Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2DébatsQuelle(s) histoire(s) du cinéma p...

Débats

Quelle(s) histoire(s) du cinéma pour le xxie siècle ?

Un débat entre François Albera, Mark Cousins, Gian Luca Farinelli, Sylvie Lindeperg et Élodie Tamayo, mené par Ada Ackerman et Massimo Olivero
Ada Ackerman, François Albera, Mark Cousins, Gian Luca Farinelli, Sylvie Lindeperg, Massimo Olivero et Élodie Tamayo
p. 39-68

Notes de la rédaction

La contribution de Mark Cousins a été traduite de l’anglais par Ada Ackerman.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2023.

Aperçu du texte

Nous sommes bien conscients que « l’histoire du cinéma est encore à écrire ». Ce constat n’est pas l’affirmation d’un échec, mais celui d’une simple nécessité déontologique ; comme le formulent bien deux historiens américains : « toute discipline universitaire digne de ce nom se doit de définir et de redéfinir en permanence son champ d’étude, ses objectifs et ses méthodes ». En effet, les changements incessants dans la perception des objets de la recherche historique, tout comme la mutation des paradigmes culturels, invitent les spécialistes à une révision constante : chaque génération, en interprétant son objet, se l’approprie à nouveau. Il est alors évident que l’histoire du cinéma doit être réécrite par chaque nouvelle génération de chercheurs. Il nous incombe, en un éternel recommencement, de devenir des « nouveaux historiens du cinéma ». Cet impératif était d’ailleurs déjà bien clair dans l’esprit du grand historien Georges Sadoul, qui souhaitait que les nouvelles générations p...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ada Ackerman, François Albera, Mark Cousins, Gian Luca Farinelli, Sylvie Lindeperg, Massimo Olivero et Élodie Tamayo, « Quelle(s) histoire(s) du cinéma pour le xxie siècle ? »Perspective, 2 | 2022, 39-68.

Référence électronique

Ada Ackerman, François Albera, Mark Cousins, Gian Luca Farinelli, Sylvie Lindeperg, Massimo Olivero et Élodie Tamayo, « Quelle(s) histoire(s) du cinéma pour le xxie siècle ? »Perspective [En ligne], 2 | 2022, mis en ligne le 15 avril 2023, consulté le 01 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/perspective/27465 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.27465

Haut de page

Auteurs

Ada Ackerman

Ada Ackerman est chercheuse au CNRS, au laboratoire THALIM. Elle travaille sur les relations entre cinéma et histoire de l’art ainsi que sur les transferts culturels entre Russie et Europe. Elle a notamment publié : A Biblioteca infinita de Serguei Eisenstein (São Paulo, Kinoruss, 2019) et Eisenstein et Daumier. Des affinités électives (Paris, Armand Colin, 2013) ; elle travaille également comme commissaire d’expositions.

François Albera

Professeur honoraire d’histoire et esthétique du cinéma à l’Université de Lausanne, François Albera est auteur de plusieurs ouvrages et études sur le cinéma et la théorie du cinéma soviétique, les cinémas indépendants et d’avant-garde, et les rapports entre arts plastiques, architecture et cinéma. Après quinze ans d’enseignement d’abord à l’université de Lyon puis à l’école des Beaux-Arts de Genève, il a été nommé titulaire de la première chaire de Suisse à offrir un cursus complet, jusqu’à la licence, en études cinématographiques, créée à la faculté des lettres de l’Université de Lausanne en 1990. Sa réflexion méthodologique et épistémologique sur le cinéma anime en particulier la revue 1895 revue d’histoire du cinéma publiée par l’AFRHC, dont il est le rédacteur en chef.

Articles du même auteur

Mark Cousins

Mark Cousins est un réalisateur et écrivain irlando- écossais. Ses films – dont The Story of Film: An Odyssey (2011), What is This Film Called Love? (2012), Life May Be (2014), Atomic, Living in Dread and Promise (2015), I am Belfast (2015) et The Eyes of Orson Welles (2018) – ont été présentés en avant-première aux festivals de Cannes, Berlin, Sundance et Venise et ont remporté le prix Italia, un Peabody Award, le Stanley Kubrick Award et le European Film Academy Award for Innovative Storytelling. Parmi ses livres, on peut citer Imagining Reality: The Faber Book of Documentary (co-écrit avec Kevin Macdonald, Londres, Faber and Faber, 1996) et The Story of Looking (Édimbourg, Canongate, 2017). Il a collaboré avec Tilda Swinton pour produire des événements cinématographiques innovants et tente de trouver des moyens cinématographiques d’explorer ses thèmes de prédilection : le regard, les villes, l’enfance et la guérison. Son nouveau film porte sur le fascisme.

Gian Luca Farinelli

Directeur de la Cineteca de Bologne (depuis 2000) et du Festival Il Cinema ritrovato, qu’il a créé avec Nicola Mazzanti en 1986, Gian Luca Farinelli a conçu et organisé, pour la Cineteca, des événements et des festivals, dont toutes les éditions de Sotto le stelle del cinema. Il a aussi dirigé la création de la première école italienne de restauration de films, L’Immagine ritrovata, qui a donné lieu à l’ouverture, en 1992, du laboratoire de restauration du cinéma du même nom. Il a joué un rôle de premier plan dans la création de l’Association des cinémathèques européennes et a fait partie de divers jurys internationaux. Parallèlement à son activité dans la conservation et la diffusion du patrimoine cinématographique, il a produit deux documentaires, dont Antonioni su Antonioni (2008).

Sylvie Lindeperg

Sylvie Lindeperg est professeure à l’université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne et membre honoraire de l’Institut universitaire de France. Ses recherches portent sur les liens entre le cinéma, la mémoire et l’histoire – celle en particulier de la Seconde Guerre mondiale. Elle a écrit et codirigé une quinzaine d’ouvrages parmi lesquels : Les Écrans de l’ombre (Paris, Le Seuil, [1997] 2014) ; Clio de 5 a 7 (Paris, CNRS Éditions, 2000) ; Nuit et Brouillard. Un film dans l’histoire (Paris, Odile Jacob, 2007). Son dernier livre, Nuremberg. La bataille des images (Paris, Payot Rivages, 2021), vient d’être couronné par les prix du CNC, de la SCAM et de l’association pour l’histoire de la Justice. Sylvie Lindeperg est également auteur de films documentaires dont Face aux fantômes, avec Jean-Louis Comolli (2009).

Massimo Olivero

Maître de conférences en esthétique, théorie et analyse du cinéma à l’université Paris 1 – Panthéon- Sorbonne, Massimo Olivero est spécialiste de l’histoire et de l’esthétique des cinémas hollywoodien, soviétique, français et italien. Il organise notamment le séminaire « Penser le cinéma : esthétique et histoire » (ACTE, 2021-2023).

Élodie Tamayo

Élodie Tamayo est titulaire d’une thèse de doctorat en études cinématographiques (université Sorbonne Nouvelle). Ses travaux, fondés sur la recherche en archives, interrogent les dimensions potentielles et inachevées du médium filmique. Spécialiste d’Abel Gance, elle a édité ses échanges avec son producteur : Abel Gance, Charles Pathé. Correspondance (1918-1955) (Paris, Gallimard, 2021). Elle est actuellement responsable éditoriale du site de streaming La Cinetek et critique aux Cahiers du cinéma.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo INHA
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search