Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2EssaisPour une histoire queer de l’art ...

Essais

Pour une histoire queer de l’art : récits alternatifs et expériences de déplacement

For a Queer History of Art: Alternative Narratives and Experiences of Displacement
Für eine queere Kunstgeschichte: alternative Erzählungen und Erfahrungen der Neuverortung
Per una storia dell’arte queer: narrazioni alternative ed esperienze di spostamento
Para una historia queer del arte: relatos alternativos y experiencias de desplazamiento
Damien Delille
p. 229-248

Résumés

Le renouvellement récent des études féministes et de genre dans le champ de l’histoire de l’art s’est cristallisé autour du terme « queer », qui correspond aux pratiques et aux théories de l’entre-deux sexuel et de la fluidité des représentations de genre. En revenant sur le moment historiographique de fondation du terme dans le contexte étasunien des années 1980-2000, cet article propose d’articuler la contestation politique et esthétique que les pratiques queers embrassent aux différentes formes de récits engagées sur le temps long. Il s’agit d’examiner la manière dont les historiennes et historiens de l’art ont intégré les théories queer à une histoire LGBT marquée par l’invisibilité et le détournement érotique. D’autres formes de généalogies héritées de la pensée foucaldienne sont interrogées à partir des expériences sexuelles et des subjectivités des artistes. Cette histoire queer de l’art s’appuie sur l’examen d’une archéologie plus profonde de la modernité issue des périodes classiques prémodernes. Elle rappelle le rôle des narrations intersectionnelles et des études culturelles qui permettent de déplacer l’histoire de l’art androcentrique vers l’étude des marginalités artistiques de genre, de classe et de race.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2023.

Plan

Histoire : théories et psychologie LGBT
Généalogies : expériences et visualités des marges
Archéologie de la modernité : modèles et catégorie esthétique
Narrations : résistances et intersectionnalité de l’image médiatique
« Queeriser » l’histoire au musée

Aperçu du texte

L’introduction des théories queer dans le champ de l’histoire de l’art et des cultures visuelles interroge le rapport de la discipline à l’écriture de ses récits, face au renouvellement des méthodes en sciences humaines et sociales. Le terme « queer », accepté depuis 2019 par le dictionnaire Le Robert, est une expression anglaise désignant ce qui est étrange, bizarre, pervers. Il est utilisé en français comme nom ou adjectif pour définir une « personne dont l’orientation ou l’identité sexuelle ne correspond pas aux modèles dominants ». Il cohabite avec d’autres appellations et leurs dérivés du vocabulaire français LGBTIQ+, qui sont employés couramment dans les études de genre (Elchacar, Salita, 2018). Son usage théorique s’appuie sur la dénaturalisation du biologisme sexuel hérité de la première vague féministe et sur l’étude du système binaire dans l’organisation historique du pouvoir (Turner, 2000 ; Bereni, Chauvin et al., 2012, p. 70-76). Bien qu’il n’ait pas encore été pleinemen...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Damien Delille, « Pour une histoire queer de l’art : récits alternatifs et expériences de déplacement »Perspective, 2 | 2022, 229-248.

Référence électronique

Damien Delille, « Pour une histoire queer de l’art : récits alternatifs et expériences de déplacement »Perspective [En ligne], 2 | 2022, mis en ligne le 15 avril 2023, consulté le 01 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/perspective/27985 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.27985

Haut de page

Auteur

Damien Delille

Damien Delille est maître de conférences en histoire de l’art contemporain à l’université Lumière – Lyon  2 et co-responsable scientifique de l’équipe «  Arts, images, Société  » au sein du laboratoire du LARHRA (UMR 5190). Ses travaux portent sur les arts, les cultures visuelles et matérielles au passage du xxe siècle, et dans les pratiques contemporaines, à partir des intersections entre les études de genre et des masculinités, les théories queer et l’histoire des sexualités.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo INHA
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search