Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1DébatsHéritages et actualités de l’Isot...

Débats

Héritages et actualités de l’Isotype : design graphique, cartographie et émancipation

Un débat entre Alexis Anne-Braun, Pablo Ares et Julia Rissler, Alice Creischer et Andreas Siekmann, mené par Nepthys Zwer
Alexis Anne-Braun, Pablo Ares, Julia Rissler, Alice Creischer, Andreas Siekmann et Nepthys Zwer
p. 83-100

Notes de la rédaction

La contribution de Pablo Ares et Julia Rissler a été traduite de l’espagnol par François Boisivon, celle d’Alice Creischer et Andreas Siekmann de l’allemand par Nepthys Zwer.

Texte intégral

  • 1 La contre-cartographie est une cartographie engagée contre les injustices sociales. Pratiquée par d (...)

1Le système de représentation graphique conçu par Otto Neurath et Marie Neurath (née Reidemeister) permet d’expliquer des informations socio-économiques statistiques complexes par des pictogrammes. Une représentation imagée désamorce en effet la réticence que l’on peut éprouver face à des colonnes de chiffres ou à des diagrammes perçus comme trop techniques. L’Isotype (pour « International System of typographic picture education » [système international d’éducation par les images typographiques] anticipe ainsi ce que nous appelons aujourd’hui le design d’information. Beaucoup de planches Isotype localisent aussi l’information produite au moyen de fonds de carte (fig. 1), ce qui fait de ce système une source, sinon d’inspiration, du moins de filiation symbolique pour la contre-cartographie actuelle1.

1. Gesellschafts- und Wirtschaftsmuseum, « L’esclavage à l’époque contemporaine [Verbreitung der Sklaverei in der Gegenwart] », dans Gesellschaft und Wirtschaft. Bildstatistisches Elementarwerk, Leipzig, Bibliographisches Institut AG, 1930, p. 79.

1. Gesellschafts- und Wirtschaftsmuseum, « L’esclavage à l’époque contemporaine [Verbreitung der Sklaverei in der Gegenwart] », dans Gesellschaft und Wirtschaft. Bildstatistisches Elementarwerk, Leipzig, Bibliographisches Institut AG, 1930, p. 79.

© Adagp, Paris, 2024

2D’abord baptisé « Wiener Methode der Bildstatistik » [méthode viennoise de statistique par l’image], l’Isotype voit le jour dans Vienne la rouge (1919-1934), alors que la municipalité sociale-démocrate s’engage dans des réformes sociales de tous ordres (de l’habitat, du système de santé, de l’éducation populaire et de l’école, de la fiscalité, du droit privé…). Au sortir de la monarchie, pour la première fois, la classe ouvrière dispose d’un réel pouvoir politique. Endossant l’héritage intellectuel, artistique et culturel de la « modernité viennoise » du tournant du xxe siècle, les « austromarxistes » œuvrent à l’émancipation de la classe ouvrière par la connaissance : « Le savoir, c’est le pouvoir ! [Wissen ist Macht!] »

  • 2 « Philosophie ist Tätigkeit in Gedanken und Reden, die ein glückliches Leben schafft. » Otto Neurat (...)
  • 3 Sur l’ensemble de l’œuvre d’Otto Neurath, voir Nepthys Zwer, L’Ingénierie sociale d’Otto Neurath, R (...)

3En tant que philosophe de l’empirisme logique, Otto Neurath (1882-1945) défend une « conception scientifique du monde [wissenschaftliche Weltauffassung] » : il s’agit de s’inspirer des méthodes de construction des connaissances propres aux sciences exactes pour articuler et formuler ses réflexions, de se débarrasser des croyances et des préjugés (notamment véhiculés par le langage) et d’exercer son libre arbitre. Pour lui, la philosophie, c’est « de l’action sous forme de pensée et de discours qui procure une vie heureuse2 » : elle est au service d’un eudémonisme social. La quête du bonheur général doit motiver toutes nos entreprises. Il a lui-même exploré différentes modalités pratiques pour faire advenir cette félicité, que ce soit par la gestion participative de l’économie et l’auto-organisation ouvrière ou bien, en amont de ces réalisations concrètes, par l’émancipation intellectuelle (éducation nouvelle, universités populaires, expositions organisées dans le cadre du Gesellschafts- und Wirtschaftsmuseum [musée de la Société et de l’Économie], à partir de 1925 ; fig. 2). L’Isotype est l’outil principal qui doit contribuer à la mise en œuvre de ce programme d’ingénierie sociale3.

2. Vue du Gesellschafts- und Wirtschaftsmuseum [musée de la Société et de l‘économie], vers 1933, Vienne, Neues Rathaus, Volkshalle.

2. Vue du Gesellschafts- und Wirtschaftsmuseum [musée de la Société et de l‘économie], vers 1933, Vienne, Neues Rathaus, Volkshalle.

photo © Österreichisches Gesellschafts und Wirtschaftsmuseum

  • 4 Sur le sens du terme « empowerment », difficile à traduire en français, voir Marie-Hélène Bacqué, C (...)

4La gouvernance de la cité doit tenir compte de l’avis, non seulement des experts et des expertes, mais aussi de la société civile, qui peut ainsi en assurer la cogestion. Pour cela, il faut des citoyennes et citoyens informés et raisonnant avec discernement. Devant un graphique ou une carte présentant des données mises en forme, le public découvre les rapports et interrelations entre les phénomènes socio-économiques et le fonctionnement du monde, des connaissances jusque-là confisquées par les élites au pouvoir. Chaque citoyen ou citoyenne est amenée à construire personnellement l’information par comparaisons et recoupements et à partager ses réflexions. Ainsi informé et capable d’argumenter, chacun est en mesure de défendre ses droits. L’autonomisation de la pensée, le programme de l’Aufklärung, s’étend ici à une action sociale. Aujourd’hui nous nommons « agentivation » (ou empowerment4) cette démarche d’acquisition d’un pouvoir d’agir sur sa propre condition sociale.

  • 5 Sur l’expérience soviétique de l’Isotype, voir Nepthys Zwer, « L’Izostat, entre art et propagande » (...)

5L’Isotype connaît un succès international et s’exporte notamment en Union soviétique5 et aux États-Unis. Les exils aux Pays-Bas en 1934, puis en Grande-Bretagne en 1941, conduisent Otto Neurath à abandonner la rhétorique marxiste qui prévalait à Vienne pour adopter un discours démocratique contre le nazisme.

6Bien qu’on recoure souvent au design de l’Isotype dans l’infographie actuelle, nous ignorons tout des intentions politiques qui sous-tendaient le projet initial. Quel regard porter aujourd’hui sur cette expérience ? Que nous dit-elle des projets contre-cartographiques (motivés par les mêmes intentions émancipatrices) qui se déploient depuis le début du troisième millénaire sur tous les continents ? Le devenir autonome d’un collectif, d’une classe sociale, de la société civile tout entière peut-il s’opérer par la simple acquisition de la connaissance au moyen de sa médiation imagée ? Quel rapport l’information entretient-elle avec la lutte politique ? Le design social qui construit cette connaissance par le visuel est-il vraiment opérant ?

[Nepthys Zwer]

  • 6 Sur les rapports entre schémas et pensée, voir Nepthys Zwer, « L’Isotype : de son caractère précurs (...)

7– Nepthys Zwer. Commençons par la question de l’image comme médiation ou comme langage : peut-elle servir l’autonomisation des groupes et des individus ? Neurath lui attribue des qualités particulières – accessibilité du message, plus grande objectivité que le langage écrit – qui en font à ses yeux un outil idéal de l’agentivation des masses et le moyen de communication par excellence de l’ère « moderne ». Que nous font les images à votre avis ? Peut-on parler de « langage imagé6 » ?

  • 7 Otto Neurath, Des hiéroglyphiques à l’Isotype. Une autobiographie visuelle, Damien Suboticki (trad. (...)

8 Alexis Anne-Braun. En développant le système Isotype, Neurath a été très sensible à la lisibilité des symboles qui le composent. C’est en effet le propre d’un pictogramme que de pouvoir être compris par quelqu’un qui ne maîtriserait pas le langage verbal ou l’un de ses idiomes particuliers. Cela ne signifie pas que les signes qui composent les diagrammes Isotype sont immédiatement intelligibles. Ainsi, il faut souvent s’en remettre à une légende ou au titre de la carte pour comprendre à quoi ils renvoient. L’apprentissage du lexique est en revanche facilité par le fait que ce système se compose d’un nombre réduit de caractères auxquels une signification claire est attachée de manière conventionnelle. Il est vrai que ces signes sont combinés selon des règles très élaborées. Le modèle de Neurath, comme il l’indique dans son autobiographie visuelle7, ce sont les « hiéroglyphiques » égyptiens (fig. 3). Puisque nous avons affaire à un lexique composé de pictogrammes et à une syntaxe, il est bien clair qu’il s’agit d’un « langage imagé ».

3. Otto Neurath, From Hieroglyphics to Isotype [Des hiéroglyphiques à l’Isotype], maquette de la première de couverture, vers 1944, University of Reading, The Otto and Marie Neurath Isotype Collection (I.C. 3.2/87).

3. Otto Neurath, From Hieroglyphics to Isotype [Des hiéroglyphiques à l’Isotype], maquette de la première de couverture, vers 1944, University of Reading, The Otto and Marie Neurath Isotype Collection (I.C. 3.2/87).

Photo © Otto and Marie Neurath Isotype Collection, University of Reading

  • 8 Nelson Goodman, Langages de l’Art. Une approche de la théorie des symboles, Jacques Morizot (éd. et (...)

9Un tel constat n’a cependant rien de déconcertant pour qui est déjà familier des Langages de l’Art8. Comme nous l’a appris Nelson Goodman, les images doivent être lues ou déchiffrées au même titre que les symboles verbaux. Aussi la différence entre image et texte ne réside-t-elle pas dans le fait que les images ressemblent davantage que les mots à ce à quoi elles se réfèrent, mais dans le fait que textes et images appartiennent à des systèmes symboliques (des langages donc) qui diffèrent dans leur fonctionnement. En bref, les images appartiennent à des systèmes symboliques denses tandis que ce qui caractérise un système verbal, c’est plutôt l’articulation de ses caractères. Si le système Isotype développé par Neurath m’a dès le départ intéressé, c’est parce qu’il obéit à plusieurs des critères qui caractérisent ce que

10Goodman nomme les « systèmes notationnels », des systèmes plus rares, plus contraignants, qui offrent d’autres usages. L’Isotype n’est donc pas un système composé d’images qu’il faudrait apprendre à déchiffrer (comme on apprend à déchiffrer le système de représentation en perspective, par exemple) : c’est bien plutôt un système notationnel qui permet de représenter, sans ambiguïté et de façon que le signe puisse être reproduit sans perte, une multitude de faits et de relations économiques.

11À une époque où l’on valorise l’ambiguïté et l’ouverture infinie du signe à de multiples interprétations, ces caractéristiques des langages notationnels ont des vertus. Encore faut-il que ces diagrammes Isotype soient utilisés à des fins d’émancipation politique et sociale, et non pour leurs seules caractéristiques formelles. Aussi peut-on regretter que l’infographie contemporaine se soit à l’occasion emparée de cet outil en le vidant de son potentiel politique. Le même sort a parfois été réservé aux outils logiques et philosophiques élaborés par les membres du cercle de Vienne, outils également destinés à combattre l’obscurantisme et les aspects aliénants et oppressifs de la tradition métaphysique occidentale. Hériter du positivisme logique aujourd’hui devrait consister à faire un usage second de ses combats politiques et de ses techniques intellectuelles.

12 Pablo Ares et Julia Rissler. Ce sont évidemment d’autres époques, d’autres territoires, d’autres objectifs. Si nous partageons l’idée d’accessibilité, au sens de diffusion, de compréhension et de réception, il en va différemment de l’objectivité (toujours subjective, puisqu’elle apparaît biaisée par les intérêts, les regards, les perspectives particulières, quand bien même elle se présente comme « naturelle »). Quant à l’idée de masses, qui seraient compactes dans leur composition mais malléables dans leur structure, elle ne nous plaît pas beaucoup non plus. Ce qui nous occupe, ce sont plutôt des mouvements, des réseaux, des diversités, qui se rencontrent sur certains points, thèmes, lieux, où ils se tissent et s’organisent. Nous ne nions pas le pouvoir des images, mais nous sommes aujourd’hui, pensons-nous, dans une époque « oculocentrique », où un très grand nombre d’images colorées, attirantes et séductrices (surtout les images publicitaires et celles qui circulent sur les réseaux sociaux) se disputent notre attention ; une époque où il est très difficile, non seulement de susciter cette attention, mais d’émouvoir, et même de bouleverser, de choquer, ou de simplement transmettre une idée.

13 Alice Creischer et Andreas Siekmann. Nous ne pouvons que nous associer à cet avis. L’idée de masses qu’il s’agirait d’autonomiser, précisément par les bons soins de personnes qui « savent comment on devient autonome » est tout à fait caduque. Nous avons déjà du mal à nous représenter ce que gouverner signifie, face à des gouvernements qui se comportent sur l’échiquier géopolitique comme des pyromanes plutôt que comme des pompiers. Nous pouvons toutefois chercher à apprendre les uns des autres et à développer un « langage imagé » commun dans le cadre de cet apprentissage.

  • 9 Voir Nepthys Zwer, Cartographie radicale. Explorations, avec la contribution de Ph. Rekacewicz, Par (...)

14– Nepthys Zwer. Demandons-nous en effet qui sculpte notre paysage informationnel, cet environnement qui conditionne notre vision du monde et de sa marche, selon quelles logiques et avec quels moyens. Recourir à l’image, si puissante parce que son message semble immédiat et que nous sommes enclins à la croire, c’est, comme vous le dites, jouer à armes égales dans un monde submergé d’images. La carte, notamment, use de cet immense pouvoir à loisir9. Mais alors se pose la question de la diffusion de ces contre-récits visuels qui, nonobstant l’efficacité du canal d’Internet, restent tributaires de dispositifs médiatiques et de leur pouvoir économique. Peut-on s’émanciper par la connaissance ?

15 Pablo Ares et Julia Rissler. À cela, nous répondrions non, évidemment. Considérer la connaissance comme une source d’émancipation, c’est se conformer, en partie, à un idéal d’instruction, qui suppose bien sûr que cette dernière soit apportée à un groupe, une communauté, une organisation, etc., qui ne possède pas tel ou tel savoir spécifique, or la réalité est différente. La connaissance n’est certainement pas unaire et nous devrions parler, pour commencer, de « connaissances », au pluriel, et surtout de « connaissances situées ». En tant que Sud-Américains, nous sommes bien placés pour réévaluer ce concept, tellement eurocentré, et pour parler de savoirs et de connaissances issus d’expériences territoriales concrètes. À cet égard, la connaissance n’est pas quelque chose qui provient du dehors ; elle se noue dans des pratiques, des projets et des expériences concrètes, dont le corps-territoire est un lieu indispensable. Dès lors les savoirs excèdent la pensée rationnelle et mettent en jeu le corps dans la relation avec un espace-temps où ils sont situés10 (fig. 4).

4. Iconoclasistas, Corps-territoire : dix problématiques socio-environnementales en Argentine et en Amérique du Sud, et leurs conséquences graves sur la santé [Cuerpo-territorio: diez problemáticas socioambientales en la Argentina y Sudamérica, y sus graves consecuencias en la salud], sept.-déc. 2020, réalisé avec des participants à un atelier de recherche collaborative organisé par l’Instituto de Salud Socioambiental, avec le soutien de la fondation Rosa-Luxemburg.

4. Iconoclasistas, Corps-territoire : dix problématiques socio-environnementales en Argentine et en Amérique du Sud, et leurs conséquences graves sur la santé [Cuerpo-territorio: diez problemáticas socioambientales en la Argentina y Sudamérica, y sus graves consecuencias en la salud], sept.-déc. 2020, réalisé avec des participants à un atelier de recherche collaborative organisé par l’Instituto de Salud Socioambiental, avec le soutien de la fondation Rosa-Luxemburg.

© Iconoclasistas

16 Alice Creischer et Andreas Siekmann. Il n’y a pas de connaissance qui ne soit liée à des sentiments. Quand on pense « émancipation », on pense « éducation » ou « information » à propos de choses qui devraient ensuite être sanctionnées ou mises en œuvre. Nous savons, par exemple, que l’Union européenne conclut des accords avec les pays méditerranéens pour l’internement des réfugiés dans des camps de la honte ou que les « pushbacks » [les refoulements illégaux de migrants] conduisent systématiquement à ce que des personnes se noient en mer, jour après jour. Nous sommes nombreuses et nombreux à représenter et documenter ces dispositifs, à les dénoncer, sans que cette tuerie ne prenne fin. Le simple fait de le savoir est insupportable, mais le savoir ne change rien. Nous savons aussi que l’UE cherche à parvenir à un accord avec les pays de la zone Mercosur en Amérique du Sud, qui vise l’exploitation des ressources du continent et signifie la fuite de ses cerveaux, des expulsions, des empoisonnements de populations et un défrichement accéléré des forêts. Ces politiques hypothèquent l’avenir, mais les sentiments qu’elles suscitent nous poussent aussi à formuler des jugements et à proposer des images qui montrent combien les acteurs politiques sont cruels, cupides ou avides de pouvoir. Ainsi, on en vient à contester la légitimité de leurs actions, voire le fait que le pouvoir n’est jamais légitime par lui-même.

  • 11 Donna Haraway, « Savoirs situés : la question de la science dans le féminisme et le privilège de la (...)
  • 12 Pour cette approche phénoménologique du féminisme, voir Camille Froidevaux-Metterie, Un corps à soi(...)

17– Nepthys Zwer. Je suis d’accord avec vous : quand nous formulons des énoncés sur le monde, nous parlons depuis l’endroit où nous sommes géographiquement, socialement et économiquement. L’idée que notre connaissance soit située, c’est-à-dire conditionnée par notre propre position et notre expérience du monde, a été formulée par la féministe Donna Haraway dès les années 198011. Cela relativise les discours hégémoniques d’une culture occidentale normative et prescriptive qui s’autolégitiment en postulant leur rationalité et leur scientificité. Le féminisme va plus loin encore et impose la préoccupation du corps et de ses sensibilités comme point de départ et objet des luttes politiques (aujourd’hui, à travers les thèmes du harcèlement sexuel, des féminicides, de la corporéité féminine12). De la même façon, la contre-cartographie actuelle assume de présenter des informations nourries de subjectivités et de sensibilités individuelles ou collectives, comme le montre le travail des Iconoclasistas.

  • 13 On situe dans les années 1990 le spatial turn des sciences sociales. Les travaux des géographes mar (...)
  • 14 On doit à Henri Lefebvre l’idée d’une production sociale de l’espace. Voir Henri Lefebvre, La Produ (...)

18Neurath a en quelque sorte eu l’intuition de cette dimension de la connaissance. La cartographie « non professionnelle », surtout, semble intégrer une double nouvelle donne : d’une part, la prise en compte de la spatialité de nos activités économiques et sociales13, d’autre part, la corporéité de nos perceptions, comportements et représentations. On y conçoit l’espace dans lequel se déploie la vie humaine comme vécu et symbolique plutôt que géométrique14. L’apport des cultures non occidentales joue un rôle certain dans cette reconsidération. Ainsi, le parti pris d’une connaissance « ascendante » (voire « horizontale », dite bottom-up), essentielle à la défense des droits civils et sociaux, est propre aux cartographies collaboratives, collectives et engagées, souvent mises en œuvre par des groupes de recherche et des activistes, qui inscrivent sur la carte l’expérience incarnée des populations (fig. 5).

5. Carte d’Aldeia Boa Vista, village amazonien, réalisée dans le cadre du projet « Nova Cartografia Social da Amazônia », mené par Alfredo Wagner Berno de Almeida, Sheilla Borges Dourado et Carolina Bertolini (Manaus, Universidade do Estado do Amazonas/Fundação de Apoio Institucional Muraki, 2005-).

5. Carte d’Aldeia Boa Vista, village amazonien, réalisée dans le cadre du projet « Nova Cartografia Social da Amazônia », mené par Alfredo Wagner Berno de Almeida, Sheilla Borges Dourado et Carolina Bertolini (Manaus, Universidade do Estado do Amazonas/Fundação de Apoio Institucional Muraki, 2005-).

© Alfredo Wagner Berno de Almeida/photo © éditions du Commun

  • 15 Le ball voguing est un style de performance dansée imaginée par des communautés gay afros et latino (...)

19 Alexis Anne-Braun. J’adhère parfaitement à l’idée qu’il est nécessaire aujourd’hui de pluraliser le savoir, de multiplier les occasions de produire des savoirs situés et de diversifier les sujets de connaissance : nous-mêmes, à partir de nos propres subjectivités, corps, langages, positions dans le corps social. Cependant, je trouve qu’il y a une mythologie, peut-être parallèle à celle qui est associée aux Lumières, dans l’idée que la connaissance nous enfermerait toujours dans des communautés restreintes et qu’elle serait fondée sur des principes d’appariements, de division, de regroupements conceptuels et taxonomiques et donc d’exclusion. Classer, nommer, étiqueter sont des actions théoriques qui peuvent exercer sur les sujets une réelle violence, lorsque l’identification se fait à leurs dépens, mais elles peuvent aussi être des outils d’émancipation, comme on le voit par exemple dans la pratique des ball voguing15 où les participants performent des catégories sociales et des savoirs pour se les réapproprier, ou lorsqu’on mobilise ces classifications venues d’en haut ou d’ailleurs, pour se repérer dans le monde social et éviter ses divers dangers. De la même manière qu’il existe des projets contre-cartographiques, il y a aussi des projets contre-représentationnels, ce qui ne signifie pas qu’ils sont nécessairement anti-représentationnels.

  • 16 Voir Zwer, 2018, cité n. 3.
  • 17 Sally Haslanger, Resisting Reality: Social Construction and Social Critic, Oxford, Oxford Universit (...)

20Si Neurath était un philosophe positiviste, il était également engagé dans diverses actions sociales au sein de la municipalité de Vienne. On connaît parfois moins bien cette autre partie de l’histoire, que vous avez documentée dans votre thèse16. Pour ma part, je trouve le terme d’« ingénierie » intéressant et j’en perçois des échos aujourd’hui, jusque dans un courant de la philosophie du langage qui s’appelle l’« ingénierie conceptuelle ». Il s’agit d’une entreprise sémantique appliquée à des questions politiques et sociales et qui vise à l’amélioration de nos concepts et de nos cartographies linguistiques et mentales. Comme on le voit dans les écrits de la philosophe Sally Haslanger17, ces transformations n’affectent pas seulement des desseins cognitifs. Il s’agit aussi de déterminer quel concept de sexe ou de race, quels partages, quelles frontières sont les plus appropriés à des fins d’émancipation et d’épanouissement global. Un tel travail théorique ne remplace certes pas la lutte, mais il est douteux que l’on puisse se passer d’une réflexion sur nos outils représentationnels et scientifiques lorsqu’on cherche à défaire des idéologies ou lorsqu’on aborde des questions comme le féminisme, le patriarcat, les luttes indigènes et autochtones ou encore le racisme.

21– Nepthys Zwer. Si l’émancipation passe par la connaissance érigée en savoir, se pose la question de sa transmission. Un savoir ancestral peut être aussi toxique qu’une idéologie fasciste quand il n’est pas confronté à la pluralité des points de vue que vous mentionnez, toutes et tous. La question est donc, en amont : qui éduque et comment ? L’éducation peut servir uniquement la transmission d’un système dominant de normes culturelles ou bien, au contraire, chercher à former les esprits à la logique, à la rhétorique, à la réflexion, aux mathématiques, en un mot, à tout ce qui développe l’habileté et la souplesse de la pensée et forge un esprit curieux, ouvert… et expose donc à la critique. Il est terrible de se dire que, même sous un régime démocratique, les revendications à une participation politique à la vie de la cité, de la polis, sont considérées comme une contestation, voire une menace pour l’ordre établi, a fortiori quand elles ne sont pas canalisées par les corps intermédiaires.

22Quel rôle peut jouer une médiation par l’esthétique dans cette tentative d’éducation populaire ?

23 Pablo Ares et Julia Rissler. Ces revendications jouent, pour ce qui nous concerne, un rôle central, mais devraient toujours être subordonnées aux dynamiques participatives, au dialogue des savoirs, à une construction horizontale et tactique (orientée vers des objectifs territoriaux), toujours articulées à un souci de partager collectivement les savoirs, déployées dans une écoute attentive et empathique. C’est ce que nous appelons les « ateliers de cartographie collective et machines à sentipenser [talleres de mapeo colectivo y máquinas de sentipensar] », où les pictogrammes fonctionnent comme les pièces d’un engrenage et ont un rôle méthodologique important. Ils sont des collaborateurs dans la construction de récits critiques qui surviennent sur les territoires à partir du dialogue des savoirs entre les participants. C’est tout le contraire d’un point d’arrivée : les symboles offrent une proposition pour penser et réimaginer, et participent au développement du procès pédagogique.

24 Alice Creischer et Andreas Siekmann. La « médiation par l’esthétique » est un présupposé qui ne nous semble plus valable – celui d’un certain savoir qui doit être transmis à des ignorants par le biais d’une certaine esthétique. Nous ne savons plus exactement où se trouvent ces ignorants auxquels quelque chose doit être transmis. Est-ce que ce sont les parlementaires, qui doivent examiner des contrats dont certains passages ont été censurés ? Est-ce que ce sont les lobbyistes, qui ne savent pas que le glyphosate est toxique ? Est-ce que ce sont les ministres, qui se trouvent effectivement devant la mine à ciel ouvert d’El Cerrejon en Colombie ou qui s’extasient devant l’exportation d’éoliennes allemandes alors qu’on extrait toujours du lignite ? Aucun d’entre eux ne souhaite visiblement se laisser instruire par les organisations des populations paysannes déplacées, ni par leurs témoignages, ni par leur expérience ou leurs savoirs. Aucune alternative ne leur apparaît, quand bien même celle-ci serait soutenue par une médiation esthétique (fig. 6a-b).

6a. Gesellschafts- und Wirtschaftsmuseum, « Surfaces productives de la Terre [Produktive Flächen der Erde] », dans Gesellschaft und Wirtschaft. Bildstatistisches Elementarwerk, Leipzig, Bibliographisches Institut AG, 1930, p. 35

6a. Gesellschafts- und Wirtschaftsmuseum, « Surfaces productives de la Terre [Produktive Flächen der Erde] », dans Gesellschaft und Wirtschaft. Bildstatistisches Elementarwerk, Leipzig, Bibliographisches Institut AG, 1930, p. 35

© Adagp, Paris, 2024

6b. Alice Creischer et Andreas Siekmann, « Nature meets itself in the stomach of the predators… [La Nature se rencontre dans l’estomac de ses prédateurs...] », 2013, tiré de la brochure In the Stomach of the Predators, Klagenfurt, Kunstraum Lakeside, 2014, reprise de travaux exposés à la triennale Bergen Assembly, 2013.

6b. Alice Creischer et Andreas Siekmann, « Nature meets itself in the stomach of the predators… [La Nature se rencontre dans l’estomac de ses prédateurs...] », 2013, tiré de la brochure In the Stomach of the Predators, Klagenfurt, Kunstraum Lakeside, 2014, reprise de travaux exposés à la triennale Bergen Assembly, 2013.

© Alice Creischer et Andreas Siekmann

  • 18 Howard Gardner, « Project Zero: Nelson Goodman’s Legacy in Arts Education », The Journal of Aesthet (...)

25 Alexis Anne-Braun. Je suis convaincu qu’une meilleure connaissance des outils symboliques œuvre à notre émancipation politique. Lorsque je parle d’outils symboliques, je désigne à la fois des modes de représentation verbaux (concepts, descriptions) et non verbaux (cartes, images, diagrammes). Tous ces modes de représentation irriguent les arts, qui tendent à les complexifier considérablement. Dans un texte littéraire, un mot ne renvoie pas directement à son référent, il prend des chemins de traverse. Pourtant, il s’agit toujours d’une manière de représenter le monde et d’augmenter la connaissance que nous en avons. Les cinémas de Rainer Werner Fassbinder, d’Aki Kaurismäki, de Jane Campion ou Ken Loach représentent peut-être le même territoire des relations sociales, un territoire tantôt abîmé par le capitalisme ou le patriarcat, tantôt rempli d’amour, de générosité et de désir, mais toujours selon des modalités différentes. Ils n’insistent pas sur les mêmes aspects de ces relations, ne privilégient pas les mêmes exemples, et font ainsi apparaître des entités sociales différentes ; en bref, ils participent, au même titre que les scientifiques, à la construction de mondes. C’est peut-être ce qui m’a séduit au départ dans la perspective qu’adopte le philosophe Nelson Goodman sur les arts. Repenser l’esthétique implique chez lui un refus des partages traditionnellement reçus entre arts et sciences, émotions et cognition, contemplation et action. Adopter une démarche cognitive en esthétique permet de réfléchir à la manière dont les arts et les symboles en général peuvent enrichir notre connaissance : en nourrissant notre vocabulaire graphique, descriptif et conceptuel, en permettant d’opérer un retour sur les émotions qui gouvernent parfois nos attitudes morales et cognitives, en nous offrant de nouvelles représentations du monde (lesquelles, comme on le voit notamment dans les entreprises de cartographie radicale, ont une efficacité de type performatif). Cette approche cognitive des arts a été appliquée très concrètement par Goodman au sein de la Harvard Graduate School of Education, où il a développé un programme d’éducation artistique baptisé « Projet Zero » et qui fut pionnier en matière de réflexion sur les institutions artistiques et muséographiques18. C’est notamment dans ce cadre qu’il a élaboré le concept d’« implémentation artistique » : l’ensemble des facteurs (éclairage, accrochage, pratiques de restauration et de conservation, médiations et éducation des publics) qui favorisent le fonctionnement esthétique et cognitif des œuvres en contexte d’exposition. Ce sont des considérations qui n’étaient pas étrangères à l’équipe viennoise du Gesellschaft- und Wirtschaftsmuseum avec laquelle Otto Neurath a lancé le projet de l’Isotype.

26– Nepthys Zwer. Quelle est votre approche de la médiation, de l’éducation ou plus généralement des interactions sociales dans votre travail ?

27 Pablo Ares et Julia Rissler. La pratique de la cartographie collective nous a appris que nous avons besoin de cartes pour tracer de nouveaux chemins, pour disséquer les récits hégémoniques et nous réorienter, pour construire de nouveaux récits depuis les situations de subalternisation et les périphéries ; c’est comme une forme augmentée de lecture stratégique et d’interprétation du monde qui utilise des méthodes transversales de l’organisation de l’information et qui part des savoirs situés de celles et ceux qui habitent les territoires. À vrai dire, c’est le collectif des personnes qui participent aux ateliers qui tient le premier rôle : ces dernières mettent en valeur leur savoir dans un espace tactique où s’expriment leurs désirs, leurs craintes et leurs attentes. Ensemble, elles créent une pièce graphique représentative de l’instance constituée par l’atelier.

28 Alice Creischer et Andreas Siekmann. Il est très difficile pour nous, qui œuvrons en Europe dans le milieu social privilégié des artistes à peu près établis, de développer une approche qui ne soit pas introvertie et longuement mûrie dans notre petite retraite, pour ensuite être discutée dans des cercles confidentiels. Nous pouvons certes toujours sortir du splendide isolement de notre position pour faire émerger des moments collectifs, mais cette réalité vécue se désagrège très vite. Ces moments vivent plutôt dans les souvenirs, les longues amitiés et les documents. Ils restent, en réalité, un desideratum que nous devons toujours nous efforcer de combler. En Europe – en particulier en Allemagne – les différents milieux sociaux semblent à la fois très proches les uns des autres et aussi éloignés que des continents. Cette distance est aussi due à une ignorance délibérée de la situation politique. Notre approche consiste à contrer cette ignorance.

  • 19 Alice Creischer, Andreas Siekmann, « Steps for Fleeing from Work to Action. Can Artistic Work be a (...)
  • 20 Alice Creischer, Max Jorge Hinderer, Andreas Siekmann, The Potosí Principle: How Can We Sing the So (...)

29Nous pouvons toutefois apprendre les uns des autres et développer un langage visuel commun dans le cadre de cet apprentissage. La description de votre méthode, Pablo et Juliaen est un exemple très encourageant. Nous utilisons des pictogrammes de manière plus variée et plus sporadique que vous. Ils apparaissent parfois sur des panneaux explicatifs ou dans l’espace public, comme dans les travaux d’Andreas, sur de longues bandes. Comme vous le savez peut-être encore à propos du projet « ExArgentina19 » (Buenos Aires, Palacio Nacional de las Artes ; Cologne, Museum Ludwig, 2002-2006 ; fig. 7), nous avons souvent utilisé les pictogrammes dans des expositions comme des repères, qui deviennent ensuite autonomes. Nous avons encore intensifié cela dans le projet suivant, « Principio Potosí20 » (Madrid, Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia ; Berlin, Haus der Kulturen der Welt ; La Paz, Museo Nacional de Arte, 2010-2011). Il y a toujours des occasions de mettre à disposition des symboles ou d’en développer de nouveaux lors de protestations ou d’actions.

7. Alice Creischer et Andreas Siekmann, Les Travailleuses de Brukman. Huit costumes et deux histoires parallèles [Las trabajadoras de Brukman. Ocho trajes con dos historias paralelas], 2004-2006, installation (10 vêtements avec des pièces brodées et cousues, 10 textes numérotés correspondants, 19 dessins numériques, textile, papier et carton), dimensions variables, projet « ExArgentina » (2001-2006), Madrid, Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia (AD04967).

7. Alice Creischer et Andreas Siekmann, Les Travailleuses de Brukman. Huit costumes et deux histoires parallèles [Las trabajadoras de Brukman. Ocho trajes con dos historias paralelas], 2004-2006, installation (10 vêtements avec des pièces brodées et cousues, 10 textes numérotés correspondants, 19 dessins numériques, textile, papier et carton), dimensions variables, projet « ExArgentina » (2001-2006), Madrid, Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia (AD04967).

© Alice Creischer et Andreas Siekmann

30– Nepthys Zwer. Il me semble que l’Isotype a devancé les préoccupations de la connaissance ou des méthodes « ascendantes » (en montrant, par exemple, les conditions de vie ouvrières et celles des citoyennes et citoyens ordinaires), mais étant pris dans les métarécits de la lutte des classes, puis de la démocratisation, il restait enfermé dans un discours de modernité et de progrès (fig. 8). Au moyen d’une sémiologie réglée et d’un design léché, la méthode imposait de se couler dans son moule, d’adopter ses codes et restreignait donc la liberté d’expression des utilisateurs et utilisatrices. Pour respecter les choix thématiques et graphiques des participants d’un atelier de cartographie collective, il faut que les personnes qui l’animent acceptent de se mettre en retrait et laissent émerger des formes, des constats et revendications qu’elles ne maîtrisent pas.

8. Gesellschafts- und Wirtschaftsmuseum, « Mortalité infantile et revenus [Säuglingsterblichkeit und Einkommen] », dans Gesellschaft und Wirtschaft. Bildstatistisches Elementarwerk, Leipzig, Bibliographisches Institut AG, 1930, p. 92.

8. Gesellschafts- und Wirtschaftsmuseum, « Mortalité infantile et revenus [Säuglingsterblichkeit und Einkommen] », dans Gesellschaft und Wirtschaft. Bildstatistisches Elementarwerk, Leipzig, Bibliographisches Institut AG, 1930, p. 92.

© Adagp, Paris, 2024

  • 21 Cette conception a prévalu en Occident depuis la Renaissance jusqu’à la fin du xxe siècle. Après la (...)
  • 22 Attac et Civic City, Notre monde à changer !, Zurich, Lars Müller Publishers, 2017, p. 251. Les inf (...)

31Peut-on dire que l’Isotype fonctionne plutôt comme une œuvre d’art ? Je me demande même si l’ensemble de ce projet de design social n’anticipe pas le phénomène de désacralisation de l’art des années 1970. Alors que l’expérience esthétique occidentale (réservée aux seules élites cultivées) impliquait une transcendance de l’œuvre d’art, elle doit aujourd’hui être porteuse d’un message pour trouver grâce auprès du public : l’art, en tout cas une bonne partie de l’art, se doit d’être engagé politiquement, d’être dérangeant, même si cela peut n’être qu’une façade21. De même, le design social s’attribue un rôle politique : il veut contribuer au bien-être général, « dessiner des scénarios alternatifs crédibles et plaisants22 », si possible en concertation avec l’ensemble des acteurs et actrices de la société. Le design en tant que simple médium sert-il une cause ou est-il en soi une démarche iconoclaste ?

  • 23 Pour cela l’institut Isotype avait d’ailleurs fait appel au talent du graphiste Gerd Arntz.

32Neurath est plutôt restrictif sur ce plan, il présente l’Isotype comme une aide visuelle favorisant l’accès à la connaissance (nécessairement émancipatrice) et son design ne servirait que la clarté et l’efficacité du message23. Il faut cependant resituer ce discours au cœur du xxe siècle – l’Isotype est d’ailleurs contemporain du manifeste fonctionnaliste du Bauhaus – pour mesurer la portée révolutionnaire inhérente à cette démarche. Alors que les logiciels de création graphique ont complètement normé nos goûts, l’Isotype ne présente aujourd’hui qu’un type de design de l’information parmi d’autres. Personnellement, j’en suis venue à considérer comme des œuvres les cartographies réalisées lors des nombreux ateliers collectifs que j’anime. C’est le moment de la création collective et sa forme graphique même qui donnent au message sa dimension de double expérience esthétique, d’abord pour les participantes, ensuite pour le public qui se confronte à la carte.

33 Pablo Ares et Julia Rissler. Pour nous, l’Isotype (que nous ont fait connaître Alice et Andreas, et ce serait une longue histoire si nous racontions comment) facilite la représentation des pratiques (sociales, culturelles, écologiques, urbaines, rurales, des peuples autochtones, des étudiants, etc.) et des problématiques (quelles qu’elles soient), à une époque où la région sud-américaine, la nôtre, vit des situations – et y répond – marquées par les destructions et les suppressions auxquelles procède le pouvoir, global ou local, usant aussi bien de la violence que de la persuasion. Il est donc important de visualiser ce panorama complexe tout en identifiant le lieu et le temps des événements émancipateurs, qui génèrent entre eux liens et récits. Nous n’entendons pas utiliser nos pictogrammes comme des œuvres d’art et ne les investissons pas en tant que telles, si ce n’est du fait de leur puissance visuelle et du rôle pédagogique qu’ils peuvent tenir.

34 Alice Creischer et Andreas Siekmann. On pourrait se demander si la désacralisation dont vous parlez n’a pas commencé à la Renaissance, en même temps qu’est né le capitalisme. Nous le supposons en tout cas. C’est, de même, à ce moment-là que l’art et le design, l’illustration et l’artisanat, l’art appliqué et l’art autonome ont commencé à se distinguer les uns des autres. Nous devons considérer cette question et ces distinctions dans la longue durée pour comprendre à quel point elles sont insignifiantes pour le travail artistique lui-même, qu’il s’agisse de marqueterie, d’estampes ou de peinture. Quelle classe sociale pose donc cette question, à qui s’adresse ou profite cette distinction, si ce n’est aux collectionneurs et aux musées, qui doivent maintenir la valeur des œuvres conservées dans leurs entrepôts bondés ? Nous pensons que Gerd Arntz en particulier (qui a collaboré aux planches de la « méthode viennoise de statistique par l’image ») était très conscient de ce point commun du design social avec l’action artistique – comme toute la génération d’artistes de cette époque.

  • 24 Repris dans Nelson Goodman, Manières de faire des mondes, Marie-Dominique Popelard (trad. fr.), Par (...)

35 Alexis Anne-Braun. Je m’interroge sur le sens de la formule « fonctionne comme une œuvre d’art ». Dans un article intitulé « Quand y a-t-il art24 ? », Nelson Goodman propose une définition de l’œuvre d’art qui est aussi une théorie du fonctionnement esthétique. Pour Goodman, une œuvre d’art est un symbole (c’est-à-dire un ensemble de marques graphiques ou un quelconque objet dont on fait un usage représentationnel) qui fonctionne de manière esthétique. Goodman repère plusieurs symptômes d’un tel fonctionnement esthétique et particulièrement : la densité syntaxique, l’ambiguïté sémantique et la saturation relative. Or les diagrammes et les cartes Isotype visent au contraire la clarté de lecture (rien d’ambigu, d’équivoque, rien qui soit sujet à des interprétations variées ou contradictoires). Autrement dit, l’Isotype ne fonctionne pas comme de nombreux autres systèmes picturaux, mais plutôt comme une notation scientifique. Les diagrammes Isotype sont des outils de connaissance mis à la disposition des publics afin qu’ils appréhendent avec une plus grande clarté les relations économiques et sociales qui les gouvernent. En se fondant sur les symptômes repérés par Goodman, il apparaît que la composante esthétique y est donc très réduite. Certes, cela n’enlève rien à la beauté des pictogrammes utilisés par Gernd Arntz (fig. 9a-b). Peut-être existe-t-il un second emploi, plus esthétique mais aussi moins politique, de ces cartes et pictogrammes aujourd’hui…

9a. Pictogrammes pour les « Hommes [Menschen] », réalisés par Gerd Arntz pour l’International Foundation for Visual Education (La Haye), 1934-1965, linogravures, 29,5 × 23 cm, La Haye, Kunstmuseum (1027871).

9a. Pictogrammes pour les « Hommes [Menschen] », réalisés par Gerd Arntz pour l’International Foundation for Visual Education (La Haye), 1934-1965, linogravures, 29,5 × 23 cm, La Haye, Kunstmuseum (1027871).

© Adagp, Paris, 2024

9b. Pictogrammes pour les « denrées alimentaires [Levensmiddelen] », réalisés par Gerd Arntz pour l’International Foundation for Visual Education (La Haye), 1934-1965, linogravures, 29,5 × 23 cm, La Haye, Kunstmuseum (102774).

9b. Pictogrammes pour les « denrées alimentaires [Levensmiddelen] », réalisés par Gerd Arntz pour l’International Foundation for Visual Education (La Haye), 1934-1965, linogravures, 29,5 × 23 cm, La Haye, Kunstmuseum (102774).

© Adagp, Paris, 2024

  • 25 Je renvoie ici au commentaire de Geoffroy de Lagasnerie à propos du travail de Hans Haacke dans L’A (...)

36Cela étant dit, la question de savoir ce qu’est un art politique, ou comment un art devrait s’y prendre pour véhiculer un message politique, est une question particulièrement retorse. Une œuvre d’art politique doit-elle donner lieu à de multiples interprétations ou au contraire guider pas à pas notre lecture ? Pourquoi fictionnaliser, opacifier, rendre énigmatique et ne pas dire tout simplement ce que l’on veut dire25 ? Mais lorsqu’un symbole privilégie la clarté et la littéralité, plutôt que l’épaisseur sémantique et syntaxique, fonctionne-t-il encore de manière esthétique ? Quel degré de clarté un symbole ou une œuvre doivent-ils viser pour être politiquement efficaces ?

37 Pablo Ares et Julia Rissler. Ce que nous percevons de ces outils et de la façon dont nous les utilisons dans les ateliers peut se mesurer par une simple évaluation : si les matériaux issus des ateliers deviennent ceux des personnes qui participent (si elles se les approprient), tant au sens pratique qu’émotionnel (parce qu’elles s’y identifient et parce qu’on a atteint une bonne systématisation du processus), les outils et les méthodologies mises en œuvre ont rempli leur fonction. Il arrive – rarement – que ce ne soit pas le cas. Subsiste alors un « témoignage visuel » du moment ; c’est déjà ça, mais ça ne nous suffit pas.

  • 26 Doreen Massey nomme « géométrie du pouvoir » ce qui, dans l’agencement du territoire, produit des i (...)

38– Nepthys Zwer. Aujourd’hui, la cartographie radicale, qui revendique une filiation avec l’Isotype, introduit une dimension nouvelle dans la construction d’une conscience de nos droits et de nos luttes : celle de la spatialité de toutes nos actions. Neurath s’était d’ailleurs aussi impliqué dans des projets d’habitat autonome (projet Wilde Siedler [colons sauvages], à Vienne, dans les années 1920) ou de réhabilitation (quartier de Bilston en Angleterre dans les années 1940). La spatialité de nos interactions sociales se révèle certes de façon statique (l’habiter, l’activité économique, la propriété, l’accès), mais aussi dynamique : notre mobilité s’exprime en termes de vitesse, de possibilité et de contrôle26. La contre-cartographie s’applique justement à révéler les inégalités et les injustices spatiales entre les différents groupes humains. Le tournant spatial des sciences sociales datant des années 1980-1990 a-t-il atteint la société civile, notamment à travers les ateliers de cartographie collective que certains d’entre vous animent ?

39 Pablo Ares et Julia Rissler. Oui, certainement. C’est aussi cela que nous entendons par l’idée de « territoire ». Quand nous avons commencé nos expériences avec nos ateliers de cartographie collective, l’objectif principal était de faire survenir ces espaces de rencontre et de réflexion collective, centrés sur un territoire en particulier et à partir d’un cadre thématique. Le travail dans les ateliers s’inscrit dans une éthique d’attention qui produit une connaissance utile pour la communauté, en intégrant le regard des altérités périphériques. Les principales problématiques sont ainsi identifiées et construisent un regard panoramique, lui-même complété d’une mémoire des résistances et des solutions de chaque territoire (c’est-à-dire tous les dispositifs communautaires, toutes les initiatives, tous les réseaux, toutes les institutions qui placent la vie au centre des territoires). Dans la séance finale de l’atelier, nous reprenons l’ensemble du processus, nous identifions les principales difficultés qui sont apparues, ce qui s’est révélé et a pris place dans la cartographie et ce qui, au contraire, est resté en suspens. Ensuite, nous définissons les étapes ultérieures.

40En utilisant des plans cartographiques et en convoquant des iconographies, les personnes participantes élaborent une connaissance située qui vise à construire un diagnostic situé du territoire, en considérant les grandes problématiques et les solutions pour leur transformation. Une carte montre toutes ces complexités, les flux et les liens de manière synoptique, offrant d’un territoire un panorama complexe. La réalité d’un territoire n’est pas ce qui est « là », disponible à la découverte qu’en ferait un observateur quelconque, mais bien ce qui se construit à partir d’intérêts et de regards singuliers, une connaissance valide qui est toujours partiale et située, comme la photographie d’un instant.

41C’est pour cela que nous fabriquons, pour chaque atelier, des dispositifs graphiques qui facilitent l’ajustement du point de vue au territoire abordé. L’exercice fonctionne comme un téléobjectif qui se propose d’élargir ou de rétrécir le cadre selon différentes échelles, de la plus panoramique – ce que peut être la carte géographique – à la plus subjective – comme les perceptions du territoire-corps (fig. 10).

10. Iconoclasistas, « Mapamundi : à qui appartient la Terre ? », 2019.

10. Iconoclasistas, « Mapamundi : à qui appartient la Terre ? », 2019.

© Iconoclasistas

42Il est également important de réfléchir sur le temps : il peut s’agir de retrouver ou de reconstruire une succession chronologique linéaire ou, en recourant à des conceptions circulaires, de tracer des lignes courbes qui dialoguent avec les différentes trames d’une histoire principale et qui permettent d’en voir les sédimentations intersubjectives dans le territoire. Ces outils graphiques facilitent la création d’une histoire chorale, à partir d’un diagnostic collectif.

43– Nepthys Zwer. La notion de territoire a autant d’acceptions qu’il existe de sociétés humaines, selon qu’elles ont été des cultures colonisatrices ou colonisées. Elle est indissociable de l’idée d’État-nation souverain et de propriété foncière. Les cartes ont d’ailleurs joué un rôle important dans le découpage du territoire mondial : leurs tracés deviennent des frontières-limites, aux dépens des interfaces culturelles et économiques que constituent les zones de contacts entre les groupes humains.

  • 27 Voir la conférence d’Audre Lorde, « On ne démolira jamais la maison du maître avec les outils du ma (...)

44Il me semble que vous, les Iconoclasistas, utilisez la notion de « territorialité » dans le sens d’une réappropriation d’un espace confisqué par les colonisateurs et néo-colonisateurs économiques d’aujourd’hui, une confiscation qui empêche la vie de s’y déployer. En ce sens, recourir au langage et aux « outils de l’ennemi27 » est une façon, même temporaire, de se défendre. Mais alors, la contre-cartographie, qui utilise le pouvoir performatif, propre à toutes les cartes, de dire le monde, n’est pas en ce sens un langage « neutre » (comme l’Isotype était censé l’être). Le dispositif cartographique est donc à questionner sous plusieurs aspects : conception occidentale de l’espace (comme espace géométrique euclidien), subjectivité des énoncés sur l’existant, manipulations par l’image, etc.

  • 28 Joseph Beuys, cité dans Caroline Tisdall, Art into Society – Society into Art: Seven German Artists(...)

45J’aime l’expression de « diagnostic collectif ». C’est exactement ce qui se passe lors des ateliers que j’anime, même quand ils sont très courts (entre deux et trois heures) : des personnes qui ne se connaissent pas mais habitent les mêmes espaces font ensemble un état des lieux par rapport à une problématique qui les préoccupe (gentrification d’un quartier, surveillance de l’espace public, disparition des espaces communs, freins à la mobilité, manque d’espaces verts…). Qui d’autre pourrait établir ces diagnostics de façon aussi renseignée et vécue ? Mais j’ai l’impression que si ces derniers permettent d’amorcer une prise de conscience, de mettre au jour une problématique, c’est en revanche la construction partagée de cette connaissance qui est le vrai levier pour se réapproprier une capacité d’agir contre l’injustice et les inégalités. C’est le moment de création collective qui crée une œuvre puissante, une « soziale Skulptur » [sculpture sociale], selon la formule de Joseph Beuys, qui peut aider à faire advenir une société plus juste28. On en revient à l’art.

Haut de page

Notes

1 La contre-cartographie est une cartographie engagée contre les injustices sociales. Pratiquée par des activistes, des groupes de recherche et des groupes concernés par un problème, cette démarche prend aujourd’hui de l’ampleur. Voir kollektiv orangotango+, Nepthys Zwer (dir.), Ceci n’est pas un atlas. La cartographie comme outil de luttes, Rennes, Éditions du commun, 2023.

2 « Philosophie ist Tätigkeit in Gedanken und Reden, die ein glückliches Leben schafft. » Otto Neurath, Lebensgestaltung und Klassenkampf, Berlin, Laubsche Verlagsbuchhandlung, 1928, p. 134.

3 Sur l’ensemble de l’œuvre d’Otto Neurath, voir Nepthys Zwer, L’Ingénierie sociale d’Otto Neurath, Rouen/Le Havre, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2018.

4 Sur le sens du terme « empowerment », difficile à traduire en français, voir Marie-Hélène Bacqué, Carole Biewener, L’Empowerment. Une pratique émancipatrice ? (2013), Paris, La Découverte, 2021.

5 Sur l’expérience soviétique de l’Isotype, voir Nepthys Zwer, « L’Izostat, entre art et propagande », Imago mundi, 14 juin 2023 [URL : https://www.imagomundi.fr/article30.html].

6 Sur les rapports entre schémas et pensée, voir Nepthys Zwer, « L’Isotype : de son caractère précurseur en matière de visualisation de l’information », et Alexis Anne-Braun, « Contrariétés de l’analogie : images et diagrammes », dans Fabien Ferri, Arnaud Macé, Stefan Neuwirth (dir.), Le schème et le diagramme. Les ancrages matériels de la pensée et le partage visuel des connaissances, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2024, p. 105-128 et 129-145.

7 Otto Neurath, Des hiéroglyphiques à l’Isotype. Une autobiographie visuelle, Damien Suboticki (trad. fr.), Paris, B42, 2018 [éd. orig. : From Hieroglyphics to Isotype. A Visual Autobiography, Matthew Eve, Christopher Burke (éd.), Londres, Hyphen Press, 2010]. « How Map Makers Serve the Public » [Les cartographes au service du public] était l’un des titres envisagés par Neurath pour une collection dont cette autobiographie devait être le premier tome.

8 Nelson Goodman, Langages de l’Art. Une approche de la théorie des symboles, Jacques Morizot (éd. et trad. fr.), Paris, Fayard, 2011 [éd. orig. : Langages of Art: An Approach to a Theory of Symbols, Indianapolis, Bobbs-Merrill, 1968].

9 Voir Nepthys Zwer, Cartographie radicale. Explorations, avec la contribution de Ph. Rekacewicz, Paris, Dominique Carré/La Découverte, 2021.

10 Voir leur site [URL : https://iconoclasistas.net/].

11 Donna Haraway, « Savoirs situés : la question de la science dans le féminisme et le privilège de la perspective partielle », dans Manifeste cyborg et autres essais. Sciences, fictions, féminismes, Denis Petit, Nathalie Magnan (trad. fr.), Paris, Exils, 2007, p. 107-135 [éd. orig. : « Situated Knowledges. The Science Question in Feminism and The Privilege of Partial Perspective », Feminist Studies, vol. 14, no 3, 1988, p. 575-599].

12 Pour cette approche phénoménologique du féminisme, voir Camille Froidevaux-Metterie, Un corps à soi, Paris, Seuil, 2021.

13 On situe dans les années 1990 le spatial turn des sciences sociales. Les travaux des géographes marxistes Doreen Massey et David Harvey montrent l’impossibilité de dissocier l’expérience individuelle du fonctionnement macro-économique du monde, notamment du fait de la prédation capitaliste de l’espace (voir infra n. 26).

14 On doit à Henri Lefebvre l’idée d’une production sociale de l’espace. Voir Henri Lefebvre, La Production de l’espace (1973), Paris, Anthropos, 2000.

15 Le ball voguing est un style de performance dansée imaginée par des communautés gay afros et latinos dans les années 1970 (voir à ce sujet le film de Jennie Livingston, Paris Is Burning, 1991).

16 Voir Zwer, 2018, cité n. 3.

17 Sally Haslanger, Resisting Reality: Social Construction and Social Critic, Oxford, Oxford University Press, 2012.

18 Howard Gardner, « Project Zero: Nelson Goodman’s Legacy in Arts Education », The Journal of Aesthetics and Art Criticism, vol. 58, no 3, 2000, p. 245-249 [URL : https://doi.org/10.2307/432107]. Nelson Goodman, L’Art en théorie et en action (1984), Jean-Pierre Cometti, Roger Pouivet (trad. fr.), Paris, Gallimard, 2009.

19 Alice Creischer, Andreas Siekmann, « Steps for Fleeing from Work to Action. Can Artistic Work be a Militant Research? A Field Report in the Project “ExArgentina” », Aileen Derieg (trad. angl.), Transversal Texts, juin 2006 [URL : https://transversal.at/transversal/0406/creischer-siekmann/en?hl=].

20 Alice Creischer, Max Jorge Hinderer, Andreas Siekmann, The Potosí Principle: How Can We Sing the Song of the Lord in an Alien Land? Colonial Image Production in the Global Economy, cat. exp. (Madrid, Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía, 12 mai – 6 sept. 2010 ; Berlin, Haus der Kulturen der Welt, 8 oct. 2010 – 2 janv. 2011 ; La Paz, Museo Nacional de Arte and Museo Nacional de Etnografía y Folklore, 22 févr. – 15 mai 2011), Berlin, Haus der Kulturen der Welt, 2010.

21 Cette conception a prévalu en Occident depuis la Renaissance jusqu’à la fin du xxe siècle. Après la reproductibilité de l’œuvre d’art (Walter Benjamin), le rôle des réseaux sociaux sur notre conception de l’art aurait provoqué un changement de paradigme. Voir Wolfgang Ullrich, Die Kunst nach dem Ende ihrer Autonomie, Berlin, Wagenbach, 2020.

22 Attac et Civic City, Notre monde à changer !, Zurich, Lars Müller Publishers, 2017, p. 251. Les infographies de l’ouvrage sont conçues sur la base d’Isotypes.

23 Pour cela l’institut Isotype avait d’ailleurs fait appel au talent du graphiste Gerd Arntz.

24 Repris dans Nelson Goodman, Manières de faire des mondes, Marie-Dominique Popelard (trad. fr.), Paris, Gallimard, 2006 [éd. orig. : « When Is Art? », dans David Perkins, Barbara Leondar (dir.), The Arts and Cognition, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1977].

25 Je renvoie ici au commentaire de Geoffroy de Lagasnerie à propos du travail de Hans Haacke dans L’Art impossible, Paris, PUF, 2020, p. 48-49.

26 Doreen Massey nomme « géométrie du pouvoir » ce qui, dans l’agencement du territoire, produit des inégalités de mobilité. Doreen Massey, Space, Place and Gender (1994), Cambridge, Polity Press, 1998. Pour David Harvey, l’économie capitaliste a besoin de provoquer des déséquilibres entre les régions pour assurer son expansion. David Harvey, « Globalization and the “Spatial Fix” », Geographische Revue: Zeitschrift für Literatur und Diskussion, vol. XX, 2001, p. 23-30. Voir aussi Id., Géographie de la domination. Capitalisme et production de l’espace, Nicolas Vieillescazes (trad. fr.), Paris, Amsterdam, 2018.

27 Voir la conférence d’Audre Lorde, « On ne démolira jamais la maison du maître avec les outils du maître » (1977), publiée dans Sister Outsider. Essais et propos d’Audre Lorde. Sur la poésie, l’érotisme, le racisme, le sexisme…, Magali Calise, Grazia Gonik, Marième Hélie Lucas et al. (trad. fr.), Genève/Québec, Mamamélis/Trois, 2003, p. 115-135 [éd. orig. : Sister Outsider: Essays and Speeches, Freedom, Crossing Press, 1984].

28 Joseph Beuys, cité dans Caroline Tisdall, Art into Society – Society into Art: Seven German Artists, cat. exp. (Londres, Institute of Contemporary Art, 30 oct. – 24 nov. 1974), Londres, ICA, 1974, p. 48.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. Gesellschafts- und Wirtschaftsmuseum, « L’esclavage à l’époque contemporaine [Verbreitung der Sklaverei in der Gegenwart] », dans Gesellschaft und Wirtschaft. Bildstatistisches Elementarwerk, Leipzig, Bibliographisches Institut AG, 1930, p. 79.
Crédits © Adagp, Paris, 2024
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/30252/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre 2. Vue du Gesellschafts- und Wirtschaftsmuseum [musée de la Société et de l‘économie], vers 1933, Vienne, Neues Rathaus, Volkshalle.
Crédits photo © Österreichisches Gesellschafts und Wirtschaftsmuseum
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/30252/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre 3. Otto Neurath, From Hieroglyphics to Isotype [Des hiéroglyphiques à l’Isotype], maquette de la première de couverture, vers 1944, University of Reading, The Otto and Marie Neurath Isotype Collection (I.C. 3.2/87).
Crédits Photo © Otto and Marie Neurath Isotype Collection, University of Reading
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/30252/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre 4. Iconoclasistas, Corps-territoire : dix problématiques socio-environnementales en Argentine et en Amérique du Sud, et leurs conséquences graves sur la santé [Cuerpo-territorio: diez problemáticas socioambientales en la Argentina y Sudamérica, y sus graves consecuencias en la salud], sept.-déc. 2020, réalisé avec des participants à un atelier de recherche collaborative organisé par l’Instituto de Salud Socioambiental, avec le soutien de la fondation Rosa-Luxemburg.
Crédits © Iconoclasistas
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/30252/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre 5. Carte d’Aldeia Boa Vista, village amazonien, réalisée dans le cadre du projet « Nova Cartografia Social da Amazônia », mené par Alfredo Wagner Berno de Almeida, Sheilla Borges Dourado et Carolina Bertolini (Manaus, Universidade do Estado do Amazonas/Fundação de Apoio Institucional Muraki, 2005-).
Crédits © Alfredo Wagner Berno de Almeida/photo © éditions du Commun
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/30252/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre 6a. Gesellschafts- und Wirtschaftsmuseum, « Surfaces productives de la Terre [Produktive Flächen der Erde] », dans Gesellschaft und Wirtschaft. Bildstatistisches Elementarwerk, Leipzig, Bibliographisches Institut AG, 1930, p. 35
Crédits © Adagp, Paris, 2024
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/30252/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre 6b. Alice Creischer et Andreas Siekmann, « Nature meets itself in the stomach of the predators… [La Nature se rencontre dans l’estomac de ses prédateurs...] », 2013, tiré de la brochure In the Stomach of the Predators, Klagenfurt, Kunstraum Lakeside, 2014, reprise de travaux exposés à la triennale Bergen Assembly, 2013.
Crédits © Alice Creischer et Andreas Siekmann
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/30252/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre 7. Alice Creischer et Andreas Siekmann, Les Travailleuses de Brukman. Huit costumes et deux histoires parallèles [Las trabajadoras de Brukman. Ocho trajes con dos historias paralelas], 2004-2006, installation (10 vêtements avec des pièces brodées et cousues, 10 textes numérotés correspondants, 19 dessins numériques, textile, papier et carton), dimensions variables, projet « ExArgentina » (2001-2006), Madrid, Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia (AD04967).
Crédits © Alice Creischer et Andreas Siekmann
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/30252/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre 8. Gesellschafts- und Wirtschaftsmuseum, « Mortalité infantile et revenus [Säuglingsterblichkeit und Einkommen] », dans Gesellschaft und Wirtschaft. Bildstatistisches Elementarwerk, Leipzig, Bibliographisches Institut AG, 1930, p. 92.
Crédits © Adagp, Paris, 2024
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/30252/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre 9a. Pictogrammes pour les « Hommes [Menschen] », réalisés par Gerd Arntz pour l’International Foundation for Visual Education (La Haye), 1934-1965, linogravures, 29,5 × 23 cm, La Haye, Kunstmuseum (1027871).
Crédits © Adagp, Paris, 2024
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/30252/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre 9b. Pictogrammes pour les « denrées alimentaires [Levensmiddelen] », réalisés par Gerd Arntz pour l’International Foundation for Visual Education (La Haye), 1934-1965, linogravures, 29,5 × 23 cm, La Haye, Kunstmuseum (102774).
Crédits © Adagp, Paris, 2024
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/30252/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre 10. Iconoclasistas, « Mapamundi : à qui appartient la Terre ? », 2019.
Crédits © Iconoclasistas
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/30252/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexis Anne-Braun, Pablo Ares, Julia Rissler, Alice Creischer, Andreas Siekmann et Nepthys Zwer, « Héritages et actualités de l’Isotype : design graphique, cartographie et émancipation »Perspective, 1 | 2024, 83-100.

Référence électronique

Alexis Anne-Braun, Pablo Ares, Julia Rissler, Alice Creischer, Andreas Siekmann et Nepthys Zwer, « Héritages et actualités de l’Isotype : design graphique, cartographie et émancipation »Perspective [En ligne], 1 | 2024, mis en ligne le 16 mai 2024, consulté le 21 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/perspective/30252 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11ryq

Haut de page

Auteurs

Alexis Anne-Braun

Alexis Anne-Braun est maître de conférences en esthétique et philosophie de l’art à l’ENS-PSL (département de philosophie et des arts). Spécialiste de philosophie du langage et d’esthétique analytique, il s’intéresse aux théories contemporaines de l’image, aux théories de la notation et des systèmes symboliques. Il a notamment publié Le Monde en projets. Une lecture de la théorie des symboles de Nelson Goodman (Paris, Sorbonne Université Presse, 2018) et codirigé un numéro de la revue Klesis, no 52 : Objets, œuvres et mondes virtuels : clarifications esthétiques, 2022 (avec A. Declos et V. Granata).

Pablo Ares

Pablo Ares et Julia Rissler ont formé en mai 2006 le duo Iconoclasistas. En 2008, ils ont commencé à expérimenter différents outils cartographiques dans des espaces de travail collectifs. C’est ainsi que sont nés les ateliers de cartographie collective et les processus de recherche collaborative sur différents territoires. À travers l’activation de dispositifs graphiques et à l’aide d’un arsenal d’outils, ils stimulent la réflexion critique pour promouvoir des pratiques de résistance et de transformation. Toutes leurs productions sont diffusées sur Internet grâce à des licences Creative Commons, favorisant la libre circulation et les utilisations dérivées.

Julia Rissler

Pablo Ares et Julia Rissler ont formé en mai 2006 le duo Iconoclasistas. En 2008, ils ont commencé à expérimenter différents outils cartographiques dans des espaces de travail collectifs. C’est ainsi que sont nés les ateliers de cartographie collective et les processus de recherche collaborative sur différents territoires. À travers l’activation de dispositifs graphiques et à l’aide d’un arsenal d’outils, ils stimulent la réflexion critique pour promouvoir des pratiques de résistance et de transformation. Toutes leurs productions sont diffusées sur Internet grâce à des licences Creative Commons, favorisant la libre circulation et les utilisations dérivées.

Alice Creischer

L’artiste allemande Alice Creischer est l’autrice d’un corpus d’œuvres situé entre la critique institutionnelle et la grammaire théâtrale, qui articule le dévoilement des dépendances entre les structures politiques, économiques et culturelles, d’une part, et une approche amère et ironique des absurdités de leurs discours de légitimation, d’autre part. Elle étudie la manière dont les tensions propres au système économique libéral se transforment en une « machine à créer de l’inégalité ». Elle a notamment collaboré avec Andreas Siekmann pour concevoir les expositions « ExArgentina » (Buenos Aires, Palacio Nacional de las Artes ; Cologne, Museum Ludwig, 2002-2006) et « Principio Potosí » (Madrid, Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia ; Berlin, Haus der Kulturen der Welt ; La Paz, Museo Nacional de Arte, 2010-2011).

Andreas Siekmann

Andreas Siekmann a étudié l’histoire et l’histoire de l’art à la Ludwig Maximilian University de Munich et a obtenu son doctorat à la Kunstakademie de Düsseldorf. Depuis 1987, il a participé à de nombreuses expositions, dont les XIe et XIIe Documenta de Cassel. Dans ses œuvres, il s’intéresse aux questions de rentabilité et de privatisation (ou d’accaparement) de l’espace public urbain. Depuis les années 1990, il réalise des œuvres collectives, dont certaines en association avec Alice Creischer, notamment les expositions « ExArgentina » (Buenos Aires, Palacio Nacional de las Artes ; Cologne, Museum Ludwig, 2002-2006) et « Principio Potosí » (Madrid, Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia ; Berlin, Haus der Kulturen der Welt ; La Paz, Museo Nacional de Arte, 2010-2011).

Nepthys Zwer

Chercheuse indépendante, Nepthys Zwer est spécialiste de l’histoire et de la culture des pays de langue allemande (Allemagne et Autriche, xixexxe siècles), et en particulier de l’œuvre d’Otto Neurath et du système graphique d’information Isotype. Elle anime le site imagomundi.fr, consacré aux représentations de l’espace. Elle a notamment écrit L’Ingénierie sociale d’Otto Neurath (Rouen/Le Havre, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2018) et Cartographie radicale. Explorations (avec Ph. Rekacewicz, Paris, Dominique Carré/La Découverte, 2022). À l’occasion de la parution de Ceci n’est pas un atlas. La cartographie comme outil de luttes, 21 exemples à travers le monde (Rennes, Éditions du commun, 2023), qu’elle a dirigé avec le kollectiv orangotango+, elle a organisé l’exposition itinérante « Ceci n’est pas un atlas », d’abord à l’université de Rennes 2 (Rennes, La Chambre claire, 20 mars – 29 sept. 2023).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search