Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2EssaisPrêter l’œil et l’oreille. Les vi...

Essais

Prêter l’œil et l’oreille. Les vite de l’art brut, ou la parole confisquée

Lending an Eye and an Ear. The Vite of Art Brut, or the Confiscation of Speech
Mit Aug und Ohr. Die Viten der Art brut, oder das entzogene Wort
Guardare e ascoltare. Le vite dell’art brut, ovvero la parola confiscata
Prestar ojo y oreja. Los vite del art brut o el habla confiscada
Baptiste Brun
p. 263-276

Résumés

Cet article interroge la part biographique à l’œuvre dans la mise en récit de l’histoire de l’art brut, à supposer que celle-ci existe. La situation de marginalité sociale et psychiatrique vécue par de nombreuses femmes et hommes enrégimentés dans les rangs de l’art brut ou de l’Outsider Art s’accompagne souvent d’une privation ou d’une confiscation de la parole, et de son corollaire : la pleine licence de l’exégète qui fictionnalise littéralement autour du « cas » qu’il aborde. Un recours à de véritables fictions d’art brut permet de faire saillir ce qui relève d’une approche psycho-biographique peu rigoureuse de l’historicité, et renforce sa dimension mythographique. Les poncifs des relations entre art et folie hérités du romantisme ont été reconduits, jusqu’à ce qu’on assiste plus récemment à la mise en œuvre d’un discours marchand néo-primitiviste. Mais comme le montrent de récents travaux situés à la croisée des approches des écritures ordinaires et de la microstoria, il est possible d’appliquer une méthode rigoureuse pour travailler à une histoire des productions et des producteurs apparentés à l’art brut.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2023.

Plan

L’enquête biographique selon Jean Dubuffet
Exposition et réduction symptomatologique
Fictions d’art brut
Histoire(s)

Aperçu du texte

Lorsqu’il est abordé comme une « fiction théorique », l’art brut a une portée heuristique de premier plan. À la manière d’une image spéculaire, il souligne les stéréotypies qui structurent les mondes de l’art et de l’histoire de l’art. Les relations et les dynamiques qui les animent et les parcourent se voient, à son aune, éclairées d’un jour singulier. Déjà en 1968, dans son article dédié à l’« art brut » versé à l’Encyclopædia Universalis, Hubert Damisch avait énoncé de manière concise mais féconde ce potentiel critique qui agit à la manière d’un révélateur. Zélateur de l’œuvre de Jean Dubuffet, l’historien et critique d’art écrivait que la notion inventée en 1945 par le peintre était à même d’éclairer les fondements épistémologiques de la discipline comme ses faiblesses :

Peut-elle même, cette histoire [de l’art], faire état [de l’art brut] sans se voir contestée dans son principe même, en tant qu’institution culturelle marquée au sceau d’une idéologie qui ne saurait admettre que ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Baptiste Brun, « Prêter l’œil et l’oreille. Les vite de l’art brut, ou la parole confisquée »Perspective, 2 | 2022, 263-276.

Référence électronique

Baptiste Brun, « Prêter l’œil et l’oreille. Les vite de l’art brut, ou la parole confisquée »Perspective [En ligne], 2 | 2022, mis en ligne le 15 avril 2023, consulté le 01 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/perspective/28083 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.28083

Haut de page

Auteur

Baptiste Brun

Baptiste Brun est enseignant-chercheur à l’université Rennes 2. Ses travaux portent sur les interactions entre création artistique, histoire de l’art et sciences humaines et sociales dans la seconde moitié du xxe siècle, sur des œuvres et travaux apparentés à l’art brut et sur l’épistémologie de l’histoire de l’art pensée en regard du primitivisme.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo INHA
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search