Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2EssaisRécit, genre et tournant « cinéma...

Essais

Récit, genre et tournant « cinématique », ou retour au cinéma. La redéfinition des archétypes du conte de fées et de l’horreur dans l’art de l’image en mouvement : l’expérience britannique

Narrative, Gender and the Cinematic Turn. The Redefinition of Fairy-Tale and Horror Archetypes in Contemporary British Moving Image Art
Erzählung, Gender und der „Cinematic Turn“ oder: zurück ins Kino. Eine Neudefinierung von Archetypen aus Märchen und Horrorgeschichten in der Kunst des bewegten Bildes: die Erfahrung Großbritanniens
Narrativa, genere e svolta “cinematografica”, o ritorno al cinema. Ridefinire gli archetipi della fiaba e dell’horror nell’arte dell’immagine in movimento: l’esperienza britannica
Relato, género y giro “cinemático”, o el regreso al cine. Redefinición de los arquetipos del cuento de hadas y de terror en el arte de la imagen en movimiento: la experiencia británica
Elisabetta Garletti
Traduction de François Boisivon
p. 293-306

Résumés

La publication de l’article fondateur de Laura Mulvey « Visual Pleasure and Narrative Cinema » (1975) a ouvert la voie à l’examen des relations entre le genre comme question politique et le récit du cinéma au sein des études cinématographiques. En Grande-Bretagne, celles-ci se sont développées – au point qu’on a pu parler d’une British Film theory – conjointement au cinéma expérimental sur la base d’une méfiance commune envers le récit, perçu comme un instrument de mystification au service de l’idéologie dominante et de l’idéal hétéro-patriarcal. Cet article procède à un réexamen des relations entre récit et genre (au sens politique) à la lumière du « tournant cinématique » qui s’opère depuis les années 1990 dans l’art des images en mouvement. Dès lors que des artistes contemporains délaissent de plus en plus l’esthétique formaliste et anti-illusionniste du premier cinéma expérimental et reviennent aux structures conventionnelles du récit au cinéma, il devient urgent de considérer son potentiel critique. Examinant comment Marianna Simnett et Jamie Crewe s’approprient, respectivement dans The Udder (2014) et dans Ashley (2020), les conventions du conte de fées et du film d’horreur, il s’agit de montrer que le jeu du récit dans les œuvres d’une génération émergente d’artistes britanniques réhabilite les notions longtemps rejetées ou considérées avec suspicion de plaisir du récit et d’identification à celui-ci tout en témoignant des capacités de la narration à subvertir les présupposés sociaux et culturels de la normativité de genre.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2023.

Plan

La narration : un champ de recherche interdisciplinaire
Le tournant cinématique
The Udder en récit édifiant inversé : comment se défait l’archétype féminin du conte de fées
Monstres invisibles : horreur psychologique et effondrement du schéma narratif victime / bourreau dans Ashley

Aperçu du texte

Si l’on peut concevoir la narration, avec le concours des principes de l’avant-garde, comme étant de l’ordre de ce qui se termine sans clôture, et l’état liminal comme étant lui-même politiquement signifiant, alors elle peut questionner le symbolique, et devenir le véhicule d’une réévaluation constante du mythe et des symboles.

En conclusion de « Changes: Thoughts on Myth, Narrative and Historical Experience » (1984), Laura Mulvey revient sur la position critique adoptée envers la narration au cinéma dans un précédent et mémorable article, « Visual Pleasure and Narrative Cinema » (1975), où elle déconstruisait la structure linéaire et téléologique mystificatrice du film hollywoodien classique, principalement caractérisé par son intrigue conduite par un protagoniste (masculin) suivant une trajectoire menant de la crise à sa solution, s’achevant sur une clôture narrative. Mulvey y affirmait que l’attribution conventionnelle des rôles actif et passif aux personnages masculin et féminin,...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elisabetta Garletti, « Récit, genre et tournant « cinématique », ou retour au cinéma. La redéfinition des archétypes du conte de fées et de l’horreur dans l’art de l’image en mouvement : l’expérience britannique »Perspective, 2 | 2022, 293-306.

Référence électronique

Elisabetta Garletti, « Récit, genre et tournant « cinématique », ou retour au cinéma. La redéfinition des archétypes du conte de fées et de l’horreur dans l’art de l’image en mouvement : l’expérience britannique »Perspective [En ligne], 2 | 2022, mis en ligne le 15 avril 2023, consulté le 01 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/perspective/28233 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.28233

Haut de page

Auteur

Elisabetta Garletti

Elisabetta Garletti, qui a obtenu une bourse de l’Arts and Humanities Research Council, est doctorante à l’université de Cambridge. Ses recherches portent sur la représentation du genre dans l’art britannique contemporain de l’image en mouvement, plus particulièrement sur la façon dont s’y reconfigurent les représentations de la féminité, dans le contexte des discours queer, postféministe et posthumaniste.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo INHA
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search