Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2DébatsNarration / abstraction : réflexi...

Débats

Narration / abstraction : réflexions croisées entre médiévistes et contemporanéistes

Une discussion entre Yve-Alain Bois, Manuel Fontán del Junco, Elina Gertsman et Aden Kumler, menée par Vincent Debiais
Yve-Alain Bois, Vincent Debiais, Manuel Fontán del Junco, Elina Gertsman et Aden Kumler
p. 69-96

Notes de la rédaction

Les contributions de Manuel Fontán del Junco, d’Elina Gertsman et Aden Kumler ont été traduites de l’espagnol et de l’anglais par François Boisivon.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2023.

Plan

Contredire l’évidence : une narration en abstraction
Questions de structure : le lieu de l’abstraction
L’œuvre comme processus : temps de la perception ; lenteurs de l’image
Écrire / exposer une contre-histoire de l’abstraction

Aperçu du texte

La barre oblique placée entre narration et abstraction dans le titre de cette discussion suppose une relation, un rapport entre deux modalités du visuel ; une opposition peut-être, un contrepoint ; ou encore une progression, un cheminement de sens allant du récit à l’idée. La préposition « entre », dans la seconde partie du titre, engage, elle aussi, une mise en relation, un « croisement » entre les spécialistes du Moyen Âge et de l’époque contemporaine, croisement dont il faudrait savoir s’il recoupe également la relation entre ces deux « moments artistiques » ; en d’autres termes, cette relation existe-t-elle en dehors d’une séparation des épistémès ? Est-elle pertinente quand on interroge une notion comme l’abstraction par-delà toute participation au discours sur l’art ? La question est d’autant plus importante qu’elle semble trop présente dans l’historiographie pour être ignorée, d’une part, et qu’elle impose, d’autre part, de revenir aux définitions de chacun des termes employé...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yve-Alain Bois, Vincent Debiais, Manuel Fontán del Junco, Elina Gertsman et Aden Kumler, « Narration / abstraction : réflexions croisées entre médiévistes et contemporanéistes »Perspective, 2 | 2022, 69-96.

Référence électronique

Yve-Alain Bois, Vincent Debiais, Manuel Fontán del Junco, Elina Gertsman et Aden Kumler, « Narration / abstraction : réflexions croisées entre médiévistes et contemporanéistes »Perspective [En ligne], 2 | 2022, mis en ligne le 15 avril 2023, consulté le 01 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/perspective/27518 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.27518

Haut de page

Auteurs

Yve-Alain Bois

Spécialiste de l’art européen et américain du xxe siècle, Yve-Alain Bois est le co-auteur de Formless: A User’s Guide (avec Rosalind E. Krauss, New York, Zone Books / The MIT Press, 1997) et l’auteur de Painting as Model (Cambridge, Mass., The MIT Press, 1998) ; il est membre de la rédaction de la revue October. Actuellement professeur à la School of Historical Studies de l’Institute for Advanced Study de Princeton (N.J.), il a enseigné aux universités Johns Hopkins (1983-1991) et Harvard (2002-2005). Il a été commissaire d’expositions dans le monde entier, parmi lesquelles : « Ellsworth Kelly: Early Drawings » (Cambridge, Fogg Art Museum / Atlanta, High Museum / Chicago, Arts Institute…, 1999-2000) ; « Piet Mondrian, A Retrospective » (Washington, DC, National Gallery of Art / New York, The Museum of Modern Art / La Haye, Gemeentemuseum, 1994-1995) et « L’Informe, mode d’emploi » (Paris, Centre Georges-Pompidou, 1996).

Vincent Debiais

Vincent Debiais est chargé de recherche au CNRS et professeur à l’EHESS. Ses recherches portent de façon générale sur la rencontre de la culture écrite et de la culture visuelle au Moyen Âge, principalement dans le domaine monumental et celui des objets. Il travaille actuellement sur la représentation du silence dans les images médiévales, entre théologie et iconographie, et la notion d’abstraction dans les pratiques artistiques du long Moyen Âge. Il a notamment écrit La Croisée des signes. L’écriture et l’image médiévale (800-1200) (Paris, Le Cerf, 2017) ; Le Silence dans l’art. Théologie et liturgie du silence dans les images médiévales (Paris, Le Cerf, 2019). Il travaille à la rédaction (avec Elina Gertsman) de L’Hypothèse abstraite. L’informel et l’abstrait dans l’art du Moyen Âge occidental (Paris, Le Cerf, à paraître en 2023).

Manuel Fontán del Junco

Docteur en philosophie, Manuel Fontán del Junco a publié des textes sur l’esthétique, la philosophie de la culture et la théorie de l’art. Il a traduit Martin Heidegger, Franz Marc, Walker Percy, Peter Sloterdijk, Boris Groys et Paul Klee. Entre 1995 et 2005, il a dirigé trois antennes européennes de l’Instituto Cervantes (à Brême, Lisbonne et Naples) et, depuis janvier 2006, il est directeur des expositions de la Fundación Juan March. Il a organisé de nombreuses expositions d’art moderne et contemporain, parmi lesquelles : « La Ciudad Abstracta. 1966: el nacimiento del Museo de Arte Abstracto Español » (Cuenca, Museo Abstracto Español, 2006) ; « La Ilustración total. Arte conceptual de Moscú, 1960-1990 » (Madrid, Fundación Juan March, 2008) et « Escuchar con los ojos. Arte Sonoro en España, 1961-2016 » (Madrid, Fundación Juan March, 2016).

Elina Gertsman

Spécialiste de l’histoire de l’art médiéval, Elina Gertsman est professeure d’histoire de l’art (chaire Archbishop Paul J. Hallinan Professor in Catholic Studies II) à la Case Western Reserve University (Cleveland, Ohio). Elle est actuellement professeur invitée à l’EHESS (Paris). En plus de nombreux articles, elle est l’autrice de : The Dance of Death in the Middle Ages: Image, Text, Performance (Turnhout, Brepols, 2010) ; Worlds Within: Opening the Medieval Shrine Madonna (University Park, Penn State University Press, 2015) ; The Absent Image: Lacunae in Medieval Books (University Park, Penn State University Press, 2021). Elle a coécrit The Middle Ages in 50 Objects (avec B. H. Rosenwein, Cambridge, Cambridge University Press, 2018) ; elle a collaboré avec Stephen Fliegel au catalogue de l’exposition qu’ils ont co-organisée, « Myth and Mystique: Cleveland’s Gothic Table Fountain » (The Cleveland Museum of Art, 2018). Parmi les ouvrages qu’elle a dirigé, citons : Visualizing Medieval Performance: Perspectives, Histories, Contexts (Burlington, Ashgate, 2008) ; Crying in the Middle Ages: Tears of History (Hoboken, Taylor and Francis, 2011) ; Abstraction and Medieval Art: Beyond the Ornament (Amsterdam, Amsterdam University Press, 2021). En 2022, elle a été élue membre de la Medieval Academy of America.

Aden Kumler

Professeure d’histoire de l’art à l’Universität Basel, Aden Kumler s’intéresse à des sujets thématiquement et historiquement très variés. Sa première monographie, Translating Truth: Ambitious Images and Religious Knowledge in Late Medieval France and England (New Haven, Yale University Press, 2011), examinait les interactions entre l’enluminure des manuscrits et les textes vernaculaires en France et en Angleterre aux xiiie et xive siècles. Ses travaux portent également sur les objets liturgiques dans le contexte de la pratique, des prescriptions rituelles et des concepts théologiques au cours du haut et du bas Moyen Âge, ainsi que sur les problèmes contemporains de méthodologie. Elle vient de diriger le volume collectif Destroyed – Disappeared – Lost – Never Were (avec B. Fricke, College Park, PA, Penn State University Press, International Center of Medieval Art, 2022).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo INHA
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search