Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2DébatsLes historiens de l’art en médiat...

Débats

Les historiens de l’art en médiateurs : formes de la transmission

Un débat entre Irene Baldriga, Hortense Belhôte, Jérôme Glicenstein et Bendor Grosvenor, mené par Myriam Métayer
Irene Baldriga, Hortense Belhôte, Jérôme Glicenstein, Bendor Grosvenor et Myriam Métayer
p. 125-146

Notes de la rédaction

Les contributions d’Irene Baldriga et de Bendor Grosvenor ont été traduites de l’italien et de l’anglais par Géraldine Bretault.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2023.

Plan

La voix du narrateur
Mettre en récit pour mieux faire voir
Fictionnaliser les savoirs ?
La communication numérique et ses formes de narration
De la réduction des savoirs

Aperçu du texte

L’idée que l’histoire de l’art s’incarne aussi au travers d’une constellation de récits mis à la portée de tous suppose d’envisager l’ancrage dans l’espace public de pratiques de transmission des savoirs sur l’art et, ce faisant, d’attribuer de l’intérêt à leur nature itérative. Elle implique par ailleurs de reconnaître la légitimité de nombreux dispositifs (parmi lesquels les dispositifs éditoriaux, muséologiques, télévisuels, numériques et plus largement médiatiques) qu’on pourrait croire éloignés des impératifs de la recherche compte tenu de leur fonction médiatrice. À vouloir considérer ces pratiques et ces dispositifs, on est conduit à concevoir l’histoire de l’art non plus seulement sous l’angle de la construction du discours historique mais aussi sous l’angle de la fabrique d’histoires aux formes d’énonciation multiples. Un tel changement de perspective, au lieu d’entretenir la distinction hiérarchique entre le domaine de l’élaboration des savoirs et celui de leur communicati...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Irene Baldriga, Hortense Belhôte, Jérôme Glicenstein, Bendor Grosvenor et Myriam Métayer, « Les historiens de l’art en médiateurs : formes de la transmission »Perspective, 2 | 2022, 125-146.

Référence électronique

Irene Baldriga, Hortense Belhôte, Jérôme Glicenstein, Bendor Grosvenor et Myriam Métayer, « Les historiens de l’art en médiateurs : formes de la transmission »Perspective [En ligne], 2 | 2022, mis en ligne le 15 avril 2023, consulté le 30 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/perspective/27673 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.27673

Haut de page

Auteurs

Irene Baldriga

Irene Baldriga est professeur de muséologie et de médiation muséale à la Sapienza – Università di Roma. Elle s’intéresse depuis de nombreuses années aux politiques muséales et à l’éducation au patrimoine, en particulier aux approches narratives et au rapport entre citoyenneté, identité et mémoire. Elle participe à des projets internationaux sur les nouveaux publics et la nouvelle muséologie (avec un accent sur le rôle du musée dans les démocraties modernes) et elle est membre du Groupe de recherche sur l’éducation et les musées (GREM, université du Québec à Montréal). Parmi ses dernières publications : Diritto alla bellezza. Educazione al patrimonio artistico, sostenibilità e cittadinanza (Florence, Le Monnier Università, 2017) ; Estetica della cittadinanza. Per una nuova educazione civica (Florence, Le Monnier Università, 2020) ; elle a rédigé le manuel Lo Sguardo dell’arte (Milan, Mondadori, 2022).

Hortense Belhôte

Hortense Belhôte est à la fois enseignante en histoire de l’art et interprète pour le théâtre, le cinéma et la danse contemporaine. À la croisée de ses pratiques, elle développe ses « cours spectaculaires », dont L’érotisme dans l’art classique qui a donné lieu à la première saison de « Merci de ne pas toucher », une web-série pour Arte. Elle y mêle savoir universitaire, culture populaire, autobiographie et humour.

Jérôme Glicenstein

Jérôme Glicenstein est professeur au département Arts plastiques de l’université Paris 8 – Vincennes – Saint-Denis, où il a créé en 2009 le master « Médiation, Exposition, Critique ». Ses recherches au sein de l’UR 4010 AIAC-EPHA portent principalement sur l’art contemporain et son exposition. Il est par ailleurs responsable de la rédaction de la revue Marges (Presses universitaire de Vincennes). Parmi ses principales publications personnelles : L’Art : une histoire d’expositions (Paris, Presses universitaires de France, 2009), L’Art contemporain entre les lignes (Paris, Presses universitaires de France, 2013), L’Invention du curateur (Paris, Presses universitaires de France, 2015).

Bendor Grosvenor

Après avoir étudié l’histoire à l’université, Bendor Grosvenor a rejoint le marché de l’art à Londres en 2005. Depuis 2017, il se consacre à l’écriture et à la télévision. Ses émissions pour la BBC incluent Fake or Fortune? et Britain’s Lost Masterpieces. Pour cette dernière, il a notamment découvert des tableaux de Pierre Paul Rubens, Claude Gellée, Sandro Botticelli. Il signe une chronique récurrente dans The Art Newspaper.

Myriam Métayer

Myriam Métayer est maître de conférences en histoire de l’art contemporain à l’université Bordeaux-Montaigne. Depuis 2014, au sein du Centre de recherche en histoire de l’art (CRHA) François- Georges Pariset (UR 538), elle codirige l’axe « Histoire de l’art : écrits, discours, langages » dans le cadre duquel a été publié l’ouvrage collectif Le récit de l’histoire de l’art. Mots et rhétoriques d’une discipline (Le Kremlin-Bicêtre, Éditions Esthétique du divers, 2017). Ses recherches actuelles portent sur l’histoire et les enjeux de la vulgarisation des savoirs sur l’art.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo INHA
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search