Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2ÉditorialÉditorial

Éditorial

Éditorial

Marine Kisiel et Matthieu Léglise
p. 6-10

Texte intégral

Olivier Saillard, L’Impossible Garde-robe [The Impossible Wardrobe], 2012, performance (Tilda Swinton), Paris, palais de Tokyo.

Olivier Saillard, L’Impossible Garde-robe [The Impossible Wardrobe], 2012, performance (Tilda Swinton), Paris, palais de Tokyo.

© Olivier Saillard/photo © Piero Biasion

1Venons-en aux modes !

  • 1 Mylène Beaufils, Géraud Buffa, Claudine Cartier (dir.), In Situ. Revue des patrimoines, no 50 : La (...)

2Non pas comme on en vient aux mains, mais comme on revient, enfin, aux sources. Ce n’est pas peu dire qu’il est à la mode, précisément, d’ouvrir enfin les pages des revues savantes à la question des modes, comme en témoignent les numéros thématiques, parus concomitamment au nôtre, d’In Situ et des Cahiers du Musée d’art moderne1. Mais cela ne saurait être vu comme un effet de mode : tout au contraire, le récent enthousiasme dont bénéficie ce champ répond à une poussée que les digues disciplinaires ne suffisent heureusement plus à contenir. Qu’est-elle ? Qu’indique-t-elle ? À quoi ouvre-t-elle ? C’est précisément ce qu’une discipline élaborant, à partir des formes, une histoire matérielle, sociale et culturelle se doit d’aller regarder, et ce qu’une revue d’historiographie ne saurait ignorer. S’attacher, en effet, à appréhender les tendances – cycles, élans, retours et oublis – qui pavent le chemin de la construction d’un terrain d’étude, n’est-ce pas avant tout regarder les modalités de son existence au fil du temps – comment il se bâtit, ce qu’on y érige comme ce qui s’y défait ?

3Un peu plus loin dans ces pages, on pourra lire l’anecdote racontée à Miren Arzalluz par Valerie Steele, pionnière des fashion studies, qui révèle un malentendu très symptomatique :

  • 2 « Tisser des liens. Un entretien avec Valerie Steele, par Miren Arzalluz », infra, p. 125-140.

Peu de choses avaient changé dans le monde universitaire depuis 1979 – cette année-là, j’assistai à une réception organisée à Yale University, quand un célèbre professeur me demanda le sujet de ma thèse. Je répondis “La mode [Fashion]”, ce à quoi il répliqua : “Oh, fascinant ! Allemand ou italien ?” Je n’ai pas compris tout de suite ce qu’il avait voulu dire, puis j’ai eu un déclic. Je répondis alors : “La mode [fashion], comme celle qu’on trouve à Paris, pas le fascisme [fascism].” Il se contenta d’un “Oh...”, et tourna les talons. Il n’y avait vraiment rien à dire à quelqu’un qui travaillait sur un sujet aussi frivole2.

4Qu’il puisse paraître incompréhensible que l’on s’emploie à étudier avec rigueur et profondeur un phénomène qui, semblant épouser les mouvements les plus superficiels de l’intime et les injonctions les plus brutales de la modernité, recouvre en réalité un polyphénomène venant des confins de l’humanité et de ses pulsions fondamentales (se vêtir, se protéger et se signifier, s’agréger, se distinguer), exprime bien une dissonance épistémologique qui ne cesse de résonner au-delà de son cas particulier. En tant qu’objet d’étude visuel, la mode fait office de lettre volée : son évidence plurielle, ses modes d’existence complexes et ininterrompus, sa manière de conjuguer l’intime et le social, sa fondamentale immanence malgré ses liens avec un système de production et de symbolisation élitiste et prédateur, la rendent en quelque sorte invisible aux yeux prétendument scientifiques. Car, si la science s’est longtemps refusée à penser la mode, la mode n’a cessé d’agir en son sein : le balancier qui fonde l’idée même de mode (distinction et agrégation, cyclicité et linéarité) n’a cessé d’agir et d’interférer, sotto voce, dans sa constitution et ses déploiements. Quand elle feint d’ignorer qu’elle procède bien d’un ensemble de biais et de déterminations issus de la « dernière mode », pour reprendre l’expression de Mallarmé (qui, de son côté, ignorait précieusement ce genre de clôture disciplinaire), la science est cependant toujours une « dernière science ».

5La question des points aveugles et des impensés d’une discipline nous a récemment occupés. Dans son précédent dossier, dédié à la question des « obscurités », Perspective tentait de faire le point sur les zones d’ombre et les effets de flou du regard de la recherche sur ses objets d’étude, en observant ce que l’histoire de l’art ignore, parfois à son corps défendant – ce qu’elle ne peut ou ne veut pas voir, et pourquoi. Il était plus que temps, en conséquence, de dédier nos pages à un champ corsaire, abrité tantôt par les départements d’histoire de l’art, d’histoire, d’études anglophones, etc., des universités, tantôt (et fort logiquement) dans les écoles de mode et de design – et ce, particulièrement aujourd’hui, alors que la bascule s’opère, en France, vers son institutionnalisation. Plus d’une décennie après l’ouverture de la chaire d’histoire de la mode et du costume à l’École du Louvre, l’université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne vient en effet de confier celle qu’elle crée à son tour à Émilie Hammen, dont le brillant parcours croise, chose rare et précieuse, les sentiers de la création et ceux de la recherche.

  • 3 Paul Valéry, L’Idée fixe, dans Œuvres, II, Paris, Gallimard, 1960, p. 215.
  • 4 Voir les archives vidéo de Lynn Margulis, dont The Tissue of Gaia, 1993, dans la version numérique (...)

6Avec elle, la mode entre donc de plain-pied à l’Université, où elle n’était significativement ni absente ni réellement visible, et dans ces pages où l’on discute de l’histoire d’un champ façonné tour à tour par les études antiquaires et les intérêts historicistes pour un monde de costumes et de coutumes, par le développement des fashion studies et de la dress history au sein des mondes académiques anglophones, et par l’engouement, ancien à vrai dire, mais puissamment renouvelé ces dernières années, des musées pour les expositions de mode. Dans le spectre large des formes artistiques et des développements esthétiques qu’observe l’histoire de l’art, la mode est enfin reconnue pour son caractère matriciel : elle est ce fait visuel, symbolique et social que nous avons tous en partage. « Ce qu’il y a de plus profond en l’homme, c’est la peau3 » disait Valéry, qu’il faut pour une fois contredire : il n’y a rien de plus profond que nos oripeaux. S’y pencher, c’est se confronter aux formes premières de nos modes de visibilité, incarnés par et autour du vivant. C’est déceler combien ce qui pourrait sembler le plus superficiel est en fait le plus complexe et le plus composé, et trouver à la surface des corps – corps individuel, corps social, corps contemporains et corps passés – l’espace liminal de la construction des identités, des expressions de soi et de son rapport aux autres, de la performativité des manières d’être et de faire le monde. Une « zone critique », donc, au sens de la pensée latourienne : soit cet espace poreux et réticulaire, éminemment vivant, où se jouent les échanges, les métissages et les réinventions des manières de se dire et de vivre, ensemble – de se dédire ou de se distinguer, aussi. Un manteau de Gaïa4 retaillé à la mesure des individus, tout à la fois singulier et commun, où s’échangent les regards et les désirs, où se signalent les identités et les appartenances, où scintillent les mises en forme et en couleurs de nos incarnations. Un espace, en surface des êtres, où nous nous approchons toutes et tous d’un processus artistique sur un mode vernaculaire.

  • 5 Émilie Hammen, L’Idée de mode, une nouvelle histoire, t. I, Paris, B42, 2023.

7Mais la mode est indéfinissable, volatile et instable sans doute, et l’idée qu’on s’en fait n’est jamais que le précipité d’un air du temps qu’elle permet de saisir, précisément parce qu’elle en épouse le caractère sans cesse pluriel et changeant, sans en épuiser les sens. Pratique des humbles et jeu des élites, matière de toutes les transformations et de toutes les subversions, elle exprime les hiérarchies tout en autorisant à les déjouer. Elle ne saurait, quoi qu’on en dise, être réduite à la grande marche en avant des cycles, aux téléologies des boucles. Tout au contraire, faite d’incessants pas de côtés, d’emprunts et de retours, la mode appartient à toutes et tous, et chamboule les échelles de valeur avec une désinvolture déconcertante. Le potentiel explicateur de l’histoire s’en trouve nécessairement bousculé, et c’est là, croyons-nous, que l’étude de la mode gagne à être approfondie : ce potentiel heuristique, pour les disciplines qu’elle irrigue comme pour la compréhension de leurs développements passés et à venir, est une chance dont on ne saurait se passer. Car l’infinie plasticité de l’idée de mode, dont Émilie Hammen a commencé à rendre compte dans le premier tome, récemment paru, d’un ouvrage séminal5, en fait un opérateur de réflexion sur l’histoire et la vie des formes particulièrement stimulant – un puissant outil pour secouer les certitudes, aussi bien que pour rétablir certains régimes de vérités féconds et provisoires.

8Indissociable de l’industrie et de la naissance d’une économie capitaliste apparaissant au xive siècle, la mode s’est laissé conter sa naissance mythique à l’aube de la modernité. Elle préexiste cependant à cette cristallisation conceptuelle tardive. À vrai dire, cette conception européanocentrée, élitiste et capitaliste, ne cesse de se faire déborder par cette créature indocile qui se déploie aux confins du fait social et des mises en forme successives de l’humanité. C’est à ôter les échafaudages de ce fragile édifice du récit occidental des naissances – endogames – de la mode et de la modernité que certaines contributions à ce numéro se sont attelées, en allant voir, par exemple, du côté des discours et des pratiques antimodes, comme en s’interrogeant sur les modalités d’apparition et d’existence de la mode avant sa conceptualisation moderne en Occident.

9Après nous être penchés, de numéros en numéros, sur les questions de l’habiter, des déplacements, des mises en récit, des oublis et des zones d’ombre de la discipline, revêtir l’« idée de mode » de sa forme sensible, s’emparer de ses applications et de ses implications au-delà des bornes épistémologiques, culturelles et temporelles qui ponctuent habituellement le champ de l’histoire de l’art, c’est bien faire retour sur la question de l’empreinte originelle de nos mises en forme, et déceler, au creux de l’intime et de ses liaisons avec le monde, ses jeux, ses violences et ses puissances.

Haut de page

Notes

1 Mylène Beaufils, Géraud Buffa, Claudine Cartier (dir.), In Situ. Revue des patrimoines, no 50 : La Production textile : quelles dynamiques patrimoniales ?, 2023 [DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.37714] ; Cahiers du Musée d’art moderne, no 161 : Vestimentaires, automne 2022.

2 « Tisser des liens. Un entretien avec Valerie Steele, par Miren Arzalluz », infra, p. 125-140.

3 Paul Valéry, L’Idée fixe, dans Œuvres, II, Paris, Gallimard, 1960, p. 215.

4 Voir les archives vidéo de Lynn Margulis, dont The Tissue of Gaia, 1993, dans la version numérique de l’exposition « Critical Zones » citée par Bruno Latour dans « Voir à travers le manteau rapiécé de Gaïa : de la guerre des images à l’habitabilité terrestre », Perspective : actualité en histoire de l’art, no 2 : Habiter, 2021, p. 131-148.

5 Émilie Hammen, L’Idée de mode, une nouvelle histoire, t. I, Paris, B42, 2023.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Olivier Saillard, L’Impossible Garde-robe [The Impossible Wardrobe], 2012, performance (Tilda Swinton), Paris, palais de Tokyo.
Crédits © Olivier Saillard/photo © Piero Biasion
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/29756/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 486k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marine Kisiel et Matthieu Léglise, « Éditorial »Perspective, 2 | 2023, 6-10.

Référence électronique

Marine Kisiel et Matthieu Léglise, « Éditorial »Perspective [En ligne], 2 | 2023, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/perspective/29756 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.29756

Haut de page

Auteurs

Marine Kisiel

Articles du même auteur

Matthieu Léglise

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search