Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1DébatsMobile, portable, démontable… Ren...

Débats

Mobile, portable, démontable… Rendre l’architecture itinérante

Un dialogue entre Barry Bergdoll, Gianenrico Bernasconi, Hélène Claudot-Hawad et Taylor Van Doorne, mené par Guy Lambert
Barry Bergdoll, Gianenrico Bernasconi, Hélène Claudot-Hawad, Guy Lambert et Taylor Van Doorne
p. 47-70

Notes de la rédaction

Les propos de Barry Bergdoll et de Taylor Van Doorne ont été traduits de l’anglais par François Boisivon.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2022.

Plan

Caractériser les dispositifs architecturaux destinés à se mouvoir
Environnements physiques et horizons culturels
Réalités matérielles et savoir-faire
Du mobile à l’immobile

Aperçu du texte

« Mobile ou immobile, tout ce qui occupe l’espace appartient au domaine de l’architecture » : loin d’être anodine, la définition extensive que propose Auguste Perret peut aujourd’hui encore être interprétée de plusieurs manières. Tendant à nier la démarcation entre les édifices et les artefacts qui les habitent ou les environnent, elle illustre l’idéal de cohérence du cadre de vie cher aux architectes les plus enclins à conforter leur champ de compétence. Cette formule peut également exprimer le rêve moderne de rendre modulable l’architecture en faisant varier ses volumes par des cloisons coulissantes ou en modifiant sa destination avec des éléments escamotables. Enfin, le registre du « mobile » peut renvoyer à une autre acception, celle du temporaire et du démontable, par opposition au domaine de l’« immeuble », ancré et pérenne. Rompant avec des affirmations antérieures de Perret qui cantonnaient l’architecture à ce « qui fait de belles ruines », cet aphorisme s’accorde peut-être ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Barry Bergdoll, Gianenrico Bernasconi, Hélène Claudot-Hawad, Guy Lambert et Taylor Van Doorne, « Mobile, portable, démontable… Rendre l’architecture itinérante »Perspective, 1 | 2022, 47-70.

Référence électronique

Barry Bergdoll, Gianenrico Bernasconi, Hélène Claudot-Hawad, Guy Lambert et Taylor Van Doorne, « Mobile, portable, démontable… Rendre l’architecture itinérante »Perspective [En ligne], 1 | 2022, mis en ligne le 15 décembre 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/perspective/26615 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.26615

Haut de page

Auteurs

Barry Bergdoll

Historien de l’architecture moderne, Barry Bergdoll occupe la chaire Meyer Schapiro en histoire de l’art à Columbia University (New York). Responsable du département de l’Architecture et du Design au Museum of Modern Art (New York) de 2007 à 2014, il est spécialiste de l’architecture française du xixe siècle et a publié des ouvrages sur Léon Vaudoyer, Félix Duban, Eugène Viollet-le-Duc et René Binet. Il a notamment été commissaire des expositions « Les Vaudoyer, une dynastie d’architectes » (Paris, musée d’Orsay, 1991-1992) et « Henri Labrouste : la structure mise en lumière » (Paris, Cité de l’architecture et du patrimoine, 2012).

Gianenrico Bernasconi

Gianenrico Bernasconi est directeur de recherche et professeur associé en histoire des techniques à l’université de Neuchâtel. Docteur de l’université Paris I – Panthéon-Sorbonne et de la Humboldt Universität de Berlin, il a travaillé aux Staatliche Museen de Berlin et à l’université de Zürich. Auteur de l’ouvrage Objets portatifs au siècle des Lumières (Paris, Éditions du CTHS, 2015), il a codirigé Das Büro : Zur Rationalisierung des Interieurs (1880-1960) (Bielefeld, Transcript, 2019) et Les Réparations dans l’histoire : cultures techniques et savoir-faire dans la longue durée (Paris, Presses des Mines, 2022).

Hélène Claudot-Hawad

Anthropologue, Hélène Claudot-Hawad est directrice de recherche au CNRS. Ses travaux centrés sur le monde touareg portent sur l’organisation socio-politique, culturelle et symbolique de cette société nomade, ses transformations historiques et son imaginaire du présent et du futur dans une période troublée. Elle a écrit ou dirigé une vingtaine d’ouvrages dont Éperonner le monde : nomadisme, cosmos et politique chez les Touaregs (Aix-en-Provence, Édisud, 2001), Touaregs : apprivoiser le désert (Paris, Gallimard, 2002) et Habiter le désert (Paris, Non lieu, 2021).

Guy Lambert

Guy Lambert est maître de conférences en histoire et culture architecturales à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville (Ipraus / UMR Ausser). Ses recherches portent sur l’architecture des xixe et xxe siècles comme domaine de savoir, ensemble de pratiques et relations d’acteurs, envisagée sous l’angle de l’histoire culturelle et matérielle. Il a récemment codirigé avec Olivier Raveux Pannes et Accidents (xixe-xxie siècle) (Artefact : techniques, histoire et sciences humaines, no 11, 2019) et avec Catherine Bruant et Chantal Callais, Les Architectes et la Fonction publique (xixe-xxie siècle) (Rennes, Presses universitaires de Rennes, à paraître).

Articles du même auteur

Taylor Van Doorne

Taylor Van Doorne est doctorante en histoire de l’art et de l’architecture à l’University of California, Santa Barbara, spécialisée en histoire et théorie de l’architecture européenne des xviiie et xixe siècles. Sa thèse est une étude diachronique des monuments éphémères et des représentations imprimées des célébrations publiques à Paris entre 1789 et 1848. Ses recherches sont soutenues par une bourse de la Samuel H. Kress Foundation (2022-2024) et par une bourse Chateaubriand (2021-2022).

Haut de page
  • Logo INHA
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search