller.
Crédits © The Estate of R. Buckminster Fuller
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/26454/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre 6. Antoine Watteau, Étude pour L’Enseigne de Gersaint, 1720, fusain, sanguine et craie blanche sur papier, 16,8 × 22,7 cm, Paris, musée Cognacq-Jay (J 195).
Crédits © Musée Cognacq-Jay
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/26454/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre 7. Francis Alÿs, The Modern Procession, 2002, performance enregistrée en vidéo, couleurs, son, 12 min., New York, Museum of Modern Art (553.2004, don de la Silverweed Foundation).
Crédits © The Museum of Modern Art
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/26454/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre 8. Cérémonie de la restitution des vingt-six trésors royaux d’Abomey, Cotonou (Bénin), 10 novembre 2021. Photographie : Yanick Folly.
Crédits © Yanick Folly / AFP
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/26454/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre 9. Reportage sur le naufrage du paquebot Paris, qui devait transporter un lot d’œuvres d’art vers l’Exposition internationale de New York, au port du Havre en 1939. L’Intransigeant, 20 avril 1939, p. 1.
Crédits © Gallica / Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/26454/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre 10. Des employés du musée national Andreï- Cheptysky déplacent un fragment d’iconostase afin de le mettre à l’abri d’éventuels bombardements, Lviv (Ukraine), 7 mars 2022. Photographie : Lucas Barioulet.
Crédits © Lucas Barioulet
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/26454/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Victor Claass, « Histoires de l’art en route »Perspective, 1 | 2022, 9-22.

Référence électronique

Victor Claass, « Histoires de l’art en route »Perspective [En ligne], 1 | 2022, mis en ligne le 15 décembre 2022, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/perspective/26454 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.26454

Haut de page

Auteur

Victor Claass

Victor Claass est docteur en histoire de l’art. Sa thèse sur le critique d’art Julius Meier-Graefe, qui sera prochainement publiée, a reçu le prix du musée d’Orsay en 2018. Il a été chercheur au Centre allemand d’histoire de l’art de Paris, au Centre Dominique-Vivant Denon du musée du Louvre et travaille depuis 2019 comme coordinateur scientifique à l’Institut national d’histoire de l’art. Il est l’auteur de l’essai Jeux de position : sur quelques billards peints (Paris, INHA, 2021) et enseigne l’histoire de l’art contemporain dans diverses institutions.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search