Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2EntretiensRelire Adorned in Dreams

Entretiens

Relire Adorned in Dreams

Un entretien avec Elizabeth Wilson, par la rédaction
Elizabeth Wilson
Traduction de Laetitia Masson
p. 141-150

Texte intégral

1Certains ouvrages impriment leur marque sur plusieurs générations de lecteurs : c’est le cas du livre qu’Elizabeth Wilson a fait paraître en 1985, Adorned in Dreams: Fashion and Modernity, dont les deux éditions anglaises ont été réimprimées plusieurs fois et qui a déjà été traduit en italien, russe, danois, allemand, espagnol et portugais (fig. 1). Pionnière dans sa manière d’aborder la mode, l’autrice s’y attache à inscrire cette dernière dans un contexte culturel et social élargi et propose, comme l’indique le sous-titre de l’ouvrage, de relire le sujet à travers le prisme de la modernité et de ses cadres conceptuels. Si certains sociologues, historiens et historiens de l’art avaient, au fil des années et de leurs spécialités, forgé de similaires réflexions, Elizabeth Wilson saisit véritablement, au moment de la première parution de son essai, un air du temps et un climat intellectuel propice à accueillir ses propositions. Adorned in Dreams, conçu hors des réseaux académiques, sera dès lors associé à l’émergence progressive des fashion studies en Angleterre et aux États-Unis.

1. Elizabeth Wilson, Adorned in Dreams: Fashion and Modernity (première de couverture), Londres, I. B. Tauris, 2003.

1. Elizabeth Wilson, Adorned in Dreams: Fashion and Modernity (première de couverture), Londres, I. B. Tauris, 2003.

© used by permission of Bloomsbury Publishing Plc

2À l’heure de la publication prochaine de sa troisième édition anglaise, Perspective a souhaité interroger son autrice afin de revenir sur son parcours et sur l’écriture de cet essai.
[La rédaction]

3– La rédaction. Votre essai Adorned in Dreams a été publié en 1985, il est devenu depuis un classique. Cité par de nombreux chercheurs au cours de ces quatre dernières décennies, il est considéré comme l’un des tout premiers signes d’un intérêt académique pour la mode.

4 Elizabeth Wilson. Près de quarante ans se sont en effet écoulés depuis la publication d’Adorned in Dreams. Deux raisons simples m’ont décidé à écrire cet essai au début des années 1980. La première, c’est que tout simplement j’adorais les vêtements – j’aimais leurs formes, leurs détails, leurs textures et la façon dont ils pouvaient être associés pour revendiquer un goût ou une identité personnelle. J’étais fascinée par la façon dont le vêtement pouvait traduire une humeur, une période historique, l’esprit d’un temps ; il ne relève toutefois pas seulement de l’individuel en ce qu’il témoigne aussi d’une position sociale et d’une aspiration – ou de leur absence. Écrire sur le vêtement m’a semblé constituer une merveilleuse occasion de partager ma joie devant sa richesse esthétique et sociale, et une opportunité de l’interroger aussi en tant que système de communication complexe.

5La deuxième raison, c’était que je voulais démontrer que la mode était un aspect important et digne de la culture, au moment même où nous traversions la « deuxième vague » de libération des femmes, et qu’en ces débuts de campagnes militantes et de revendications pour les droits des femmes, les féministes semblaient avoir rejeté toute idée de mode. Elle avait peut-être été particulièrement diabolisée dans le monde anglophone, du fait d’une longue tradition, plus ou moins partagée au Royaume-Uni et aux États-Unis, de puritanisme politique et religieux, qui voyait dans l’obsession des apparences une chose mondaine et superficielle : pensez à l’état de votre âme plutôt qu’à celui de votre garde-robe ! Il y avait cependant un argument plus spécifiquement féministe, qui assimilait la mode à l’objectivation sexuelle des femmes.

6Je savais que la mode était plus que cela. Je n’écrivais pas tant sur la « mode » – que l’on pourrait considérer comme un monde plutôt stupide de super-modèles, de luxe et de nouveauté – que sur le « vêtement » : toute la manière dont il habille non seulement les individus, mais aussi le monde visuel moderne. Je m’intéressais autant à ce que portaient les enfants, les personnes âgées, les sportifs et les syndicalistes qu’à ce qui défilait sur les podiums des couturiers. J’ai parfois été qualifiée de pionnière, pour avoir écrit ce livre au moment où je l’ai fait, et même de précurseure dans les études de mode en général. C’est tout à fait faux. Un pionnier est quelqu’un qui a une vision. Je n’avais pas de projet pour les études de mode et je ne pensais pas qu’il pouvait y en avoir un.

  • 1 Juliet Ash, Elizabeth Wilson (dir.), Chic Thrills: A Fashion Reader, Berkeley, University of Califo (...)
  • 2 Elizabeth Wilson, « What Does a Lesbian Look Like? », dans Fred Dennis, Valerie Steele (dir.), A Qu (...)

7– La rédaction. En effet, dans votre approche, on a le sentiment que vous défendez une perspective féministe – peut-être même est-ce une revendication – sur la mode, ce que vous avez approfondi dans des travaux ultérieurs. C’est le cas dans Chic Thrills: A Fashion Reader, codirigé avec Juliet Ash en 19921, où vous examinez le « corps postmoderne » et ses liens avec la théorie féministe, ou dans votre contribution au catalogue d’exposition A Queer History of Fashion: From the Closet to the Catwalk (2013), où vous vous demandez plus spécifiquement « à quoi ressemble une lesbienne2 ». Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur le contexte, aussi bien activiste que scientifique, dans lequel vous écriviez alors ?

8 Elizabeth Wilson. Au départ, c’est Frances Cairncross qui m’a encouragée à écrire sur le thème de la mode et du féminisme – elle était alors rédactrice en chef des pages féminines du quotidien de centre gauche The Guardian. Lorsque l’article a été publié, mon amie Ursula Owen, qui avait fondé la maison d’édition féministe Virago au début des années 1970, l’a lu et m’a suggéré d’en faire un livre. Ces deux journalistes précurseures avaient pressenti, avant moi, que la mode était en quelque sorte « dans l’air du temps », qu’un mouvement se dessinait, à l’écart du rejet féministe pur et dur de la parure, pour s’intéresser à ses « langages ». Elles avaient raison, tant et si bien que deux ans plus tard, Adorned in Dreams connut un franc succès lors de sa première parution car son sujet correspondait aux préoccupations de l’époque, au Zeitgeist.

9Quel était « l’air du temps » dans les années 1980 ? Nous assistions à un changement de cap majeur par rapport à ce qui s’était passé auparavant. La génération des années 1960 avait connu une ouverture de la société et de la culture, elle avait assisté à la dissolution de conventions dépassées et à l’expression de changements sociaux radicaux, non seulement lors des campagnes politiques et dans les manifestations (par exemple contre la guerre au Viêt Nam), mais aussi dans la musique populaire, avec les Beatles et les Rolling Stones (et bien d’autres groupes), et dans la mode, au travers des créations révolutionnaires de Chloé, Mary Quant (fig. 2) et Biba.

2. Jac. (Jack) de Nijs (agence Anefo), Mary Quant portant une minirobe de sa propre création, un manteau en peau de mouton ainsi que des go-go boots, le 16 décembre 1966. La Haye, Archives nationales des Pays-Bas (2.24.01.05).

2. Jac. (Jack) de Nijs (agence Anefo), Mary Quant portant une minirobe de sa propre création, un manteau en peau de mouton ainsi que des go-go boots, le 16 décembre 1966. La Haye, Archives nationales des Pays-Bas (2.24.01.05).

© Jac. De Nijs/Anefo

10Cette évolution s’est transformée dans les années 1970 en une intensification des luttes et un radicalisme politique plus direct, non seulement au Royaume-Uni, mais dans le monde entier. Je veux parler des événements de 1968 en France, d’une décennie d’agitations politiques en Italie, où le parti communiste a failli prendre le pouvoir en 1976, du militantisme syndical et des mouvements étudiants qui ont parcouru l’Europe, de la fraction de l’armée rouge en Allemagne et du mouvement contre la guerre du Viêt Nam aux États-Unis... Au Royaume-Uni, moins radicalement, nous avons assisté à des avancées sociales et juridiques : les dépénalisations partielles de l’avortement et des relations sexuelles entre hommes, toutes deux en 1967, l’adoption de la législation sur l’égalité salariale pour les femmes en 1970 et contre le racisme en 1965. Ces évolutions « précoces » de la loi ont en fait ouvert la voie à des désirs de changement plus radicaux dans les années 1970. Entre tous, peut-être est-ce le mouvement des femmes au Royaume-Uni qui a profondément remis en question le système des coutumes et des préjugés sociaux qui cantonnaient les femmes dans des stéréotypes et les diminuaient – des présupposés profondément ancrés dans la culture dominante et dans le quotidien, mais également sur les plans théorique, dans les œuvres de Sigmund Freud et de Friedrich Nietzsche (et de bien d’autres), et littéraire, dans les romans d’écrivains tels que D. H. Lawrence et Henry de Montherlant. Si Simone de Beauvoir avait publié Le Deuxième Sexe près de vingt ans plus tôt (en 1949), et bien qu’il fût traduit en anglais dès 1953, ce n’est dans les années 1970 qu’il a été découvert par les féministes et qu’il est devenu le texte fondateur de leur mouvement dans l’ensemble du monde anglophone (fig. 3).

3. Simone de Beauvoir, The Second Sex (première de couverture), Howard M. Parshley (trad. angl.), New York, Bantam Book, 1970.

3. Simone de Beauvoir, The Second Sex (première de couverture), Howard M. Parshley (trad. angl.), New York, Bantam Book, 1970.

© D. R.

11Dès la fin de la décennie toutefois, ce que l’on avait appelé la « marche en avant » des années 1970 avait été interrompu par l’élection en 1979 de Margaret Thatcher et l’installation de son gouvernement conservateur en Angleterre. C’est donc d’un pas sinistre que les Britanniques sont entrés dans les années 1980, qui marquèrent un changement de ton plus généralement sur l’échiquier international. En effet, dès 1973, les États-Unis organisèrent un coup d’État au Chili pour mettre fin au régime démocratique, encourageant par là même la montée des autocrates ailleurs en Amérique latine. L’ayatollah Khomeyni fit son retour en Iran l’année même de l’arrivée de Thatcher au pouvoir, et la guerre froide s’intensifia sous la présidence de Ronald Reagan. Au cours de cette décennie controversée, un nouvel ordre économique plus sévère remplaça le consensus social-démocrate des Trente Glorieuses. Dans la perspective de la mondialisation de l’économie, les gouvernements occidentaux s’opposèrent au syndicalisme industriel, déterminés à renforcer le pouvoir du capital financiarisé. Les aspirations égalitaires de la décennie précédente allaient bientôt voler en éclats.

12Ces événements peuvent sembler bien loin de la mode, pourtant, paradoxalement la façon dont le capitalisme se développait impliquait une expansion du consumérisme, notamment dans le domaine la culture de masse, dont la disponibilité croissante de vêtements à la mode et bon marché était l’un des aspects. C’est également à cette époque que les revirements politiques de la gauche provoquèrent une remise en question théorique dans le monde universitaire et au-delà. Le marxisme qui avait dominé les années 1970 fut rejeté, son approche taxée de trop rudimentaire. Ayant porté toute son attention sur les piquets de grève et la lutte politique, il avait omis des pans entiers de la vie personnelle mis en évidence par les mouvements des femmes : l’importance du foyer, des soins prodigués aux enfants, des relations interpersonnelles. Les luttes des lesbiennes et des homosexuels, ainsi que l’émergence d’une conscience du racisme, exigeaient également d’être comprises en des termes qui débordaient l’analyse marxiste traditionnelle de la lutte des classes. Alors que la culture de consommation et les divertissements de masse se développaient, ceux-ci semblaient plus séduisants que la culture datée du passé, celle des « grands » romans, des compositeurs classiques et des peintres du canon.

13Dans un tel contexte politique de nouveaux champs d’intérêt et de nouvelles conversations firent leur apparition, en particulier dans le domaine de ce que l’on a appelé plus tard les « études culturelles » – nées d’un projet progressiste, elles regroupent l’étude de la vie, des intérêts et de la culture des gens ordinaires. Richard Hoggart, Raymond Williams et Stuart Hall furent des précurseurs dans ces domaines ; leur travail fut reconnu dans les années 1960 lorsque le Center for Contemporary Cultural Studies [CCCS] fut fondé à l’University of Birmingham (et dont la fermeture en 2002 a été controversée). Dans les années 1980, on réorganisa l’enseignement supérieur, on créa de nouvelles universités. Certaines de ces institutions mirent en place des programmes radicalement nouveaux pour étudier la sociologie, les nouveaux médias et la culture de masse à la place, ou en sus, des classiques humanités, et au sein de nouveaux départements d’études cinématographiques, d’études culturelles ou d’études des femmes (women’s studies).

14La mode s’insérait parfaitement dans ce nouveau discours, car les vêtements faisaient partie intégrante de la vie culturelle quotidienne – j’ai à ce propos soutenu dans Adorned in Dreams que la mode était une forme de culture populaire au même titre que la musique ou la télévision. Aussi, au moment de sa publication en 1985, le livre et son propos entrèrent manifestement en résonance avec des intérêts déjà présents. Si le discours sur la mode était peut-être jusqu’alors resté tabou dans les cercles de gauche et progressistes, les chercheurs du CCCS avaient quant à eux publié des analyses sur les styles de la culture jeune, et ce à une époque où les styles alternatifs, contre-culturels ou contestataires avaient gagné en visibilité – entre autres ceux des hippies ou des punks, pour ne citer que les deux plus connus. Ils s’agissaient évidemment de modes minoritaires ou d’« anti-modes », mais l’intérêt que celles-ci suscitèrent ouvrit la voie à une perception nouvelle de la mode vestimentaire comme une chose importante et significative, et pas seulement un trait de la richesse et du snobisme. Les vêtements pouvaient, en outre, exprimer la dissidence aussi bien que la conformité.

15Cette approche s’est étendu du monde universitaire à celui du journalisme, et les critiques de mode commençaient à produire des analyses sur les significations des modes vestimentaires au lieu de se contenter de documenter les derniers styles en vogue. Il devenait évident que l’habillement pouvait servir à décrypter les opinions politiques ou l’orientation sexuelle d’un individu, son travail ou sa place dans la structure sociale. Tout au long des années 1980, les magazines alternatifs comme The Face et I/D (fig. 4a-d) répertorièrent chacune des tendances sous-culturelles, aussi spécifiques et pointues, voire obscures soient-elles ; ces inventaires traduisent une prise de conscience de la multiplicité des significations de la mode vestimentaire.

4. I-D Magazine : no 1, 1980 ; nos 4, 5 et 6, 1981 ; no 8, 1982 (premières de couverture).

4. I-D Magazine : no 1, 1980 ; nos 4, 5 et 6, 1981 ; no 8, 1982 (premières de couverture).

© I-D Magazine

16Le gouvernement de Margaret Thatcher s’est attaqué à la communauté LGBT dans les années 1980, mais cela n’a fait qu’entraîner une riposte de grande ampleur, finalement couronnée de succès. Quoi qu’il en soit, la façon dont les lesbiennes et les homosexuels s’habillaient, que ce soit pour signaler ou dissimuler leur identité sexuelle, reste une caractéristique importante du monde contestataire, qui défiait toujours, selon différentes modalités, les poncifs dominants. Rétrospectivement, je pense qu’ils étaient peut-être les plus radicaux de tous.

17 La rédaction. Adorned in Dreams est souvent rattaché aux prémices des études de mode, un champ d’études qui était alors en train de naître – qu’en est-il de votre propre formation académique ? Dans quelle mesure votre formation universitaire a-t-elle déterminé votre recherche et votre méthodologie pour écrire ce livre ?

  • 3 Georg Simmel, « Fashion », American Journal of Sociology, vol. 62, no 6, 1957, p. 541-558 [éd. orig (...)

18 Elizabeth Wilson. Même si j’ai fini par devenir une sorte d’historienne de la culture, j’ai en réalité été formée à la littérature, pas à l’histoire, et je n’avais à l’époque aucune expérience de la recherche détaillée en archives. J’ai étudié la littérature anglaise à Oxford, puis la sociologie et la politique sociale à la London School of Economics. Pour écrire Adorned in Dreams, j’ai largement puisé dans ces deux traditions, littéraire et sociologique : j’ai fouillé les romans, les mémoires et les biographies pour y dénicher des témoignages sur la manière dont la mode était vécue et portée, tout en m’appuyant sur les travaux des sociologues européens comme Thorstein Veblen et Georg Simmel pour explorer les significations sociales de la mode au sens large3.

19L’éclectisme de mon approche était novateur, car l’étude littéraire de la consommation du vêtement, croisée avec celle plus sociale de l’industrie, m’a permis d’établir un lien entre sa production et sa consommation. Ces deux aspects avaient été tenus bien à l’écart l’un de l’autre : les économistes se concentraient sur l’étude de la production et les historiens sur celle de la consommation du produit fini. Pourtant, les deux versants étaient intimement liés et il me semblait crucial de comprendre l’importance de leur relation. Marx avait noté que les robes raffinées créées pour les femmes riches de la bourgeoisie étaient confectionnées par des couturières employées dans les conditions cruelles des ateliers clandestins – une manière tragique de souligner le lien que je viens d’évoquer. Pourtant, on pouvait démontrer qu’en tant que femmes, elles faisaient toutes l’objet d’une exploitation, dans une certaine mesure : les pauvres femmes étaient épuisées par le labeur, tandis que les femmes fortunées se voyaient réduites à l’état d’objets passifs, chargées d’exhiber la richesse de leurs époux à travers leurs effets dernier cri.

20Mon travail demeurait plus conventionnel en revanche en ce qu’il s’en tenait à l’hypothèse traditionnelle selon laquelle le développement de la « mode » elle-même, en particulier en tant que joyeux tourbillon de styles changeants, serait un phénomène largement occidental, et la colonne vertébrale de l’histoire serait le progrès de la mode en Occident ; j’y rejetais toutefois l’idée erronée selon laquelle toutes les autres formes du vêtement seraient statiques et immuables. Mais avant tout, en déployant une grande variété de théories, Adorned in Dreams reconnaissait une multitude d’éléments différents dans la mode – elle était art, expression personnelle, dénominateur social, comportement, communication, production de signes ou langage –, mais également la différence du vêtement d’avec les autres formes culturelles de par sa relation intime avec le corps humain.

  • 4 Anthony Giddens, The Consequences of Modernity, Cambridge, Polity Press, 1990 ; David Frisby, Fragm (...)
  • 5 Elizabeth Wilson fait ici référence à un célèbre article de Stuart Hall, « The Great Moving Right S (...)

21Adorned in Dreams était sous-titré Fashion and Modernity. La « modernité » était un terme populaire dans les cercles sociologiques et politiques des années 1970 et 1980, comme l’ont explicitement démontré les travaux d’Anthony Giddens, dont The Consequences of Modernity publié en 1990, et David Frisby avec Fragments of Modernity paru en 19854. Ce terme faisait référence à un monde urbain composé de vastes populations dominées par la bureaucratie et l’anonymat, un monde d’anomie et de fragmentation personnelle, mais aussi un monde d’emplois de masse dans les usines, de sports de masse, de divertissements de masse et de mode de masse, un monde expliqué par les « grands récits » du marxisme, de la sociologie et de Freud. Adorned in Dreams se présentait à sa manière comme un « grand récit », dans la mesure où il proposait une théorie générale de l’évolution de la mode. Au fond, c’était la fin d’une ère en même temps que le début d’une nouvelle. Dans les années 1980, les universitaires libéraux s’accommodèrent en effet du « grand spectacle de la droite en mouvement5 » plutôt que de s’y opposer, se ralliant autour de l’idée selon laquelle le triomphalisme marxiste était erroné : il n’existait pas, après tout, de « grands récits » ou d’explications complètes de l’histoire du monde.

22Adorned in Dreams a donc paru à l’orée d’une nouvelle époque, dont les répercussions à long terme sont encore inconnues, et qui a marqué le point de départ d’un changement qualitatif dans la compréhension de l’histoire. Puisque désormais tout a changé, il peut sembler surprenant que l’ouvrage soit à nouveau réédité. Il est vrai qu’il s’agissait d’un ouvrage en faveur du vêtement – presque d’un hymne à la mode – et les lecteurs continuent peut-être à le lire pour cette raison. Les paramètres généraux des études du vêtement qu’il définit étant toujours d’actualité, il reste peut-être un point de départ utile à cet égard. Et son message demeure certainement valable aujourd’hui : que ce soit sciemment ou inconsciemment, nous nous habillons pour faire face à notre situation et nos vêtements parlent toujours de notre époque.

23 La rédaction. Étant donné que Perspective est une revue dédiée aux débats historiographiques dans le domaine de l’histoire de l’art, nous souhaitions terminer ce court échange en discutant des liens que vous avez pu entretenir avec la tradition académique. Compte tenu en particulier de l’influence exercée par les théories féministes et certains essais fondamentaux interrogeant le rôle des femmes dans les processus de création au cours des trois ou quatre dernières décennies, de Linda Nochlin à Rozsika Parker, certaines de ces autrices vous ont-elles inspirée ?

  • 6 Lou Taylor, The Study of Dress History, Manchester, Manchester University Press, 2002.

24 Elizabeth Wilson. Dans le contexte du parcours radical emprunté par le monde universitaire, les années 1980 ont aussi été pour certains historiens de l’art le moment de passage d’une approche esthétique de l’ordre du jugement voire de la critique, à une approche reconnaissant davantage les circonstances sociales dans lesquelles l’art était créé, à la recherche des blessures cachées relatives à la classe et/ou au genre sous la surface des choses. Plongée dans la politique et la sociologie, je n’étais pas pleinement consciente de ces évolutions. Ce n’est qu’après la publication d’Adorned in Dreams que je suis entrée en contact avec des historiens de l’art, et surtout ceux qui travaillaient sur le vêtement. À ce propos toutefois, Adorned in Dreams s’est heurté à l’hostilité de certains historiens du costume. Comme Lou Taylor et ses collègues ont si bien su le retranscrire, en particulier dans The Study of Dress History, publié en 20026, les historiens du costume s’étaient occupés d’un « sous-domaine » de l’histoire de l’art et s’étaient parfois sentis négligés et sous-estimés au sein de leur propre discipline, qui considérait notamment que le costume était moins important que les beaux-arts. De plus, l’histoire du vêtement avait en grande partie été celle des vêtements des élites, pour la simple et bonne raison que les vêtements des pauvres et de la classe ouvrière n’avaient que trop rarement survécu pour devenir des objets d’étude, tandis que ceux des puissants étaient de grande valeur, et admirés comme tels. Lou Taylor était très consciente de la dimension de classe de cet objet d’étude mais, sceptique au départ quant à l’utilité et la pertinence de la sociologie et de la psychologie dans son travail, elle restait attachée à une approche matérielle du vêtement. Par exemple, elle s’est opposée à la façon dont j’ai décrit la « petite robe noire » de Chanel comme relevant d’un style simple et minimaliste pas très éloigné de l’uniforme d’une femme de chambre, et dont des versions pouvaient être produites en série à mesure que la mode devenait accessible à des pans plus larges de la société. Elle soutenait au contraire que la confection à la main, à partir de matériaux exquis et coûteux, des vêtements Chanel, en faisait des objets de luxe – et qu’affirmer que ce style était populaire et répandu revenait à passer à côté de l’essentiel. Il me semble que nous avions toutes les deux raison et que nos arguments n’étaient, au fond, pas antagonistes. Si les originaux de Chanel étaient précieux et inabordables, ses styles simples pouvaient être relativement faciles à reproduire pour le marché de masse ; aussi symbolisaient-ils une liberté corporelle nouvelle pour les femmes, leur permettant d’échapper aux accoutrements contraignants des décennies précédentes. Si certains historiens du costume n’ont pas accueilli favorablement ce qui était considéré comme une nouvelle approche « à la mode », je pense pour ma part avoir beaucoup appris de leurs travaux, et notamment de leur usage du terme de « vêtement » plutôt que de celui de « mode », ce qui est un élément fondamental.

25Ce désaccord finalement résolu souligne pour moi la place excentrique qu’a occupée l’écriture sur la mode, du moins dans le monde anglophone. En dehors des historiens du costume, ce sont des « amateurs » qui ont écrit les rares livres parus sur le sujet. En 1930, le psychanalyste John Carl Flugel analysait le vêtement comme un symptôme névrotique dans un étrange texte intitulé The Psychology of Clothes ; en 1947, le neveu de Virginia Woolf, Quentin Bell, anticipait la disparition de la mode dans une société démocratique dans son livre On Human Finery (fig. 5). Même Simmel et Veblen sont sortis des sentiers battus de leur domaine lorsqu’ils ont écrit sur le vêtement. Adorned in Dreams s’inscrit également dans cette tradition. Peut-être cette tendance découle-t-elle en partie du fait que la tâche quotidienne de s’habiller est en soi une activité d’amateur – bien qu’elle soit universelle. Les lecteurs de livres sur la mode sont eux-mêmes des « amateurs », aussi bien au sens courant de ne pas être experts, qu’au sens plus ancien d’« amoureux » de la mode.

5. Quentin Bell, On Human Finery (première de couverture), Londres, Hogarth Press, 1947.

5. Quentin Bell, On Human Finery (première de couverture), Londres, Hogarth Press, 1947.
Haut de page

Notes

1 Juliet Ash, Elizabeth Wilson (dir.), Chic Thrills: A Fashion Reader, Berkeley, University of California Press, 1992.

2 Elizabeth Wilson, « What Does a Lesbian Look Like? », dans Fred Dennis, Valerie Steele (dir.), A Queer History of Fashion: From the Closet to the Catwalk, cat. exp. (New York, The Museum at FIT, 13 sept. 2013 – 4 janv. 2014), New Haven/New York, Yale University Press/Fashion Institute of Technology, 2013.

3 Georg Simmel, « Fashion », American Journal of Sociology, vol. 62, no 6, 1957, p. 541-558 [éd. orig. : International Quarterly, vol. 10, oct. 1904, p. 130-135] ; idem, « The Philosophy of Fashion » (1905), dans Simmel on Culture: Selected Writings, David Frisby, Mike Featherstone (éd.), Londres, Sage, 1997, p. 187-206 ; Thorstein Veblen, The Theory of the Leisure Class, Oxford, Oxford University Press, 1899.

4 Anthony Giddens, The Consequences of Modernity, Cambridge, Polity Press, 1990 ; David Frisby, Fragments of Modernity: Theories of Modernity in the Work of Simmel, Kracauer and Benjamin, Cambridge, Polity Press, 1985.

5 Elizabeth Wilson fait ici référence à un célèbre article de Stuart Hall, « The Great Moving Right Show », Marxism Today, janv. 1979, p. 14-20, NdlR.

6 Lou Taylor, The Study of Dress History, Manchester, Manchester University Press, 2002.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. Elizabeth Wilson, Adorned in Dreams: Fashion and Modernity (première de couverture), Londres, I. B. Tauris, 2003.
Crédits © used by permission of Bloomsbury Publishing Plc
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/30058/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre 2. Jac. (Jack) de Nijs (agence Anefo), Mary Quant portant une minirobe de sa propre création, un manteau en peau de mouton ainsi que des go-go boots, le 16 décembre 1966. La Haye, Archives nationales des Pays-Bas (2.24.01.05).
Crédits © Jac. De Nijs/Anefo
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/30058/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre 3. Simone de Beauvoir, The Second Sex (première de couverture), Howard M. Parshley (trad. angl.), New York, Bantam Book, 1970.
Crédits © D. R.
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/30058/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre 4. I-D Magazine : no 1, 1980 ; nos 4, 5 et 6, 1981 ; no 8, 1982 (premières de couverture).
Crédits © I-D Magazine
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/30058/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre 5. Quentin Bell, On Human Finery (première de couverture), Londres, Hogarth Press, 1947.
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/30058/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 545k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elizabeth Wilson, « Relire Adorned in Dreams »Perspective, 2 | 2023, 141-150.

Référence électronique

Elizabeth Wilson, « Relire Adorned in Dreams »Perspective [En ligne], 2 | 2023, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/perspective/30058 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.30058

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search