Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1EssaisTransporter, cacher, détruire : l...

Essais

Transporter, cacher, détruire : les « objets réfugiés » des orthodoxes de Turquie (1912-1924)

Transport, Hide, Destroy: The Exile of the Orthodox (1912–1924) and their “Refugee Objects”
Transportieren, verstecken, zerstören: Das Exil der Orthodoxen (1912-1924) und ihre „geflüchteten Objekte“
Trasportare, nascondere, distruggere: l’esilio degli ortodossi (1912-1924) e gli “oggetti rifugiati”
Transportar, esconder, destruir: el exilio de los ortodoxos (1912-1924) y sus «objetos refugiados»
Katerina Seraïdari
p. 133-144

Résumés

En adoptant une approche biographique des objets, cet article vise à retracer l’histoire des « objets réfugiés » que les orthodoxes grécophones et turcophones apportèrent en Grèce dans une période qui commence en 1912 (« premier exil ») et qui se termine avec l’échange de populations après la convention de Lausanne de 1923. Trois cas de figure sont examinés : les objets transportés, cachés ou détruits. Seuls ceux qui furent mis en mouvement mais aussi arrivés à destination peuvent aujourd’hui être caractérisés comme « objets réfugiés ». Le transport dans ces circonstances requalifia l’objet, en lui conférant une valeur testimoniale par rapport à la vie d’antan, aux péripéties de l’exil et aux difficultés vécues après l’installation en Grèce.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article s’inscrit dans le cadre du programme européen « Ricontrans » (ERC Consolidator Grant 2018, grant agreement no. 818791). Une première partie de cette recherche a été élaborée et présentée dans le cadre de l’exposition « Icônes, trésors de réfugiés » (Nantes, musée d’Histoire de Nantes, 2 juillet – 13 novembre 2016). L’autrice remercie Kiriaki Tsesmeloglou et les responsables de l’église de Saint-Jean-le-Russe (Neo Prokopi).

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2022.

Plan

Objets immobilisés : cacher ou détruire
Objets en mouvement

Aperçu du texte

« Je suis fière que nos parents aient transporté le saint, ce trésor. Ils voulaient, où qu’ils aillent, l’avoir avec eux… C’est écrit dans le traité de Lausanne que le saint restera ici. »

Débutée en 1919, la guerre gréco-turque se termina en 1922 avec la défaite militaire des Grecs, qui voulaient rattacher à leur pays des territoires d’Asie Mineure habités en grand nombre par des orthodoxes grécophones mais aussi turcophones (comme ceux qui vénéraient la relique de saint Jean le Russe en Cappadoce). Le 30 janvier 1923, un protocole d’échange obligatoire de populations fut signé à Lausanne. Il était basé sur un critère religieux : d’une part, il barrait la possibilité de retour pour près de 800 000 orthodoxes d’Asie Mineure occidentale et de Thrace orientale qui avaient déjà abandonné leurs foyers suite à la défaite de l’armée grecque (fig. 1) et il ordonnait à près de 500 000 orthodoxes de Cappadoce et du Pont de quitter la Turquie pour la Grèce. D’autre part, il obligeait près de 8...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Katerina Seraïdari, « Transporter, cacher, détruire : les « objets réfugiés » des orthodoxes de Turquie (1912-1924) »Perspective, 1 | 2022, 133-144.

Référence électronique

Katerina Seraïdari, « Transporter, cacher, détruire : les « objets réfugiés » des orthodoxes de Turquie (1912-1924) »Perspective [En ligne], 1 | 2022, mis en ligne le 15 décembre 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/perspective/27095 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.27095

Haut de page

Auteur

Katerina Seraïdari

Docteure en anthropologie sociale de l’École des hautes études en sciences sociales (2000), Katerina Seraïdari est chercheuse à l’Institute for Mediterranean Studies (Rethymno, Grèce) dans le cadre du programme « Ricontrans » sur les transferts et la réception de l’art religieux russe dans les Balkans et la Méditerranée orientale du xvie au xxe siècle. Elle a publié deux livres en français, dont Le Culte des icônes en Grèce (Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2005).

Haut de page
  • Logo INHA
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search