Navigation – Sitemap
2011

Mathilde Arnoux, Thomas W. Gaehtgens, Anne Tempelaere-Panzani éd., Correspondance entre Henri Fantin-Latour et Otto Scholderer, 1858-1902, (Passages/Passagen, 24), Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’Homme, 2011

Frédérique Desbuissons
Versionen:

Mathilde Arnoux, Thomas W. Gaehtgens, Anne Tempelaere-Panzani éd., Correspondance entre Henri Fantin-Latour et Otto Scholderer, 1858-1902, (Passages/Passagen, 24), Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’Homme, 2011.

Volltext

1Une amitié constante et sincère a lié, en dépit des tumultes du temps, Henri Fantin-Latour (1836-1904) et Otto Scholderer (1834-1902), de leur rencontre à Paris en 1857 à leurs décès au début du xxe siècle. Le départ du second et ses déplacements fréquents ont suscité une correspondance soutenue, dont plus de trois cents lettres échangées entre 1858 et 1902 sont conservées (celles de Fantin-Latour ne débutant toutefois qu’en 1871). Cette édition soignée et documentée, menée à bien par Mathilde Arnoux, Thomas Gaehtgens et Anne Tempelaer-Panzani, est destinée à ceux qui ne peuvent faire le voyage jusqu’à l’Institut néerlandais à Paris ou à la Bibliothèque universitaire de Francfort où elles sont conservées. Réalisée sous l’égide du Centre allemand d’histoire de l’art, qui l’a accueillie dans sa collection dédiée aux échanges artistiques franco-allemands, et publiée par la Maison des sciences de l’homme, la publication est accompagnée d’un appareil critique conséquent : trois études replacent la correspondance dans le contexte des relations interpersonnelles, artistiques et internationales, tandis qu’un ensemble d’annexes (biographies croisées, listes des œuvres mentionnées, bibliographie et index des noms et des lieux) en facilitent son usage ; les illustrations, nombreuses, favorisent l’articulation de l’écriture et de la peinture que toute correspondance d’artistes emblématise. À bien des égards, l’ouvrage constitue un objet paradigmatique, par son amplitude exceptionnelle autant que par le point de vue incomparable qu’il offre sur l’état de l’art moderne et les conditions d’exercice du métier d’artiste en Europe du Nord (Fantin-Latour entretenait des liens commerciaux privilégiés avec l’Angleterre tandis que Scholderer alternait les séjours en France, en Allemagne et en Angleterre) à une période décisive, tant pour l’histoire de l’art que pour les relations franco-germaniques. Plus encore, le caractère intime dont ces lettres sont l’expression jette de nouvelles lumières sur l’expérience que les deux amis pouvaient avoir du mouvement dont ils participaient, favorisant l’étude de points de vue « situés » amenant à nuancer, sinon relativiser voire contredire, les simplifications dont toute histoire est faite.

Seitenanfang

Zitierempfehlung

Online-Version

Frédérique Desbuissons, « Mathilde Arnoux, Thomas W. Gaehtgens, Anne Tempelaere-Panzani éd., Correspondance entre Henri Fantin-Latour et Otto Scholderer, 1858-1902, (Passages/Passagen, 24), Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’Homme, 2011 », Perspective [Online], Ausgewählte bücher, Online erschienen am: 16 September 2013, abgerufen am 04 Juni 2020. URL : http://journals.openedition.org/perspective/3352

Seitenanfang
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals