Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2LecturesAux racines du voir : enjeux cont...

Lectures

Aux racines du voir : enjeux contemporains de l’anthropologie figurative de Philippe Descola

At the Roots of Seeing: Contemporary Implications of Philippe Descola’s Figurative Anthropology
Zu den Wurzeln des Sehens: Die gegenwärtige Tragweite der figurativen Anthropologie Philippe Descolas
Alle radici del vedere: questioni contemporanee dell’antropologia figurativa di Philippe Descola
En las raíces del ver: problemas contemporáneos de la antropología figurativa de Philippe Descola
Thomas Golsenne
p. 323-340
Référence(s) :

Castro, Pitrou, Rebecchi, 2020 : Teresa Castro, Perig Pitrou, Marie Rebecchi (dir.), Puissance du végétal et cinéma animiste. La vitalité révélée par la technique, actes du colloque (Paris, EHESS / CNRS / université Paris 3 – Sorbonne nouvelle / INHA, 2016), Dijon, Les presses du réel, 2020.

Descola, 2021 : Philippe Descola, Les Formes du visible, Paris, Le Seuil, 2021.

Franke, 2010 : Anselm Franke (dir.), Animism: Volume I, cat. exp. (Anvers, Extra City – Kunsthal Antwerpen, Museum of Contemporary Art / Berne, Kunsthalle, 2010), Berlin / New York, Sternberg Press, 2010.

Ingold, (2013) 2017 : Tim Ingold, Faire. Anthropologie, archéologie, art et architecture, Hervé Gosselin, Hicham-Stéphane Afeissa (trad. fr.), Belleveaux, Éditions Dehors, 2017 [éd. orig. : Making: Anthropology, Archaeology, Art and Architecture, Londres, Routledge, 2013].

Zhong Mengual, 2021 : Estelle Zhong Mengual, Apprendre à voir. Le point de vue du vivant, Arles, Actes Sud, 2021.

Résumés

Les Formes du visible de Philippe Descola (Paris, Le Seuil, 2021) s’impose déjà comme une importante contribution à l’anthropologie de l’art et des images, du fait de son ambition et de sa réception. Cet ouvrage entreprend la synthèse des recherches menées par l’auteur de l’influent Par-delà nature et culture (Paris, Gallimard, 2005) sur les artefacts visuels, en mettant au jour les façons dont ils sont reliés aux ontologies animiste, analogiste, naturaliste et totémiste qui constituent le socle de la pensée de Descola. Si l’entreprise suscite l’admiration pour sa cohérence et la variété des exemples étudiés, elle est peut-être moins remarquable que d’autres tentatives menées depuis quelques années pour appliquer les concepts de Descola à l’analyse des images, en dehors des sentiers qu’il a lui-même dessinés. Il s’agira d’observer dans le présent texte comment la remontée anthropologique aux racines du voir entreprise par Descola produit des fruits nombreux et inattendus.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2023.

Plan

Figurer le visible et l’invisible
Penser l’hybridation des images et des cultures
Images animistes dans un monde naturaliste
Une anthropologie vitaliste des formes
Une histoire animiste du cinéma
Un animisme décolonial
Une histoire artistique du vivant

Aperçu du texte

La très importante contribution que Philippe Descola apporte à l’analyse anthropologique des images avec Les Formes du visible s’inscrit, comme il le rappelle lui-même, dans le prolongement de ses recherches antérieures. Peu après la parution de son opus magnum, Par-delà nature et culture (2005) dont le retentissement a été considérable, Descola oriente en effet ses cours au Collège de France sur les modes de figuration des ontologies anthropologiques dont il a décrit le système. La première concrétisation de ces recherches est l’exposition « La Fabrique des images » au musée du Quai Branly, où sont jetées les bases des idées qu’il développe avec force détails et plusieurs ajouts importants dans son nouvel ouvrage.

N’étant pas anthropologue, je n’aurai pas les moyens de jauger de l’originalité des analyses descoliennes de l’important corpus d’artefacts provenant des quatre coins du monde qu’il mobilise. Mon objectif, plus modeste, consiste à situer la position de Descola au sein d’un...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Golsenne, « Aux racines du voir : enjeux contemporains de l’anthropologie figurative de Philippe Descola »Perspective, 2 | 2022, 323-340.

Référence électronique

Thomas Golsenne, « Aux racines du voir : enjeux contemporains de l’anthropologie figurative de Philippe Descola »Perspective [En ligne], 2 | 2022, mis en ligne le 15 avril 2023, consulté le 30 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/perspective/28418 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.28418

Haut de page

Auteur

Thomas Golsenne

Docteur en histoire de l’art, ancien pensionnaire de l’Académie de France à Rome, Thomas Golsenne est un spécialiste de l’histoire de l’ornementalité dans la culture européenne, de l’anthropologie des images, et des enjeux culturels de la technique dans le monde contemporain. Maître de conférences en histoire de l’art et culture visuelle modernes à l’université de Lille, il a dernièrement codirigé le volume : Essais de bricologie. Ethnologie de l’art et du design contemporains (avec P. Ribault, Techniques et Culture, no 64, 2015) et écrit Carlo Crivelli et le matérialisme mystique du Quattrocento (Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017) ; Un Moyen Âge émancipateur (avec Clovis Maillet, Romainville, Même pas l’hiver, 2021).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo INHA
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search