Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2EssaisL’anti-mode par ses idées

Essais

L’anti-mode par ses idées

Anti-Fashion through its Ideas
Gedanken über Antimode
L’antimoda attraverso le sue idee
La anti-moda por sus ideas
Adrian Kammarti
p. 195-208

Résumés

Longtemps construite autour du relevé d’une succession de formes vestimentaires, l’histoire de la mode a récemment connu différents apports méthodologiques, entre fashion studies et culture matérielle. Or celle-ci n’a toujours pas profité du corpus théorique habituellement convoqué en histoire des idées, ancrage méthodologique amplement établi dans le monde anglo-étasunien et conçu comme une histoire des discours. Dans la lignée de la thèse « La mode à l’épreuve de l’art » soutenue en 2020 par Émilie Hammen, cet article entend défendre l’hypothèse selon laquelle la mode ne se limite pas à son objet matériel, mais renvoie aussi à une idée, autrement dit à un ensemble de discours. En les étudiant, il devient possible de renouveler l’histoire de la mode, sur le plan des pratiques comme sur celui des idéologies.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce courant, datant des premières années du xxe siècle, se caractérise par une attention particulièr (...)
  • 2 Ibid., p. 183.
  • 3 Prenons ici l’exemple d’Émile Gravelle, dessinateur de Montmartre, qui crée en 1894 le journal L’Ét (...)
  • 4 Paul Bergeron, Georges Butaud, « Qu’est-ce que la beauté ? Controverse », s.l. [Bascon], Milieu lib (...)
  • 5 Il est nécessaire de préciser que dans notre étude, la « mode », plus qu’un simple mot, est un conc (...)

1C’est à l’International Institute of Social History d’Amsterdam que l’on peut aujourd’hui retrouver de nombreuses archives sur les mouvements naturistes français et notamment sur l’une de ses franges minoritaires, l’anarchisme individualiste1. Le dossier regroupant celles d’Henri Zisly, l’un de ses principaux représentants, nous renseigne sur la manière dont un pan du naturisme et de l’anarchisme français s’est emparé de la question vestimentaire et de la mode au tournant du xxe siècle. Abandonnant tout espoir de révolution globale, ses acteurs substituent à la réforme sociale celle des modes de vie2, et s’intéressent par conséquent à leur rapport au vêtement de mode, systématiquement jugé néfaste sur le plan corporel, du moins dans sa version contemporaine. Au sein de cette masse textuelle, parfois accompagnée d’une iconographie3 (fig. 1), se trouve un texte intitulé Controverse sur la beauté4, qui rend compte d’un échange épistolaire daté de 1910 entre Paul Bergeron et Georges Butaud, deux acteurs du mouvement, autour de la définition du « beau » et de son rapport à la mode, au luxe et à l’apparence. Ils s’y posent la question suivante : les thèses naturistes sont-elles ontologiquement incompatibles avec l’idée de mode ? Les deux auteurs développent chacun une position contradictoire, bien que toutes deux critiques à l’égard de ce que nous pourrions regrouper sous le terme de « mode5 ». Pour Butaud, le beau s’assimile à une fiction : « C’est un Dieu que personne n’a vu, ni entendu, ni connu d’aucune sorte. » Pour preuve, il s’aligne systématiquement sur les modes qui se caractérisent pourtant par leur degré important de volatilité. Si ce sont donc les modes qui définissent notre perception du beau, celle-ci, devenant relative, prouve qu’il ne saurait exister en soi et devrait logiquement être abandonné. À l’inverse, Bergeron se caractérise par une position plus modérée qui, bien qu’elle soit contre la mode contemporaine, n’y est pas fondamentalement opposée. Selon lui, la mode est acceptable tant qu’elle ne va pas à l’encontre de ce beau présumé. Le beau se trouve dans l’utile, le nécessaire ou le degré de solidité matérielle et intègre le maquillage et le luxe de la parure si et seulement s’ils y sont compatibles. C’est pour cela qu’il faut les repenser en adéquation avec la notion d’austérité, avant d’en accepter le principe. Ces deux positions critiques à l’égard du vêtement de leur époque se distinguent donc par leur degré de radicalité : pure norme arbitraire, ou bien la mode est blâmable en soi, ou bien elle l’est en ce qu’elle s’avère conjoncturellement néfaste aux idées naturistes.

1. Émile Gravelle (?), illustration en une de L’État naturel et la part du prolétaire dans la civilisation, no 2, févr. 1895.

1. Émile Gravelle (?), illustration en une de L’État naturel et la part du prolétaire dans la civilisation, no 2, févr. 1895.

photo © International Institute of Social History of Amsterdam

  • 6 Les notions de complexes ou de formations discursives renvoient ici à un « ensemble d’énoncés qui s (...)
  • 7 Ce complexe discursif correspond au discours réformateur, selon le sens que lui prête Christian Top (...)
  • 8 L’historienne défend notamment une « histoire fondée sur l’objet ». Lou Taylor, Establishing Dress (...)
  • 9 L’histoire globale se caractérise par son attention portée « aux phénomènes d’interdépendance » vis (...)
  • 10 « Material culture is instead about the modalities and dynamics through which objects take on meani (...)
  • 11 Jean-Pierre Lethuiller, « Mode et vêtement dans la recherche des historiens modernistes français de (...)
  • 12 Maude Bass-Krueger, Sophie Kurkdjian, « The State of Fashion Studies in France: Past, Present, Futu (...)

2Au-delà des arguments invoqués, ce débat, qui apparaît au sein d’un complexe discursif6 plus large autour de la notion d’aliénation au cours du second xixe siècle7, pose la question du type de sources habituellement mobilisées en histoire de la mode. Dans le sillage des travaux de Lou Taylor8, on a vu se développer ces dernières années différentes réflexions poussant à une plus grande prise en compte du vêtement et/ou de sa matérialité en histoire de la mode, et ce, au détriment de l’analyse discursive. L’historien Giorgio Riello, dont les travaux se situent au croisement de l’histoire globale et de la culture matérielle9 vantait par exemple en 2011 les apports de cette dernière en ce qu’elle permettrait de réunir les approches théoriques et inductives héritées des fashion studies et de l’histoire du costume, en vue de saisir les « modalités et dynamiques par lesquelles les objets prennent un sens dans les vies humaines10 ». En France, Jean-Pierre Lethuiller saluait en 2016 l’émergence récente de diverses approches ambitionnant de porter une plus grande attention à la matérialité de l’objet de mode, contre celles héritant notamment des cultures visuelles à qui il reprochait de « mettre le vêtement au service d’autres histoires que la sienne propre11 ». Plus récemment, Maude Bass-Krueger et Sophie Kurkdjian regrettaient le fait que « la plupart des recherches françaises contemporaines se fonde sur des textes et des images », ce qui serait symptomatique selon elles de « la domination de l’histoire visuelle sur la culture matérielle » en histoire de la mode en France12.

  • 13 Émilie Hammen, L’idée de mode : une nouvelle histoire, t. I, Paris, Éditions B42, 2023.
  • 14 Citons à cet égard l’introduction d’Arthur O. Lovejoy, dans The Great Chain of Being: A Study of th (...)
  • 15 Quentin Skinner s’oppose à l’idée selon laquelle le sens d’un texte doit être simplement déterminé (...)
  • 16 Reinhart Koselleck souligne l’absolue nécessité du concept en histoire : « Sans les formations soci (...)
  • 17 Michel Foucault, L’Archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1969, p. 153.S’il s’y définit comme un (...)
  • 18 Jacques Guilhaumou la définit comme un « domaine de recherche qui s’intéresse au contexte historiqu (...)
  • 19 Il est notable que chez Angenot, la notion de « discours » comprenne également la dimension iconogr (...)

3Si ces différentes prises de position invitant l’historien de la mode à s’intéresser de plus en plus à l’objet matériel sont salutaires, elles posent néanmoins question quant à leur occultation de ce que nous pourrions nommer, à la suite de l’historienne de la mode Émilie Hammen, « l’idée de mode13 », que l’on retrouve essentiellement dans des concepts et des débats, comme dans la querelle mentionnée en ouverture de cette introduction. La mode, qui peut effectivement se définir comme un objet matériel, doit-elle s’y cantonner ? Une histoire de la mode doit-elle systématiquement et uniquement concerner le vêtement de mode, aussi bien au niveau des sources mobilisées que de l’objet de l’étude ? L’histoire des idées, issue de la démarche fondatrice d’Arthur Lovejoy au milieu du xxe siècle14, puis développée par différents courants méthodologiques ultérieurs – l’école de Cambridge autour de Quentin Skinner15, l’histoire des concepts de Reinhard Koselleck16, l’« archéologie du savoir » de Michel Foucault17 ou encore l’histoire langagière des concepts de Jacques Guilhaumou18 –, n’a été que très peu mobilisée en histoire de la mode. Or celle-ci, unifiée par l’historien Marc Angenot pour produire une « analyse historique des discours censés représenter le monde19 », grâce à un intérêt plus spécifiquement porté aux « règles d’énonciation », aux « arsenaux argumentatifs » ou aux « paradigmes sémantiques », souvent sur une longue durée, est susceptible de nous permettre de relire l’histoire de la mode et de la contestation vestimentaire. S’appuyant sur un corpus de discours contre la mode issus de divers champs, datant de la moitié du xviiie siècle aux années 1980, le présent article s’intéresse à la manière dont cette démarche méthodologique permet d’informer l’histoire de ses pratiques, tout en comprenant la mode comme un objet idéologique dont certains des avatars s’inscrivent dans de surprenantes filiations.

Informer les pratiques

  • 20 Émilie Hammen, « La mode à l’épreuve de l’art : une historiographie des discours tenus sur la mode (...)
  • 21 « Mais alors appelez-vous donc l’Anti-mode, puisque, de votre aveu même, vous venez combattre tout (...)
  • 22 Georg Simmel, Philosophie de la mode, Paris, Allia, 2020, p. 29 [éd. orig. : Philosophie der Mode, (...)
  • 23 Sur le plan disciplinaire, il est néanmoins difficile de catégoriser Bruno Du Roselle, ancien délég (...)
  • 24 Voir René König, Sociologie de la mode, Laurent Jospin (trad. fr.), Paris, Payot, 1969, p. 163-165 (...)
  • 25 Voir Anne Hollander, Seeing through Clothes (1978), New York, Avon Books, 1993, p. 78 ; Fred Davis, (...)
  • 26 Patrice Bollon, La Morale du masque. Merveilleux, zazous, dandys, punks, etc., Paris, Le Seuil, 199 (...)

4Dans sa thèse intitulée « La mode à l’épreuve de l’art » soutenue en 2020, Émilie Hammen ambitionnait d’offrir « une recension des discours qui participent de la définition de l’idée de mode », suivant « l’hypothèse d’une réalité avant tout façonnée par les discours », dans l’objectif de « faire émerger un autre récit20 ». Tout comme elle, nous souscrivons à l’idée selon laquelle un inventaire des discours peut permettre de renouveler l’histoire de la mode et, plus spécifiquement, de sa critique, que cela soit au niveau de ses acteurs ou de ses découpages chronologiques. L’histoire de la contestation vestimentaire est aujourd’hui une histoire entendue, du moins lorsqu’elle n’est pas tout simplement omise par l’historien. C’est que le concept d’« anti-mode » a en fait été essentiellement historiquement défini selon des pratiques vestimentaires, que les auteurs ont parfois agrémentées de textes. En français, la première occurrence connue du terme « anti-mode » apparaît en 1841 au sein d’un dialogue fictif entre la « Mode ancienne » et la « Nouvelle mode », pour désigner un vêtement allant à l’encontre de la mode du jour21 ; Georg Simmel, quant à lui, qualifie de « contre-pied de la mode » un comportement vestimentaire de distinction comparable à celui de l’ultra-mode22 ; en sociologie, René König, Bruno Du Roselle23 et Marc-Alain Descamps l’assimilent de leur côté au vêtement de la jeunesse contestataire de l’après-guerre24 ; les historiens Anne Hollander ou Alexander Maxwell, tout comme le sociologue Fred Davis, le perçoivent à leur tour comme un « dispositif symbolique d’opposition » constituant possiblement une nouvelle mode25. En d’autres termes, si ces différents auteurs se réfèrent parfois à des textes, leur définition du concept d’« anti-mode » prend systématiquement pour objet des pratiques vestimentaires. Ainsi est-il tout à fait compréhensible qu’ils participent à la formation d’une histoire assez entendue autour de mouvements s’étant souvent distingués par des pratiques symboliques de contestation, souvent ostentatoires, allant des transparences des « incroyables » et « merveilleuses » au détournement zazou de l’étoile jaune, en passant par le vestiaire fétichiste punk, dont l’ouvrage La Morale du masque de Patrice Bollon rend compte de la façon la plus archétypale26. Or ce parti pris souffre de deux problèmes méthodologiques majeurs : il tend à oublier de nombreux acteurs dont les positions ne se sont pas réellement matérialisées dans des pratiques visuellement et matériellement identifiables ; il est en outre incapable de préciser avec acuité l’objet de ces contestations vestimentaires.

L’identification de nouveaux acteurs

  • 27 Baronne de Montenach, Le Problème de la mode, actes du IIIe Conseil international de la Fédération (...)

Mettons-nous bien en tête que ceux qui font la mode aujourd’hui ce ne sont pas des femmes coquettes, mais bien des syndicats d’hommes d’affaires […]. Dans la plupart des petites villes que je connais, les magasins de confection sont un commerce que les Juifs monopolisent. Enfin, ne l’oublions pas, la presse est une puissance juive […]. Les ennemis de l’ordre social chrétien ont besoin de la mode pour poursuivre leur œuvre destructive de la famille et du foyer27.

  • 28 Catherine Meuwly-Galley, « Suzanne de Montenach (1867-1957) », Freiburger Geschichtsblätter, no 75 (...)
  • 29 Un constat similaire est dressé par P. Alberto Fabrio Ambrosio, dans sa communication « La mode mod (...)
  • 30 Benoît XV, « Allocution sur la mission de la femme dans la société, 21 oct. 1919 », dans Actes de B (...)
  • 31 Ferdinand-Antonin Vuillermet, Les Modes actuelles : aux femmes du monde, Paris, P. Lethielleux, 191 (...)
  • 32 Idem, Croisade pour la Modestie, Paris, P. Lethielleux, 1922.
  • 33 Ibid., p. 22.
  • 34 Citons, dans Page des Jeunes, les articles d’E.du Ponceau, « La simplicité », mars 1921, p. 2 ; Pie (...)

5C’est ainsi que la Fédération internationale des ligues féminines catholiques tente, en 1912, d’expliquer la naissance des modes sous la plume de la baronne de Montenach, présidente de l’Association catholique internationale, action sociale visant précisément l’éducation de la jeune fille28. La citation exemplifie la manière dont une partie du discours catholique, mobilisant tout un réseau d’arguments, s’empare de la question de la mode à partir des années 1910, sans se concrétiser nécessairement dans des pratiques réelles et distinctives d’opposition par le vêtement. C’est probablement pour cette raison que ces acteurs se retrouvent régulièrement oubliés par les différentes tentatives de théorisation ou de périodisation des phénomènes de contestation vestimentaire cités précédemment29. Cet exemple nous montre donc que le discours peut nous aider à identifier de nouveaux acteurs au sein d’une histoire parcellaire des comportements d’anti-mode prenant souvent pour objet les mêmes phénomènes. Dans un contexte propice à l’allègement de la silhouette féminine, le premier xxe siècle français voit par exemple l’émergence d’un complexe discursif autour de l’idée de modestie vestimentaire. Ainsi assiste-t-on à de nombreuses prises de parole institutionnelles relayées par des périodiques. La papauté se saisit du sujet. Nommé en 1914, Benoît XV choisit par deux fois d’aborder la question de la mode, en 1919 et en 192030. Le 21 octobre 1919, dans son « Allocution sur la mission de la femme dans la société » prononcée devant l’union des Femmes catholiques, il loue l’honnêteté vestimentaire, avant d’assimiler la mode contemporaine à la « corruption générale des mœurs » et de la définir comme une « provocation au mal ». D’autres acteurs se distinguent. C’est le cas du théologien dominicain Antonin Vuillermet, qui dédie deux pamphlets à la mode. En 1914, dans Les Modes actuelles31, il comprend le phénomène comme un complot de différents hommes d’affaires avides, dont la diffusion serait prise en charge par des femmes « mondaines » et relayée par des journaux corrompus. Il nous y invite à lutter contre ses excès et à l’invention d’une nouvelle mode « gracieuse ». En 1922, dans La Croisade pour la modestie32, il suggère aux catholiques de partir en croisade contre le caractère immodeste du vêtement de mode contemporain par différents moyens comme l’« action collective » auprès des « couturiers et des modistes » afin « d’obtenir d’eux l’engagement qu’ils ne fassent que des toilettes raisonnables et qu’ils se refusent à propager de nouvelles modes dangereuses33. » Certaines revues participent en outre à cette croisade. La Page des jeunes : supplément à l’écho de la Ligue patriotique des Françaises, y consacre différents articles, tout comme l’Écho de la ligue catholique des femmes françaises34. Dans le premier, l’auteur de « Comme tout le monde », daté du mois de décembre 1921, s’en prend par exemple à cette « formule complaisante, qui endort la voix de la raison », « La Mode ! Déesse exigeante et fantasque, courbant sous son sceptre tyrannique d’innombrables sujettes humblement soumises. » Sans pour autant se matérialiser dans des pratiques ostentatoires d’opposition, la conception précise de la mode et du vêtement développée par l’Église et son réseau d’acteurs durant l’entre-deux-guerres se distingue par de nombreuses récurrences rhétoriques : la condamnation conjoncturelle de certaines modes contemporaines, en particulier les décolletés, jugés contraires à la modestie ; l’identification de la mode à un complot marchand, juif et franc-maçon dont l’objectif serait de déstabiliser l’ordre social-chrétien ; la nécessité d’une croisade « positive » contre la mode, autour de la promotion des idées de modestie et de mesure, menée par l’ensemble des acteurs catholiques.

Derrière les pratiques

  • 35 Du Roselle, La Mode, 1980, cité n. 23, p. 282.
  • 36 Grant McCracken, Culture and Consumption: New Approches to the Symbolic Character of Consumer Goods (...)

6Si faire l’histoire de la critique de la mode par ses discours peut nous aider à y inclure de nouveaux acteurs, une telle méthode permet aussi de préciser le projet matériel de certains groupes pourtant déjà mentionnés par l’historiographie. C’est le cas du « bricolage » vestimentaire mis en œuvre par les contre-cultures occidentales de l’après-guerre. Identifié comme « anti-mode » ou comme mode contestataire par des auteurs comme Bruno Du Roselle, Marc-Alain Descamps, René König, Dick Hebdige ou Fred Davis, il est systématiquement assimilé à un rejet du vêtement « dominant », dit aussi « bourgeois » ou « industriel », rejet qui serait parfois motivé par un comportement de distinction. Or il nous semble que cette interprétation, qui ne prend pas toujours appui sur des discours spécifiant la forme matérielle de la contestation, reste imprécise. Sans aucune ressource discursive ni plus de détails, Bruno Du Roselle interprète par exemple le vêtement anti-mode comme un « refus de l’uniformisation » et du « changement mensonger35 ». Si nous pouvons admettre certaines de ses vues, il reste à les justifier et à les préciser. Car le vêtement demeure difficilement déchiffrable. Il peine en effet à communiquer un « message » clair. C’est l’idée défendue par l’anthropologue canadien Grant McCracken dans son ouvrage Culture and Consumption: New Approches to the Symbolic Character of Consumer Goods and Activities publié en 1988. Après avoir placé différents individus face à un panel de tenues vestimentaires, l’auteur remarque qu’ils ne parviennent pas toujours à comprendre ce à quoi ils sont confrontés. Leur lecture ne repose d’ailleurs sur aucun principe « paradigmatique » – les individus ne semblent pas tenter de remplacer l’un des « termes » de la tenue par un autre – ou « syntagmatique » – leur lecture ne semble pas reposer sur un ordre clair – pour se fonder à la place sur différents archétypes sociaux plus ou moins repérables. De ce fait, pour l’auteur, la culture matérielle (et, dans ce cas, le vêtement), « limitée en ce qui concerne le panel de choses qu’elle est en capacité de communiquer36 », ne peut être considérée comme « un langage » véritable, mais tout au plus comme un simple « code non linguistique ». C’est par conséquent en ce qu’il nous aide à préciser avec acuité le projet dissimulé derrière la pratique vestimentaire qu’il est si nécessaire d’étudier avec précision, quand il est présent, le discours porté par certains acteurs sur leur pratique. Si le vêtement contre-culturel peut être considéré comme une anti-mode, à quoi s’oppose-t-il donc précisément ?

  • 37 Catherine Rouvière, Retourner à la terre. L’utopie néo-rurale en Ardèche depuis les années 1960, Re (...)
  • 38 Jacques Massacrier, Savoir revivre (Paris, A. Michel, 1973), [Saint-Julien], Éditions du Devin, 201 (...)
  • 39 « Underguide », Actuel, no 17, févr. 1972, p. 27.

7Entre 1960 et 1980, plusieurs types de contestations apparaissent, regroupés au sein d’un complexe discursif opposé au phénomène d’« uniformisation ». On peut en relever deux aspects principaux : une mode contre, c’est-à-dire une critique de l’industrie de la mode comme instance capitaliste ; une contre-mode, soit une réflexion sur l’uniformisation dont elle serait responsable. Nous notons en effet tout d’abord la consolidation d’une iconographie militante, notamment dans des organes de presse satiriques affiliés à la presse alternative française comme Hara-Kiri, mensuel créé en 1960 par François Cavanna et Georges Bernier. Détournements d’images et créations de fausses publicités y prennent pour cible le caractère « sacré » des marques d’habillement, de luxe ou de joaillerie, que cela soit pour moquer leur caractère statutaire (fig. 2) ou la starisation dont certains grands couturiers se rendent coupables (fig. 3). En parallèle de cette iconographie, d’autres discours promeuvent le recours à un circuit renouvelé de production et de consommation. Dans la lignée de la première vague communautaire française post-soixante-huitarde de 1969-197337, des publications comme Savoir Revivre incitent le lecteur à prendre parti contre la « société de consommation » et sa logique industrielle pour « réapprendre à vivre » sans produits manufacturés à travers trois cent sept astuces, dont dix-neuf sont consacrées à la confection vestimentaires38 (fig. 4). En ville, il s’agit plutôt de promouvoir une nouvelle relation au circuit fripier. Le magazine Actuel élabore par exemple au début des années 1970 un « underguide » qui rassemble les adresses marchandes alternatives. S’il semble désormais « inutile d’aller aux puces de Saint-Ouen » tant les prix y sont élevés, le lecteur est invité à explorer celles de la porte de Vanves, bien qu’en voie de gentrification, ou celles de la porte de Montreuil, de la place d’Aligre ou du Kremlin-Bicêtre39.

2. François Cavanna et Georges Bernier, publicité parodique (Hermès), parue dans Hara-Kiri, juill. 1968.

2. François Cavanna et Georges Bernier, publicité parodique (Hermès), parue dans Hara-Kiri, juill. 1968.

©Succession Cavanna/photo © Bibliothèque nationale de France

3. François Cavanna et Georges Bernier, publicité parodique (Yves Saint Laurent), parue dans Hara-Kiri, janv. 1972.

3. François Cavanna et Georges Bernier, publicité parodique (Yves Saint Laurent), parue dans Hara-Kiri, janv. 1972.

©Succession Cavanna/photo © Bibliothèque nationale de France

4. Jacques Massacrier, patron pour une « blouse de femme paysanne mexicaine », paru dans Savoir revivre (1973), [Saint-Julien], éditions du Devin, 2020, p. 53-54.

4. Jacques Massacrier, patron pour une « blouse de femme paysanne mexicaine », paru dans Savoir revivre (1973), [Saint-Julien], éditions du Devin, 2020, p. 53-54.

© Jacques Massacrier/photo © éditions du Devin

  • 40 Voir par exemple : Jean Baudrillard, La Société de consommation, ses mythes, ses structures, Paris, (...)
  • 41 Roland Barthes, « Le dandysme et la mode », United States Lines Paris Review, juillet 1962, repris (...)
  • 42 Caterine Milinaire, Carol Troy, Chic pas cher (1975), Paris, Albin Michel, 1977, p. 9.
  • 43 Alain Pacadis, « Punk Society », Façade, no 4, 1977, p. 23-27.

8Si de nombreux discours assimilent donc l’industrie de la mode à une institution capitaliste à bannir, ceux-ci élaborent aussi différentes critiques prenant pour objet son caractère uniformisant. En sciences humaines, Roland Barthes, Henri Lefebvre ou Jean Baudrillard identifient tous la mode à un complot marchand dont le projet s’articulerait autour de la vente industrielle d’une « fausse » différenciation40. Dans son article « Le Dandysme et la mode » de juillet 1962, en pleine période d’émergence du prêt-à-porter et de l’industrie du « style », Barthes accuse la confection et les boutiques de rendre désormais impossible toute tentative de différenciation réelle en ce qu’ils seraient responsables de la diffusion à grande échelle de « vêtements et accessoires soustraits aux normes massives » poussant le porteur à « abdiquer toute invention personnelle ». La mode aurait par conséquent « exterminé toute singularité pensée du vêtement, en prenant tyranniquement en charge sa singularité institutionnelle41 ». Ces réflexions coïncident avec le projet de singularité théorisé par certains acteurs contre-culturels. Dans Chic pas cher, paru à New York en 1975 et traduit en France en 1977, Caterine Milinaire et Carol Troy, proches de l’underground camp new-yorkais, se proposent d’aider femmes, hommes et enfants à se personnaliser par le vêtement en vue de s’opposer à une « mode conçue comme une dictature imposée au peuple et réservée à une élite42 ». L’enjeu y est alors d’apprendre à organiser une armoire avec peu de vêtements en critiquant une consommation outrancière de produits en série provenant de grands magasins comme Le Printemps ou de vente par correspondance comme La Redoute. Alain Pacadis, critique musical fameux du premier punk français, définit à son tour le projet punk comme une entreprise peuplée de « musiciens », de « groupies » et de « gens de la mode […] qui ont vu là un moyen de personaliser [sic] leur manière de s’habiller, et de vivre à contre-courant de la mode et de la morale officielle […] autour du magasin de vêtements Kiruna Melba, tenu par Titi Rognon43 ».

9Ce n’est donc qu’en relevant la cohabitation de différents discours assimilant la mode à la « société spectaculaire marchande » et à l’industrialisation de la différence que nous pouvons confirmer l’hypothèse rapidement formulée par les auteurs cités précédemment selon laquelle le vêtement contre-culturel serait un vêtement pensé et revêtu à des fins de contestation et de distinction. Le discours, qui soutient dans ce cas l’analyse du vêtement « réel », peut également être un moyen pour écrire une histoire des idéologies vestimentaires.

Une histoire des idéologies vestimentaires

10La controverse évoquée en introduction nous alerte sur le fait que la mode, au-delà du vêtement, se définit aussi par sa capacité à induire différents débats portant sur son concept même. On comprend dès lors la nécessité en histoire de la mode de considérer son idée, autrement dit de l’entendre aussi comme un espace de discussions, qui peuvent parfois se révéler contradictoires. Ainsi, le discours, s’il peut, comme nous venons de le démontrer, nous permettre de soutenir une histoire des pratiques, est aussi le matériau d’une histoire des idéologies vestimentaires. Il nous révèle en effet les projets sociaux sous-tendus par certains énonciateurs, tout en consentant d’établir des rapprochements idéologiques inattendus, comme celui des positions nobiliaire, révolutionnaire et communiste, tenues à l’égard de la mode.

La mode comme objet de débats

  • 44 Edna Hindie Lemay, La Vie quotidienne des députés aux états généraux, Paris, Hachette, 1987, p. 21.
  • 45 On note aussi l’existence d’une iconographie représentant l’union des trois états sur le plan vesti (...)
  • 46 Anonyme, Lettre d’un provincial, député aux états généraux, sur le costume de cérémonie (1er mai 17 (...)
  • 47 Honoré-Gabriel Riquetti comte de Mirabeau, lettre du 10 mai 1789, dans Lettres du comte de Mirabeau (...)

11Le 5 mai 1789, Louis XVI convoque les états généraux pour imposer le port d’un costume spécifique à chaque état. Les représentants de la noblesse doivent s’y rendre vêtus d’un manteau noir orné d’un parement doré, de bas blancs, d’une cravate de dentelle et coiffés d’un chapeau blanc dans le style Henri IV ; les membres du clergé doivent être couverts de pourpre ou de rouge ; et les députés du tiers état d’un costume noir, dont l’ornement réside essentiellement dans le port d’une cravate en mousseline44. Un débat portant sur la nature de cette distinction émerge rapidement, notamment parmi les députés du tiers état : peut-on vraiment penser une réforme politique alors même que les députés ne sont pas libres de se vêtir comme ils le souhaitent ? L’égalité politique souhaitée ne devrait-elle pas se manifester aussi sur le plan symbolique, donc vestimentaire45 (fig. 5, 6) ? Plusieurs positions apparaissent, de la critique de l’indécence nobiliaire et de la promotion de l’uniformité radicale à d’autres, plus conservatrices. L’auteur de la Lettre d’un Provincial, député aux états généraux, sur le costume de cérémonie46, datée du 1er mai 1789, souhaite « qu’une distinction marquée dans le costume, annonçant perpétuellement aux yeux une distinction réelle ou apparente d’intérêts, et imposant pour ainsi dire aux individus des différents ordres l’obligation d’opiner moins d’après leur cœur que d’après leur uniforme, ne vienne point diviser des hommes », autrement dit « qu’une assemblée, toujours grave, toujours majestueuse, ne se laisse point dominer et dégrader par l’étiquette ». Dans la première de ses Lettres […] à ses commettants47, Mirabeau, député du tiers, intègre une lettre de Jean-Baptiste Salaville qui critique violemment la décision de Louis XVI. Ainsi l’imposition d’un costume différencié aux députés doit-elle selon lui être perçue comme le « comble du despotisme et de l’avilissement » et symptomatique d’une Nation « complètement asservie ». C’est pour cette raison que « les vrais représentants de l’Universalité du Royaume, ne peuvent se dispenser de voter l’uniformité du costume ; car il doit être le symbole de cette égalité de droit et de pouvoir ». D’autres députés se caractérisent par une position plus conservatrice. Une brochure du 13 août vante par exemple les « avantages [du] manteau », en ce qu’il imprime un « air de dignité » et fait l’objet de tout un « art » de « le relever, l’étendre et le resserrer ». « Doit-on pour des collègues chauves, renoncer à étaler la belle chevelure argentée, dorée ou château que l’on reçut de la nature ? », demande le député qui en est l’auteur.

5. Auteur anonyme, Paul-André basset (éditeur), Voilà le costume désiré, 1789, estampe, dans Documents sur l’histoire de France. Règne de Louis XVI. Juin – 10 juillet 1789, Paris, BNF, Est. (RESERVE FOL-QB-201 [120]).

5. Auteur anonyme, Paul-André basset (éditeur), Voilà le costume désiré, 1789, estampe, dans Documents sur l’histoire de France. Règne de Louis XVI. Juin – 10 juillet 1789, Paris, BNF, Est. (RESERVE FOL-QB-201 [120]).

photo © Gallica/Bibliothèque nationale de France

6. Auteur anonyme, Monsieur des trois états, 1789, eau-forte, dans Documents sur l’histoire de France. Règne de Louis XVI. Juin – 10 juillet 1789, Paris, BNF, Est. (RESERVE QB-370 [12]-FT 4).

6. Auteur anonyme, Monsieur des trois états, 1789, eau-forte, dans Documents sur l’histoire de France. Règne de Louis XVI. Juin – 10 juillet 1789, Paris, BNF, Est. (RESERVE QB-370 [12]-FT 4).

photo © Gallica/Bibliothèque nationale de France

  • 48 Jean-Marc Devocelle, « D’un costume politique à une politique du costume : approches théoriques et (...)
  • 49 Ibid., p. 86.
  • 50 Claude-François-Xavier Mercier de Compiègne, Comment m’habillerais-je ? Réflexions politiques et ph (...)
  • 51 Société populaire et républicaine des arts, Considérations sur les avantages de changer le costume (...)

12Si le décret du 15 octobre 1789, « propre à établir et à conserver une précieuse confraternité48 », signe la suppression de toute distinction vestimentaire à l’assemblée, le débat se prolonge sur le plan civil entre 1792 et 179449. Plusieurs projets s’accordant sur l’adoption d’un costume uniforme voient le jour. Dans Sur un vêtement libre, uniforme et national à l’usage des enfants…, Bernard Christophe Faust esquisse en 1792 le « projet d’un vêtement libre, sain, uniforme et national » visant à « remettre les enfants dans l’état heureux que la Nature leur avait assigné » en réaction aux « mauvais effets que produit l’habillement actuel des enfants ». L’année suivante, Claude-François-Xavier Mercier de Compiègne publie Comment m’habillerais-je ? Réflexions politiques et philosophiques sur l’habillement français et sur la nécessité d’un costume national50, où il promeut l’adoption d’un vêtement simple, sur le modèle antique et rousseauiste, au sein d’un système réglementé dans lequel chaque signe vestimentaire renvoie à la fonction sociale du porteur. En 1794, la Société populaire et républicaine des arts justifie de réflexions similaires. Rédigé après des mois de débats, le texte Considérations sur les avantages de changer le costume français51 entend travailler à la rationalisation du costume afin de mettre fin « aux variations sans fin des vicissitudes des modes », sur un modèle antique imaginé. Le nouveau « costume national » doit aussi permettre une lecture directe du corps social, distinguant les individus selon leur fonction.

13Ainsi est-il possible, à partir de ces différents exemples, de définir les contours d’un complexe discursif en cette fin du xviiie siècle autour d’une rhétorique de l’égalité vestimentaire. Il s’articule autour de certaines récurrences : une volonté de stratification des apparences par différenciation ; la référence à une Antiquité fantasmée ; et la promotion de l’idée de simplicité vestimentaire accordant primauté au corps. La mobilisation de ces différents discours, qui ne renvoient ici pourtant à aucune pratique concrète, nous montre par conséquent que la mode peut aussi être considérée historiquement comme un espace d’argumentation dans lequel interviennent différents acteurs souhaitant défendre leurs positions idéologiques.

De surprenantes continuités idéologiques

  • 52 François Fourn l’identifie autour de théoriciens comme Étienne Cabet, Théodore Dezamy, Richard Laha (...)
  • 53 Philippe Buonarroti, Conspiration pour l’Égalité dite de Babeuf (1828), Paris, La Fabrique, 2015, p (...)
  • 54 Étienne Cabet, Voyage en Icarie (1840), Paris, Au bureau du populaire, 1845.
  • 55 Théodore Dézamy, Code de la communauté, Paris, Prévost/Rouannet, 1842.

14Ce complexe discursif identifié dans la seconde moitié du xviiie siècle s’étend au premier xixe siècle. La réflexion est en effet prolongée par les socialismes dits « romantiques » ou « utopiques » qui introduisent la question de la mode et du vêtement dans leurs projets de réforme sociale globale. Gracchus Babeuf, Étienne Cabet, Théodore Dézamy, que l’on peut rattacher au premier communisme français52, s’intéressent tous à la question vestimentaire. Quelle place réserver à la mode dans une société égalitaire ? Dans Conspiration pour l’Égalité dite de Babeuf (1828), le révolutionnaire Philippe Buonarroti rapporte le projet babouviste du vêtement fondé sur un respect inconditionnel de l’égalité, une uniformité variable, sous le règne de la raison. En cela, « il est essentiel au bonheur des individus et au maintien de l’ordre public que le citoyen […] ne rencontre nulle part le moindre signe d’une supériorité même apparente », grâce à « des couleurs et des formes différentes qui eussent pu servir à distinguer les âges et les occupations » selon des principes « accordant tout à la salubrité et au développement des organes, rien à la mode et à la frivolité53 ». En 1840, dans son Voyage en Icarie54, texte qu’il destine au grand public, le communiste Étienne Cabet imagine Icara, capitale d’Icarie, couverte de jardins et de trottoirs vitrés. Il y pense un système vestimentaire communiste autour d’une uniformité variable selon les conditions, d’une définition d’un beau égalitaire et artificiel et de la centralisation de la production et de la distribution. Ainsi sur le modèle babouviste pourrions-nous parvenir à un système vestimentaire égalitaire, qui n’accorderait rien « à la mode et à la frivolité ». Deux ans plus tard, Théodore Dézamy consacre pareillement un chapitre de son Code de la communauté55 à définir ce que serait la mode dans cette société réformée. Conçue comme le « mode d’association le plus naturel, le plus simple et le plus parfait », en vue de la refondation du lien communautaire, la communauté y privilégie un vêtement rationnel, censé servir une lecture directe du corps social, faisant l’objet d’une centralisation de sa production et de sa consommation.

15De ce fait, une idéologie du vêtement communiste se dessine progressivement en ce premier xixe siècle, autour de caractéristiques semblables : la promotion d’une uniformité variable selon les conditions, induisant la possibilité d’une lecture transparente du corps social ; un vêtement défini avant tout par une logique rationnelle, extrait du temps et de considérations qui ne se rapportent pas à sa fonction de protection ; une centralisation « républicaine » de la création, de la production et de la distribution. C’est donc en rapprochant le discours révolutionnaire et le discours socialo-utopique que nous pouvons identifier un complexe discursif autour de la question de l’égalité vestimentaire de la Révolution française à la première moitié du xixe siècle.

  • 56 Renato Galliani, Rousseau, le luxe et l’idéologie nobiliaire. Étude socio-historique, Oxford, the V (...)
  • 57 François de Fénelon, Les Aventures de Télémaque (1699), t. II, Paris, Hachette, 1927, p. 90-98.
  • 58 Montesquieu, De l’esprit des lois (1748), Paris, 1892, livre VII, chap. i ; cité dans Galliani, 198 (...)
  • 59 Jean-Jacques Rousseau, Œuvres complètes, Bernard Gagnebin, Marcel Raymond (éd.), Paris, Gallimard, (...)
  • 60 Ibid., p. 19 ; cité dans Galliani, 1989, cité n. 56, p. 259.
  • 61 Jean-Jacques Rousseau, La Nouvelle Héloïse, Amsterdam, M. M. Rey, 1761, II, lettre XXI ; cité dans (...)
  • 62 Jean-Jacques Rousseau, Émile ou de l’Éducation, Michel Launay (éd.), Paris, Garnier-Flammarion, 196 (...)

16Si la continuité idéologique apparaît ici comme évidente, il nous est possible, de nouveau grâce à l’analyse discursive, d’en discerner une autre plus surprenante entre les conceptions révolutionnaire et communiste de la mode, et la pensée nobiliaire du luxe vestimentaire. Dans son ouvrage Rousseau, le luxe et l’idéologie, l’historien des mentalités Renato Galliani se propose de relire les écrits du philosophe, souvent compris dans une perspective « révolutionnaire », à l’aune de la conception nobiliaire du luxe. En ce que « Rousseau décrivait la transformation sociale de l’époque comme une dégradation et qu’il prenait parti contre le luxe, les sciences et les arts », à l’instar de l’idéologie nobiliaire, Galliani conclut que « son œuvre s’insérait dans cette idéologie » et n’était donc pas « révolutionnaire », mais résolument « conservatrice56 ». L’œuvre rousseauiste présente en effet de nombreuses affinités avec l’idéologie nobiliaire. L’historien l’identifie autour d’écrivains comme François de Salignac de La Mothe-Fénelon, le duc de Beauvilliers, Henri de Boulainvilliers ou Charles-Louis de Secondat, baron de La Brède et de Montesquieu, qui justifient d’une rhétorique commune autour de la nécessité d’un système réglementé face à la confusion croissante des rangs, souvent inspiré de Rome ou de Sparte. Par exemple, pour Fénelon, le luxe et la mode, entraînant la « ruine » des nations et la confusion des rangs, se doivent de disparaître au profit de lois somptuaires légiférant sur le droit à la consommation de chaque condition57 ; pour Montesquieu, « Chacun prend les marques de la condition qui précède la sienne. Mais à force de vouloir se distinguer, tout devient égal et on ne se distingue plus58 », alors que Sparte, sous Lycurgue, se caractérisait au contraire par « l’ambition, sans espérance d’être mieux ». On trouve chez Rousseau un arsenal rhétorique comparable en faveur d’un système vestimentaire réglementé, contre la confusion des rangs, sur le modèle antique, complété par la promotion d’un corps fort. Il déclare en effet dans le Discours sur les sciences et les arts que « l’on n’ose plus paraître ce qu’on est59 », tout en regrettant « l’oubli de la nécessité des lois somptuaires60 » et la disparition de la frugalité qui caractérisait Rome et Sparte ; dans La Nouvelle Héloïse, que l’« on voit les mêmes étoffes dans tous les états » et que « l’on aurait peine à distinguer la duchesse d’une bourgeoise, si la première n’avait l’art de trouver des distinctions que l’autre n’oserait imiter61 » ; ou dans l’Émile que Rome se distinguait positivement par l’emploi de « vêtements divers selon les âges, selon les conditions, des toges, des raies, des prétextes, des bulles62 » et que « l’habillement français gênant et malsain pour les hommes est pernicieux surtout aux enfants ».

17Or l’analyse discursive nous révèle que le discours révolutionnaire dont nous définissions précédemment les ressorts autour d’une volonté de stratification sociale des apparences, du triomphe de la raison et de la simplicité, et de la référence antique ; puis communiste, principalement fondé sur la promotion d’une uniformité variable et de la simplicité vestimentaire, se situent précisément dans cette continuité. Une filiation inattendue apparaît donc entre pensée nobiliaire, révolutionnaire et communiste de la mode, grâce à l’analyse discursive qui nous permet d’en interroger la dimension possiblement conservatrice.

Un programme à poursuivre

  • 63 Michael Kwass, « Between Words and Things: “La querelle du luxe” in the Eighteenth Century », MLN [ (...)

18C’est en ce qu’elle nous permet une relecture de l’histoire de la mode et qu’elle nous aide à la considérer comme un espace hautement idéologique que l’histoire des idées nous semble aujourd’hui nécessaire à l’élaboration d’un nouveau récit déjà amplement encouragé ces dernières années par les différents promoteurs de la culture matérielle. Si l’histoire de la mode s’est historiquement construite autour du vêtement et de sa matérialité, elle ne doit pas omettre le fait que son objet est aussi environné de discours, voire qu’il est amplement déterminé par la forme langagière qui le prend pour objet. C’est pourquoi ces deux grands axes méthodologiques que sont la culture matérielle et l’histoire des idées nous apparaissent comme complémentaires, qu’ils soient envisagés dans un travail de recherche de façon autonome ou associée. C’est d’ailleurs sur cette volonté de les faire communiquer que se fondent certains projets récents comme celui de l’historien de la consommation Michael Kwass. Dans son article « Between Words and Things: “La Querelle du Luxe” in the Eighteenth Century » paru en 201563, il s’interroge sur les répercussions langagières de la révolution matérielle du xviiie siècle et suggère précisément que « l’étude du passé économique doit englober le langage utilisé par les acteurs pour parler du monde matériel ». Ainsi, « les mots et les choses doivent être étudiés ensemble ».

Haut de page

Notes

1 Ce courant, datant des premières années du xxe siècle, se caractérise par une attention particulière portée à la réforme de modes de vie que ses acteurs souhaitent associer à une démarche scientifique. Arnaud Baubérot, Histoire du naturisme. Le mythe du retour à la nature, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004, p. 196.

2 Ibid., p. 183.

3 Prenons ici l’exemple d’Émile Gravelle, dessinateur de Montmartre, qui crée en 1894 le journal L’État naturel et la part du prolétaire dans la civilisation dans lequel de nombreuses illustrations font référence au vêtement rêvé.

4 Paul Bergeron, Georges Butaud, « Qu’est-ce que la beauté ? Controverse », s.l. [Bascon], Milieu libre, 1910.

5 Il est nécessaire de préciser que dans notre étude, la « mode », plus qu’un simple mot, est un concept qui renvoie à un champ lexical plus large allant des notions de « parure » ou de « luxe », quand ces termes sont appliqués au vêtement, à celles de « toilette » ou de « coquetterie ».

6 Les notions de complexes ou de formations discursives renvoient ici à un « ensemble d’énoncés qui se réfère à un seul et même objet ». Marc Angenot, L’Histoire des idées : problématiques, objets, concepts, méthodes, enjeux, débats, Liège, Presses universitaires de Liège, 2014, p. 72.

7 Ce complexe discursif correspond au discours réformateur, selon le sens que lui prête Christian Topalov dans l’ouvrage qu’il a dirigé : Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France (1880-1914), Paris, Éditions de l’EHESS, 1999. Celui-ci réduit le vêtement de mode à sa dimension aliénante, qu’elle soit économique ou corporelle.

8 L’historienne défend notamment une « histoire fondée sur l’objet ». Lou Taylor, Establishing Dress History, Manchester, Manchester University Press, 2004, p. 2.

9 L’histoire globale se caractérise par son attention portée « aux phénomènes d’interdépendance » visant la circulation mondiale des marchandises à l’époque moderne. Voir Caroline Douki, Philippe Minard, « Histoire globale, histoires connectées : un changement d’échelle historiographique ? Introduction », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 54-4, no 5, 2007, p. 7-21. Giorgio Riello s’est d’ailleurs dernièrement intéressé aux apports de la culture matérielle pour l’histoire globale. Giorgio Riello, « The “Material Turn” in World and Global History », Journal of World History, vol. 33, no 2, 2022, p. 193-232 [URL : https://muse.jhu.edu/pub/5/article/85760].

10 « Material culture is instead about the modalities and dynamics through which objects take on meaning (and one of these is that of fashion) in human lives. » Giorgio Riello, « The Object of Fashion: Methodological Approaches to the History of Fashion », Journal of Aesthetics and Culture, vol. 3, no 1, 2011 [DOI : https://doi.org/10.3402/jac.v3i0.8865].

11 Jean-Pierre Lethuiller, « Mode et vêtement dans la recherche des historiens modernistes français depuis les années 1980 », Regards croisés, no 6, 2016, p. 24-31.

12 Maude Bass-Krueger, Sophie Kurkdjian, « The State of Fashion Studies in France: Past, Present, Future », Marco Pecorari, Lauren Downing Peters, Alessandro Bucci et al. (dir.), International Journal of Fashion Studies, vol. 5, no 1 : The State of Fashion Studies, 2018, p. 227-244 [DOI : https://doi.org/10.1386/infs.5.1.227_1].

13 Émilie Hammen, L’idée de mode : une nouvelle histoire, t. I, Paris, Éditions B42, 2023.

14 Citons à cet égard l’introduction d’Arthur O. Lovejoy, dans The Great Chain of Being: A Study of the History of an Idea, New York, Harper and Row, 1936 ; et la fondation du Journal of the History of Ideas en 1940. Angenot, 2014, cité n. 6, p. 9.

15 Quentin Skinner s’oppose à l’idée selon laquelle le sens d’un texte doit être simplement déterminé selon son contexte, tout comme à la conception invitant à le considérer comme entité autonome. Son approche procède plutôt en deux temps : « Délimiter l’ensemble des communications possibles à une époque donnée » ; y insérer l’objet d’étude afin de déterminer l’intention de l’énonciateur. Quentin Skinner, « Meaning and Understanding in the History of Ideas », History and Theory, vol. 8, no 1, 1969, p. 49 [DOI : https://doi.org/10.2307/2504188].

16 Reinhart Koselleck souligne l’absolue nécessité du concept en histoire : « Sans les formations sociales et les concepts par lesquels – de manière réflexive ou autoréflexive – elles déterminent et cherchent à relever les défis qui leur sont lancés, l’histoire n’existe pas, elle ne peut être vécue ni interprétée, représentée ni racontée. » Reinhart Koselleck, L’Expérience de l’histoire, Alexandre Escudier, Diane Meur, Marie-Claire Hoock et Jochen Hoock (trad. fr.), Paris, Le Seuil/Gallimard, 1997, p. 138. Ainsi l’histoire conceptuelle prend-elle pour objet de « saisir la durée, le changement et la nouveauté des significations des mots » afin de « mettre en lumière la stratification complexe des significations multiples d’un concept datant d’époques différentes ». Reinhart Koselleck, Le Futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Éditions de l’EHESS, 2016, p. 127-147 [éd. orig. : Vergangene Zukunft. Zur Semantik geschichtlicher Zeiten, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1979].

17 Michel Foucault, L’Archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1969, p. 153.S’il s’y définit comme un « historien des idées honteux ou, comme on voudra, présomptueux », il y prétend dans le même temps viser une analyse du discours, défini comme « un ensemble d’énoncés en tant qu’ils relèvent de la même formation discursive ».

18 Jacques Guilhaumou la définit comme un « domaine de recherche qui s’intéresse au contexte historique de signification des concepts majeurs du vocabulaire socio-politique du Moyen Âge à nos jours, sans pour autant le réduire à de simples considérations lexicologiques ». C’est pour cela qu’elle « prend donc en compte les significations et les usages d’un langage spécifique dans une situation spécifique à l’intérieur desquelles les concepts sont développés par des auteurs, des acteurs et des orateurs spécifiques ». Jacques Guilhaumou, Discours et événement. L’histoire langagière des concepts, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2006, p. 46-47.

19 Il est notable que chez Angenot, la notion de « discours » comprenne également la dimension iconographique. Angenot, 2014, cité n. 6, p. 69.

20 Émilie Hammen, « La mode à l’épreuve de l’art : une historiographie des discours tenus sur la mode en France (1800-1930) », thèse de doctorat, université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, 2020, p. 21.

21 « Mais alors appelez-vous donc l’Anti-mode, puisque, de votre aveu même, vous venez combattre tout ce qui est à la mode aujourd’hui. L’Anti-mode, voilà votre véritable titre, le seul qui soit logique et qui exprime parfaitement la mission que vous vous êtes donnée. » Anonyme, « Conversation intime. La mode ancienne à la nouvelle mode », La Mode, revue du monde élégant, XIIIe livraison, 26 juin 1841, p. 370-372 [URL : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k92819x/f986.item].

22 Georg Simmel, Philosophie de la mode, Paris, Allia, 2020, p. 29 [éd. orig. : Philosophie der Mode, Berlin, Pan, 1905].

23 Sur le plan disciplinaire, il est néanmoins difficile de catégoriser Bruno Du Roselle, ancien délégué général de la Fédération française du prêt-à-porter féminin, ayant à la fois produit des ouvrages sur l’industrie de la mode qui lui était contemporaine – La Crise de la mode (Paris, Fayard, 1973), Les Métiers de la mode et de l’habillement (Paris, SPE, 1980) – et sur son histoire – La Mode (Paris, Imprimerie nationale, 1980).

24 Voir René König, Sociologie de la mode, Laurent Jospin (trad. fr.), Paris, Payot, 1969, p. 163-165 [éd. orig. : Kleider und Leute: zur Soziologie der Mode, Francfort-sur-le-Main, Fischer, 1967] ; Du Roselle, La Mode, 1980, cité n. 23, p. 281 ; Marc-Alain Descamps, Psychosociologie de la mode, Paris, Presses universitaires de France, 1979, p. 47.

25 Voir Anne Hollander, Seeing through Clothes (1978), New York, Avon Books, 1993, p. 78 ; Fred Davis, Fashion, Culture and Identity, Chicago, University of Chicago Press, 1994, p. 161. ; Alexander Maxwell, Patriots Against Fashion: Clothing and Nationalism in Europe’s Age of Revolutions, Houndmills/Hampshire, Palgrave Macmillan/Basingstoke, 2014, p. 1.

26 Patrice Bollon, La Morale du masque. Merveilleux, zazous, dandys, punks, etc., Paris, Le Seuil, 1990.

27 Baronne de Montenach, Le Problème de la mode, actes du IIIe Conseil international de la Fédération internationale des ligues catholiques féminines (Vienne, 8-10 sept. 1912), Dijon, imprimerie de Darantière, 1913.

28 Catherine Meuwly-Galley, « Suzanne de Montenach (1867-1957) », Freiburger Geschichtsblätter, no 75, 1998, p. 147-152.

29 Un constat similaire est dressé par P. Alberto Fabrio Ambrosio, dans sa communication « La mode modeste pendant les années 1920 », au colloque « Mode modeste : pudeur, intimité, décence », Paris, Collège des Bernardins, 16 déc. 2021.

30 Benoît XV, « Allocution sur la mission de la femme dans la société, 21 oct. 1919 », dans Actes de Benoît XV. Encycliques. Motu proprio. Brefs. Allocutions. Actes des dicastères, etc., II. (1918 – sept. 1920), Paris, Maison de la Bonne Presse, 1926, p. 69-70.

31 Ferdinand-Antonin Vuillermet, Les Modes actuelles : aux femmes du monde, Paris, P. Lethielleux, 1914.

32 Idem, Croisade pour la Modestie, Paris, P. Lethielleux, 1922.

33 Ibid., p. 22.

34 Citons, dans Page des Jeunes, les articles d’E.du Ponceau, « La simplicité », mars 1921, p. 2 ; Pierre L’Ermite, « La petite modiste », juin 1921, p. 3, ou d’E. B., « Comme tout le monde », déc. 1921, p. 2-3. ; dans l’Écho de la ligue catholique des femmes françaises, les articles de H. Rezeau, « Les modes inconvenantes », juin 1922, p. 1-4, ou « La croisade pour la modestie », mars-avr. 1927, p. 1-4.

35 Du Roselle, La Mode, 1980, cité n. 23, p. 282.

36 Grant McCracken, Culture and Consumption: New Approches to the Symbolic Character of Consumer Goods and Activites, Bloomington, Indiana University Press, 1988, p. 69.

37 Catherine Rouvière, Retourner à la terre. L’utopie néo-rurale en Ardèche depuis les années 1960, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, p. 32.

38 Jacques Massacrier, Savoir revivre (Paris, A. Michel, 1973), [Saint-Julien], Éditions du Devin, 2011, p. 3.

39 « Underguide », Actuel, no 17, févr. 1972, p. 27.

40 Voir par exemple : Jean Baudrillard, La Société de consommation, ses mythes, ses structures, Paris, SGPP, 1970 ; Henri Lefebvre, La Vie quotidienne dans le monde moderne, Paris, Gallimard, 1968.

41 Roland Barthes, « Le dandysme et la mode », United States Lines Paris Review, juillet 1962, repris dans Œuvres complètes, I. (1942-1965), Paris, Le Seuil, 1993, p. 963-966.

42 Caterine Milinaire, Carol Troy, Chic pas cher (1975), Paris, Albin Michel, 1977, p. 9.

43 Alain Pacadis, « Punk Society », Façade, no 4, 1977, p. 23-27.

44 Edna Hindie Lemay, La Vie quotidienne des députés aux états généraux, Paris, Hachette, 1987, p. 21.

45 On note aussi l’existence d’une iconographie représentant l’union des trois états sur le plan vestimentaire.

46 Anonyme, Lettre d’un provincial, député aux états généraux, sur le costume de cérémonie (1er mai 1789), s.l., s.n., 1789.

47 Honoré-Gabriel Riquetti comte de Mirabeau, lettre du 10 mai 1789, dans Lettres du comte de Mirabeau à ses commettans, Paris, Lavillette, 1791.

48 Jean-Marc Devocelle, « D’un costume politique à une politique du costume : approches théoriques et idéologiques du costume pendant la Révolution française », dans Modes et révolutions (1780-1804), cat. exp. (Paris, musée de la Mode et du Costume de la Ville de Paris – palais Galliera, 8 févr. – 7 mai 1989), Paris, Paris Musées, 1989, p. 83-103, ici p. 84.

49 Ibid., p. 86.

50 Claude-François-Xavier Mercier de Compiègne, Comment m’habillerais-je ? Réflexions politiques et philosophiques sur l’habillement français et sur la nécessité d’un costume national, Paris, imprimerie de l’auteur, 1793.

51 Société populaire et républicaine des arts, Considérations sur les avantages de changer le costume français, Paris, imprimerie de Fantelin, 1794.

52 François Fourn l’identifie autour de théoriciens comme Étienne Cabet, Théodore Dezamy, Richard Lahautière ou Jean-Jacques Pillot. François Fourn, « “La mode ne varie jamais en Icarie” », Modes pratiques, no 2, 2017 [URL : https://devisu.inha.fr/modespratiques/338].

53 Philippe Buonarroti, Conspiration pour l’Égalité dite de Babeuf (1828), Paris, La Fabrique, 2015, p. 188.

54 Étienne Cabet, Voyage en Icarie (1840), Paris, Au bureau du populaire, 1845.

55 Théodore Dézamy, Code de la communauté, Paris, Prévost/Rouannet, 1842.

56 Renato Galliani, Rousseau, le luxe et l’idéologie nobiliaire. Étude socio-historique, Oxford, the Voltaire Foundation, 1989, p. 365.

57 François de Fénelon, Les Aventures de Télémaque (1699), t. II, Paris, Hachette, 1927, p. 90-98.

58 Montesquieu, De l’esprit des lois (1748), Paris, 1892, livre VII, chap. i ; cité dans Galliani, 1989, cité n. 56, p. 166.

59 Jean-Jacques Rousseau, Œuvres complètes, Bernard Gagnebin, Marcel Raymond (éd.), Paris, Gallimard, 1959-1969, t. III, p. 8 ; cité dans Galliani, 1989, cité n. 56, p. 256.

60 Ibid., p. 19 ; cité dans Galliani, 1989, cité n. 56, p. 259.

61 Jean-Jacques Rousseau, La Nouvelle Héloïse, Amsterdam, M. M. Rey, 1761, II, lettre XXI ; cité dans Galliani, 1989, cité n. 56, p. 307.

62 Jean-Jacques Rousseau, Émile ou de l’Éducation, Michel Launay (éd.), Paris, Garnier-Flammarion, 1966, p. 422 ; cité dans Galliani, 1989, cité n. 56, p. 337.

63 Michael Kwass, « Between Words and Things: “La querelle du luxe” in the Eighteenth Century », MLN [Modern language Notes], vol. 130, no 4, 2015, p. 771-782.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. Émile Gravelle (?), illustration en une de L’État naturel et la part du prolétaire dans la civilisation, no 2, févr. 1895.
Crédits photo © International Institute of Social History of Amsterdam
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/30121/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre 2. François Cavanna et Georges Bernier, publicité parodique (Hermès), parue dans Hara-Kiri, juill. 1968.
Crédits ©Succession Cavanna/photo © Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/30121/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre 3. François Cavanna et Georges Bernier, publicité parodique (Yves Saint Laurent), parue dans Hara-Kiri, janv. 1972.
Crédits ©Succession Cavanna/photo © Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/30121/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre 4. Jacques Massacrier, patron pour une « blouse de femme paysanne mexicaine », paru dans Savoir revivre (1973), [Saint-Julien], éditions du Devin, 2020, p. 53-54.
Crédits © Jacques Massacrier/photo © éditions du Devin
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/30121/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre 5. Auteur anonyme, Paul-André basset (éditeur), Voilà le costume désiré, 1789, estampe, dans Documents sur l’histoire de France. Règne de Louis XVI. Juin – 10 juillet 1789, Paris, BNF, Est. (RESERVE FOL-QB-201 [120]).
Crédits photo © Gallica/Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/30121/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre 6. Auteur anonyme, Monsieur des trois états, 1789, eau-forte, dans Documents sur l’histoire de France. Règne de Louis XVI. Juin – 10 juillet 1789, Paris, BNF, Est. (RESERVE QB-370 [12]-FT 4).
Crédits photo © Gallica/Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/30121/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 439k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adrian Kammarti, « L’anti-mode par ses idées »Perspective, 2 | 2023, 195-208.

Référence électronique

Adrian Kammarti, « L’anti-mode par ses idées »Perspective [En ligne], 2 | 2023, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/perspective/30121 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.30121

Haut de page

Auteur

Adrian Kammarti

Titulaire d’un diplôme de troisième cycle de management « Mode, Design et Luxe » de l’Institut français de la mode (IFM) et d’un master de recherche en histoire de l’art à l’université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, Adrian Kammarti est professeur assistant en histoire et théorie de la mode à l’IFM. Il est actuellement doctorant au sein du parcours « Théories et pratiques de la mode » (université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne/IFM).
Sa thèse s’intitule « “Contre [...], tout contre” : les discours de l’anti-mode en France (1780-1980) ».

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search