Navigation – Plan du site

AccueilPerspective. La revue de l’INHA1Moyen ÂgeActualitéLes Très Riches Heures de Jean de...

Moyen Âge
Actualité

Les Très Riches Heures de Jean de Berry et les Heures de Bedford. Floraison d’études sur deux œuvres majeures de l’enluminure du xve siècle

Inès Villela-Petit
p. 145-150
Références :

Eberhard König, Das Stundenbuch des Herzogs von Bedford. MS Add. 18850, The British Library, London, Lucerne, 2006 (édition en fac-similé des Heures de Bedford, avec une contribution de Jenny Stratford), Lucerne, Faksimile Verlag, 2006. 3 vol., 578 p. de fig. en coul. et 244 p. de commentaires. ISBN : 978-3-85672-104-6.

Eberhard König, The Bedford Hours. The Making of a Medieval Masterpiece, Londres, The British Library, 2007. 144 p., 131 fig. en n. et b. et en coul. ISBN : 978-0-7123-4978-9 ; 20 €.

Treasures: Known and Unknown, colloque, Londres, The British Library, 2 et 3 juillet 2007 (la publication des actes n’est pas prévue).

Bilder in Büchern. Colloquium zu Ehren François Avril, colloque, Berlin, Freie Universität/Kunsthistorisches Institut, 8 juin 2004.

Mara Hofmann, Caroline Zöhl éd., Quand la peinture était dans les livres. Mélanges en l’honneur de François Avril, (ouvrage reprenant en partie les contributions du colloque de Berlin Bilder in Büchern...), Turnhout, Brepols, 2007, 503 p., 273 fig. en n. et b. et 76 en coul. ISBN : 978-2-503-52356-9 ; 125 €.

Catherine Reynolds, « The Très Riches Heures, the Bedford Workshop and Barthélemy d’Eyck », dans The Burlington Magazine, CXLVII, 2005, p. 526-533.

Patricia Stirnemann, Claudia Rabel, « The Très Riches Heures and the two artists associated with the Bedford Workshop », dans The Burlington Magazine, CXLVII, 2005, p. 534-538.

The Limbourg Brothers. Nijmegen Masters at the French Court, 1400-1416, Rob Dückers, Pieter Roelofs éd., (cat. expo., Nimègue, Museum Het Valkhof, 2005), Gand, Ludion, 2005. 447 p., 376 fig. en n. et b. et en coul. ISBN : 90-5544-596-7/90-5544-577-0 ; 59,90 €.

Patricia Stirnemann, Gabriele Bartz, Mara Hofmann, Claudia Rabel, Les Très Riches Heures du duc de Berry, CD-ROM, Paris, Réunion des musées nationaux, 2004. Trilingue : français, anglais, allemand ; ASIN : B000223I6Y ; 19,95 €.

Patricia Stirnemann, « Combien de copistes et d’artistes ont contribué aux Très Riches Heures du duc de Berry ? », dans Élisabeth Taburet-Delahaye éd., La création artistique en France autour de 1400, (colloque, Paris/Dijon, 2004), Paris, École du Louvre, 2006, p. 365-380.

Texte intégral

  • 1 En particulier : Les Très Riches Heures du duc de Berry et l’enluminure en France au début du xve s (...)
  • 2 Paris 1400..., cité n. 1, p. 292-295 et n° 183. Le Christ de la Grande Pietà ronde n’est sans doute (...)

1Revenir sur les chefs-d’œuvre est toujours profitable et stimulant pour la recherche. Malgré l’intérêt constant qu’on leur porte, bien des énigmes restent à résoudre, des découvertes à faire. Dans le domaine de l’enluminure, les expositions de 2004 consacrées à l’art du temps de Charles VI ont ravivé la curiosité pour deux manuscrits de premier plan1 : les Très Riches Heures de Jean de Berry (Chantilly, Musée Condé, ms. 65) et les « Bedford Hours » [Heures de Bedford] (Londres, The British Library, Add. 18850). La présentation des manuscrits du Maître de Bedford dispersés dans différentes sections de l’exposition du Louvre n’avait alors pas permis de mettre pleinement l’enlumineur en valeur. C’est désormais chose faite avec le fac-similé de son manuscrit éponyme publié par les Faksimile Verlag de Lucerne (König, Das Stundenbuch…). Le volume de commentaires d’Eberhard König qui l’accompagne est disponible dans une édition anglaise plus abordable (König, The Bedford Hours…), dont la parution sous le patronage de la British Library a coïncidé avec le colloque Treasures: Known and Unknown. Quant aux frères de Limbourg, Philippe Lorentz apportait déjà une contribution notable à leur sujet en décelant dans leur œuvre un héritage de l’art de leur oncle Jean Malouel, peintre du duc de Bourgogne2.

  • 3 En particulier, dans les Heures de Bedford, l’adoration des mages (f. 75) et la déposition de Croix (...)
  • 4 La recherche récente sur les Très Riches Heures a plutôt délaissé l’épineuse question de la distinc (...)

2Les deux livres d’heures que nous avons choisi d’aborder ensemble, à première vue fort dissemblables par leurs peintres respectifs, leurs commanditaires et, croyait-on, leur date, ont néanmoins été régulièrement rapprochés dans les publications récentes. La présence, dans la production du Maître de Bedford, de plusieurs reprises de compositions des Très Riches Heures3 était en effet une des révélations du colloque de juin 2004 organisé à la Freie Universität de Berlin en l’honneur de François Avril. Les communications de Catherine Reynolds d’une part, Patricia Stirnemann et Claudia Rabel de l’autre, ont fait depuis l’objet de publications séparées et amplifiées dans une livraison du Burlington Magazine. L’influence des frères de Limbourg sur certains de leurs contemporains ou suiveurs, tels le Maître des Heures Spitz ou le Maître du Bréviaire de Jean sans Peur réexaminés par Gregory T. Clark (« The Influence of the Limbourg Brothers in France and the Southern Netherlands, 1400-1460 », dans The Limbourg Brothers..., 2005, p. 208-235) s’explique, dans le cas du Maître de Bedford, par un accès direct à quelques cahiers du célèbre manuscrit des Limbourg, comme a pu le prouver P. Stirnemann en identifiant la main de cet enlumineur dans des bordures des Très Riches Heures. La publication du CD-Rom qui en reproduit l’intégralité y a d’ailleurs contribué en facilitant la consultation des feuillets et en multipliant les possibilités d’agrandissement. Les conclusions de l’étude, en particulier sur la répartition des mains dans le manuscrit, ont été livrées lors du colloque de clôture de l’exposition Paris 1400. Rien moins que vingt-quatre artisans et artistes : copistes, ornemanistes, peintres d’initiales et les trois Limbourg4 se sont côtoyés ou succédé entre 1411 et 1416 pour parfaire le dernier livre d’heures de Jean de Berry.

  • 5 Inès Villela-Petit, Le Bréviaire de Châteauroux, Paris, 2003. P. Stirnemann voudrait que ce manuscr (...)
  • 6 Une photographie infrarouge, en révélant ce dessin sous-jacent, pourrait peut-être éclairer la ques (...)

3C. Rabel et P. Stirnemann ont en outre remarqué une étroite parenté entre le frontispice d’un missel laissé inachevé par le Maître de Bedford à la mort du dauphin Louis de Guyenne le 18 décembre 1415 (Paris, Bibl. Mazarine, ms. 406, f. 7) et la scène comparable peinte par Jean Colombe vers 1485 dans les Très Riches Heures (f. 158v), sans doute sur un dessin sous-jacent antérieur qu’elles attribuent aux Limbourg. Les auteurs suggèrent donc que le modèle premier repris dans le missel était précisément cet hypothétique dessin des Limbourg que le Maître de Bedford aurait eu loisir d’étudier. Cependant, la chronologie proposée n’a pas emporté l’adhésion et l’ordre d’exécution inverse semble plus probable (E. König, The Bedford Hours…, p. 72-73). Dans les deux cas, la scène est située à l’intérieur de la Sainte Chapelle de Paris, mais l’architecture de celle-ci est plus fidèlement rendue au frontispice du Missel de Louis de Guyenne, enluminé par le Maître de Bedford, et sa représentation y fait davantage sens, puisqu’elle se conjugue à un portrait du prince qui avait pour cet édifice une dévotion toute spéciale, alors que l’allusion ne se justifie guère dans la scène anonyme des Très Riches Heures. De plus, aussi spectaculaire que paraisse cette composition, elle reste sans équivalent chez les Limbourg et s’inscrit au contraire dans le droit fil des portraits de monuments peints par le Maître de Boucicaut vers 1412-1413 dans le Bréviaire de Louis de Guyenne5 (Châteauroux, Bibl. mun., ms. 2), dont le Maître de Bedford était justement l’enlumineur principal. Si l’on voulait bien admettre que sa brève contribution aux Heures de Jean de Berry pouvait ne pas se limiter aux bordures, rien n’interdirait en fait d’attribuer au Maître de Bedford lui-même le dessin mis en couleurs par Colombe6. La même remarque vaut pour le dessin sous-jacent de la scène des Obsèques de Raymond Diocrès (f. 86v), dont la bordure est aussi de sa main. Comme le montre le frontispice inachevé du missel du dauphin, son habitude n’était-elle pas justement de travailler de conserve à l’image et aux bordures ? La gloire des Limbourg ne doit pas occulter à nos yeux les qualités de leurs contemporains.

  • 7 Catherine Reynolds, « The Workshop of the Master of the Duke of Bedford : Definitions and Identitie (...)
  • 8 Sur cette devise du coq qu’il semble avoir adoptée à partir de 1413, voir Villela-Petit, 2003, cité (...)

4La question posée revient en fait à savoir si, à défaut d’égaler les Limbourg, le Maître de Bedford peut être considéré comme un enlumineur de premier plan, capable d’inventio, ou s’il n’aura été qu’un « emprunteur inspiré » (The Burlington Magazine, p. 538). Or, pour sa défense, C. Rabel et P. Stirnemann avancent un argument décisif, même si elles n’en tirent peut-être pas toutes les conséquences : à la suite de C. Reynolds7, elles datent en effet les Heures de Bedford vers 1414-1415, reculant leur origine présumée d’une dizaine d’années. Il s’avère que ce manuscrit n’a pas été réalisé pour Jean de Bedford, régent du royaume de France sous la domination anglaise, mais seulement personnalisé pour son compte par l’ajout d’armoiries et de portraits. Les bordures d’origine en revanche déploient les éléments de l’emblématique d’un prince des fleurs de lys : le paon et le genêt, devises de Charles VI, auxquelles il faut ajouter l’arbre de mai du folio 132, mais surtout des devises personnelles du dauphin Louis de Guyenne qui complètent l’emblématique paternelle avec l’épervier et le coq8, tandis que la marguerite et la violette de son épouse, Marguerite de Bourgogne, sont omniprésentes, presque à chaque page. Plus décisif encore est le rébus des deux ailes (L pour Louis) encadrant un vase d’orfèvrerie en marge de la scène de l’adoration des mages (f. 75), comme pour y apporter le présent du dauphin. Les auteurs le suggèrent sans aller jusqu’à tirer la conclusion qui découle pourtant de cette analyse emblématique : les Heures de Bedford étaient initialement destinées soit à Louis de Guyenne, soit à son épouse Marguerite. P. Stirnemann en est depuis convenue dans sa communication («The Très Riches Heures and the Bedford Hours») à l’occasion du colloque Treasures... (Londres, 2007)

  • 9 Les coïncidences de lieux, de dates et de commanditaires sont cependant plus probantes que l’argume (...)
  • 10 Émilie Lebailly, « Le dauphin Louis, duc de Guyenne, et les arts précieux », dans Bulletin monument (...)
  • 11 Catherine Reynolds tend cependant à faire remonter une première phase de l’enluminure du manuscrit (...)
  • 12 Villela-Petit, 2003, cité n. 5, p. 52-57. Mara Hofmann arrive aux mêmes conclusions à partir de l’é (...)

5Mais si les Heures de Bedford ont été réalisées du vivant de Louis de Guyenne, leur enlumineur fait alors figure de créateur et non de simple émule. La liste des manuscrits du duc de Guyenne peints par le Maître de Bedford s’en trouve allongée d’autant, ce qui consolide la thèse de son identification avec Haincelin de Haguenau, enlumineur en titre du dauphin à partir de 1409. Curieusement, alors que la proposition plutôt téméraire d’identifier le Maître de Boucicaut avec un peintre nommé Jacques Cœne était volontiers reprise jusqu’à récemment malgré l’absence de preuves, celle mieux étayée qui identifie Haincelin de Haguenau et le Maître de Bedford ne l’est pas, au point justement qu’à l’exception de Mara Hofmann, les auteurs lui conservent ce nom de « Maître de Bedford ». Pourtant les indices convergents se sont accumulés9. Il faut à cet égard attirer l’attention sur une mention des comptes de François de Nerly, trésorier et receveur général des finances de Louis de Guyenne, mention jusqu’ici passée inaperçue et non prise en compte dans les dernières études sur le sujet, bien qu’elle ait été publiée par Émilie Lebailly dès 200510 : « Item Hincelin de Hacquenos, enlumineur à Paris, pour une heure de Notre Dame à l’usage de Paris très richement enluminées, esquelles a 36 histoires, avec 2 fermoirs d’or garnis d’un petit balay, un saphir et six perles, 350 l. » (comptes du 26 mars 1408 au Le prix considérable de ce livre d’heures en fait un manuscrit particulièrement précieux. Ses « histoires » étaient même en plus grand nombre que les enluminures des Heures dites de Bedford, qui n’en compteraient que 31 si l’on fait exception des portraits du duc de Bedford et de la duchesse (Anne de Bourgogne, sœur de Marguerite), sans doute peints à l’occasion de leur mariage en 1423, et si l’on excepte aussi les scènes tirées de l’Ancien Testament au début du manuscrit et celle de la Légende des fleurs de lys à la fin, additions en partie dans le style du Maître de la Légende dorée de Munich, que l’on peut dater vers 1430 (Jenny Stratford, « Additions to the Bedford Hours and the Bedford Portraits », colloque de Londres) – mais peut-être ces dernières se substituaient-elles à des feuillets retranchés ? Toujours est-il que, compte tenu des emprunts aux Très Riches Heures, une date vers 1409 pour les Heures de Bedford elles-mêmes paraît trop précoce11. Il n’est pourtant pas impossible que la structure du premier livre d’heures payé à Haincelin au moment où il entre au service du dauphin se soit conservée dans les nouvelles heures qu’il réalisa pour lui (ou son épouse) quelques années plus tard. La mention dans les comptes exclut en tout cas que l’enlumineur ait débuté sa carrière comme simple ornemaniste, comme le suggérait E. König (The Bedford Hours…, p. 32-34). Haincelin de Haguenau s’inscrit au contraire parmi les précurseurs de cet intérêt nouveau des enlumineurs historieurs parisiens pour les bordures de leurs manuscrits, jusqu’alors traditionnellement laissées à des ornemanistes spécialisés. Les Limbourg ne s’illustreront vraiment dans ce domaine qu’avec les Très Riches Heures12. Cela laisse à nouveau à penser que les rapports d’influence entre eux et le Maître de Bedford n’ont pas nécessairement été à sens unique.

6Dans les scènes ajoutées après la mort du dauphin à ces heures dites de Bedford, signalons aussi les allusions laudatives à la politique du duc de Bourgogne Jean sans Peur qui donnent au livre une coloration bourguignonne contraire à l’esprit de son premier commanditaire : le rabot et les copeaux, devise du duc, au premier plan de la construction de l’Arche de Noé (f. 15v), le lion de Flandre combattant le loup d’Orléans devant le paon royal parmi les animaux sortant de l’Arche (f. 16v) ou encore l’écu de Flandre à la porte du châtelet d’entrée du palais où Clovis reçoit les armes de France et la toque aux couleurs ducale, vert-blanc-noir, de l’écuyer (?) qui, avec Clotilde, les lui remet (f. 288v). L’identification des cottes armoriées des assistants du roi dans cette scène est un autre acquis du colloque londonien (P. Stirnemann). L’exemple montre que les indices héraldiques dans les manuscrits, encore souvent ignorés ou mal compris, méritent d’être mieux pris en considération.

  • 13 On peut citer à l’appui la description qu’en fait Michel Pintoin : « Le 17 juin, entre six et sept (...)
  • 14 Millard Meiss, French Painting in the Time of Jean de Berry: The Limbourgs and their Contemporaries(...)

7L’exposition de Nimègue The Limbourg Brothers mettait particulièrement en valeur les Belles Heures de Jean de Berry (New York, Metropolitan Museum, Cloisters, n° 54.1.1), ainsi que les sources stylistiques de l’art des Limbourg au duché de Gueldre et leur influence en retour. Place est cependant faite aux Très Riches Heures dans plusieurs essais du catalogue, notamment Patricia Stirnemann, « The King of Illuminated Manuscripts: The Très Riches Heures » (p. 112-119) ; Anne S. Korteweg, « The Form and Content of Jean de Berry’s Books of Hours » (p. 134-147) ; Victor M. Schmidt, « The Limbourgs and Italian Art » (p. 178-189) ; et Boudewijn Bakker, « Conquering the Horizon: The Limbourg Brothers and the Painted Landscape » (p. 190-207). P. Stirnemann revient sur quelques-unes des questions d’iconographie que posent ces décidément très riches heures. Son interprétation de l’étrange lumière qui baigne la mort du Christ (f. 153) et des personnages qui marchent à tâtons dans cette scène comme le reflet de l’impression laissée sur les Limbourg par l’éclipse totale de soleil survenue à Paris en juin 1406 est tout particulièrement séduisante (p. 118-119)13. Victor M. Schmidt fait pièce de l’hypothèse, formulée par Millard Meiss, d’un voyage à Florence pour l’un au moins des frères Limbourg sur la base des italianismes relevés dans leurs enluminures14. L’influence italienne se réduit en réalité à des reprises de motifs ou de compositions célèbres, diffusées par la copie, telle la Présentation de la Vierge au Temple peinte par Taddeo Gaddi à Santa Croce, ou à des modèles fournis par les panneaux peints présents dans les collections françaises de l’époque comme le Polyptyque Orsini de Simone Martini ou la Chute des anges rebelles du Musée du Louvre. A contrario, les pois de senteur et autres fleurs peintes au naturel dans les marges des manuscrits d’Utrecht me semblent moins redevables de l’art des Limbourg - ce que suggèrent les notices 45 et 125 du catalogue The Limbourg Brothers… (p. 290-291 et p. 418-419) - que de l’influence de « l’ouvraige de Lombardie » (on pense à Michelino da Besozzo et au Maître du Walters 219).

8L’étude de C. Reynolds, « The Très Riches Heures… », dans le Burlington Magazine, éclaire le devenir des Très Riches Heures après le temps du duc de Berry. De nouveaux emprunts au manuscrit apparaissent vers 1440 dans le répertoire du Maître de Dunois, successeur de Haincelin de Haguenau à la tête de son atelier. On trouve notamment une reprise littérale des paysans du mois d’octobre du calendrier des Très Riches Heures dans un de ses livres d’heures (Oxford, Keble College, ms. 39, f. 10). Cette seconde vague d’influence suit donc de peu les adjonctions au manuscrit des Limbourg du « Peintre de l’Octobre ». Elle permet de dater l’intervention de celui-ci « de la fin des années 1430 ou du tout début des années 1440 » (p. 532) et d’écarter l’identification parfois proposée avec Barthélemy d’Eyck. Étant donné que l’enlumineur de l’Octobre a dû travailler aux Très Riches Heures pour le compte de Charles VII ou de son entourage immédiat et que les reprises du Maître de Dunois semblent attester que le manuscrit était à nouveau visible à Paris, on peut même situer l’intervention de ce mystérieux enlumineur peu après l’entrée du roi de France dans la capitale le 12 novembre 1437, soit vers 1438-1440.

  • 15 Il n’est pas dans mon propos ici de faire une recension d’ensemble de ce riche volume en l’honneur (...)
  • 16 Sur l’intervention de Colombe, rappelons aussi l’article de Klara H. Broekhuijsen, « The Legend of (...)

9Et, pour combler une autre lacune de cette histoire, il faut lire la « Petite note à propos des Très Riches Heures du duc de Berry et de leur entrée à la cour de Savoie » de Nicole Reynaud dans le volume d’hommage à François Avril issu du colloque de Berlin (Quand la peinture était dans les livres..., p. 273-277)15. La reine Charlotte de Savoie, épouse de Louis XI, pourrait être le chaînon manquant dans la transmission du manuscrit de la famille du roi de France au duc Charles Ier de Savoie qui le fit compléter par Jean Colombe16.

10La recherche sur les manuscrits enluminés tire toujours profit des apports croisés des disciplines les plus diverses : stylistique et iconographie, codicologie et héraldique, liturgie… Depuis peu, elle peut aussi s’appuyer sur de nouveaux moyens techniques tels que la numérisation, la photographie infrarouge ou les analyses physico-chimiques. Mais le champ d’exploration le plus séduisant de ces dernières années est sans doute celui des interactions entre chefs-d’œuvre, non plus sous l’angle rebattu du rapport de maître à élèves ou disciples, mais d’une véritable émulation entre maîtres enlumineurs conscients de leur art et très curieux des accomplissements de leurs pairs.

Haut de page

Notes

1 En particulier : Les Très Riches Heures du duc de Berry et l’enluminure en France au début du xve siècle, Patricia Stirnemann éd., (cat. expo., Chantilly, musée Condé, 2004), Paris, 2004 ; Paris 1400 – Les arts sous Charles VI (1380-1422), Élisabeth Taburet-Delahaye éd., (cat. expo., Paris, Musée du Louvre, 2004), Paris, 2004. Les Heures de Bedford, non présentées, étaient cependant évoquées à plusieurs reprises dans ce dernier catalogue, en particulier n° 182, 220, et p. 348-349.

2 Paris 1400..., cité n. 1, p. 292-295 et n° 183. Le Christ de la Grande Pietà ronde n’est sans doute pas le seul emprunt des Frères Limbourg à leur oncle, et une image telle la Vierge en gloire des Belles Heures (New York, Metropolitan Museum, Cloisters, n° 54.1.1, f. 218) pourrait dériver aussi d’un prototype malouelien de Vierge de tendresse.

3 En particulier, dans les Heures de Bedford, l’adoration des mages (f. 75) et la déposition de Croix (f. 245v), sur le modèle des scènes correspondantes dans les Très Riches Heures (f. 52 et 156v).

4 La recherche récente sur les Très Riches Heures a plutôt délaissé l’épineuse question de la distinction des mains entre chacun des frères, bien que les enluminures présentent des différences significatives dans le coloris : voir Inès Villela-Petit, « La petite clef d’harmonie », dans Les Très Riches Heures du duc de Berry et l’enluminure en France..., cité n. 1, p. 64-75, aux p. 73-75 (« L’ars subtilior des Limbourg »). Dans les Belles Heures, les photographies infrarouges du dessin sous-jacent montrent des styles distincts :voir Margaret Lawson, « The Belles Heures of Jean, Duc de Berry: The Materials and Techniques of the Limbourg Brothers », dans The Limbourg Brothers. Nijmegen Masters..., p. 148-163.

5 Inès Villela-Petit, Le Bréviaire de Châteauroux, Paris, 2003. P. Stirnemann voudrait que ce manuscrit ait été encore inachevé en 1414 « puisque le Maître de Bedford imite les antennes des initiales des Très Riches Heures en réalisant les initiales du psautier dans le Bréviaire » (La création artistique..., p. 375). Mais pour ce qui est des motifs décoratifs, l’influence irait plutôt dans l’autre sens.

6 Une photographie infrarouge, en révélant ce dessin sous-jacent, pourrait peut-être éclairer la question.

7 Catherine Reynolds, « The Workshop of the Master of the Duke of Bedford : Definitions and Identities », dans Godfried Croenen, Peter Ainsworth éd., Patrons, Authors and Workshops : Books and Book Production in Paris around 1400 (colloque, University of Liverpool, 2000), Louvain, Peeters, 2006, p. 437-472, à la p. 440.

8 Sur cette devise du coq qu’il semble avoir adoptée à partir de 1413, voir Villela-Petit, 2003, cité n. 5, p. 53, note 33.

9 Les coïncidences de lieux, de dates et de commanditaires sont cependant plus probantes que l’argument climatique avancé par E. König, The Bedford Hours..., p. 11-24, qui voit dans le paysage neigeux de la nativité des Heures de Bedford (f. 65) confirmation de l’origine alsacienne de l’enlumineur. Pourtant, s’il neige davantage à Haguenau, cela arrivait aussi à Paris, notamment « l’année du grand hiver » (1407-1408) : « depuis la fête de Saint-Martin d’hiver jusqu’à la fin du mois de janvier, la neige tomba en abondance et il ne cessa de geler... », voir Louis Bellaguet éd., Chronique du religieux de Saint-Denis contenant le règne de Charles VI de 1380 à 1422, Paris, 1840-1841 (1994), vol. 2, t. III, chap. XXXII, p. 744-749. Il faudrait alors se demander ce qui était le plus susceptible de faire impression sur l’artiste, de l’ordinaire ou de l’exceptionnel.

10 Émilie Lebailly, « Le dauphin Louis, duc de Guyenne, et les arts précieux », dans Bulletin monumental, 163/4, 2005, p. 357-374.

11 Catherine Reynolds tend cependant à faire remonter une première phase de l’enluminure du manuscrit aux années 1405-1410, mais celle-ci ne concernerait que les bordures (« The Dates of the Bedford Hours », dans le colloque de Londres Treasures...).

12 Villela-Petit, 2003, cité n. 5, p. 52-57. Mara Hofmann arrive aux mêmes conclusions à partir de l’étude d’un livre d’heures daté de 1408 (Oxford, Bodleian Library, ms. Douce 144) : voir M. Hofmann, « Haincelin de Haguenau et l’acanthe à Paris », dans Quand la peinture était dans les livres..., p. 98-109.

13 On peut citer à l’appui la description qu’en fait Michel Pintoin : « Le 17 juin, entre six et sept heures du matin, lorsque le soleil était encore sous le signe des Gémeaux, une nuée épaisse venant rapidement du nord se répandit en peu de temps sur toute la surface du ciel, et obscurcit le soleil à tel point que, pendant une demi-heure environ, la clarté du jour fut changée en une nuit profonde », dans Chronique du religieux de Saint-Denis ..., cité n. 9, vol. 2, t. III, p. 390-391, chap. IV.

14 Millard Meiss, French Painting in the Time of Jean de Berry: The Limbourgs and their Contemporaries, New York, 1974, p. 157.

15 Il n’est pas dans mon propos ici de faire une recension d’ensemble de ce riche volume en l’honneur de François Avril, mais je saisis l’occasion pour souligner que Haincelin de Haguenau (voir n. 12) et les Très Riches Heures n’y sont pas oubliés.

16 Sur l’intervention de Colombe, rappelons aussi l’article de Klara H. Broekhuijsen, « The Legend of the Grateful Dead: A Misinterpreted Miniature in the Très Riches Heures of Jean de Berry », dans Bert Cardon et al. éd., « Als Ich Can ». Liber Amicorum in Memory of Professor Dr. Maurits Smeyers (Corpus of Illuminated Manuscripts, vol. 11), Louvain, 2002, p. 213-230.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Inès Villela-Petit, « Les Très Riches Heures de Jean de Berry et les Heures de Bedford. Floraison d’études sur deux œuvres majeures de l’enluminure du xve siècle »Perspective, 1 | 2008, 145-150.

Référence électronique

Inès Villela-Petit, « Les Très Riches Heures de Jean de Berry et les Heures de Bedford. Floraison d’études sur deux œuvres majeures de l’enluminure du xve siècle »Perspective [En ligne], 1 | 2008, mis en ligne le 31 mars 2018, consulté le 26 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/perspective/3533 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.3533

Haut de page

Auteur

Inès Villela-Petit

Bibliothèque nationale de France

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search