Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1DébatsMobile, portable, démontable… Ren...

Débats

Mobile, portable, démontable… Rendre l’architecture itinérante

Un dialogue entre Barry Bergdoll, Gianenrico Bernasconi, Hélène Claudot-Hawad et Taylor Van Doorne, mené par Guy Lambert
Barry Bergdoll, Gianenrico Bernasconi, Hélène Claudot-Hawad, Guy Lambert et Taylor Van Doorne
p. 47-70

Notes de la rédaction

Les propos de Barry Bergdoll et de Taylor Van Doorne ont été traduits de l’anglais par François Boisivon.

Texte intégral

  • 1 Auguste Perret, « Contribution à une théorie de l’architecture », Techniques et Architecture, t. 4, (...)
  • 2 Id., « L’architecture : conférence donnée à l’Institut d’art et d’archéologie le 31 mai 1933 », Rev (...)
  • 3 François Furet (dir.), Patrimoine, temps, espace : patrimoine en place, patrimoine déplacé, actes d (...)

1« Mobile ou immobile, tout ce qui occupe l’espace appartient au domaine de l’architecture1 » : loin d’être anodine, la définition extensive que propose Auguste Perret peut aujourd’hui encore être interprétée de plusieurs manières. Tendant à nier la démarcation entre les édifices et les artefacts qui les habitent ou les environnent, elle illustre l’idéal de cohérence du cadre de vie cher aux architectes les plus enclins à conforter leur champ de compétence. Cette formule peut également exprimer le rêve moderne de rendre modulable l’architecture en faisant varier ses volumes par des cloisons coulissantes ou en modifiant sa destination avec des éléments escamotables. Enfin, le registre du « mobile » peut renvoyer à une autre acception, celle du temporaire et du démontable, par opposition au domaine de l’« immeuble », ancré et pérenne. Rompant avec des affirmations antérieures de Perret qui cantonnaient l’architecture à ce « qui fait de belles ruines2 », cet aphorisme s’accorde peut-être aux évolutions du contexte dans lequel il est écrit. En effet, au moment même où les chantiers de la Reconstruction voient se complexifier les rapports entre provisoire et définitif, la ligne de partage entre meuble et immeuble, entre transportable et immuable, apparaît définitivement brouillée. En témoignent le nombre d’installations légères pensées pour se mouvoir mais finalement sédentarisées tout comme, a contrario, dans le registre monumental, les déplacements d’ensembles bâtis occasionnés entre autres par des réaménagements urbains (ainsi la rue Gorki à Moscou en 1935) ou des motivations d’ordre muséal et patrimonial (tels les cloîtres rassemblés dans le musée éponyme à New York et les monuments menacés par la construction du barrage d’Assouan, par exemple, faisant écho aux fragments collectés bien plus tôt par Alexandre Lenoir3).

  • 4 Voir Karey L. Draper, « Wartime Huts: The Development, Typology, and Identification of Temporary Mi (...)
  • 5 Pierre Singaravélou, Sylvain Venayre (dir.), Le Magasin du monde : la mondialisation par les objets (...)

2Si l’intensification des transports et son incidence sur les flux et les échelles de déplacement ont contribué dès le siècle des Lumières à faire entrer l’architecture – au sens extensif du terme – parmi les artefacts susceptibles de circuler, ce processus tient pour beaucoup à l’émergence de constructions et d’agencements explicitement conçus pour accompagner les voyages, l’expansion coloniale et les déplacements militaires (hôpitaux de campagne, logements de troupes…)4. Pour autant, il faut se garder de ne voir dans l’essor des architectures transportables que la part des sociétés industrialisées et les effets d’un processus de diffusion, pour reconnaître au contraire les « phénomènes de réappropriations et de réinventions5 » de pratiques, de formes ou de dispositifs relevant de traditions européennes plus anciennes et de cultures extra-occidentales.

  • 6 Dans la formulation qu’en donne Yona Friedman à la fin des années 1950, l’idée d’« architecture mob (...)
  • 7 Antoine Picon, « L’industrialisation du bâtiment : un projet technique et politique », dans Franz G (...)
  • 8 Caroline Maniaque, Go West! Des architectes au pays de la contre-culture, Marseille, Parenthèses, 2 (...)

3Le succès actuel du concept d’« architecture mobile », qui se mesure aussi bien par le nombre de réalisations pouvant l’incarner que par la valorisation éditoriale dont il fait l’objet, invite précisément à se poser une telle question. Si ce champ de la création architecturale contemporaine se réclame de la tente, de la yourte et du tipi autant que du conteneur, du véhicule voire de la capsule (spatiale) et en appelle au dépliage, au gonflage comme à l’assemblage, l’extrême diversité formelle, technique et programmatique dont témoignent les productions regroupées sous cette désignation reflètent les voies multiples et volontiers divergentes traversant aujourd’hui ce terrain d’expérience. Rétif aux tentatives de délimitation, le domaine de l’architecture mobile semble même affirmer le caractère ouvertement non restrictif des manières d’envisager les logiques de flexibilité, d’autonomie et de disponibilité, qui laissent encore percevoir l’héritage des explorations architecturales contrastées des années 1960, contemporaines de l’émergence du concept6. Dans le contexte d’alors, moment de crise de l’architecture moderne et de contestation sociale, les aspirations à la mobilité stimulées par les années de la croissance virent en effet se croiser la poursuite d’une propension industrialiste à « s’affranchir des contraintes locales tout en exploitant au maximum les potentialités du site7 », l’avènement d’une culture de l’éphémère renouvelée par la technologie et enfin l’attrait pour les modes de vie nomades, soutenu par l’intérêt pour le vernaculaire comme par une conscience accrue de l’écologie8. L’imaginaire sous-jacent de ces architectures n’en entretient pas moins des relations complexes avec les réalités matérielles et sociales qu’elles recouvrent, distinguant résolument les espaces itinérants d’exposition et de spectacle, l’habitat nomade, le mobile-home ou encore les abris d’urgence pour sinistrés ou réfugiés. Pourtant, comme en témoigne la notoriété acquise par les « Paper Architectures » de Shigeru Ban, la valeur des réalisations les plus élémentaires comme ces dernières peut aussi se mesurer à la simplicité et à la capacité d’adaptation de leur principe (en l’occurrence l’emploi du tube de carton comme structure et paroi) autant qu’à la portée démonstrative de ce type de projet.

  • 9 Robert Kronenburg, Houses in Motion: The Genesis, History and Development of the Portable Building (...)
  • 10 Ibid., p. 9.

4Malgré la prédisposition de l’architecture mobile à se nourrir – parfois implicitement – de références hétérogènes de toutes époques et latitudes confondues, ce regard rétrospectif a rarement pris une forme aussi ordonnée que la démarche d’observation « non hiérarchique9 » des formes d’architecture portables et démontables mise en œuvre par l’architecte britannique Robert Kronenburg. Intégrant jusqu’aux manifestations les plus ignorées par l’histoire de l’architecture (telles celles de la Préhistoire ou l’habitat vernaculaire), l’approche se signale autant par son amplitude chronologique que par la nature de son évaluation critique des formes architecturales, attentive aux leçons pouvant « être appliquées à de futurs travaux de conception10 ». Bien différente est l’optique du débat qui va suivre, car si la multiplicité dont témoigne aujourd’hui ce champ mérite d’être interrogée dans une perspective historique, il s’agit surtout de s’attacher à appréhender les modes d’existence des dispositifs structurels et spatiaux pensés pour leur itinérance.

  • 11 Bernard Rudofsky, Architecture without Architects: An Introduction to Non-Pedigreed Architecture, N (...)
  • 12 Reyner Banham, « A Home is Not a House », Art in America, no 2, avril 1965, p. 75. Traduction de l’ (...)
  • 13 Gianenrico Bernasconi, Objets portatifs au siècle des Lumières, Paris, Éditions du CTHS, 2015.
  • 14 Voir Nicolas Faucherre, Delphine Gautier, Hervé Mouillebouche (dir.), Le Nomadisme châtelain (ixe-x (...)
  • 15 Caroline Vrand, « “Tendre” et “destendre” : l’ameublement des résidences royales à la fin du Moyen (...)

5Assimiler ici au registre de l’architecture des artefacts qui sembleraient a priori s’en distinguer ne doit pas surprendre. Indépendamment du statut de leurs auteurs ou du cadre intellectuel dans lequel ils sont produits, ce choix tient en effet à leur capacité à qualifier les lieux qu’ils délimitent ou dans lesquels ils se déploient. Une telle lecture s’accorde évidemment à l’acception étendue du domaine de l’architecture, à laquelle concourt au milieu du xxe siècle l’idée d’architecture mobile. Ainsi les tentes des monarques en campagne ou celles des nomades, dont il sera question dans les pages suivantes et que Bernard Rudofsky jugeait si peu « considérées comme de l’architecture par les historiens d’art11 », en seraient au contraire plus difficilement exclues aujourd’hui, tant sont établies les valeurs des « architectures sans architecte » depuis leur réévaluation au cours des années 1960. De même, la prise en compte d’installations ou d’aménagements d’ordre mobilier est encouragée par un renversement qui s’opère à la même époque dans la manière d’envisager l’architecture comme la maîtrise des équipements de confort plutôt que la construction d’une structure ou d’une enveloppe. Rapportant cette distinction à ce qui différencie les notions de « home » et de « house », Reyner Banham imagine que, rendu mobile et sorti de la maison, un pack concentrant les services mécaniques et les gadgets domestiques donnerait « le pouvoir d’imposer sa volonté à tout environnement » où il serait installé, offrant la possibilité d’y goûter « la liberté spatiale du feu de camp nomade sans l’odeur, la fumée, les cendres et le désordre » mais aussi « le luxe du tout-équipé sans les charges d’une habitation permanente12 ». Lié à la disponibilité d’un équipement susceptible d’accompagner les déplacements, cet imaginaire trouve des échos a priori inattendus avec la matérialité de pratiques courantes quelques siècles plus tôt. Outre la vogue des « objets portatifs13 » destinés dès le siècle des Lumières à procurer aux voyageurs le cadre commode convenant à leur quotidien – nous le verrons dans l’échange qui suit –, on peut également penser aux réalités de l’itinérance si coutumière à la vie aristocratique et royale au Moyen Âge et à l’époque moderne14. Bien des modalités concrètes de ces formes de « nomadisme châtelain » et « curial » restent encore à approfondir, mais il est du moins possible de mesurer la complexité des relations entre ce qui circule et le cadre dans lequel personnes et artefacts s’installent temporairement, tant ces déménagements supposent « toute une organisation en coulisses15 ». Le fait que quelques éléments signifiants (tapis, tentures et objets d’art notamment) suffisent à créer une ambiance spatiale et à répondre aux exigences de la représentation invite à rapprocher l’économie de ces aménagements des intérieurs avec la capacité des architectures de fête à transfigurer l’espace urbain au moyen d’installations temporaires, de rassemblements et de processions.

  • 16 Frédéric Migayrou, Valentina Moimas, Aerodream : architecture, art, design et structures gonflables(...)
  • 17 Voir Pascal Rousseau, « Domus mobilis : la maison portative et le modèle de la construction automob (...)
  • 18 Fiona Meadows (dir.), Habiter le campement, Arles / Paris, Actes Sud / Cité de l’architecture et du (...)
  • 19 Estelle Thibault, « La confection des édifices : analogies textiles en architecture aux xixe et xxe(...)
  • 20 Caroline zum Kolk, « Introduction », dans Bove, Salamagne, Kolk, 2021, cité n. 14, p. 10.
  • 21 Agnès Jeanjean, Ingrid Sénépart, « Prologue », Techniques et Culture, no 56 : Habiter le temporaire (...)

6Observée dans une perspective historique, la multiplicité des dispositifs rattachables au registre de l’architecture mobile renvoie à un éventail non moins étendu de manières de penser leur adéquation à leur itinérance. Au gré d’une telle contextualisation, la diversité de formes, de matérialité et d’échelles correspond certes à des modalités de transport et d’installation, à des temporalités touchant la mise en œuvre et l’usage mais aussi plus largement à des représentations spatiales, des valeurs sociales, culturelles et politiques. Illustrant la flexibilité des typologies et des catégorisations, ces architectures témoignent surtout de dynamiques de métissage et d’hybridation où se conjuguent, par-delà leur hétérogénéité, ressources, savoirs pratiques et usages sociaux au gré des contraintes, des finalités et de l’imaginaire des acteurs. Ainsi, tandis que l’épopée de l’architecture gonflable semble largement se fondre dans le domaine qui nous intéresse ici16, l’histoire du type de la maison mobile se prête en revanche à des lectures différenciées selon la manière dont elle est envisagée, à la croisée des cadres et modèles dont elle peut procéder, tels l’habitat minimum, la préfabrication ou la construction automobile17. Loin d’être univoque, la figure de la tente l’illustre peut-être mieux encore, dès qu’elle est interrogée dans son extrême pluralité historique, géographique et fonctionnelle18, ou que son importance comme mythe fondateur de l’architecture est réévaluée à la lumière des travaux des architectes-historiens du xixe siècle, Gottfried Semper en tête19. À l’heure où le regain d’intérêt pour les hypothèses sur l’essence « textile » de l’architecture paraît faire écho à l’attrait renouvelé pour les architectures de la mobilité, au moment où des recherches sur l’itinérance des cours royales tendent à relativiser la tendance à considérer la sédentarisation du pouvoir comme un « marqueur de progrès20 », les confrontations esquissées dans le présent débat entre diverses expressions de l’architecture mobile s’efforcent d’en « interroger la continuité ou la discontinuité historique » comme de « disjoindre des associations trop facilement admises21 ».

[Guy Lambert]

Caractériser les dispositifs architecturaux destinés à se mouvoir

7– Guy Lambert. Les dispositifs architecturaux conçus pour se déplacer et accompagner la circulation des individus et des groupes humains peuvent paraître aujourd’hui d’une variété presque sans limites. Au-delà de ce trait commun qu’est leur mobilité, leur extrême disparité (formelle, fonctionnelle, matérielle, programmatique…) conduit à se demander dans quelle mesure ils peuvent constituer un domaine spécifique et commun. Quelle est la raison d’être de ces dispositifs et comment peut-on les caractériser, au regard par exemple des temporalités touchant leur usage, de l’échelle de leurs déplacements, de la terminologie qui leur est attachée ou de la distinction avec les architectures qui restent fixes ?

  • 22 Gottfried Semper, Der Stil in den technischen und tektonischen Künsten oder Praktische Ästhetik, vo (...)
  • 23 Marc-Antoine Laugier, Essai sur l’architecture, Paris, Dufresne, 1755.

8– Barry Bergdoll. Les architectures éphémères sont au moins aussi anciennes – si ce n’est plus, si l’on considère par exemple les théories de Gottfried Semper au xixe siècle22 – que les architectures permanentes. La première habitation fut-elle une cabane de rondins, comme l’imagine Marc-Antoine Laugier23, enracinée au sol tel un arbre, ou bien une tente démontable adaptée à la vie nomade ? Temporaire et permanent ont souvent, par ailleurs, dialogué l’un avec l’autre : ainsi les décors temporaires de parade mémorisés dans les maçonneries ou les arcs de triomphe laissés par la Rome antique, mais aussi les tentures ornant les salles d’audience devenus décors peints, comme ce fut le cas de la restauration ou recréation de la salle des États du château de Blois par Félix Duban – qui illustre la théorie d’une agrégation des pratiques sociales et des formes spatiales, que défendirent ardemment les romantiques.

  • 24 Bergdoll, Christensen, 2008, cité n. 17.
  • 25 Gilbert Herbert, « The Portable Colonial Cottage », Journal of the Society of Architectural Histori (...)
  • 26 Cette maison a d’ailleurs été démontée quelques années plus tard et déplacée à Salem (Massachusetts (...)

9L’idée de transporter un bâtiment prêt à être assemblé en un lieu distant est antérieure à la préfabrication industrialisée en série, création caractéristique de la révolution industrielle24. Elle est intimement liée notamment à l’histoire de la conquête et de la colonisation, puisque les légions romaines transportaient des structures défensives préfabriquées, une pratique reprise par Guillaume le Conquérant débarquant sur les côtes anglaises avec des sections prédécoupées de murs de protection. Avant même que le menuisier londonien H. John Manning n’invente un véritable système d’éléments préfabriqués, le Manning Portable Cottage (fig. 1), envoyé en Australie pour la première fois dans les années 1830 avec le fils de son concepteur25, les Britanniques embarquèrent, pour accompagner les colons vers de nouveaux territoires, des constructions à structure de bois, dont la maison en panneaux préfabriqués qui parvint en 1624 au cap Ann, dans la colonie du Massachusetts, constitue un exemple notable26. Ces structures se devaient souvent d’être adaptables à un climat très différent de celui du site où elles avaient été fabriquées, mais aussi à toutes sortes de fonctions, contredisant ainsi la théorie des types de construction, qui exerça une domination sans partage sur la pensée architecturale des xviiie et xixe siècles. L’un des premiers Manning Portable Cottages installés en Australie servit non pas d’habitation mais de lieu de réunion cultuel, devenant la Quaker Meeting House d’Adélaïde, dans l’État d’Australie méridionale, toujours utilisée aujourd’hui.

1. H. John Manning, « Manning Portable Cottage », dans John Claudius Loudon, An Encyclopædia of Cottage, Farm and Villa Architecture and Furniture (1833), Londres, Longman, Rees et al., 1836, p. 255.

1. H. John Manning, « Manning Portable Cottage », dans John Claudius Loudon, An Encyclopædia of Cottage, Farm and Villa Architecture and Furniture (1833), Londres, Longman, Rees et al., 1836, p. 255.

10– Hélène Claudot-Hawad. En touareg (tamajaght, de la famille linguistique amazighe), le terme « éhan » sert à désigner la « maison » dans le sens du « chez-soi », quel que soit le caractère mobile ou fixe de cet habitat. Cependant, c’est la tente nomade qui incarne le modèle idéal d’habitat, chargé d’un sens puissant et doté d’un avantage précieux et irremplaçable qui incarne le « luxe nomade », c’est-à-dire rendre la mobilité aisée et offrir à la vue un horizon non seulement ouvert mais renouvelable. À la maison est associée la fonction essentielle d’abri salvateur car dans l’imaginaire touareg, rien – ni homme, ni animal, ni plante, ni graine, ni particule – ne saurait exister ou perdurer dans le désert sans un refuge qui le protège de l’ardeur des vents, du soleil ou de la pluie. C’est la rareté et la dispersion des ressources hydriques et végétales qui exigent le caractère mobile de l’abri, adapté aux démontages et remontages rapides, au chargement et au transport à dos d’animal (chameaux, bœufs ou ânes) (fig. 2).

2. Edmond Bernus, Nomades touaregs en déplacement, bœuf et âne porteurs, Aïr (sud-est du pays touareg), région de Marandet (Niger), 7 août 1962, épreuve argentique, Aix-en-Provence,

2. Edmond Bernus, Nomades touaregs en déplacement, bœuf et âne porteurs, Aïr (sud-est du pays touareg), région de Marandet (Niger), 7 août 1962, épreuve argentique, Aix-en-Provence,

© IRD – Edmond Bernus

  • 27 Voir Hélène Claudot-Hawad, « Avoir de la cendre : ancrages territoriaux dans une société nomade », (...)

11« Éhan », la « maison », désigne aussi le contenu humain et social de l’habitat. Le terme signifie à la fois l’« épouse », le « mariage » et la « famille » qui protègent socialement l’individu. Il est également associé à la terre sur laquelle s’érige la tente et aux biens qui la « nourrissent ». Il implique l’appartenance à une entité familiale et socio-politique d’où découlent les droits d’habiter quelque part « sur le dos de la terre », selon l’expression touarègue. Sans le bouclier matériel, social, humain, économique, politique et territorial qui en permet l’existence, la « maison » n’existerait pas. Précisons que dans la majorité des groupes touaregs, la tente est un bien féminin. Les dimensions mêmes de la tente nomade sont déterminées en fonction de la longueur des pas de la maîtresse de maison, soulignant la fusion entre la femme et son habitat27. Pour un homme, « avoir une tente » signifie être marié. La « maison » s’offre ainsi comme une garantie de la prolongation de soi. C’est la référence stable de la société incarnée par la femme qui est associée à la culture et à la civilisation. La tente nomade est la colonne centrale à laquelle s’arrime la société, le point « fixe » – même si cette tente se déplace lors du cycle nomade – autour duquel gravite le monde. À sa fonction d’abri dans tous les sens du terme correspondent des valeurs sacrées qui régissent l’usage de l’espace domestique. Enfin, la « maison » est un microcosme. Dans la perspective touarègue, sa charpente est construite à l’image de la société, du territoire et plus largement de l’univers. Les correspondances imaginées entre ces domaines de réalité offrent des moyens multiples de transfert et d’action de l’homme dans et sur son environnement géographique, sociologique, psychologique, métaphysique…

  • 28 Bernasconi, 2015, cité n. 13.
  • 29 Dictionnaire universel françois et latin, vulgairement appelé Dictionnaire de Trévoux, vol. II, Par (...)
  • 30 Sigfried Giedion, Mechanization Takes Command, New York, Oxford University Press, 1948 ; en françai (...)
  • 31 Ibid., p. 266.

12– Gianenrico Bernasconi. Au xviiie siècle, l’engouement pour le voyage s’accompagne de l’émergence d’une culture matérielle destinée à cette pratique, dont on retrouve plusieurs exemples dans les revues qui marquent la naissance de la consommation. Les objets portatifs, auxquels je me suis intéressé28, conçus et construits pour être facilement transportés grâce à des systèmes de démontage ou de pliage permettant une contraction du volume et à l’emploi de matériaux légers, révèlent des pratiques sociales multiples associées à cette mobilité. D’une part, tout individu quittant son territoire social, l’officier dans une campagne militaire ou le voyageur lors du Grand Tour, voit son statut social fragilisé. L’opulence des bagages, des tentes aux meubles de campagne ou encore aux nécessaires, qu’à l’armée on appelle impedimenta et que les ordonnances militaires tentent en vain de réguler, doit afficher le rang de l’officier ou du grand-touriste, en évitant ainsi tout brouillement social. D’autre part, l’usage des objets portatifs introduit aussi la question du confort ou de la commodité, terme par lequel on désigne au xviiie siècle le bien-être matériel ou, comme l’énonce Le Dictionnaire universel (1771), la facilité de vivre « sans peine, sans fatigue » et sans « manque[r] de rien29 ». C’est dans ce sens que l’objet portatif est un objet de commodité, car il modifie la relation entre individu et espace. L’« espace programmé » par cette typologie d’objet est celui d’un aménagement temporaire de l’environnement, qui doit assurer le bien-être du corps. En 1948, Sigfried Giedion consacrait au confort la cinquième partie de son ouvrage Mechanization Takes Command30, en s’intéressant notamment à la relation entre mécanisation et environnement humain. Selon lui, le confort est l’indicateur physique de la maîtrise de l’espace à travers un dispositif matériel, « l’atmosphère dont l’homme s’entoure et dans laquelle il vit31 ». Toute structure mobile construit des espaces temporaires.

  • 32 Pour une théorie du caractère éphémère, voir Swati Chattopadhyay, « Ephemeral Architecture: Towards (...)

13– Taylor Van Doorne. Les architectures de fête, sur lesquelles portent mes recherches, engagent à aborder la notion d’architecture itinérante sous un angle particulier, en l’envisageant notamment comme une pratique éphémère, avec des connotations qui vont au-delà de la mobilité et du provisoire pour impliquer la mutabilité et la réversibilité inhérentes à une architecture portable au sein de l’espace urbain32. Ces distinctions creusent sa différence avec les monuments du patrimoine inerte, dans la mesure où ceux-ci sont le plus souvent compris à l’aune de la pérennité, sinon permanence. Dans l’Europe prémoderne, arcs de triomphe, sculptures, estrades et équipages temporaires accompagnaient fêtes et processions comme les « joyeuses entrées » médiévales et renaissantes, auxquelles succédèrent, au xviie siècle, les spectacles réglés par l’administration des Menus-Plaisirs du roi. Leur vocation temporaire peut caractériser ces objets, tant pour ce qui concerne leur fragilité matérielle, qui suppose leur démontage ultérieur, que dans la façon dont ils transforment l’espace urbain quotidien afin de marquer le moment exceptionnel d’un déplacement, d’une présentation ritualisés.

  • 33 Mona Ozouf, La Fête révolutionnaire (1789-1799), Paris, Gallimard, 1976.

14Les révolutionnaires français se sont inspirés pour leurs fêtes nationales et décadaires de ces traditions de l’Ancien Régime, construisant des monuments néoclassiques transportables de plâtre et de bois que l’on pouvait aisément entreposer dans des magasins pour les recycler à l’occasion de fêtes futures33. Ces objets pouvaient être produits à moindre coût et rapidement, ils offraient aux cérémonies un cadre symbolique que l’environnement urbain existant n’aurait probablement pu leur fournir. Cette dernière fonction revêtait une importance particulière aux yeux des révolutionnaires, pour qui l’esprit démocratique de la République eût été étouffé par le tissu urbain parisien, où se lisait encore la tyrannie de la monarchie absolue. Manquant du temps et des ressources financières qu’auraient exigés des solutions plus pérennes, ils recoururent à ce type d’architecture pour redessiner sur-le-champ l’environnement urbain. On vit paraître quelques exemples de structures en bois et en plâtre, installées sur site dans l’attente qu’en soit bâtie une version ultérieure de pierre ou de métal. Ainsi la structure légère mais peu résistante aux intempéries de l’autel de la Patrie, érigé en 1790 pour la fête de la Fédération, était censée précéder temporairement un futur grand monument à la gloire de la Révolution qui ne fut jamais mis en œuvre. Démoli après être resté six ans en place, l’autel fut néanmoins la pièce centrale de nombreuses fêtes nationales, anticipant avec optimisme l’avenir de l’environnement bâti de la République.

Environnements physiques et horizons culturels

15– Guy Lambert. L’itinérance de ces dispositifs structurels ou spatiaux soulève la question de leurs rapports avec leur environnement physique et culturel, qu’il convient d’appréhender à plusieurs échelles. Cela concerne évidemment la relation concrète que nouent ces architectures avec les lieux, les sites qu’elles habitent – quelles qu’en soient les temporalités –, mais s’étend aussi plus largement au paysage architectural, urbain et territorial avec lequel elles entretiennent des interactions multiples. Quel horizon culturel voire quel imaginaire traduisent ces architectures ou agencements ?

16– Hélène Claudot-Hawad. En premier lieu, j’aimerais souligner le changement de perspective qu’offre la vision touarègue sur le fait d’« habiter », perçu comme un processus qui a davantage d’affinités avec le monde aérien que terrien. Le premier mouvement consiste littéralement à « se poser » ou « atterrir » tel un oiseau sur un site propice, c’est-à-dire offrant un abri naturel contre les éléments climatiques perturbants (vents violents, soleil, chaleur et froid, pluie selon les saisons), des ressources suffisantes pour se nourrir, des axes de liaison commodes avec les points d’eau et les marchés, un voisinage humain favorable et enfin une ligne d’horizon ouverte correspondant à l’esthétique nomade. Le deuxième mouvement est l’action de « construire » (akaras), d’édifier un campement (esaghiwen), terme qui au sens littéral signifie faire quelque chose de courbe, d’incurvé, de protecteur. Le troisième mouvement est assimilé à un envol. Le terme « afatagh », en effet, signifie à la fois « démonter la tente » et, pour un oiseau, « déployer » ses ailes.

  • 34 Voir Hélène Claudot-Hawad, Éperonner le monde : nomadisme, cosmos et politique chez les Touaregs, A (...)

17Les deux types essentiels de tente qui existent sont reliés symboliquement à des modèles politiques distincts34. Il s’agit, d’une part, de la tente en peau, dont le velum repose sur un support central – formé soit d’une colonne sculptée et monumentale (appelée « tamankayt », « la dirigeante ») et surmontée d’une faîtière, soit d’une paire simple, double ou triple de piquets reliés par des traverses. Cette structure est entourée par des piquets latéraux qui permettent de tendre le velum (fig. 3). D’autre part, il y a la tente en nattes, en forme de dôme, bâtie sur des arceaux de bois entrecroisés, arrimés à des traverses sculptées et ornées, mais sans pilier central. La première charpente met en scène l’organisation hiérarchisée de certains pôles politiques touaregs tandis que l’autre armature fait écho à un système plus égalitaire où les confédérations sont coordonnées par un chef-arbitre sans pouvoir coercitif. La distribution des groupes sociaux sur le territoire correspond à l’organisation de la tente touarègue, avec au milieu les dirigeants entourés de leurs protégés. Le vocabulaire qui désigne les divers espaces de la tente, associés à des fonctions particulières, est mobilisé pour dénommer les différentes portions du territoire nomade.

3. Hélène Claudot-Hawad, Tente touarègue en peau, Tademakat (sud-ouest du pays touareg), Gossi (Mali), 1984, diapositive, 5 × 5 cm, collection particulière.

3. Hélène Claudot-Hawad, Tente touarègue en peau, Tademakat (sud-ouest du pays touareg), Gossi (Mali), 1984, diapositive, 5 × 5 cm, collection particulière.

© Hélène Claudot-Hawad, 1984

  • 35 Voir Dahbia Abrous, Hélène Claudot-Hawad, « Tente, maison, hutte, grotte : l’habitat amazigh et ses (...)

18La charpente de la tente nomade entretient des rapports avec le bâti ancien de cet espace culturel. Par exemple, l’usage des nattes est maintenu dans les maisons de terre oasiennes pour réaliser les plafonds ; posées sur des linteaux de bois jouant le même rôle que les arceaux, les nattes sont ici recouvertes d’argile. De même, la colonne centrale sur laquelle repose toute la charpente se retrouve dans beaucoup de bâtisses. Mais c’est sur le plan symbolique, et en dépit de la diversité des types d’habitat existant dans le monde amazigh, que plusieurs invariants architecturaux essentiels peuvent être mis en évidence. Leur importance et leur présence récurrente au sein de cet espace civilisationnel – par exemple, l’assemblage de la colonne centrale et du tronc faîtier d’où partent les ramifications qui supportent le velum ou la toiture – font partie de la manière même de concevoir les relations essentielles censées lier la maison à l’ordre cosmique, social, territorial, ou encore la maison, espace des vivants, à la tombe, espace des morts35.

  • 36 Jean-Philippe Garric, Percier et Fontaine : les architectes de Napoléon, Paris, Belin, 2012, p. 116 (...)

19– Taylor Van Doorne. De telles concordances peuvent aussi s’observer dans le domaine de l’architecture temporaire de fêtes. Comme celle-ci fait pleinement partie de la culture et du cadre de la profession d’architecte, les structures itinérantes de ce type partageaient la syntaxe formelle de celles pérennes et fixes. À la fin du xviiie et au début du xixe siècle, nombre des principaux architectes de l’époque se sont vu confier par l’État la charge de la direction et de la conception de fêtes nationales, tels Charles Percier, Pierre Fontaine, Jacques Ignace Hittorff et Henri Labrouste, pour n’en nommer que quelques-uns. Ils étaient non seulement responsables des plans et de l’exécution des architectures itinérantes, mais aussi de toute la production de l’événement. Ainsi, pour le sacre de Napoléon, Percier et Fontaine furent chargés de la conception d’ensemble, en l’occurrence des pavillons qui constituaient des extensions au portail de la cathédrale et à la façade de l’École militaire, mais aussi des décorations intérieures, du trône pour la cérémonie dans Notre-Dame de Paris et d’embellissements urbains tout le long du cortège vers la capitale36.

  • 37 Michael Kiene, Jacques-Ignace Hittorff : précurseur du Paris d’Haussmann, Paris, Éditions du patrim (...)

20Ces architectures temporaires reflétaient volontiers les débats académiques en cours tout comme les nouvelles tendances de la discipline. On peut citer, à cet égard, la cérémonie de baptême d’Henri Charles Ferdinand Marie Dieudonné, duc de Bordeaux – le comte de Chambord – à Notre-Dame. Hittorff et Jean-François-Joseph Lecointe conçurent pour l’occasion un éphémère porche néogothique et des décorations intérieures. Fervents partisans du classicisme, ils n’en firent pas moins montre de leur sensibilité à l’histoire du site et produisirent des plans qui imitaient l’environnement37. Cette démarche les distinguait de leurs prédécesseurs, qui avaient donné à leur client et à l’événement la priorité sur le site. Pour le sacre de Napoléon, en 1804, Percier et Fontaine avaient conçu un pavillon d’entrée dont la silhouette reprenait les rectangles des deux tours et les surfaces, certains éléments décoratifs. Hittorff et Lecointe parachevèrent pour leur porche cette même silhouette élémentaire, surmontant tout d’abord d’un gâble le volume central et rythmant la façade de baies en ogive (fig4). Les deux hommes déroulèrent en outre un programme décoratif qui ne reflétait pas systématiquement l’iconographie du dédicataire, mais s’adaptait au contraire à la cathédrale. La différence entre les deux projets – celui de Percier et Fontaine pour le sacre, celui d’Hittorff et Lecointe pour le baptême – suggère une évolution théorique au sein de la profession d’architecte, un nouvel épistémè historiciste.

4. Auguste Hibon, Vue perspective de l’église de Notre-Dame et du portique qui la décorait pour la cérémonie du baptême de S.A.R. le duc de Bordeaux (Hittorff et Lecointe architectes des aménagements), vers 1821, eau-forte, 44 × 49 cm, Paris, musée Carnavalet.

4. Auguste Hibon, Vue perspective de l’église de Notre-Dame et du portique qui la décorait pour la cérémonie du baptême de S.A.R. le duc de Bordeaux (Hittorff et Lecointe architectes des aménagements), vers 1821, eau-forte, 44 × 49 cm, Paris, musée Carnavalet.

© Musée Carnavalet – Histoire de Paris

  • 38 Des exemples français sont évoqués par François Calame, « Peau de bois, peau de pierre : permanence (...)

21– Barry Bergdoll. L’une des caractéristiques les plus marquantes de la multiplication des structures préfabriquées tient au contraire à la séparation qu’elle induit entre, d’une part, le lieu d’édification et, d’autre part, celui de la construction, ce qui revient à peu près à détruire la notion de bâti, attachée au foncier, sous-tendue par celle d’immeuble, pour en faire une marchandise pouvant être achetée, vendue, échangée indépendamment, sur un marché qui n’a plus rien à voir avec celui de l’immobilier ; les frontières entre biens meubles et biens immeubles se brouillent. Mais une fois le mariage prononcé, c’est-à-dire lorsque la construction préfabriquée a trouvé son site – souvent à des milliers de kilomètres de son lieu de production –, ce sont les différences entre préfabriqué et bâti in situ qui généralement s’effacent. Cela ne veut pas dire pour autant que ce mariage est définitif, ce que montre également l’histoire des bâtiments déplacés d’un lieu à un autre, sans avoir été conçus pour être transportés. Pour les cultures rurales, qui ont une tradition de constructions relativement légères en bois, c’est une pratique commune38. Dans le petit village de campagne où je réside, au bout de Long Island, un grand nombre de constructions ont été « déménagées » ; elles ont suivi la famille lorsqu’une nouvelle propriété était vendue, se sont déplacées au gré des pratiques agricoles ou encore ont été achetées par des urbains qui désiraient habiter une demeure dotée d’un passé mais l’ont déménagée en un lieu plus pittoresque. À la fin du xixe siècle, cette pratique pénètre le monde des expositions d’architecture, tant avec la mode nouvelle des pavillons transportables dressés lors des Expositions universelles qu’avec le développement concomitant des musées en plein air, à commencer par les plus spectaculaires : la collection de bâtiments traditionnels reconstruits du roi Oscar II, à Bygdøy, ouverte au public en 1882, puis Skansen, qui s’en inspire, à Stockholm, en 1891. Nous sommes là devant une histoire où la transplantation dépasse le simple transport d’un bâtiment, pour relever d’un déplacement de sens, voire d’une traduction au gré de laquelle l’édifice acquiert une signification plus complexe, renouvelée par le changement de champ narratif.

  • 39 Voir Christian Dupavillon, Architectures du cirque des origines à nos jours, Paris, Éditions du Mon (...)
  • 40 Gilbert Herbert, The Dream of the Factory-Made House: Walter Gropius and Konrad Wachsmann, Cambridg (...)

22Rares sont les constructions conçues pour être véritablement itinérantes, pour être sans cesse déplacées, dans un refus de sédentarisation, à moins qu’elles ne soient liées aux formes modernes de nomadisme : tentes de cirques ou déploiement temporaire de dômes géodésiques par le département d’État aux États-Unis, qui servaient d’espaces d’exposition mobiles pour des programmes de propagande durant la guerre froide, ou encore le rêve de constructions pneumatiques pouvant être gonflées à la demande et rapidement redéployées ailleurs39 (fig. 5). Comme celles des machines, certaines pièces de ces constructions finissaient par s’user et devaient être remplacées, l’ensemble pouvant être jeté après une longue vie d’itinérance. Les maisons de cuivre préfabriquées conçues par Walter Gropius, exposées en 1931 à Paris et à Berlin, respectivement lors de l’Exposition coloniale et de la Bauausstellung, pour la Deutsche Kupferhaus Gesellschaft (fig. 6), offrent un cas bien différent et l’un des plus poignants de la marchandisation de bâtiments. Après 1933, elles devinrent le moyen par lequel les Juifs allemands qui tentaient de fuir l’Allemagne nazie pour la Palestine mandataire purent contourner les lois leur interdisant de transférer des capitaux : investir les actifs d’un compte bancaire dans une construction de cuivre permettait à cette dernière de servir d’habitation ou bien d’être fondue pour être ensuite vendue après son installation en Terre sainte40.

5. Walter W. Bird, Pentadôme en cours de gonflage lors d’une exposition de l’United States Army à l’arsenal de Redstone, 1958, photographie publiée dans Frei Otto, Tensile Structures, Cambridge, The MIT Press, 1969, p. 34, fig. 1.

5. Walter W. Bird, Pentadôme en cours de gonflage lors d’une exposition de l’United States Army à l’arsenal de Redstone, 1958, photographie publiée dans Frei Otto, Tensile Structures, Cambridge, The MIT Press, 1969, p. 34, fig. 1.

© Walter W. Bird

6. La maison Hirsch-Kupfer de l’architecte Walter Gropius en cours de montage à l’exposition d’architecture « Sonne, Luft und Haus für alle ! » au parc des expositions de Berlin, 1932, épreuve argentique anonyme, 9 × 12 cm, Berlin, Bauhaus-Archiv (F6838/3.2).

6. La maison Hirsch-Kupfer de l’architecte Walter Gropius en cours de montage à l’exposition d’architecture « Sonne, Luft und Haus für alle ! » au parc des expositions de Berlin, 1932, épreuve argentique anonyme, 9 × 12 cm, Berlin, Bauhaus-Archiv (F6838/3.2).

© Bauhaus-Archiv Berlin ; © ADAGP, Paris, 2022

23– Gianenrico Bernasconi. L’objet portatif – tente, meuble, instrument, machine ou accessoire – est un objet dont la manipulation implique une dimension performative (monter, démonter ; plier, déplier), évoquant à la fois la virtuosité de l’inventeur, qui a su rendre un dispositif transportable, mais aussi le spectacle technique associé à une culture de la curiosité. La séquence des gestes nécessaires au montage surprend en l’occurrence par sa vitesse et son aisance et suscite l’admiration pour avoir su renfermer dans un si petit volume une si grande fonction. Cette habilité est un topos culturel. On se souvient à ce sujet de Peter Schlemihl, personnage éponyme du roman d’Adelbert von Chamisso publié en 1813, qui donna son ombre au diable en échange d’une bourse de laquelle celui-ci avait sorti un tapis, une tente, des selles et même des chevaux.

  • 41 Mariano Taccola, De Machinis: The Engineering Treatise of 1449, Gustina Scaglia (éd.), Wiesbaden, R (...)
  • 42 André Jacob Roubo, L’Art du menuisier en meubles : 2e section de la 3e partie de L’Art du menuisier (...)

24Les objets dits « portatifs » témoignent d’une hybridité où se mêlent à la fois réalité physique, dimension linguistique et forme d’usage. Les archives techniques et la littérature de consommation conservent les traces d’une multitude d’exemples. Des tentes, des moulins, des fours, des meubles et des ponts démontables sont mentionnés dans les traités des machines depuis la Renaissance. Mariano Taccola, dans son De Machinis de 1449, décrit un pont portatif qui se compose d’éléments préfabriqués assemblables41. Léonard de Vinci, dans le traité consacré aux elementi macchinali, considère aussi les charnières comme partie intégrante d’une anatomie des machines. Plus tard, au xviiie siècle, la littérature technique prête aussi attention aux objets portatifs : les meubles de campagne publiés par André Jacob Roubo dans L’Art du menuisier (6 volumes, 1769-1782) sont à ce sujet exemplaires42 (fig7).

7. André Jacob Roubo, « Différentes espèces de sièges et de lits ployants ou de campagne », dans L’Art du menuisier en meubles, Paris, Saillant et Nyon, 1772, pl. 250.

7. André Jacob Roubo, « Différentes espèces de sièges et de lits ployants ou de campagne », dans L’Art du menuisier en meubles, Paris, Saillant et Nyon, 1772, pl. 250.

© Gallica / Bibliothèque nationale de France

25Malgré la place occupée par l’objet portatif dans cette littérature, c’est pourtant dans sa conception qu’émerge l’originalité de ce genre d’objet. Le fabricant d’objets portatifs, en multipliant la fonction de l’objet sédentaire, en le rendant mobile, doit prêter une attention particulière aux conditions de son usage. Si l’on fabrique une chaise portative, il ne suffit pas uniquement de penser à un dispositif devant prévoir une surface rehaussée permettant de s’asseoir à une certaine hauteur, mais il faut aussi prendre en compte les conditions de son portage et le contexte de son usage. Les mémoires soumis à l’Académie des sciences au xviiie siècle, les brevets déposés à partir de la fin du siècle ou encore les annonces parues dans les revues à la même époque révèlent l’attention portée par les inventeurs aux destinataires de ces dispositifs, que l’on constate dans une nouvelle forme d’écriture de l’objet qui ne figure pas seulement comme un mode nouveau de description des techniques, mais anticipe aussi la naissance de la publicité. L’objet portatif doit donc intégrer dans sa matérialité des conditions spécifiques d’usage, en établissant ainsi un dialogue entre technique et consommation, mais aussi entre matérialité et imagination. À la virtuosité de l’inventeur et de l’artisan qui savent rendre un objet portable s’ajoute la virtualité des conditions dans lesquelles ces objets pourraient être utiles. Cette condition imaginaire de l’objet portatif est peut-être la raison de son excès. On n’emmène jamais assez avec soi, comme le démontre le couteau suisse avec plus de trente fonctions.

Réalités matérielles et savoir-faire

26– Guy Lambert. Pour bon nombre des artefacts conçus en vue de leur déplacement voire de leur itinérance, leur matérialité s’accorde à cette vocation, tant en ce qui concerne leurs qualités physiques (modulabilité, résistance au transport et à la manipulation, légèreté…) que les actions de mise en œuvre (déploiement, assemblage, montage et démontage…). Se pose la question des savoirs et des savoir-faire requis par la conception, la fabrication et l’installation de ces dispositifs. Dans quelle mesure ces réalités les inscrivent-elles à la croisée de différents ordres de matérialité mais également au carrefour des compétences ou même des métiers ?

27– Gianenrico Bernasconi. La portabilité transforme l’objet quotidien en une machine. La contraction des volumes et le déploiement des structures nécessitent des savoirs mécaniques et géométriques importants, permettant de concevoir la transition de l’objet ouvert, une chaise, une tente ou un lit, à l’objet fermé ou démonté dans une boîte, un sac ou une malle. Même les matériaux impliquent des savoirs techniques : le choix des bois, le développement des papiers mâchés et des vernis ou encore la métallurgie de transformation témoignent d’une recherche de la légèreté. Comment procéder alors pour essayer de saisir ce savoir fragmenté ? Il s’agit dans un premier temps d’identifier par un acte descriptif une forme matérielle de la portabilité, en recensant les différentes solutions utilisées pour rendre portatif un objet. De cette classification ressortent trois typologies techniques. Il y a d’abord une typologie structurelle par laquelle brisures, vis, charnières permettent de décomposer la structure d’un objet et d’en réduire ainsi son volume à travers des pliages et des démontages. Une typologie fonctionnelle dérive par abstraction de la fonction de l’objet que l’on veut rendre portable. Cette fonction est ensuite recomposée à travers des dispositifs conçus à partir de deux opérations différentes : l’une, « parasitique », pour laquelle la fonction que l’on veut rendre portative est greffée sur un objet déjà portable (une canne sur laquelle est monté un dispositif pour s’asseoir) ; l’autre, géométrique, par laquelle la fonction d’un ou de plusieurs objets est reconstituée par la combinaison d’éléments simples (comme par exemple des petits bâtons permettant de reconstituer la fonction d’une chaise). Une troisième typologie concerne les contenants, c’est-à-dire les caisses et les boîtes dans lesquelles sont disposés les objets que l’on veut rendre portatifs. Les lits-malles ou les nécessaires sont des exemples de cette typologie qui demande une adaptation aux contenants du poids et du volume des objets que l’on veut transporter et relève d’un art du rangement (fig8).

8. Lit-malle, France, 1855, Paris, Mobilier national.

8. Lit-malle, France, 1855, Paris, Mobilier national.

© Mobilier national, Isabelle Bideau

  • 43 Jean Marius, lettre à Mgr d’Argenson, conseiller d’État ordinaire et lieutenant général de police, (...)
  • 44 Ibid.

28La fabrication de ces objets implique dès lors la mobilisation de plusieurs compétences : celles des menuisiers pour les parties en bois, celles des serruriers pour les charnières en métal et celles des tapissiers pour les tissus. Au xviiie siècle, le système corporatif, par lequel chaque métier revendique le monopole – plus ou moins respecté – de la transformation d’un matériau, pose un problème dans le cadre de la fabrication de machines et donc d’objets portatifs. À ce propos, le cas des machines de Jean Marius est exemplaire. Ce mécanicien adjoint à l’Académie des sciences est l’inventeur de parapluies, de tentes et d’un clavecin de voyage. « Mais comme toutes ces machines, qui ne peuvent s’exécuter que sous ses yeux, sont un composé de menuiserie, charronnage, serrurerie, fonderie, d’ouvrages de tapissiers, etc.43 », il fait part en 1716 à Marc-René d’Argenson du risque de conflit qu’il entrevoit avec les corporations susceptibles d’empêcher la fabrication des tentes pour lesquelles il a reçu un privilège. Il demande alors la protection du lieutenant général de police, dont il espère « les ordres nécessaires pour le mettre en état de faire travailler sans inquiétude à des productions de son génie qui ne tendent qu’à se rendre utiles à son Roy et à perfectionner les arts44 ».

  • 45 Voir à ce sujet Catherine Hincker, Le Style touareg ou la Fonction sociale des techniques, Paris / (...)

29– Hélène Claudot-Hawad. La maison nomade n’est l’apanage d’aucun métier spécialisé. Tous les éléments architecturaux sont fabriqués par les femmes ou sous leur direction, les matériaux nécessaires, c’est-à-dire le bois, le cuir et les tiges de graminées pour le tissage des nattes, étant issus de l’environnement saharo-sahélien. Les familles aisées commandent le mât central, la faîtière ou les piquets de tente aux artisans touaregs qui les sculptent ou les pyrogravent selon les décors géométriques caractéristiques de l’aire touarègue et plus largement amazighe45. Quand une fille se marie, quelques éléments de la tente de sa mère lui sont transmis pour édifier sa propre demeure, marquant ainsi le prolongement de la lignée maternelle. C’est pourquoi la maison nomade apparaît non pas éphémère mais pérenne, incarnant la continuité.

30Le velum de cuir composé d’un nombre variable de peaux selon l’importance sociale de la famille est réalisé collectivement par les femmes de la même parentèle. Il en est de même pour les nattes végétales tissées de cuir, celles finement ornées qui jouent la fonction de parois et celles parfois brodées qui servent de toit dans la tente à arceaux. Les murs mobiles que forment ces nattes sont constamment adaptés en fonction des nécessités. Au fil du jour, ces parois sont roulées, abaissées, relevées à moitié ou déployées pour former un salon devant l’entrée de la tente. Le velum peut avoir une forme déployée ou ramassée en rapprochant les piquets et les tendeurs. Les ouvertures changent d’orientation selon l’heure. La plasticité de cet habitat offre donc de multiples possibilités pour assurer un confort thermique où la ventilation joue un rôle clef. Notons que la surexploitation des ressources naturelles due à l’expansion des villes sahariennes (notamment minières) a privé beaucoup de femmes nomades des graminées utiles à la confection des nattes. Pour les remplacer, certaines ont recours à des couvertures synthétiques chinoises ou à des bâches de plastique qui empêchent l’air de circuler.

31La majorité du matériel nomade est conçue pour être suspendue dans des sacs de cuir ou rangée en hauteur sur des supports fichés dans le sol (ustensiles de cuisine, couvertures), le tout facilement chargeable sur le dos d’un animal de bât. Comme le montage, le démontage s’opère sous la direction de la maîtresse de maison. La manière d’organiser rationnellement les éléments de la charpente démontée pour les charger solidement et rapidement est apprise très jeune. Les piquets sont roulés dans les nattes, les arceaux arrimés d’un côté forment un arc dressé vers le ciel, tout le reste du matériel est suspendu à la selle ou au bât de l’animal. Les couvertures et les tapis de laine ainsi que les coussins de cuir forment une assise confortable sur le dos de l’animal où s’installe la maîtresse de maison lors du déménagement.

  • 46 V. P. Tolstoj (dir.), Agitačionno-massovoe iskusstvo: Oformlenie prazdnestv (1917-1932) [L’Art de l (...)

32– Barry Bergdoll. Parler d’architecture « itinérante », c’est dessiner une sous-catégorie très particulière d’architecture délocalisée ou hors site, par conséquent dépourvue de fondations dans le sol. Ces architectures sont généralement liées à des pratiques spécifiques, les bâtiments démontables pouvant être entreposés puis transportés et montés en fonction des besoins. En un sens, elles s’inscrivent dans la continuité des pratiques des cours itinérantes ou de la fonction des fêtes royales (Menus-Plaisirs). Mais les évolutions les plus intéressantes surviennent lorsque l’on se déporte du monde du décor théâtral vers celui de nouveaux types de structures dynamiques légères. Elles font le plus souvent appel à des exigences de conception et de construction très différentes pour stabiliser une structure qui ne plongera pas dans le sol ses fondations, pour assurer un équilibre des forces porté par la structure elle-même et garantir la facilité de sa réplication sur des sites différents. Le dialogue entre l’expérimentation de l’éphémère et les nouvelles méthodes du sédentaire (ou du pérenne) n’a jamais cessé ; on pourrait donc écrire une histoire fascinante des relations entre les structures ou les éléments de structure légers, en tension, dans l’architecture et les prototypes de l’éphémère. Les unités d’agit-prop qui s’étaient mises en place dans la toute jeune URSS offrent des exemples d’occupation légère des sols, recourant à de nouvelles techniques d’ingénierie, à une nouvelle physique des équilibres ; on trouve là, dans des images d’archives, des témoignages parmi les plus convaincants d’une nouvelle architecture, qui produit des structures presque plus légères que l’air… pour des institutions qui s’apprêtaient à transformer une nation communiste à peine conçue en une forme d’organisation sociale et politique permanente46.

33– Taylor Van Doorne. Durant la période révolutionnaire, les objets composant les architectures itinérantes pour les fêtes publiques étaient conçus pour être réutilisés ; ils devaient être légers, durables, aisément transportables et étaient souvent remisés à la fin d’un événement dans l’attente du prochain. Ainsi ces architectures devenaient-elles les vestiges des précédentes fêtes et leur signification pouvait être littéralement réinvestie dans un nouvel événement. Durant la période qui suivit la Révolution, notamment avec le rétablissement, lors de la Restauration des Bourbons, des Menus-Plaisirs du roi, cette pratique du remploi des décors se poursuivit. A contrario, les grandes structures, qui servaient d’estrade ou de gradins, étaient soit démantelées, soit laissées en place pour un court laps de temps. Toutefois, celles qui souffrirent une longue exposition aux intempéries, comme ce fut le cas de l’autel de la Patrie, se dégradèrent au point d’interdire leur réparation.

  • 47 Voir par exemple Ozouf, 1976, cité n. 33 ; Richard Taws, The Politics of the Provisional, Universit (...)

34Mais les réalités des architectures de fête ne se limitent pas à la matérialité de leurs installations elles-mêmes, comme en témoigne le réseau de domaines complémentaires que gérait l’architecte responsable. Pour la fête du 1er vendémiaire an X (fig. 9), l’architecte officiel des fêtes du Consulat Jean-François Chalgrin fut chargé de la coordination des maçons, menuisiers, sculpteurs, peintres, tapissiers, ingénieurs hydrauliques et lampistes qui exécutaient ses plans. Étaient aussi placés sous sa responsabilité administrative des artisans intervenant dans différents domaines de l’organisation de la manifestation et de la décoration : feux d’artifice, décors floraux, costumes, production de pantomimes, partitions pour la musique, chœurs, chevaux pour les défilés, transports, réalisation de gravures et composition de poèmes pour célébrer l’événement. Certains spécialistes des fêtes européennes ont établi des analogies entre ce genre d’événement et le théâtre47, ce qui n’est guère surprenant si l’on considère la porosité des frontières entre architecture et spectacle. Une telle lecture néglige peut-être la portée rituelle de nombre de ces événements, mais elle met assurément en évidence les aspects représentationnels de l’architecture itinérante des fêtes. Ainsi pouvons-nous souligner une autre distinction importante entre ces types de projets éphémères et leurs homologues pérennes, plus identifiés au lieu : si un projet pour une fête temporaire était évidemment compris comme relevant de l’architecture, ses relations intrinsèques avec les modes de représentation – feux d’artifice, pantomime, expression musicale – marquaient son caractère propre, limité dans le temps et spectaculaire.

9. Fête du 14 juillet an IX : vue des trois théâtres construits aux Champs-Élysées dans le carré Marigny sur lesquels on a célébré aussi la fête du 1er vendémiaire an X, vers 1801, estampe, 28 × 44 cm, Paul-André Basset (imprimeur), Paris, bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art – collections Jacques Doucet (OC 66).

9. Fête du 14 juillet an IX : vue des trois théâtres construits aux Champs-Élysées dans le carré Marigny sur lesquels on a célébré aussi la fête du 1er vendémiaire an X, vers 1801, estampe, 28 × 44 cm, Paul-André Basset (imprimeur), Paris, bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art – collections Jacques Doucet (OC 66).

© Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet

Du mobile à l’immobile

  • 48 Bruno Latour, « Préface : les moteurs immobiles de la mobilité », dans Mathieu Flonneau, Vincent Gu (...)

35– Guy Lambert. Si, comme le résume Bruno Latour, « il n’y a de mobile que parce qu’il existe une infrastructure immobile48 », il y a lieu de s’interroger plus globalement sur les incidences que les architectures itinérantes peuvent avoir sur le cadre architectural et urbain pérenne. Que traduit leur sédentarisation éventuelle et quel en est l’effet sur les lieux dans lesquels elles s’ancrent durablement ? Dans quelle mesure le statut de ces architectures ou de ces artefacts, une fois privés de leur vocation au mouvement, s’en trouve-t-il renouvelé, entre la part d’imaginaire qui leur est originellement attachée et l’hybridité progressivement acquise au gré de cette « immobilisation » ?

  • 49 Garric, 2012, cité n. 36, p. 120.
  • 50 Eugène Viollet-le-Duc, « L’église impériale de Saint-Denis », Revue archéologique, no 3, 1861, p. 3 (...)

36– Taylor Van Doorne. Il arrivait, dans la période révolutionnaire, que l’État expulse les propriétaires, de sorte que, pour faire place aux pavillons et aux défilés des fêtes, fussent démolies certaines parties du tissu urbain. Ce fut le cas pour le sacre de Napoléon : les maisons derrière Notre-Dame furent détruites pour que puisse se dresser la tente par laquelle passerait l’empereur pour entrer dans la cathédrale49 (fig10). Dans ces cas-là, l’architecture temporaire eut des conséquences durables sur l’environnement urbain et contribua à isoler les monuments de leur contexte proche. Voilà pour le côté pile. Si l’on regarde en revanche le côté face, l’architecture itinérante a rempli un vide spatial et iconographique créé par la violence révolutionnaire sur l’environnement bâti. Durant les premières années de la Révolution, des actes de vandalisme, officiels ou officieux, ont dépouillé les églises de leurs statues, de leurs colonnes, de leurs vitraux. L’abbaye de Saint-Denis connut les violences de la foule mais fut aussi systématiquement pillée par l’Assemblée nationale au début des années 1790. Des fragments de ses sculptures funéraires furent réunis pour constituer un monument éphémère aux martyrs Marat et Le Peletier à la porte de Franciade (aujourd’hui porte Saint-Denis). Pendant ce temps, ce qui restait de l’abbaye vidée de ses trésors servait de lieu de célébration des fêtes décadaires, de dépôt d’artillerie, de théâtre pour des spectacles et même de magasin à fourrages et à farines50. L’intérieur du monument fut transformé pour l’adapter à chaque usage, des structures portables occupant l’espace laissé vide. La destruction et le pillage des bâtiments pérennes ou réputés tels brouillent donc les distinctions entre l’immobile et l’itinérant, le permanent et l’éphémère.

10. Pierre-François-Léonard Fontaine, Rotonde décorée de tapisseries accueillant les invités lors de leur arrivée à Notre-Dame pour le sacre de Napoléon, 1804, encre, lavis et aquarelle sur papier, 31 × 42,2 cm, Paris, fondation Napoléon (1150-7).

10. Pierre-François-Léonard Fontaine, Rotonde décorée de tapisseries accueillant les invités lors de leur arrivée à Notre-Dame pour le sacre de Napoléon, 1804, encre, lavis et aquarelle sur papier, 31 × 42,2 cm, Paris, fondation Napoléon (1150-7).

© Fondation Napoléon / Patrice Maurin-Berthier

37– Hélène Claudot-Hawad. Dans le monde touareg, les mesures de plus en plus contraignantes que les États dits postcoloniaux font peser sur les nomades en les dépossédant de leurs territoires et en les paupérisant accélèrent actuellement le passage de la mobilité et de la légèreté à la fixité et parfois l’inamovibilité. Pour les nomades interrompus, ce passage implique souvent la construction hâtive d’abris de fortune avec des matériaux industriels de récupération (barres de fer, toile, bâches de plastique…). Dans les oasis, en revanche, les maisons en terre sont anciennes et répondent à des modèles qui font écho à la conception symbolique de la tente nomade. Le passage de la tente à la maison en dur fait intervenir les hommes. Dans ce cadre, c’est eux qui vont la bâtir et le plus souvent en devenir les propriétaires. Ce passage dépossède donc les femmes de leurs prérogatives.

38Comme dans l’habitat nomade, quelques précautions architecturales restent fondamentales. L’orientation de la maison et les ouvertures sont conçues pour assurer la protection contre les éléments naturels agressifs et aussi leur circulation : la ventilation de la construction en terre crée une climatisation naturelle. Outre les différences de matériaux de construction, les changements touchent les volumes de l’habitat (le pilier central n’étant techniquement plus indispensable et les poutres métalliques pouvant être plus longues que les troncs de palmier), la possibilité de construire des pièces plus grandes s’accompagne d’une spécialisation de l’espace. La logique fluide de l’espace domestique nomade est modifiée par la matérialisation de la division en pièces distinctes, séparant par exemple l’espace féminin et l’espace masculin, l’espace individuel et l’espace collectif, la cuisine et le séjour, l’intérieur et l’extérieur. Cependant l’espace collectif le plus utilisé est la cour, lieu de plein air restituant la polyvalence de la maison nomade.

  • 51 À ce sujet et sur la modification des objets de référence, voir Tatiana Benfoughal, « Savoir rester (...)
  • 52 Divers travaux abordent la question des nouvelles architectures et de leurs impacts sur la populati (...)

39Pour les anciens nomades sédentarisés, la tente reste cependant un repère psychologique et social fondamental. Elle est bâtie dans la cour et offre un espace supplémentaire très apprécié et fréquenté par les femmes, et d’ailleurs souvent plus confortable que la maison en dur, car plus aéré et ventilé. Habiter une villa à l’occidentale (dans le cas par exemple d’un logement de fonction) ou une maison qui n’est pas orientée dans les règles équivaut non seulement à une perte de sens mais à un vrai traumatisme pour beaucoup de nomades. C’est comme s’ils étaient soudain exclus du mouvement de la marche cosmique. Dans ce contexte, certains multiplient l’accrochage aux murs d’objets nomades privés de leurs fonctions initiales mais leur restituant quelques repères pour s’orienter51. D’une manière générale, la véritable difficulté se situe dans le passage d’une architecture dotée de sacralité et incluse dans un monde imaginé comme partie intégrante de l’univers à un habitat dont la seule fonction est matérielle52.

  • 53 Étienne-Claude Beneton de Morange de Peyrins, Dissertation sur les tentes ou pavillons de guerre, P (...)

40– Gianenrico Bernasconi. Si l’objet portatif et l’architecture mobile suscitent un acte de l’imagination, cela ne s’inscrit pas seulement dans la projection du plaisir potentiel associé à l’usage de ces machines ou à la curiosité de leur montage. L’objet portatif, comme la tente, devient un véhicule de la mémoire, dont la force se nourrit de la fascination pour le voyage, si prégnante pour la culture des xviiie et xixe siècles. Le cas des Zeltzimmer, des chambres en forme de tente, est à ce sujet évocateur. Ce genre de décoration d’intérieur se diffuse à partir des dernières décennies du xviiie siècle. La chambre personnelle du comte d’Artois dans la folie de Bagatelle, œuvre du jeune architecte François-Joseph Bélanger, est décorée en forme de tente militaire. Ce style se retrouve dans d’autres demeures aristocratiques, comme le château de Malmaison, réalisé par Percier et Fontaine, où la salle du Conseil de l’empereur est en forme de tente. Dans les deux cas, la tente, vidée de sa technicité pour devenir un motif décoratif, est le symbole d’une souveraineté, dont la légitimation est le commandement militaire. Dans sa Dissertation sur les tentes ou pavillons de guerre, Étienne-Claude Beneton de Morange de Peyrins a saisi avec grande finesse ce processus de changement sémantique de la tente : « L’usage s’étant donc établi de tenir les courtines du pavillon levées dans les actes de puissance que les souverains faisoient chacun dans les leurs à l’armée, de là il arriva que quand ces actes se devoient faire dans leurs palais d’habitation, on mettoit un pavillon, ou bien seulement son comble dans la salle où elles se faisoient pour conserver également l’idée et du droit souverain et du lieu où il avoit commencé à s’exercer, qui étoit à l’armée53. »

41Il existe des versions plus intimes de ce motif décoratif, dont la chambre en forme de tente du château de Charlottenhof à Potsdam (fig11). Cette villa, achetée par le roi de Prusse Friedrich Wilhelm III et destinée à l’héritier Friedrich Wilhelm IV, fut restructurée par Karl Friedrich Schinkel et Ludwig Persius. Dans la chambre, réalisée en 1829, les parois sont couvertes d’un papier peint rayé bleu et blanc. Un tissu reproduisant le même motif sert de baldaquin à deux lits de camp en métal et couvre également des chaises et des tabourets pliants. La pièce perd toute référence militaire. L’illusion du voyage à travers un dispositif décoratif en forme de tente est renforcée par l’expérience sensible du corps reposant dans un véritable lit portatif. Ici aussi, la tente sédentarisée devient un motif décoratif, vidé de sa technicité. L’architecture mobile assume alors une charge évocatrice ; cet espace intérieur projette un extérieur imaginaire. La chambre en forme de tente anticipe le paradoxe bourgeois reconnu par Walter Benjamin du rêve exotique ou militaire vécu dans le confort du fauteuil.

11. Karl Friedrich Schinkel (architecte), Zeltzimmer, château de Charlottenhof, Potsdam (Allemagne), 1826-1829.

11. Karl Friedrich Schinkel (architecte), Zeltzimmer, château de Charlottenhof, Potsdam (Allemagne), 1826-1829.

© Stiftung Preußische Schlösser und Gärten Berlin-Brandenburg (SPSG) / Wolfgang Pfauder

  • 54 Voir Federico Neder, Les Maisons de Fuller : la Dymaxion House de R. Buckminster Fuller et autres m (...)

42– Barry Bergdoll. Si les constructions éphémères et itinérantes se placent souvent à l’avant-garde de l’innovation pour ce qui concerne les structures et les matériaux, elles se heurtent pourtant à l’une des principales forces de modernisation de la culture du bâtiment, à savoir le développement d’un raffinement toujours plus poussé dans l’accès aux services et aux infrastructures, de la plomberie à l’électricité et à l’éclairage. Rarement des constructions temporaires parvinrent à être livrées parfaitement adaptées et prêtes à remplir les fonctions de contrôle du climat (chauffage ou à l’inverse rafraîchissement des espaces) ou d’accès aux réseaux d’assainissement, d’eau courante et d’alimentation électrique. Les recherches les plus innovantes dans le domaine des constructions préfabriquées, de la pensée de Richard Buckminster Fuller aux approches systémiques des années 1960 et 1970, se sont presque toutes préoccupées de relever ce défi et d’inventer des structures qui incluent dans leur conception l’accès aux services, afin d’éviter le paradoxe qu’il y aurait à devoir réaménager un montage d’éléments préfabriqués pour l’adapter au niveau de services qu’exigent les modes de vie modernes54. Le rêve d’un bâtiment sur lequel les services n’auraient plus qu’à être branchés ou rattachés (dont le Centre Pompidou offre une illustration romantique) a nourri la recherche dans les années 1960 et 1970, en dialogue, souvent, avec l’idée de voyage dans l’espace et avec l’industrie aérospatiale (fig12). Que l’étude de nouveaux matériaux capables de capter et de distribuer l’énergie solaire, de fournir des systèmes naturels de filtrage de l’air et même la connectivité internet puisse transformer le préfabriqué lui-même en élément d’une nouvelle architecture nomade et légère demeure l’une des grandes promesses du futur.

12. Ron Herron, A Walking City, 1964, collage, Londres, Archigram Archives.

12. Ron Herron, A Walking City, 1964, collage, Londres, Archigram Archives.

© Herron Archive ; © ADAGP, Paris, 2022

Haut de page

Notes

1 Auguste Perret, « Contribution à une théorie de l’architecture », Techniques et Architecture, t. 4, no 7-8, 1945, p. 3.

2 Id., « L’architecture : conférence donnée à l’Institut d’art et d’archéologie le 31 mai 1933 », Revue d’art et d’esthétique, t. 1, no 1-2, 1935, p. 41-50.

3 François Furet (dir.), Patrimoine, temps, espace : patrimoine en place, patrimoine déplacé, actes des Entretiens du patrimoine (Paris, 1996), Paris, Fayard / Éditions du patrimoine, 1997 ; Can Bilsel, Antiquity on Display: Regimes of the Authentic in Berlin’s Pergamon Museum, Oxford, Oxford University Press, 2012 ; Chloé Maurel, « Le sauvetage des monuments de Nubie par l’Unesco (1955-1968) », Égypte / Monde arabe, 3e série, no 10, 2013, p. 255-286 ; Ruth Fiori, Paris déplacé du xviiie siècle à nos jours : architectures, fontaines, statues, décors, Paris, Parigramme, 2011.

4 Voir Karey L. Draper, « Wartime Huts: The Development, Typology, and Identification of Temporary Military Buildings in Britain (1914–1945) », thèse de doctorat, University of Cambridge, 2017 ; Hélène Vacher, « Les terrains de la guerre et la “construction instantanée” à la fin du xixe siècle : Georges Frédéric Espitallier et la culture constructive du génie militaire », Aedificare : revue internationale d’histoire de la construction, no 1, 2017, p. 147-166.

5 Pierre Singaravélou, Sylvain Venayre (dir.), Le Magasin du monde : la mondialisation par les objets du xviiie siècle à nos jours, Paris, Fayard, 2020, p. 9.

6 Dans la formulation qu’en donne Yona Friedman à la fin des années 1950, l’idée d’« architecture mobile » tient d’abord à la malléabilité et à la flexibilité des espaces bâtis, plus qu’à leur déplacement proprement dit. Yona Friedman, L’Architecture mobile : vers une cité conçue par ses habitants (1958-2020), Paris, Éditions de l’éclat, 2020.

7 Antoine Picon, « L’industrialisation du bâtiment : un projet technique et politique », dans Franz Graf, Yvan Delemontey (dir.), Architecture industrialisée et préfabriquée : connaissance et sauvegarde, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2012, p. 53.

8 Caroline Maniaque, Go West! Des architectes au pays de la contre-culture, Marseille, Parenthèses, 2014 ; Ève Roy, « La question de la mobilité dans les représentations et expérimentations architecturales en Europe de 1960 à 1975 », Rives méditerranéennes, 21 juin 2009 [DOI : 10.4000/rives.2693].

9 Robert Kronenburg, Houses in Motion: The Genesis, History and Development of the Portable Building (1995), Chichester, Wiley Academy, 2002, p. 18.

10 Ibid., p. 9.

11 Bernard Rudofsky, Architecture without Architects: An Introduction to Non-Pedigreed Architecture, New York, Museum of Modern Art, 1964, n. p. (fig. 44-45) ; en français : Architecture sans architectes, Dominique Lebourg (trad. fr.), Paris, Chêne, 1977.

12 Reyner Banham, « A Home is Not a House », Art in America, no 2, avril 1965, p. 75. Traduction de l’auteur.

13 Gianenrico Bernasconi, Objets portatifs au siècle des Lumières, Paris, Éditions du CTHS, 2015.

14 Voir Nicolas Faucherre, Delphine Gautier, Hervé Mouillebouche (dir.), Le Nomadisme châtelain (ixe-xviie siècle), Chagny, Éditions du Centre de castellologie de Bourgogne, 2017 ; Boris Bove, Alain Salamagne, Caroline zum Kolk (dir.), L’Itinérance de la cour en France et en Europe (Moyen Âge – xixe siècle), Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2021.

15 Caroline Vrand, « “Tendre” et “destendre” : l’ameublement des résidences royales à la fin du Moyen Âge », Livraisons d’histoire de l’architecture, no 25, 2013, p. 109.

16 Frédéric Migayrou, Valentina Moimas, Aerodream : architecture, art, design et structures gonflables, cat. exp. (Metz, Centre Pompidou-Metz, 2021 ; Paris, Cité de l’architecture et du patrimoine, 2021-2022), Orléans, Hyx, 2021.

17 Voir Pascal Rousseau, « Domus mobilis : la maison portative et le modèle de la construction automobile », Exposé, no 3, décembre 1997, p. 186-213 ; Barry Bergdoll, Peter Christensen (dir.), Home Delivery: Fabricating the Modern Dwelling, New York, Museum of Modern Art, 2008.

18 Fiona Meadows (dir.), Habiter le campement, Arles / Paris, Actes Sud / Cité de l’architecture et du patrimoine, 2016. La couverture porte le sous-titre Nomades, voyageurs, contestataires, conquérants, infortunés, exilés, qui résume la table des matières.

19 Estelle Thibault, « La confection des édifices : analogies textiles en architecture aux xixe et xxe siècles », Perspective, no 1, 2016, p. 109-126.

20 Caroline zum Kolk, « Introduction », dans Bove, Salamagne, Kolk, 2021, cité n. 14, p. 10.

21 Agnès Jeanjean, Ingrid Sénépart, « Prologue », Techniques et Culture, no 56 : Habiter le temporaire : habitations de fortune, mobiles et éphémères, 2011, p. 14-15.

22 Gottfried Semper, Der Stil in den technischen und tektonischen Künsten oder Praktische Ästhetik, vol. I, Francfort-sur-le-Main, Verlag für Kunst und Wissenschaft, 1860 et vol. II, Munich, Bruckmann, 1863.

23 Marc-Antoine Laugier, Essai sur l’architecture, Paris, Dufresne, 1755.

24 Bergdoll, Christensen, 2008, cité n. 17.

25 Gilbert Herbert, « The Portable Colonial Cottage », Journal of the Society of Architectural Historians, vol. 31, no 4, décembre 1972, p. 261-275.

26 Cette maison a d’ailleurs été démontée quelques années plus tard et déplacée à Salem (Massachusetts), pour y devenir la maison du gouverneur.

27 Voir Hélène Claudot-Hawad, « Avoir de la cendre : ancrages territoriaux dans une société nomade », Techniques et Culture, no 56, 2011, p. 78-97.

28 Bernasconi, 2015, cité n. 13.

29 Dictionnaire universel françois et latin, vulgairement appelé Dictionnaire de Trévoux, vol. II, Paris, Compagnie des libraires associés, 1771, p. 727, s. v. « commodité ».

30 Sigfried Giedion, Mechanization Takes Command, New York, Oxford University Press, 1948 ; en français : La Mécanisation au pouvoir, Paule Guivarc’h (trad. fr.), Paris, Centre Georges-Pompidou – CCI, 1980.

31 Ibid., p. 266.

32 Pour une théorie du caractère éphémère, voir Swati Chattopadhyay, « Ephemeral Architecture: Towards Radical Contingency », dans id., Jeremy White (dir.), The Routledge Companion to Critical Approaches to Contemporary Architecture, Londres, Routledge, 2020, p. 138-159.

33 Mona Ozouf, La Fête révolutionnaire (1789-1799), Paris, Gallimard, 1976.

34 Voir Hélène Claudot-Hawad, Éperonner le monde : nomadisme, cosmos et politique chez les Touaregs, Aix-en-Provence, Édisud, 2001, p. 11-50.

35 Voir Dahbia Abrous, Hélène Claudot-Hawad, « Tente, maison, hutte, grotte : l’habitat amazigh et ses représentations symboliques », dans Encyclopédie berbère, Louvain, Peeters, à paraître.

36 Jean-Philippe Garric, Percier et Fontaine : les architectes de Napoléon, Paris, Belin, 2012, p. 116-123.

37 Michael Kiene, Jacques-Ignace Hittorff : précurseur du Paris d’Haussmann, Paris, Éditions du patrimoine, 2011, p. 56-58.

38 Des exemples français sont évoqués par François Calame, « Peau de bois, peau de pierre : permanence et fragilité de l’habitat », Terrain, no 9, 1987, p. 82-91.

39 Voir Christian Dupavillon, Architectures du cirque des origines à nos jours, Paris, Éditions du Moniteur, 1982 ; Migayrou, Moimas, 2021, cité n. 16.

40 Gilbert Herbert, The Dream of the Factory-Made House: Walter Gropius and Konrad Wachsmann, Cambridge, The MIT Press, 1984 ; Friedrich von Borries, Jens-Uwe Fischer, Heimatcontainer: Deutsche Fertighäuser in Israel, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 2009.

41 Mariano Taccola, De Machinis: The Engineering Treatise of 1449, Gustina Scaglia (éd.), Wiesbaden, Reichert, 1971.

42 André Jacob Roubo, L’Art du menuisier en meubles : 2e section de la 3e partie de L’Art du menuisier, Paris, Saillant et Nyon, 1772.

43 Jean Marius, lettre à Mgr d’Argenson, conseiller d’État ordinaire et lieutenant général de police, 1716, Paris, archives de l’Académie des sciences, dossier biographique « Jean Marius ».

44 Ibid.

45 Voir à ce sujet Catherine Hincker, Le Style touareg ou la Fonction sociale des techniques, Paris / Aix-en-Provence, Paris-Méditerranée / Iremam, 2005.

46 V. P. Tolstoj (dir.), Agitačionno-massovoe iskusstvo: Oformlenie prazdnestv (1917-1932) [L’Art de l’agitation de masse : décoration des fêtes (1917-1932)], Moscou, Iskusstvo, 1984.

47 Voir par exemple Ozouf, 1976, cité n. 33 ; Richard Taws, The Politics of the Provisional, University Park, Penn State University Press, 2013 ; Richard A. Etlin, « Architecture and the Festival of Federation, Paris, 1790 », Architectural History, no 18, 1975, p. 23-42 et 102-108 ; Werner Oechslin, Anja Buschow, Festarchitektur: Der Architekt als Inszenierungskünstler, Stuttgart, G. Hatje, 1984 ; Diane Brand, « Sets and Extras, Ephemeral Architecture and Urban Ceremony in Rio de Janeiro (1808–1821) », Journal of Latin American Cultural Studies, vol. 15, no 3, p. 263-279.

48 Bruno Latour, « Préface : les moteurs immobiles de la mobilité », dans Mathieu Flonneau, Vincent Guigueno (dir.), De l’histoire des transports à l’histoire de la mobilité ? État des lieux, enjeux et perspectives de recherche, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, p. 7-10.

49 Garric, 2012, cité n. 36, p. 120.

50 Eugène Viollet-le-Duc, « L’église impériale de Saint-Denis », Revue archéologique, no 3, 1861, p. 304 ; Anthony Vidler, « The Paradoxes of Vandalism: Henri Grégoire and the Thermidorian Discourse on Historical Monuments », dans Jeremy D. Popkin, Richard H. Popkin (dir.), The Abbé Grégoire and His World, Dordrecht, Kluwer Academic, 2000, p. 134.

51 À ce sujet et sur la modification des objets de référence, voir Tatiana Benfoughal, « Savoir rester nomade sans pouvoir l’être : la fabrication et l’usage des nattes de tente chez les Touaregs sédentarisés de l’Ajjer », dans Pierre Bonte, Hélène Claudot-Hawad (dir.), Savoirs et pouvoirs au Sahara, Aix-en-Provence, Iremam, 2000, p. 97-115.

52 Divers travaux abordent la question des nouvelles architectures et de leurs impacts sur la population. Voir par exemple Guy Duvigneau, « L’habitat sur les Hauts Plateaux algériens », dans Pierre-Robert Baduel (dir.), Habitat, État et société au Maghreb, Paris, CNRS, 2002, p. 317-327 ; Vincent Battesti, « De l’habitation aux pieds d’argile : les vicissitudes des matériaux et techniques de construction à Siwa (Égypte) », Journal des africanistes, no 76, 2006, p. 165-185.

53 Étienne-Claude Beneton de Morange de Peyrins, Dissertation sur les tentes ou pavillons de guerre, Paris, Gonichon et Briasson, 1735, p. 88-89.

54 Voir Federico Neder, Les Maisons de Fuller : la Dymaxion House de R. Buckminster Fuller et autres machines à habiter, Gollion, Infolio, 2008 ; Dominique Rouillard, Superarchitecture : le futur de l’architecture (1950-1970), Paris, Éditions de la Villette, 2004, p. 204-247 ; Simon Sadler, Archigram: Architecture without Architecture, Cambridge, The MIT Press, 2005.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. H. John Manning, « Manning Portable Cottage », dans John Claudius Loudon, An Encyclopædia of Cottage, Farm and Villa Architecture and Furniture (1833), Londres, Longman, Rees et al., 1836, p. 255.
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/26615/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre 2. Edmond Bernus, Nomades touaregs en déplacement, bœuf et âne porteurs, Aïr (sud-est du pays touareg), région de Marandet (Niger), 7 août 1962, épreuve argentique, Aix-en-Provence,
Crédits © IRD – Edmond Bernus
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/26615/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre 3. Hélène Claudot-Hawad, Tente touarègue en peau, Tademakat (sud-ouest du pays touareg), Gossi (Mali), 1984, diapositive, 5 × 5 cm, collection particulière.
Crédits © Hélène Claudot-Hawad, 1984
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/26615/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre 4. Auguste Hibon, Vue perspective de l’église de Notre-Dame et du portique qui la décorait pour la cérémonie du baptême de S.A.R. le duc de Bordeaux (Hittorff et Lecointe architectes des aménagements), vers 1821, eau-forte, 44 × 49 cm, Paris, musée Carnavalet.
Crédits © Musée Carnavalet – Histoire de Paris
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/26615/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre 5. Walter W. Bird, Pentadôme en cours de gonflage lors d’une exposition de l’United States Army à l’arsenal de Redstone, 1958, photographie publiée dans Frei Otto, Tensile Structures, Cambridge, The MIT Press, 1969, p. 34, fig. 1.
Crédits © Walter W. Bird
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/26615/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre 6. La maison Hirsch-Kupfer de l’architecte Walter Gropius en cours de montage à l’exposition d’architecture « Sonne, Luft und Haus für alle ! » au parc des expositions de Berlin, 1932, épreuve argentique anonyme, 9 × 12 cm, Berlin, Bauhaus-Archiv (F6838/3.2).
Crédits © Bauhaus-Archiv Berlin ; © ADAGP, Paris, 2022
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/26615/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre 7. André Jacob Roubo, « Différentes espèces de sièges et de lits ployants ou de campagne », dans L’Art du menuisier en meubles, Paris, Saillant et Nyon, 1772, pl. 250.
Crédits © Gallica / Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/26615/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre 8. Lit-malle, France, 1855, Paris, Mobilier national.
Crédits © Mobilier national, Isabelle Bideau
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/26615/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre 9. Fête du 14 juillet an IX : vue des trois théâtres construits aux Champs-Élysées dans le carré Marigny sur lesquels on a célébré aussi la fête du 1er vendémiaire an X, vers 1801, estampe, 28 × 44 cm, Paul-André Basset (imprimeur), Paris, bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art – collections Jacques Doucet (OC 66).
Crédits © Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/26615/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre 10. Pierre-François-Léonard Fontaine, Rotonde décorée de tapisseries accueillant les invités lors de leur arrivée à Notre-Dame pour le sacre de Napoléon, 1804, encre, lavis et aquarelle sur papier, 31 × 42,2 cm, Paris, fondation Napoléon (1150-7).
Crédits © Fondation Napoléon / Patrice Maurin-Berthier
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/26615/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre 11. Karl Friedrich Schinkel (architecte), Zeltzimmer, château de Charlottenhof, Potsdam (Allemagne), 1826-1829.
Crédits © Stiftung Preußische Schlösser und Gärten Berlin-Brandenburg (SPSG) / Wolfgang Pfauder
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/26615/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre 12. Ron Herron, A Walking City, 1964, collage, Londres, Archigram Archives.
Crédits © Herron Archive ; © ADAGP, Paris, 2022
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/26615/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Barry Bergdoll, Gianenrico Bernasconi, Hélène Claudot-Hawad, Guy Lambert et Taylor Van Doorne, « Mobile, portable, démontable… Rendre l’architecture itinérante »Perspective, 1 | 2022, 47-70.

Référence électronique

Barry Bergdoll, Gianenrico Bernasconi, Hélène Claudot-Hawad, Guy Lambert et Taylor Van Doorne, « Mobile, portable, démontable… Rendre l’architecture itinérante »Perspective [En ligne], 1 | 2022, mis en ligne le 15 décembre 2022, consulté le 18 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/perspective/26615 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.26615

Haut de page

Auteurs

Barry Bergdoll

Historien de l’architecture moderne, Barry Bergdoll occupe la chaire Meyer Schapiro en histoire de l’art à Columbia University (New York). Responsable du département de l’Architecture et du Design au Museum of Modern Art (New York) de 2007 à 2014, il est spécialiste de l’architecture française du xixe siècle et a publié des ouvrages sur Léon Vaudoyer, Félix Duban, Eugène Viollet-le-Duc et René Binet. Il a notamment été commissaire des expositions « Les Vaudoyer, une dynastie d’architectes » (Paris, musée d’Orsay, 1991-1992) et « Henri Labrouste : la structure mise en lumière » (Paris, Cité de l’architecture et du patrimoine, 2012).

Gianenrico Bernasconi

Gianenrico Bernasconi est directeur de recherche et professeur associé en histoire des techniques à l’université de Neuchâtel. Docteur de l’université Paris I – Panthéon-Sorbonne et de la Humboldt Universität de Berlin, il a travaillé aux Staatliche Museen de Berlin et à l’université de Zürich. Auteur de l’ouvrage Objets portatifs au siècle des Lumières (Paris, Éditions du CTHS, 2015), il a codirigé Das Büro : Zur Rationalisierung des Interieurs (1880-1960) (Bielefeld, Transcript, 2019) et Les Réparations dans l’histoire : cultures techniques et savoir-faire dans la longue durée (Paris, Presses des Mines, 2022).

Hélène Claudot-Hawad

Anthropologue, Hélène Claudot-Hawad est directrice de recherche au CNRS. Ses travaux centrés sur le monde touareg portent sur l’organisation socio-politique, culturelle et symbolique de cette société nomade, ses transformations historiques et son imaginaire du présent et du futur dans une période troublée. Elle a écrit ou dirigé une vingtaine d’ouvrages dont Éperonner le monde : nomadisme, cosmos et politique chez les Touaregs (Aix-en-Provence, Édisud, 2001), Touaregs : apprivoiser le désert (Paris, Gallimard, 2002) et Habiter le désert (Paris, Non lieu, 2021).

Guy Lambert

Guy Lambert est maître de conférences en histoire et culture architecturales à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville (Ipraus / UMR Ausser). Ses recherches portent sur l’architecture des xixe et xxe siècles comme domaine de savoir, ensemble de pratiques et relations d’acteurs, envisagée sous l’angle de l’histoire culturelle et matérielle. Il a récemment codirigé avec Olivier Raveux Pannes et Accidents (xixe-xxie siècle) (Artefact : techniques, histoire et sciences humaines, no 11, 2019) et avec Catherine Bruant et Chantal Callais, Les Architectes et la Fonction publique (xixe-xxie siècle) (Rennes, Presses universitaires de Rennes, à paraître).

Articles du même auteur

Taylor Van Doorne

Taylor Van Doorne est doctorante en histoire de l’art et de l’architecture à l’University of California, Santa Barbara, spécialisée en histoire et théorie de l’architecture européenne des xviiie et xixe siècles. Sa thèse est une étude diachronique des monuments éphémères et des représentations imprimées des célébrations publiques à Paris entre 1789 et 1848. Ses recherches sont soutenues par une bourse de la Samuel H. Kress Foundation (2022-2024) et par une bourse Chateaubriand (2021-2022).

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search