Navigation – Plan du site
XIXe siècle
Actualité

Choix de publications

Perspective
p. 482-485

Texte intégral

1– Antonio Mancini: Nineteenth Century Italian Master, Ulrich W. Hiesinger éd., (cat. expo., Philadelphie, Philadelphia Museum of Art, 2007-2008), New Haven/Londres, Yale University Press, 2007.

Premier ouvrage en anglais consacré à cet artiste napolitain (1852-1830), ce volume accompagne l’exposition par laquelle le Philadelphia Museum of Art a voulu mettre en valeur les quinze œuvres de Mancini léguées par Vince Jordan, dont l’extraordinaire Saltimbanque (1878). Elles étaient entourées, pour l’occasion, des toiles les plus importantes des musées italiens, hollandais, français et anglais. Une opération intelligente et toute en finesse de politique muséale qui réintègre magistralement Mancini dans le panthéon des grands artistes du xixe siècle [M. Lanfranconi].

   

2Isabelle Barbedor, Rennes, mémoire et continuité d’une ville. Inventaire général, (Cahier du patrimoine, 69), Paris, Monum, Éditions du patrimoine, 2004.

Cet ouvrage retrace l’évolution urbaine de Rennes, à travers le lotissement, l’une des principales formes d’extension de la ville. Le déclassement de l’enceinte au début du xviie siècle permet la rénovation des faubourgs. Aux manoirs succèdent les résidences de villégiature des bourgeois. Un nouvel équipement urbain stimule peu à peu la densification du centre et la création de pôles périphériques, l’architecture hospitalière et scolaire illustrant la concurrence entre initiatives publiques et religieuses aux xixe et xxe siècles. Puis, à partir de 1941, l’urbanisme s’impose pour maîtriser la question du logement [I. Balsamo].

   

3Claire Barbillon et Gennaro Toscano éd., Venise en France. Du romantisme au symbolisme, (actes des journées d’études « Paris-Venise », Paris, École du Louvre/Venise, Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti), Paris, École du Louvre, 2006.

Un recueil d’études sur les échos dans le xixe siècle français de la beauté et des grandeurs passées de Venise, dans les domaines de la peinture (Robert, Joyant, Delaunay, Henner, Moreau, Hébert, Ziem), de la sculpture (Canova, Rodin, Fremiet, Bartholdi), de la photographie (E. Piot), mais aussi de l’histoire, des lettres (Gautier, Sand, Musset) et de la musique (Wagner, Liszt, Gounod, Fauré). Quinze contributions, très illustrées en noir et couleurs. Index [J.-M. Nectoux].

   

4– Biedermeier. De l’artisanat au design. Vienne et Prague, 1815-1830, Hans Ottomeyer, Klaus Albrecht Schröder, Laurie Winters éd., (cat. expo., Paris, musée du Louvre, 2007), Musée du Louvre Éditions, 2007.

Cette exposition du musée du Louvre est une version réduite de celle qui s’est tenue successivement à Milwaukee (The Milwaukee Art Museum), Vienne (Albertina), puis Berlin (Deutsches Historisches Museum), sous le titre Biedermeier: The Invention of Simplicity [A. Dion].

   

5Gilles Bienvenu, Géraldine Texier-Rideau, Autour de la ville de Napoléon, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006.

Actes du colloque tenu à La Roche-sur-Yon en 2004, à l’occasion du bicentenaire de la planification de la ville par Napoléon. S’y trouvent rassemblées de nombreuses études éclairant l’histoire de l’urbanisme du début du xixe siècle, tant en France qu’à l’étranger, principalement à travers des études de cas [A. Thomine].

   

6– Gilles Bonnet éd., Champfleury écrivain chercheur, Paris, Honoré Champion, 2006.

Cet ouvrage rassemble les actes du premier colloque entièrement consacré à celui qui fut, entre autres choses, un découvreur de ces arts tenus pour « mineurs » : les faïences patriotiques de la Révolution, l’imagerie populaire et la caricature [B. Vouilloux].

   

7– Stefan Borchardt, Heldendarsteller: Gustave Courbet, Edouard Manet und die Legende vom modernen Künst-ler, Berlin, Dietrich Reimer Verlag, 2007 [R. Esner].

   

8– Swati Chatthopadhyay, Respresenting Calcutta: Modernity, Nationalism, and the Colonial Uncanny, Londres/New York, Routledge, 2006.

Situé dans le contexte théorique plus large de la représentation et des transformations culturelles, le livre de Chatthophadhyay propose d’étudier les espaces publics et privés de Calcutta à l’époque coloniale. L’auteur conteste la notion de structure double associée fréquemment aux villes coloniales, proposant cette étude de cas comme exemple qui illustre les frontières poreuses entre villes « noire » et « blanche ». Elle retrace la constitution d’une image de Calcutta dans les discours colonialistes et nationalistes, à travers rapports officiels, littérature, peintures et dessins. Son analyse des plans de ville et de l’architecture (en particulier l’architecture résidentielle) souligne l’importance des édifices comme sources primaires pour comprendre des questions politiques, sociales et culturelles [Z. Celik].

   

9Marguerite de Saint-Marceaux, Journal (1894-1926), Myriam Chimènes éd., Paris, Fayard, 2007.

Édition annotée par une équipe d’historiens de l’art et de musicologues du journal tenu par Marguerite Jourdain, épouse du peintre Eugène Baugnies, puis du sculpteur René de Saint-Marceaux, qui recevait dans son salon écrivains, peintres, sculpteurs, et plus encore compositeurs et interprètes parmi les plus marquants de la fin du xixe siècle ; Proust en fit l’un des modèles de Mme Verdurin, la princesse de Polignac, Colette, Ravel, Fauré, Messager, d’Indy, furent parmi ses « fidèles ». Ce journal constitue aussi un témoignage sur la vie sociale des milieux de la bourgeoisie « artiste » de la plaine Monceau avant 1914. Ses commentaires sur les premières de Pelléas ou des Ballets russes sont parmi les plus pertinents. Important index [J.-M. Nectoux].

   

10– Petra ten-Doesschate Chu, The Most Arrogant Man in France: Gustave Courbet and the Nineteenth-Century Media Culture, Princeton, Princeton University Press, 2007 [R. Esner].

   

11Damien Colas, Florence Gétreau, Malou Haine éd., Musique, esthétique et société au xixe siècle, Wavre, Mardaga, 2007.

Recueil d’articles originaux en hommage au musicologue du CNRS, Joël-Marie Fauquet, qui travailla notamment sur Franck, Castillon, Lalo, les sociétés de musique de chambre et le xixe français en général. Sont abordés notamment, la place du musicien dans la représentation des réunions d’artistes dans l’atelier au xixe siècle, l’Opéra de Paris sous la Commune, le violoniste Baillot dans les fonds de la BnF, l’exotisme musical, les 5 Lieder de Lalo, l’exécution de la Création de Haydn, à Paris en 1800, l’accueil de Carmen en 1883 à Paris, le pianiste Henri Herz et la facture de pianos au xixe siècle parisien, le Journal du baron Taylor, l’éditeur de musique Georges Hartmann… [J.-M. Nectoux].

   

12– Patrick Daum, Francis Ribemont éd., La photographie pictorialiste en Europe 1888-1918, Paris, Le Point du Jour/Musée des beaux-arts de Rennes, 2005.

Le catalogue de l’exposition qui s’est tenue à Rennes et à Saint Louis (Missouri) est la première approche européenne du premier grand courant artistique de la photographie. Le pictorialisme est ici analysé à partir de recherches neuves qui parviennent à décrire – notamment par l’étude des situations italienne, espagnole, russe ou polonaise qui restaient méconnue – une Europe de la photographie « 1900 » qui a été balayée par le succès historique des avant-gardes américaines, et principalement de la Photo-Sécession, une photographie européenne qui réapparaît ici dans sa diversité et sa richesse [M. Poivert].

   

13« Decorative Arts and Sculpture », dans The Burlington Magazine, vol. CXLIX, n°1251, juin 2007.

Numéro spécial consacré aux arts décoratifs et à la sculpture, avec des sujets très nouveaux, comme les chinoiseries de Buckingham Palace au xixe siècle par C. Maxwell, l’orfèvre et joaillier Charles Duron par O. Gabet, et enfin les relations de Joseph Duveen avec les décorateurs par N. Penny et K. Serres [A. Dion].

   

14– Rachael Delue, George Inness and the Science of Landscape, Chicago, University of Chicago Press, 2005.

Une enquête fascinante sur la possibilité de représenter “l’invisibilité” de la nature, vue ici à travers l’objectif du plus grand paysagiste américain du xixe siècle. Le texte explore les tentatives d’Inness de rendre palpables les effets de la nature, et même de faire jouer, au sein de ses créations, des processus intellectuels subjectifs et subtils dont Delue relève des traces dans les discours scientifiques, philosophiques et religieux de l’Amérique de l’époque. L’ouvrage représente un effort salutaire pour complexifier nos modèles interprétatifs de la peinture de paysage qui demeure, jusqu’à ce jour, prisonnière du modèle de l’historiographie impressionniste moderne [M. Gottlieb].

   

15– Entre Cour et jardin. Marie-Caroline, duchesse de Berry, Patrick Guibal éd., (cat. expo., Sceaux, musée de l’Île de France, 2007), Sceaux, musée de l’Île-de-France, conseil général des Hauts-de-Seine, 2007.

Exposition consacrée à la duchesse de Berry, qui, à la Cour, sous la Restauration, exerça le mécénat le plus actif. Les arts décoratifs tiennent une grande part dans cette protection des arts, avec les commandes de la princesse tant pour les Tuileries que pour le château de Rosny ; le catalogue évoque également la renaissance des ivoires à Dieppe [A. Dion].

   

16– David Getsy, Body Doubles: Sculpture in Britain, 1877–1905, Yale University Press, 2004.

La sculpture victorienne semble a priori ne guère être un terrain fertile pour entreprendre une investigation sur des questionnements modernes et Modernistes sur la représentation. C’est pourtant précisément le projet de cette exploration rigoureuse, novatrice et remarquablement bien argumentée sur l’esthétique sculpturale britannique de la fin du xixe siècle. Les études de cas fouillées, particulièrement attentives à la question de l’antinomie entre réel et idéal, débouchent sur une vision essentiellement nouvelle d’un corpus de sculptures fascinant mais oublié – vision dont la cohérence découle ainsi d’une analyse visuelle admirablement rigoureuse et qui fait généralement défaut dans le climat positiviste encore dominant dans la plupart des textes sur la sculpture du xixe siècle [M. Gottlieb].

   

17– David Jackson, The Russian Vision. The Art of Ilya Repin, Schoten, BAI, 2006.

Pas encore l’indispensable catalogue raisonné que l’on attend sur Ilya Repin, le plus grand artiste de l’âge d’or de la peinture russe (1844-1930), mais déjà une monographie complète en anglais. Bien que l’approche soit systématique, plus con-cerné par l’analyse critique que par les données biographiques, l’ouvrage propose un indispensable appareil philologique, chronologique et iconographique [M. Lafranconi].

   

18– Jean Carriès (1855-1894). La matière de l’étrange, Amélie Simier éd., (cat. expo., Paris, Petit Palais, 2007-2008), Paris, Nicolas Chaudun/Paris musées, 2007.

Une somme consacrée à l’une des figures les plus marquantes du symbolisme en France, dans le domaine de la sculpture et des arts céramiques à laquelle aucune étude d’ensemble n’avait été consacrée. Des avancées importantes sont à noter tant sur le plan biographique (étude fouillée des années lyonnaise de l’artiste), que technique (le renouveau de la fonte à la cire perdue, les recherches de Carriès sur les techniques du grès émaillé), la réception de son œuvre ou l’histoire de la Porte de Parsifal, son chef-d’œuvre inachevé. Études suivies d’un important Catalogue sommaires des œuvres de Jean Carriès, illustré en couleurs, dont l’essentiel du fonds est conservé au Petit Palais, rédigé par Amélie Simier et Dominique Morel [J.-M. Nectoux].

   

19Philippe Junod, Chemins de traverse. éssais sur l’histoire des arts, Gollion, Infolio, 2007.

Philippe Junod, à qui l’on doit une étude décisive sur l’esthétique allemande de la seconde moitié du xixe siècle (Transparence et opacité. éssai sur les fondements théoriques de l’art moderne, [Lausanne, 1946] Nîmes, Jacqueline Chambon, 2004), a rassemblé ici vingt-cinq articles. Enrico Castelnuovo, qui préface l’ouvrage, compare à la démarche de l’écrevisse la méthode d’un auteur soucieux de montrer que c’est « dans la dialectique complexe entre le moment de la production et celui – ou plutôt ceux de la réception [que] se situent les réalités changeantes de l’œuvre d’art » [B. Vouilloux].

   

20La mémoire du Congo : le temps colonial, Jean-Luc Vellut éd., (cat. expo., Tervuren, Musée royal de l’Afrique centrale, 2005), Tervuren, Musée royal de l’Afrique centrale/Gand, Éditions Snoeck, 2005.

Catalogue de l’exposition éponyme tenue au Musée royal de l’Afrique centrale (4 février-9 octobre 2005), ce volume richement illustré comprend une série d’articles examinant la colonisation belge du Congo selon des thèmes divers, y compris l’économie, le gender, la race, la violence, la modernité, la transportation, la musique, les sciences, la cartographie, la flore et faune, l’artisanat… Alors que tous les articles touchent à la politique coloniale et, à un degré plus ou moins important, à l’environnement construit, plusieurs prennent l’architecture pour sujet principal, parmi lesquels une étude sur Stanleyville et deux sur la représentation du Congo lors des Expositions universelles [Z. Celik].

   

21– Mary Tompkins Lewis, Critical Readings in Impressionism and Post-Impressionism. An Anthology, Berkeley, University of California Press, 2007.

Anthologie excellente d’articles phares et de contributions nouvelles ; un ouvrage incontournable pour tous ceux qui enseignent de façon plus théorique l’histoire de l’art du xixe siècle et un complément parfaitement adaptée du manuel d’Eisenman, Nineteenth-Century Art. A Critical History [R. Esner].

   

22London. A Life in Maps, Peter Whitfield éd., (cat.expo., Londres, The British Library, 2006-2007), Londres, British Library Publishing Division, 2006.

Catalogue de l’exposition retraçant l’histoire de Londres à partir des collections cartographiques de la British Library, depuis les premières représentations de la ville au Moyen Âge jusqu’aux aménagements de la fin du xxe siècle [A. Thomine].

   

23– Louis Napoléon. Premier roi de Hollande (1806-1810), Paul Rem, Georges Sanders éd., (cat. expo., Paris, Institut néerlandais, 2007), Paris, Institut néerlandais/Zutphen, Walburg Pers, 2007.

Il est bienvenu d’avoir une version française du catalogue de l’exposition qui avait d’abord eu lieu fin 2006 au palais de Het Loo [voir ici-même, p. 459]. Le catalogue met en lumière l’impulsion, jusque-là peu étudiée, donnée par Louis Napoléon aux arts décoratifs ; malgré la brièveté de son règne, il passe en effet des commandes de meubles, de pendules et d’orfèvrerie, non seulement, à Paris, à Biennais ou Jacob-Desmalter, mais également à des artisans hollandais [A. Dion].

   

24– Neil McWilliam, Rêves de bonheur. L’art social et la gauche française (1830-1850), traduit de l’anglais par Françoise Jaouën [Dreams of Happiness: Social Art and the French Left, 1830-1850, Princeton, Princeton University Press, 1993], (Œuvres en sociétés), Dijon, Les Presses du réel, 2007.

Une somme pour s’immerger dans les arcanes du socialisme et du républicanisme en France, au xixe siècle et découvrir que ce courant – riche en débats et en personnalités – élabore une théorie de « l’art social » dont les répercussions se feront sentir jusqu’au xxe siècle, avec l’utilisation politique de l’art en régime totalitaire [E. Pernoud].

   

25– Pierre Pinon, Pierre-Adrien Pâris (1745-1819), architecte, et les monuments antiques de Rome et de la Campanie, (Collection de l’École française de Rome, 378), Rome, École française de Rome, 2007.

Issu d’une thèse d’Etat, ce volume traite des « études d’architecture » de P.-A. Paris, réalisées principalement lors des deux derniers séjours à Rome (1806-1809, 1810-1817). Celles-ci comprennent plus de 300 relevés concernant les monuments antiques de Rome et de la Campanie, une étude particulière sur le Colisée, et un « Examen des édifices antiques de Rome sous le rapport de l’art ». P. Pinon, après une biographie de l’architecte, passe en revue les recherches sur les différents monuments et montre comment, dans cette synthèse critique, Paris analyse l’architecture antique plus en architecte qu’en archéologue, en la soumettant à l’analyse du bon goût [O. Bonfait].

   

26– Nolwenn Rannou, Joseph Bigot (1807-1894), architecte et restaurateur, Rennes, Presses universitaires de Rennes/AMAB, 2006.

Étude issue d’un travail de doctorat retraçant de façon très minutieuse la carrière exemplaire de Joseph Bigot qui, architecte départemental et architecte diocésain, réalisa dans le Finistère de nombreux bâtiments, tant pour des commanditaires publics (école, musée, église, prison, palais de justice) que privés (maison, château, etc.) [A. Thomine].

   

27René Binet, 1866-1911, un architecte de la Belle Époque, Lydwine Saulnier-Pernuit, Sylvie Ballester-Radet éd., (cat. expo., Orangerie des musées de Sens, 2005), Sens, Musées de Sens, 2005.

Catalogue de l’exposition consacrée à l’architecte sénonais René Binet, dont les principales réalisations, dans une carrière singulièrement raccourcie par la maladie, furent les magasins du Printemps et la Porte monumentale de l’Exposition universelle de 1900. Sa carrière est retracée dans le catalogue suivant des points de vue très variés, qu’il s’agisse de son intérêt pour l’art oriental, abordé par Mercedes Volait, ou de ses recherches décoratives dans un univers fantastique témoignant d’une fascination pour le monde biologique étudiées par Barry Bergdoll [A. Thomine].

   

28– Symbols of Power. Napoleon and the Art of the Empire Style, 1800-1815, Odile Nouvel-Kammerer éd, (cat. expo. Saint Louis, Saint Louis Art Museum/Boston, Museum of Fine Arts/Paris, Musée des Arts décoratifs, 2007-2008), New York, Harry N. Abrams, 2007.

Exposition au Saint Louis Art Museum, puis au Museum of Fine Arts de Boston, et enfin en 2008, au musée des Arts décoratifs à Paris, sous le titre L’aigle et le papillon. Symboles des pouvoirs sous Napoléon. Approche iconographique des arts décoratifs sous le Premier Empire [A. Dion].

   

29– Carla Yanni, The Architecture of Madness: Insane Asylums in the United States, Minneapolis/Londres, University of Minnesota Press, 2007.

Les études récentes sur les institutions se réclament d’une approche interdisciplinaire, comme en témoigne ce livre de Yanni, pour qui l’hôpital psychiatrique était l’un des bâtiments fondamentaux du xixe siècle, doté d’une autorité puissante. L’architecture des hôpitaux psychiatriques répondait aux multiples manières dont la maladie mentale était comprise et traitée à l’époque. Yanni explore les normes sociales et médicales qui définissaient la folie, exposant les nombreux débats que suscitaient certains types de comportement qu’on considérait comme symptomatiques de la maladie. Insistant sur l’argument que la folie était une conséquence directe de la civilisation, elle interprète les hôpitaux psychiatriques d’une part comme symbolique d’une société avancée se confrontant à ses maux et, d’autre part, comme représentatif de la corruption induite par le progrès. Ce livre démontre le rôle incontournable joué par l’architecture dans la construction de catégories sociales et culturelles [Z. Celik].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Perspective, « Choix de publications », Perspective, 3 | 2007, 482-485.

Référence électronique

Perspective, « Choix de publications », Perspective [En ligne], 3 | 2007, mis en ligne le 29 octobre 2013, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/perspective/3639

Haut de page

Auteur

Perspective

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals