Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2EssaisLa reprise de l’histoire. Révisio...

Essais

La reprise de l’histoire. Révisions du récit national dans les œuvres de Titus Kaphar, Sonya Clark et Fabiola Jean-Louis

Reappropriating History. Revisions of America’s National Saga in the Works of Titus Kaphar, Sonya Clark and Fabiola Jean-Louis
Die Geschichte ausbessern. Umarbeitungen des nationalen US-amerikanischen Narrativs in den Werken von Titus Kaphar, Sonya Clark und Fabiola Jean-Louis
La riscrittura della storia. Revisioni della narrazione nazionale americana nelle opere di Titus Kaphar, Sonya Clark e Fabiola Jean-Louis
El rescate de la historia. Revisiones del relato nacional americano en las obras de Titus Kaphar, Sonya Clark y Fabiola Jean-Louis
Hélène Valance
p. 307-320

Résumés

Cet article examine le travail de trois artistes africains-américains contemporains, Sonya Clark, Titus Kaphar et Fabiola Jean-Louis, dont les œuvres réécrivent l’histoire et l’histoire de l’art américaines entre toile et texte. Chez ces artistes, le récit opère toujours un retour, une redite, une révision qui se développe notamment dans la reprise ironique d’images familières. Ici la tradition textile, en elle-même riche d’histoire(s), est redéployée pour déchirer, couvrir, ou encore travestir le roman national et son imagerie. Alors que les performances de Clark procèdent à un détricotage littéral de l’histoire nationale, Kaphar enveloppe des œuvres du canon américain pour leur conférer une nouvelle épaisseur, tandis que Jean-Louis donne corps au papier pour replacer des figures de femmes noires dans la tradition visuelle occidentale. Chacun de leurs gestes « retextualise » les épisodes connus de l’histoire familière des États-Unis, et contribue à étoffer le récit du roman national.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2023.

Plan

Réécrire l’histoire (de l’art)
Toiles de fond : arts textiles et histoires de l’art africaines-américaines
Doublures noires : la révision du canon artistique blanc par les artistes africains-américains
Titus Kaphar : (dé)voiler
Sonya Clark : (dé)tisser
Fabiola Jean-Louis : (re)vêtir

Aperçu du texte

Réécrire l’histoire (de l’art)

En 2015, le New York Times saluait l’entrée d’artistes africains-américains dans de prestigieuses institutions culturelles américaines comme le couronnement d’un combat politique, l’aboutissement d’une véritable « marche » qui les aurait menés aux portes des musées, comme les grandes manifestations pacifiques des années 1960 avaient débouché sur les droits civiques. Le journaliste soulignait ainsi : « Après des décennies d’acquisitions clairsemées, d’une recherche sous-développée et d’une stratégie d’expositions purement symbolique », les musées américains ont entamé « une réécriture de l’histoire de l’art du xxe siècle qui inclut les artistes noirs de manière plus visible et plus significative que jamais », se lançant à corps perdu dans une « course de rattrapage historique ». La tendance était déjà visible dans la monumentale exposition itinérante « 30 Americans » présentée d’abord au Rubell Museum – Contemporary Arts Foundation en 2008. Cette course ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Valance, « La reprise de l’histoire. Révisions du récit national dans les œuvres de Titus Kaphar, Sonya Clark et Fabiola Jean-Louis »Perspective, 2 | 2022, 307-320.

Référence électronique

Hélène Valance, « La reprise de l’histoire. Révisions du récit national dans les œuvres de Titus Kaphar, Sonya Clark et Fabiola Jean-Louis »Perspective [En ligne], 2 | 2022, mis en ligne le 15 avril 2023, consulté le 01 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/perspective/28335 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.28335

Haut de page

Auteur

Hélène Valance

Hélène Valance est maîtresse de conférences à l’université de Franche-Comté. Elle est l’autrice de Nocturne: Night in American Art (New Haven, Yale University Press, 2018) et travaille actuellement à un projet consacré aux remises en scène de l’histoire nationale dans la culture visuelle américaine.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo INHA
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search