Navigation – Plan du site
XXe-XXIe siècles
Actualité

Autour de Fredric Jameson : le postmodernisme est mort ; vive le postmodernisme !

Annie Claustres
p. 450-455
Références :

Fredric Jameson, Le postmodernisme ou la logique culturelle du capitalisme tardif, trad. F. Nevoltry, Paris, Beaux-arts de Paris, (1991) 2007. 608 p., 19 ill. n et b. ISBN : 978-2-84056-150-7 ; 28 €.

Fredric Jameson, La totalité comme complot. Conspiration et paranoïa dans l’imaginaire contemporain, trad. N. Vieillescazes, Paris, Les Prairies Ordinaires, (coll. Penser/Croiser), (1992) 2007. 138 p. ISBN : 978-2-35096-006-7 ; 12 €.

Fredric Jameson, Archéologies du futur, I, Le désir nommé utopie, trad. N. Vieillescazes, F. Ollier, Paris, Max Milo, 2007. 394 p. ISBN : 978-2-35341-020-0 ; 25 €.

Fredric Jameson, Jameson on Jameson. Conversations on cultural marxism, Ian Buchanan éd., Durham, Duke University Press, (2005) 2007. 296 p. ISBN : 978-0-8223-4109-3 ; 23 $ (19 €).

Pelagia Goulimari éd., Postmodernism. What moment ?, Manchester/New York, Manchester University Press, 2007. 232 p. ISBN : 978-0-7190-7308-3 ; $ 75 (62 €).

Texte intégral

  • 1 Yves Michaud éd., Après le modernisme, (numéro spécial des Cahiers du musée national d’art moderne) (...)
  • 2 Jean-François Lyotard, La condition postmoderne. Rapport sur le savoir, Paris, 1979 ; Jean-François (...)

1La question du postmodernisme ne semble pas particulièrement retenir l’attention des historiens de l’art en France, alors que nombre d’universitaires américains en proposent actuellement une première généalogie et tentent un bilan critique. Il faut néanmoins saluer les rares initiatives françaises qui, à partir de la fin des années 1980, ont su poser des jalons importants, mais elles n’ont ni suscité de développements, ni rencontré beaucoup d’adeptes1. Il faut probablement voir dans cette situation – le fait est connu – quelque résistance à l’interdisciplinarité, tant l’histoire de l’art en France a mis du temps pour s’ouvrir aux disciplines parallèles à son domaine de recherche. L’analyse historique et théorique du postmodernisme, qui demande en effet une prise en compte des sciences humaines, a su davantage intéresser, en France, des chercheurs actifs dans le domaine de la littérature ou de la philosophie. Le rôle des écrits de Jean-François Lyotard est essentiel dans cette histoire2 et il conviendrait de préciser la nature de leur réception. Depuis la fin des années 1980, la situation internationale du postmodernisme s’est par ailleurs enrichie et son évolution a renforcé un foisonnement déjà manifeste auparavant. La chute du mur de Berlin et le démantèlement de l’Union soviétique, les gouvernements de Margaret Thatcher et de Ronald Reagan, dont il faut noter le rôle dans le déploiement du marketing culturel, ont favorisé, entre autres, ce phénomène de mutation qui s’enracine dans les années 1960, voire la fin des années 1950. Ainsi, les vocables « postmodernisme » et « mondialisation » tendent-ils parfois aujourd’hui à devenir synonymes pour évoquer la scène artistique contemporaine. À l’aube du xxie siècle, d’aucuns considèrent le postmodernisme comme révolu, tandis que d’autres en louent la complexité qui témoigne de la chute des idéologies, du renversement de l’universalisme et d’un processus de décentrement à l’œuvre dans tous les domaines de la pensée. Quoi qu’il en soit, en dresser une première cartographie semble dorénavant envisageable.

  • 3 Hal Foster, cité dans Yve-Alain Bois, 1990, cité n. 1, p. 481.

2Le postmodernisme se déploie selon deux vagues qui émergent simultanément au milieu des années 1960. La première concerne les tenants d’un modernisme critique dont Rosalind Krauss et Michael Fried sont les représentants majeurs. Forts de l’héritage du structuralisme, ils battent en brèche et déconstruisent les théories de Clément Greenberg, tout en perpétuant certains présupposés. L’autonomie de l’œuvre d’art et la construction linéaire de l’histoire retiennent ainsi toujours leur attention. La seconde vague voit dans le postmodernisme un changement important de paradigme, qui relève d’un phénomène de mutation dont le point d’acmé se situe à la fin des années 1980. Jean-François Lyotard, Jürgen Habermas, Craig Owens et Fredric Jameson sont les auteurs parmi les plus cités en cette occurrence. La rupture avec le modernisme est alors patente. Le même terme qualifie donc ces deux tendances, ce qui engendre nombre de confusions. Si la première vague est aujourd’hui bien balisée, il n’en est pas de même pour la seconde, qui constitue un champ de recherche important. Cette dernière condense plusieurs courants à bien différencier. Il faut en noter le courant « néo-conservateur »3 qui a été défendu, entre autres, par Achille Bonito Oliva. On se souvient de la transavanguardia en Italie, des Neuen Wilden en Allemagne, mais aussi, aux États-Unis, des œuvres de David Salle et de Julian Schnabel. Les deux autres courants retiennent plus particulièrement notre attention en ce qu’ils ouvrent, dans le domaine de l’histoire de l’art, la perspective d’un renouvellement de la discipline. Autour du questionnement identitaire, les gender studies et les postcolonial studies en déterminent l’une des facettes. L’autre rassemble les études portant sur les relations entre art, culture de masse et industrie culturelle. Constitué de plusieurs instances, ce postmodernisme ne peut être embrassé que selon un point de vue kaléidoscopique.

  • 4 Fredric Jameson est né en 1934. Il est professeur émérite de littérature comparée à Duke University (...)
  • 5 Voir par exemple le livre de Judith Butler, Trouble dans le Genre. Le Féminisme et la subversion de (...)
  • 6 À titre d’exemple, voir le livre de Homi K. Bhabha, Les lieux de la culture. Une théorie postcoloni (...)
  • 7 Il faut noter la traduction récente du livre d’Ernesto Laclau, La raison populiste, Paris, 2008 [éd (...)

3C’est dans ce contexte que la parution en langue française, à la fin de l’année 2007, de trois ouvrages de Jameson doit être appréhendé4. Il faut saluer ces traductions importantes permettant à un lectorat français élargi de prendre connaissance de textes théoriques sur le postmodernisme qui sont considérés comme des classiques aux États-Unis depuis plusieurs années. Si de récentes traductions ont rendu compte, dans le domaine de l’édition française, du postmodernisme abordé du point de vue des théories du genre5 ou des théories postcoloniales6, aucun de ces ouvrages ne mettait en évidence les relations entre postmodernisme et culture de masse. Cette lacune est désormais en partie comblée avec la publication des trois essais de Jameson. Le postmodernisme ou la logique culturelle du capitalisme tardif est un ouvrage de référence dans le domaine de l’histoire sociale de l’art, et ce depuis sa parution en 1991. Il n’est donc pas tant question de découvrir cet essai que d’en proposer une analyse critique. La lecture des deux autres ouvrages, La totalité comme complot. Conspiration et paranoïa dans l’imaginaire contemporain et Archéologies du futur. Le désir nommé utopie, permet d’apprécier d’autant les enjeux de cette pensée dense et foisonnante. On étudiera la teneur de ces traductions à l’aune de deux ouvrages parus récemment dans le contexte américain. Le premier, Jameson on Jameson. Conversations on cultural marxism, rassemble sur un mode chronologique neuf entretiens donnés par Jameson entre 1982 et 2005. Le second, Postmodernism. What moment ? est une anthologie de quinze textes intégrant les contributions de plusieurs spécialistes du postmodernisme. Ainsi en est-il de Lawrence Grossberg et de Linda Hutcheon, dont les essais ne bénéficient pas à l’heure actuelle de traduction en français, ou encore d’Ernesto Laclau7.

  • 8 Pour une bibliographie complète de Fredric Jameson, voir le site de l’Université de Californie-Irvi (...)

4C’est un fait connu : Jameson a la réputation d’être un auteur difficile8. Son style touffu, complexe, parfois non dénué de lourdeur, et ses analyses toujours très référencées, l’acuité de sa pensée, la tension dialectique inhérente à ses interprétations ne rendent pas facilement accessible la lecture de ses essais. Il serait néanmoins regrettable de ne pas s’y confronter car la richesse de cette écriture sous-tend l’exigence intellectuelle revendiquée par l’auteur. Plusieurs thèmes reviennent de manière récurrente dans ses ouvrages. Une constance sur près de vingt ans de publications peut donc ainsi s’observer, ce que confirme la lecture de ses entretiens : Jameson revient incessamment sur le rôle fondamental de la culture de masse dans l’apparition du postmodernisme, sur la spécificité des conditions historiques du temps présent et sur le phénomène de porosité des frontières caractéristique de nos sociétés contemporaines.

De la culture de masse

  • 9 Voir « La production industrielle de biens culturels. Raison et mystification des masses », dans Ma (...)
  • 10 Fredric Jameson, Marxism and Form, twentieth-century dialectical theories of literature, Princeton, (...)
  • 11 Fredric Jameson, « Postmodernism, or The Cultural Logic of Late Capitalism », dans New Left Review, (...)

5La faible réception des écrits de Jameson en France est d’autant plus étonnante que les sources intellectuelles de cet auteur sont françaises et allemandes. Sa formation universitaire l’a conduit, au cours des années 1950, à voyager en Europe où il a étudié à Berlin, Munich et Aix-en-Provence. De sa thèse de doctorat publiée en 1961 sous le titre Sartre: The Origins of a Style (Yale University Press), il a gardé un intérêt constant pour l’œuvre du philosophe français, non pas tant pour la pensée existentialiste que pour la dimension politique du littéraire. Lors de son séjour en France, la découverte du structuralisme au moment de son émergence le convainc de la nécessité de repenser le marxisme ; son enthousiasme pour Lacan est toujours patent à ce jour. Les entretiens publiés de Jameson, passionnants, transmettent nombre d’informations sur son héritage intellectuel, ses orientations théoriques et sa méthode de recherche. Ils sont conduits par des personnalités importantes dont la qualité des travaux personnels contribue à la richesse des échanges. À la fin de ce recueil d’entretien est publiée la bibliographie de Jameson la plus complète à ce jour. En 2005, le théoricien américain confiait ainsi à Ranjana Khanna et Srinivas Aravamudan, professeurs à Duke University, combien l’influence de la pensée de Sartre restait pour lui stimulante. Son héritage allemand se situe du côté de l’école de Francfort, dont il poursuit les analyses sur un mode critique. Jameson n’adopte pas le point de vue de Theodor Adorno ni de Max Horkheimer qui, après guerre, pointent combien les relations entre culture savante et culture de masse peuvent être menaçantes pour l’œuvre d’art9. Repousser la tentation du nihilisme, mais aussi celle du cynisme, deviendra le fer de lance de ses études sur le postmodernisme. L’alliance du marxisme et du linguistic turn caractérise sa méthode dès ses premiers ouvrages de référence10. La prise en compte de l’émergence d’un troisième stade du capitalisme valant pour expansion du schéma marxiste et de sa « logique » le conduit à évoluer de la sphère littéraire comme seul objet d’étude à la culture abordée d’un point de vue global. En témoigne son célèbre texte Le Postmodernisme ou la logique culturelle du capitalisme tardif, paru en 1984 dans New Left Review11. Selon Jameson, tous les domaines de la culture ont été intégrés dans la production de marchandises inhérente au capitalisme avancé ; il ne pouvait en advenir qu’ainsi selon cette « logique ». Cette situation caractérise le postmodernisme. Le rôle de la culture de masse est en l’occurrence essentiel car il favorise le processus d’absorption en s’infiltrant dans l’espace de la culture savante, mais il faut noter que le processus inverse fonctionne également : la culture de masse prend l’apparence de la culture savante. Il en résulte une remise en question des hiérarchies traditionnelles. Musique, architecture, séries TV, arts plastiques, littérature de science-fiction, etc. : tous les domaines sont analysés à travers le même filtre théorique. Quelques schémas de type structuraliste ponctuent le texte afin de pointer le changement de paradigme. Le livre portant le même titre (1991), constitué de plusieurs chapitres, approfondit, précise et développe les questions soulevées par cet article.

  • 12 Fredric Jameson, Le postmodernisme ou la logique culturelle du capitalisme tardif, Paris, 2007, p.  (...)
  • 13 « Interview with Fredric Jameson by Anders Stephanson », dans Flash Art, déc. 1986/janv. 1987, 131, (...)

6Jameson ne reconduit pas la défense de l’autonomie de l’œuvre d’art prônée par Adorno. La lecture de son livre ne parvient pas à convaincre vraiment quant au nouveau statut de l’œuvre défendu par l’auteur : la création artistique ne se différencierait plus des autres productions culturelles, toutes catégories confondues. Certaines de ses analyses s’imposent cependant par leur acuité. Ainsi Jameson, en convoquant Martin Heidegger et Sigmund Freud, démontre-t-il le changement de paradigme par une méthode comparative qui s’appuie sur deux œuvres célèbres : Paire de souliers (1886) de Van Gogh et Diamond Dust Shoes (1980) d’Andy Warhol. D’un « objet-monde » chargé d’affects, l’œuvre d’art s’est transformée en fétiche dépouillé de toute appartenance au monde. Il en résulte « l’émergence d’un nouveau type de platitude »12 qui se laisse aussi explorer dans l’architecture (Skidmore, Owings et Merrill). Les couples opposés (surface/profondeur, parodie/pastiche, unité/fragmentation) déterminent une tension interprétative. Il ne s’agit pas de confondre ce nouvel aplatissement des entités pointé par Jameson avec la reconduction du nihilisme car la dialectique, toujours maintenue selon un double héritage de Sartre et d’Adorno, est, en cette occurrence, un outil de résistance. Il ne s’agit pas non plus de l’identifier à un style. Dans un entretien avec Anders Stephanson, professeur à Columbia University, paru pour la première fois dans la revue Flash Art en 1986, le théoricien américain revient sur cette notion de « nouvelle platitude » qui a souvent donné lieu à des controverses nées d’une incompréhension. Jameson revendique « l’ambiguïté » et évoque le danger de « la réification » de l’œuvre d’art13. Pour revenir au livre sur le postmodernisme, on regrettera que les analyses des œuvres relèvent souvent du survol, d’autant que Jameson s’appuie sur les créations de Warhol, Nam June Paik, ou encore Robert Gober. La situation est différente pour la littérature (Philip K. Dick), le cinéma (David Lynch) et l’architecture (Frank Gehry). Il en résulte un certain déséquilibre qui fragilise l’analyse de cette « logique culturelle ». Il semble aussi que le maintien sans faille de la dialectique ne permette pas à l’auteur de dépasser une tension à l’œuvre pour s’ouvrir à ce nouveau statut de la culture dont on pressent que l’indétermination et l’instabilité pourraient être fécondes.

Le temps incertain de l’histoire

  • 14 Jameson, op. cit., Paris, 2007, p. 114.
  • 15 Andreas Huyssenn, né en 1942, est professeur d’études germaniques et de littérature comparée à Colu (...)

7Depuis sa thèse de doctorat, Jameson revendique l’historicité dans sa relation à la culture. Il s’intéresse à la fabrique de l’histoire au temps du postmodernisme, qui ne peut reconduire des modalités méthodologiques passées. Il faut « penser le présent historiquement à une époque qui, avant tout, a oublié comment penser historiquement » : c’est ainsi que le théoricien américain ouvre l’introduction de son livre Le Postmodernisme ou la logique culturelle du capitalisme tardif. Jameson ne reprend pas à son compte « la fin des grands récits » prônés par Lyotard, dont il connaît fort bien les écrits, mais revendique « un récit décentré ». Il réfute autant une approche téléologique que prophétique. Sa connaissance des formes littéraires (narration, déconstruction) représente ici un apport fondamental pour envisager autant de récits postmodernes. Cette perspective est particulièrement stimulante pour renouveler les formes de l’histoire de l’art. Le grand récit linéaire traditionnel, parfois quelque peu autoritaire, pourrait être délaissé au profit d’autant de récits polyphoniques résultant du tissage de narrations plurielles et de la confluence des temporalités. L’œuvre d’art demeurerait le support fondamental de la pensée, mais sur un mode décentré, ce qui permettrait des rencontres fécondes avec de nombreuses autres productions culturelles. Jameson ne reprend pas non plus à son compte l’idée d’un « récit sans commencement » postulé par Adorno et Horkheimer. Il prône ce qu’il nomme des « historiographies spatiales », selon le titre d’un chapitre de son livre consacré au postmodernisme. Pour lui, en effet, l’espace prédomine sur la temporalité dans les nouvelles données de l’historiographie, un espace qui se pense toujours politiquement. La dimension fictionnelle pourrait alors investir le récit historiographique, mais si Jameson soulève de manière pertinente cette possibilité, il n’en propose pas une forme incarnée. Les relations entre les différentes temporalités – passé, présent, futur – se ressentent de cette conception spatiale tout en maintenant une approche marxiste : « Selon le point de vue marxien classique, les semences du futur existent déjà au sein du présent et doivent en être dégagées conceptuellement »14. Le nouveau paradigme du postmodernisme serait donc à appréhender selon une logique de rupture. Sur ce point, les présupposés de Jameson sont différents de ceux revendiqués par Andreas Huyssen, qui privilégie les champs de transformation au postulat de la rupture pour aborder les liens tissés entre modernisme, postmodernisme et culture de masse, dont il est aussi un spécialiste15. Une étude comparative de ces deux auteurs demanderait un développement conséquent qui permettrait d’enrichir l’historiographie du postmodernisme. La traduction française de l’ouvrage majeur de Huyssen, After the Great Divide. Modernism, Mass Culture, Postmodernism, constituerait par ailleurs un événement éditorial important qui tarde toutefois à venir. Cette recherche des modalités d’existence du récit postmoderne a conduit Jameson, en 1992, à écrire La totalité comme complot, essai sur la théorie du complot qui représente une des modalités du récit des sociétés post-industrielles. Le film Videodrome de David Cronenberg (1983) en serait le paradigme.

8C’est donc en suivant Marx que Jameson en vient à repenser l’utopie pour investir une spatialisation de la temporalité postmoderne. Si cette conception est déjà présente dans son livre Le Postmodernisme ou la logique culturelle du capitalisme tardif, elle se trouve approfondie et développée dans son essai plus récent Archéologies du futur, où son intérêt pour la science-fiction, tous domaines culturels confondus, trouve toute son ampleur, du cinéma d’Orson Wells au cyberespace. Thomas More, Ernst Bloch et Charles Fourier sont convoqués afin de revisiter l’utopie après la fin des utopies. Dans un entretien datant de 1982, Charles Green, enseignant à Cornell University dans le département de littérature, interrogeait déjà longuement Jameson sur sa conception de l’utopie du point de vue historiographique. C’est le maintien inconditionnel de la dialectique qui permet au théoricien américain d’aboutir à cette alternative pertinente. Il convenait de le noter. On se montrera plus réservée sur les liens établis par Jameson entre l’œuvre de Gober et la production d’une forme d’espace utopique, qui pourraient être plus serrés, et sa conception d’une « photographie utopique ». Si les analyses historiographiques de Jameson s’imposent très souvent par leur pertinence, leur mise en œuvre laisse parfois le lecteur un peu dérouté.

Aux frontières

9Les nouvelles orientations théoriques de Jameson posent la question des frontières et de leur porosité, relative ou non. Il souligne combien le phénomène de la mondialisation ne doit pas faire oublier l’histoire spécifique de chaque pays, dont l’étude reconduirait autant de récits postmodernes. La lecture de ses ouvrages transmet néanmoins un point de vue très américain, tant au niveau de l’histoire intellectuelle que des relations à la politique, à la religion, mais aussi dans les choix culturels. La « logique culturelle » présente plusieurs facettes. Il serait bienvenu que des historiens de l’art européens développent des études à ce sujet. Il faut noter que les ouvrages de Jameson ont connu une réception très favorable en Chine, où ils sont lus avec grand intérêt. La Révolution culturelle de Mao a sensibilisé les Chinois à la dimension politique de la culture et au phénomène de massification. Dans plusieurs entretiens, le théoricien américain évoque le danger que le point de vue américain prédomine par exclusion de tout autre, en notant en même temps que la forme du troisième stade du capitalisme semble être la plus avancée aux États-Unis, pour ne pas dire la plus brutale. En 1995, dans un entretien avec Xudong Zhang, professeur de chinois et de littérature comparée à New York University, il met au jour une tension dialectique entre localisme et globalisme qui demanderait un approfondissement.

  • 16 Lawrence Grossberg, Cary Nelson, Paula Treitcher éd., Cultural Studies, New York/Londres, 1992. Fre (...)

10La question des frontières, c’est aussi les échanges avec d’autres domaines du savoir, d’autres systèmes théoriques. Jameson n’adopte pas une attitude autoritaire dans son argumentation théorique et se montre très intéressé par d’autres courants de pensée. La multiplicité des points de vue lui semble inhérente au postmodernisme. Les cultural studies retiennent plus particulièrement son attention et ses écrits attestent son excellente connaissance en la matière. Il se réfère souvent à Raymond Williams, un des membres fondateurs du Center for Contemporary Cultural Studies (CCCS), ouvert en 1964 à l’université de Birmingham en Grande-Bretagne. Les parallèles entre les parcours intellectuels des deux hommes sont patents : le passage du littéraire au domaine culturel toutes catégories confondues, la sensibilité à une politique de gauche et la recherche d’une nouvelle identité de la culture qui ne reconduiraient pas les hiérarchies passées. Des échanges existent avec William E. Thompson, autre membre fondateur du centre de Birmingham, mais aussi avec Stuart Hall. Il faut au demeurant lire, dans le recueil Jameson on Jameson, le passionnant entretien conduit par Hall avec Jameson, qui date de 1995. Le théoricien américain connaît aussi très bien la vague américaine des cultural studies qui émerge dans les années 1980. Il sait en noter les spécificités. Son long article sur l’ouvrage majeur Cultural Studies, une anthologie de textes éditée par Lawrence Grossberg, Cary Nelson et Paula Treichler en 1992, en atteste16. Les réserves émises à cette occasion sont reprises dans son entretien avec Zhang en 1995. Il explique alors les différences entre sa propre approche du phénomène culturel (« cultural criticism ») et les cultural studies, ce qui ne remet pas en question son admiration. Sa conception de la culture est différente par une vision plus large, plus globale, par la défense des spécificités nationales (sans reconduire le nationalisme) et par une conception différente des liens entre classes sociales et culture populaire.

  • 17 Linda Hutcheon, « Gone Forever but Here to Stay: The Legacy of Postmodernism », dans Pelagia Gourim (...)

11C’est donc un bilan du postmodernisme que propose Goulimari avec l’anthologie de textes dont elle assure la direction scientifique. Il s’agit à nouveau de valoriser la multiplicité des points de vue, des paradigmes et des généalogies. Trois parties structurent l’ouvrage : généalogies du postmoderne, cartographie du postmoderne, le postmoderne et le xxie siècle. Aucune célébration triomphale du postmodernisme n’est à craindre à la lecture de ce livre. Il faut en assumer les contradictions et le caractère irrésolu, que ne manquent pas de pointer ses détracteurs. La position de Hutcheon, dont le texte ouvre l’anthologie, est claire à ce sujet : « Le postmodernisme est mort ; vive le postmodernisme ! »17. Quant à Robert Venturi, il n’hésite pas à noter d’emblée dans le titre de son intervention « À bas postmodernism, of course ». La tolérance aux contradictions revendiquée aussi par Jameson s’imposerait donc. La faiblesse de cet ouvrage réside dans son approche exclusivement américaine.

12L’ensemble de ces publications nous apparaît comme un signal important qui montre à quel point il est temps que l’histoire de l’art en France s’ouvre davantage à l’historiographie du postmodernisme afin d’enrichir et de nuancer ces premiers bilans lacunaires.

Haut de page

Notes

1 Yves Michaud éd., Après le modernisme, (numéro spécial des Cahiers du musée national d’art moderne), 1987, 22 ; Yve-Alain Bois, « Modernisme et postmodernisme », dans Encyclopædia Universalis, 1990, p. 473-490 ; Yves Boivert, Monde postmoderne. Analyse du discours sur la postmodernité, Paris, 1996.

2 Jean-François Lyotard, La condition postmoderne. Rapport sur le savoir, Paris, 1979 ; Jean-François Lyotard, Le postmoderne expliqué aux enfants. Correspondance 1982-1985, Paris, 1988.

3 Hal Foster, cité dans Yve-Alain Bois, 1990, cité n. 1, p. 481.

4 Fredric Jameson est né en 1934. Il est professeur émérite de littérature comparée à Duke University, où il dirige le Centre de théorie critique.

5 Voir par exemple le livre de Judith Butler, Trouble dans le Genre. Le Féminisme et la subversion de l’identité, Paris, 2005 [éd. orig., Gender Trouble, New York, 1990].

6 À titre d’exemple, voir le livre de Homi K. Bhabha, Les lieux de la culture. Une théorie postcoloniale, 2007 [éd. orig., The Location of Culture, New York, 1993].

7 Il faut noter la traduction récente du livre d’Ernesto Laclau, La raison populiste, Paris, 2008 [éd. orig., On Populist Reason, Londres, 2005].

8 Pour une bibliographie complète de Fredric Jameson, voir le site de l’Université de Californie-Irvine : http://www.lib.uci.edu/libraries/pubs/scctr/Wellek/jameson/index.html

9 Voir « La production industrielle de biens culturels. Raison et mystification des masses », dans Max Horkheimer, Theodor W. Adorno, La Dialectique de la raison : fragments philosophiques, Paris, 1974, p. 129-176 [éd. orig., Dialektik der Aufklärung: philosophische Fragmente, Francfort, 1969].

10 Fredric Jameson, Marxism and Form, twentieth-century dialectical theories of literature, Princeton, 1971 ; The Prison House of Language, a critical account of structuralism and Russian formalism, Princeton, 1972.

11 Fredric Jameson, « Postmodernism, or The Cultural Logic of Late Capitalism », dans New Left Review, juillet-août 1984, I/146, p. 53-92. L’article est disponible au format PDF sur le site de la revue : www.newleftreview.org/?getpdf=NLR14203 & pdflang=en

12 Fredric Jameson, Le postmodernisme ou la logique culturelle du capitalisme tardif, Paris, 2007, p. 45.

13 « Interview with Fredric Jameson by Anders Stephanson », dans Flash Art, déc. 1986/janv. 1987, 131, p. 69-73.

14 Jameson, op. cit., Paris, 2007, p. 114.

15 Andreas Huyssenn, né en 1942, est professeur d’études germaniques et de littérature comparée à Columbia University. Andreas Huyssen, After the Great Divide. Modernism, Mass Culture, Postmodernism, Bloomington/Indianapolis, 1986.

16 Lawrence Grossberg, Cary Nelson, Paula Treitcher éd., Cultural Studies, New York/Londres, 1992. Fredric Jameson, « On ‘Cultural Studies’« , dans Social Text, 1993, 34, p. 17-52.

17 Linda Hutcheon, « Gone Forever but Here to Stay: The Legacy of Postmodernism », dans Pelagia Gourimari éd., Postmodernism. What Moment?, Manchester/New York, 2007, p. 17 (en français dans le texte).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Claustres, « Autour de Fredric Jameson : le postmodernisme est mort ; vive le postmodernisme ! », Perspective, 3 | 2008, 450-455.

Référence électronique

Annie Claustres, « Autour de Fredric Jameson : le postmodernisme est mort ; vive le postmodernisme ! », Perspective [En ligne], 3 | 2008, mis en ligne le 12 avril 2018, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/perspective/3256

Haut de page

Auteur

Annie Claustres

Université de Lyon II-Louis Lumière

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals