Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2EssaisDes images claires dans des pièce...

Essais

Des images claires dans des pièces obscures. Les représentations de la Jātakamālā au Tibet oriental (1450-1550)

Clear-Cut Images in Obscure Settings. The Representations of the Jātakamālā in Eastern Tibet (1450-1550)
Erhellende Bilder in dunklen Räumen. Die Jātakamālā-Darstellungen in Ost-Tibet (1450-1550)
Immagini chiare in stanze buie. Rappresentazioni del Jātakamālā nel Tibet orientale (1450-1550)
Imágenes claras en piezas oscuras. Las representaciones del Jātakamālā del Tibet oriental (1450-1550)
Jean-Baptiste Georges-Picot
p. 215-228

Résumés

À partir de l’exemple de la Jātakamālā (« Guirlande des renaissances ») et d’approches théoriques forgées dans le champ de l’histoire de l’art occidental, cet article examine les politiques de mise en images et de mise en espace de récits dans le monde tibétain. Malgré l’absence de prescription iconographique et en dépit de patronages privés et d’exécutions parfois malhabiles, les quelques exemples étudiés témoignent du soin accordé à des représentations qui précisent et complètent le texte de la Jātakamālā. Cette minutie est d’autant plus remarquable que ces images, reléguées au bas des murs de chapelles plongées dans l’obscurité, n’étaient vraisemblablement pas destinées à être contemplées. La conclusion propose quelques hypothèses pour rendre compte de ce paradoxe apparent.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2023.

Plan

Le texte et les images
Des images qui commentent et complètent le texte
La mise en espace des récits
Peindre des images narratives est-ce raconter une histoire ?

Aperçu du texte

L’histoire de l’art du Tibet et d’une partie du monde indien a accordé une attention particulière aux représentations hiératiques de divinités. Fréquemment qualifiées d’« iconiques », ces images sont opposées aux images dites narratives. Ces dernières, en dépit de leur nombre et de leur richesse, ont longtemps fait l’objet d’un intérêt moindre, parfois empreint d’une certaine méfiance. Bien que commode, et souvent convoquée, l’opposition iconique / narratif ne semble pas réellement correspondre à des distinctions locales et peu d’auteurs en ont proposé une théorisation. Les travaux de Claudine Bautze-Picron et Hung Wu font exception. Ils fondent leurs distinctions sur des considérations formelles et fonctionnelles et rejoignent, sans y faire référence, les travaux de Meyer Schapiro sur l’Occident médiéval qui distingue les « thèmes d’état » des « thèmes d’action ». Les premiers, caractérisés par la frontalité et la symétrie, sont particulièrement associés aux figures divines et perm...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Baptiste Georges-Picot, « Des images claires dans des pièces obscures. Les représentations de la Jātakamālā au Tibet oriental (1450-1550) »Perspective, 2 | 2022, 215-228.

Référence électronique

Jean-Baptiste Georges-Picot, « Des images claires dans des pièces obscures. Les représentations de la Jātakamālā au Tibet oriental (1450-1550) »Perspective [En ligne], 2 | 2022, mis en ligne le 15 avril 2023, consulté le 01 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/perspective/27959 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.27959

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Georges-Picot

La thèse de Jean-Baptiste Georges-Picot, doctorant en histoire de l’art (EPHE/EHESS), porte sur six chapelles familiales peintes du Tibet oriental. En plus du contexte social, historique et religieux de ces peintures, ce travail s’intéresse au statut de ces images, aux liens qu’elles tissent avec leurs lieux, les objets de cultes qui les entourent et les fidèles qui les fréquentent.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo INHA
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search