Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1ÉditorialÉditorial

Éditorial

Éditorial

Marine Kisiel et Matthieu Léglise
p. 6-10

Texte intégral

1Cela commence par une conque. Entre 1839 et 1843, dans le sud du Pays de Galles, à l’appel de ce coquillage dans lequel, depuis les confins du temps et des civilisations, on se plaît à souffler ou à glisser l’oreille, des femmes et des hommes se rassemblent. Collectivement, ils se dressent : contre l’installation de barrières d’octroi ; contre l’écot douanier qui viendrait augmenter encore leur précarité ; contre les limites à la circulation des corps, des biens et des vies qu’un pouvoir central tente de leur imposer. Cette geste confiée à l’instrument improvisé – sculpture naturelle et artefact symbolique –, ancrée dans le hic et nunc d’une révolte populaire du Carmarthenshire, n’a cessé depuis d’irriguer les imaginaires gallois, tissant, au gré des parades où l’on rejoue ces Rebecca Riots, la furieuse énergie du soulèvement à la joie du défilé, et le jeu des travestissements aux refus des distinctions de genres et de classes. C’est que Cragen Beca, la conque à l’origine de l’appel à l’émeute, est désormais entrée au musée (fig. 1) et fait encore sortir dans les rues, sous la forme d’une joyeuse performance collective rejouant l’épisode historique, initiée par l’artiste Kathryn Campbell Dodd lorsqu’elle met en action trois costumes de Rebecca contemporaines (fig. 2), comme en témoigne la couverture de ce numéro.

1. Coquille de conque associée aux émeutes de Rebecca (1843), dénommée Cragen Beca, Carmarthen, Carmarthenshire County Museum.

1. Coquille de conque associée aux émeutes de Rebecca (1843), dénommée Cragen Beca, Carmarthen, Carmarthenshire County Museum.

photo © 2024 Amgueddfa Gaerfyrddin/Carmarthenshire Museum

2. Kathryn Campbell Dodd, Cragen Beca, 2022, costumes portés par les artistes Jonathan Pugh, Osian Meilir et Marc Rees.

2. Kathryn Campbell Dodd, Cragen Beca, 2022, costumes portés par les artistes Jonathan Pugh, Osian Meilir et Marc Rees.

© Kathryn Campbell Dodd/photo © Jacob Whittaker

2Limites, pouvoirs, formes de nos émancipations : les termes en jeu dans le présent volume sont tous enclos, de façon séminale, dans l’histoire et les re-enactments de Cragen Beca. Car la question de l’autonomie, que déploient en diverses et fécondes directions les contributions rassemblées dans les pages qui suivent, coordonnées par Maxime Boidy, interroge les puissances d’agir, au pluriel, des marges contre le pouvoir singulier du centre et, au-delà, la réalité des clôtures que ce volume invite à ne jamais cesser d’interroger. Aussi, revenir à la conque originelle d’une lointaine révolte de paysans gallois toujours active au gré de ses performances contemporaines c’est, au-delà de l’épisode d’histoire locale, observer comment les formes de cette révolte populaire peuvent irriguer, ici, nos propres questionnements. Regarder ces individus s’agréger pour réclamer, face aux contingences imposées, aux transcendances lointaines et arbitraires, leur autonomie dans la gestion de territoires qu’ils refusent de voir morcelés par-devers eux, et observer leurs héritiers rejouer cet imaginaire visuel hybride dans ses potentialités subversives, en un geste dans lequel se confondent allègrement l’histoire, la mémoire, les genres, la mode, la danse et la performance, invite en effet à nous demander ce que, chercheurs et chercheuses, nous faisons des espaces, des ressources et des objets que nous avons en partage ; ce que nous faisons des objets-limites qui constituent l’horizon de nos attentions ; ce qu’ils nous font en retour.

3On pourrait se demander ce que tout cela a à voir avec l’histoire de l’art et son historiographie. Rien, sans doute, à qui penserait la première comme une citadelle close en ses murs disciplinaires, et la seconde comme un regard de bilan posé, sub specie aeternitatis, sur son histoire univoque. Mais tout, assurément, si l’on veut bien envisager ces pratiques toujours situées et incarnées au prisme des communs du savoir. Car elles constituent, nous en sommes convaincus, des territoires hybrides à labourer où, tour à tour, les présences peuvent se sédimenter, les idées cohabiter, les échanges impromptus et incongrus se tramer ; car elles ne forment pas, comme on l’envisage communément, des espaces de pensée juxtaposés les uns aux autres – ces champs clos où d’aucuns, bien disposés, savent ponctuellement s’inviter à prendre le thé avant de s’en retourner sagement chez soi : ce que l’on nomme interdisciplinarité.

  • 1 Tim Ingold et Sophie Krier, « Habiter le monde et en être habités », Perspective : actualité en his (...)

4Dans l’un des premiers entretiens auxquels il nous a été donné d’assister, lorsque nous avons pris en charge les développements de Perspective, Tim Ingold revenait sur la cruciale question de la discipline et de ses territorialisations, engageant à la « comprendre […] non comme un domaine d’étude mais comme quelque chose qui ressemblerait plus à un appel ». Il nous enjoignait à l’« indiscipline » collective comme à une manière de « refuser d’être bornés ou liés par [les] conventions » qui régissent si fortement les limites du jeu académique1.

5Cette invite résonnait en nous, qui nous apprêtions à ausculter, trois ans durant, les façons et les raisons de nos pratiques, au prisme thématique de gestes existentiels : habiter, se déplacer, raconter, se parer, voir et ne pas voir. Refusant ces frontières qui feignent – si efficacement – de nous séparer de nos voisins de palier disciplinaire, de nos vies personnelles et citoyennes, in fine de nous-mêmes, nous voulions inviter à penser au-delà des barrières d’octroi qui structurent trop souvent les champs du savoir et les ressources que nous avons en partage. Car, ainsi que le constate Tim Ingold, ces frontières nous éloignent également de tout ce qui ne relève pas directement du champ académique – c’est-à-dire, tout simplement, de la vie, de ce qui nous importe en premier lieu et que nos activités académiques ne font que nourrir. En choisissant ces thèmes qui nous interpellent non seulement à partir, mais aussi au-delà de nos identités scientifiques, tant les territoires multiples qui nous constituent ne cessent de faire se chevaucher, parfois subrepticement, l’intime et le politique, l’amitié et le savoir, l’intuition et la preuve, la rigueur des analyses et la torpeur des consciences, nous avons souhaité répondre à cet appel à l’indiscipline lancé par Ingold. Ou mieux : tenter de subvertir la notion même de territoire disciplinaire en envisageant, à sa suite, la pratique et la fabrique du savoir comme une discipline propre à l’artisanat, « non dans l’acception péjorative d’accoutumance à des comportements répétitifs qui ont depuis longtemps perdu leur signification et leur objet, mais dans le sens vertueux d’une formation au sein de la progression d’une pratique personnelle », puisque « c’est en ce sens, écrit-il, que l’artiste ou l’artisan cherche un accomplissement en s’efforçant d’atteindre la perfection dans son travail, et il en va de même du chercheur ». Faire migrer la question disciplinaire du collectif vers le personnel, de la spatialisation territoriale au processus individuel et temporel, c’est ainsi, paradoxalement, retrouver du commun et oublier d’occuper un espace académique en bon copropriétaire pour choisir, plutôt, de placer le cheminement du chercheur dans le mouvement et la sédimentation ; et, au cœur d’une revue comme la nôtre, inscrire résolument cet allant dans le partage – dans l’entrecroisement des sillages, dans l’organisation joyeuse et rigoureuse des porosités.

6D’Habiter à Autonomie, nous avons tenté pendant trois ans de faire fructifier, dans la mesure du possible, un espace libre et commun qui puisse précisément permettre ces échanges, ces enrichissements et ces affranchissements, d’une période et d’un médium l’autre, en engageant la pleine responsabilité de nos regards croisés. Corédacteurs en chef de la revue, admirablement entourés d’un comité de rédaction vif et mobilisé, de coordinateurs engagés, que nous saluons les unes et les autres chaleureusement, et de Marie Caillat, secrétaire de rédaction à qui la revue doit infiniment, nous avons souhaité habiter ce champ de façon autonome, c’est-à-dire en ne cessant d’interroger les rapports du centre et des périphéries, des supposées frontières et de leur dépassement, des identités et des sédimentations – du pouvoir central et des puissances marginales.

7Le soulèvement des paysans gallois lors des Rebecca Riots intervient à la fin d’un processus multiséculaire de reconfiguration de la notion de propriété individuelle au détriment des communs. Ce mouvement des « enclosures », débuté en Angleterre dès le xiie siècle, avec une brusque accélération au xvie siècle, que Marx considérait comme le point de départ du capitalisme, mit fin aux droits d’usages communaux de terres vouées à la libre jouissance coopérative du peuple. L’ultra-spécialisation intensive de l’agriculture – sa fragilité concomitante et, rapidement, ses dépendances aux artifices chimiques – fut, parmi bien d’autres choses, l’une des résultantes dramatiques de ce processus, aussi bien eu égard à la diversité des écosystèmes qu’aux autonomies populaires. De la même façon, les pesticides épistémologiques permettant de tenir à distance les altérités disciplinaires, méthodologiques et académiques ne font qu’exprimer la profonde fragilité identitaire d’un champ qui ne tient finalement que par la force de la croyance, de l’habitude et d’un état de fait façonné par l’histoire. Toute coïncidence avec le développement d’une taxinomie spécialisée de la science depuis le début de l’époque moderne puis, plus récemment, avec une organisation en silos et une injonction au rendement dans la recherche académique, n’est pas exactement fortuite.

8À bien l’écouter, l’appel musical et carnavalesque de Cragen Beca résonne toujours, urgent et familier, ici et ailleurs – dans nos vies intimes et citoyennes, au sein de la recherche, de l’université et du musée. Alors que, acteurs, lecteurs et amis réunis autour de Perspective, nous nous occupons des façons et des raisons par et pour lesquelles l’humanité se donne forme – s’imagine, en quelque sorte – notre responsabilité est fondamentale. Le développement de la dimension historiographique de la revue dans le croisement des compétences plurielles, notre attachement à son autonomie institutionnelle, une liberté de ton et d’approche que nous avons constamment encouragée, ont constitué notre modeste mais résolue contribution aux profonds changements qui s’imposent à nous. Car nous sommes persuadés que la pratique consciente, incarnée, critique et située – c’est-à-dire, personnellement disciplinée – de nos regards, de nos intuitions et de nos imaginations, constitue le premier pas vers une indiscipline collective à travers laquelle se joue rigoureusement l’avenir de nos humanités.

Haut de page

Notes

1 Tim Ingold et Sophie Krier, « Habiter le monde et en être habités », Perspective : actualité en histoire de l’art, no 2 : Habiter, 2021, p. 89-110 [URL : http://journals.openedition.org/perspective/25068 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.25068].

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. Coquille de conque associée aux émeutes de Rebecca (1843), dénommée Cragen Beca, Carmarthen, Carmarthenshire County Museum.
Crédits photo © 2024 Amgueddfa Gaerfyrddin/Carmarthenshire Museum
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/30193/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre 2. Kathryn Campbell Dodd, Cragen Beca, 2022, costumes portés par les artistes Jonathan Pugh, Osian Meilir et Marc Rees.
Crédits © Kathryn Campbell Dodd/photo © Jacob Whittaker
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/30193/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 401k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marine Kisiel et Matthieu Léglise, « Éditorial »Perspective, 1 | 2024, 6-10.

Référence électronique

Marine Kisiel et Matthieu Léglise, « Éditorial »Perspective [En ligne], 1 | 2024, mis en ligne le 16 mai 2024, consulté le 21 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/perspective/30193 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11ryl

Haut de page

Auteurs

Marine Kisiel

Articles du même auteur

Matthieu Léglise

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search