Navigation – Plan du site
XXe-XXIe siècles
Actualité

Choix de publications

Perspective
p. 550-552

Texte intégral

1– Hans Belting, La vraie image. Croire aux images ?, (Le temps des images), Paris, Gallimard, 2007.

Avec cet ouvrage, Hans Belting poursuit la réflexion à large spectre entamée dans Image et culte (Éditions du Cerf, 1998) et Pour une anthropologie des images (Gallimard, 2004) [B. Vouilloux].

   

2– Thierry Davila, Marcher, créer. Déplacements, flâneries, dérives dans l’art de la fin du xxe siècle, Paris, Éditions du Regard, 2002.

Trois études structurent cet essai, respectivement consacrées à l’œuvre de Gabriel Orozco, de Francis Alÿs, et du laboratoire Stalker. Rayonnant à partir d’elles, l’auteur propose une méditation particulièrement stimulante et poétique sur la place de la marche et du nomadisme dans l’art contemporain et nous livre une leçon de philosophie pratique en nous invitant nous-mêmes à « fictionner le réel » [E. Pernoud].

   

3– Claire Etienne-Steiner, Le Havre, un port, des villes neuves. Inventaire général, (Cahiers du patrimoine, 71), Paris, Monum, Éditions du patrimoine, 2005.

Le Havre a connu tout au long de son histoire le destin particulier d’une cité se développant par ruptures successives. Au début du xxe siècle, la ville, qui a englobé les communes environnantes, est une des cités françaises au développement le plus rapide. Mais les bombardements de 1944 rasent entièrement les quartiers anciens. Vingt ans plus tard, au terme de la reconstruction due à Auguste Perret et son équipe, le centre du Havre offre un visage entièrement neuf qui est ici étudié [I. Balsamo].

   

4– Judith Förstel, Melun. Une île, une ville. Inventaire général, (Cahiers du patrimoine, 84), Paris, Association pour le patrimoine Île-de-France, 2006.

L’ouvrage étudie l’évolution architecturale et urbaine de Melun, chef-lieu du département de Seine-et-Marne. Cette ville de quelque 37 000 habitants, à une quarantaine de kilomètres au sud-est de Paris, est un bon exemple de ces agglomérations de taille moyenne qui gravitent autour de la capitale sans pour autant s’y diluer. Aux xixe et xxe siècles, sa croissance a été guidée par deux facteurs : son rôle local, en tant que chef-lieu administratif, et son lien avec Paris. La Préfecture au nord, la gare RER au sud marquent dans le territoire ces deux axes de développement [I. Balsamo].

   

5– Céline Frémaux éd., Architecture religieuse au xxe siècle en France : quel patrimoine ?, (Art et Société), Rennes, Presses universitaires de Rennes/Paris, Institut national d’histoire de l’art, avec la collaboration de la Direction de l’architecture et du patrimoine, 2005.

Cent ans après la séparation des Églises et de l’État, la spécificité française du patrimoine religieux du xxe siècle est manifeste. La construction de nouveaux lieux de culte après 1905 ayant été prise en charge par les associations représentant les différentes institutions religieuses, la transmission et la préservation de ce patrimoine se posent en des termes nouveaux. à ce particularisme français vient s’ajouter la difficulté d’appréhension de ce patrimoine contemporain. Malgré l’importance numérique des constructions de lieux de culte en France au xxe siècle et leur importance dans l’évolution des rapports entre architecture et art, entre architecture et liturgie, dans la réception de l’art non figuratif ou dans la question de la place du monument dans le tissu urbain, il est évident que l’historiographie les a négligées. La publication des actes du colloque organisé en 2004 par l’INHA et la DAPA au couvent des Dominicains de Lille, premier édifice labellisé « Patrimoine du xxe siècle » en l’an 2000, a pour ambition, grâce aux études de cas et aux sujets de synthèse présentés par des spécialistes de disciplines et d’horizons professionnels variés, de reconsidérer l’histoire de l’architecture des lieux de culte du xxe siècle, et de montrer qu’elle est étonnamment en phase avec l’histoire, l’histoire sociale, l’histoire de l’architecture. Cette publication permet également de faire un point sur les méthodes et les problématiques liées à la sauvegarde de ce patrimoine en France et à l’étranger. Le répertoire des édifices religieux du xxe siècle protégés au titre des Monuments historiques présenté en annexe rassemble les notices descriptives et les photos des 185 églises, temples, synagogues et mosquées [I. Balsamo].

   

6– Catherine Gonnard, Elisabeth Lebovici, Femmes artistes, artistes femmes : Paris, de 1880 à nos jours, Paris, Hazan, 2007 [R. Esner].

   

7– André Gunthert, Michel Poivert éd., L’art de la photographie des origines à nos jours, (L’art et les grandes civilisations), Paris, Citadelles et Mazenod, 2007.

Ce volume marque l’entrée de la photographie dans les grandes collections de l’édition spécialisée en histoire de l’art. Regroupant dix chapitres signés des spécialistes du domaine, l’ouvrage propose une histoire de la photographie clairement orientée vers les problématiques de l’art et de la culture, en privilégiant de grandes thématiques telles que l’expérimentation, les rapports entre photographie et science, l’amateurisme, ou bien encore le documentaire [O. Bonfait].

   

8– Françoise Lapeyre-Uzu éd., Lyon. Le Confluent « derrière les voûtes », Inventaire général, (Cahier du patrimoine, 80), Lyon, Éditions Lieux Dits, 2005.

Cette publication présente les résultats de l’inventaire du quartier du Confluent à Lyon, situé entre Saône et Rhône, au moment où ce territoire connaît d’importants bouleversements. Le principal enjeu de ces derniers est de casser la césure instaurée au milieu du xixe siècle par la construction de la gare de Perrache entre ce secteur et le nord de la presqu’île. à côté des immeubles hérités du passé, qui offrent un catalogue de l’habitat populaire et social lyonnais produit depuis deux siècles, on construit le quartier du xxie siècle mêlant services, logements, offres culturelles et détente [I. Balsamo].

   

9– Serge Linares éd., De la plume au pinceau. Écrivains dessinateurs et peintres depuis le romantisme, Valenciennes, Presses universitaires de Valenciennes, 2007.

Aux frontières de la peinture et de la littérature, cet ouvrage rassemble vingt-trois essais portant notamment sur les productions graphiques, picturales ou photographiques d’écrivains comme William Blake, Victor Hugo, Lewis Carroll, Alfred Jarry, André Breton, Unica Zürn, etc. [B. Vouilloux].

   

10– Franz Marc, Écrits et correspondances, édition établie et préfacée par Maria Stavrinaki, traduit de l’allemand par Thomas de Kayser, (Écrits d’artistes), Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, 2006.

Cette belle édition critique présente d’abord un immense intérêt historique sur les avant-gardes européennes avant 1914 : à travers les textes et la correspondance de Franz Marc, c’est notamment l’histoire des relations Paris-Berlin qui s’écrit au jour le jour. Mais ces textes peuvent se lire autrement : pour la verve, la perspicacité et la hauteur morale d’un artiste qui, farouchement internationaliste dans sa conception de l’art, paya de sa vie les antagonismes nationaux [E. Pernoud].

   

11– Éric Michaud, Histoire de l’art, une discipline à ses frontières, Paris, Hazan, 2005.

Cinq études pour comprendre comment l’histoire de l’art des xixe et xxe siècle n’a revendiqué son indépendance – au nom de l’autonomie de l’art – que pour mieux agir hors de son champ et s’ériger en matrice de l’Histoire, en productrice d’avenir, pour le meilleur et pour le pire [E. Pernoud].

   

12– Jean-Maurice Monnoyer éd., « Questions sur les arts premiers », dans Revue francophone d’esthétique, n° 4, septembre 2007.

Après une interruption d’un an, cette excellente revue, qui se donne notamment pour objectif de contribuer à l’implantation en France des questions et des problématiques de l’esthétique analytique, a fait paraître son numéro 4 (septembre 2007), qui aurait dû paraître au moment de l’ouverture du musée du quai Branly [B. Vouilloux].

   

13– Orhan Pamuk, Istanbul : souvenirs d’une ville, traduit du turc par Savas Demirel, Valéire Gay-Aksoy, Jean-François Pérouse, Paris, Gallimard, 2007.

S’il n’est point un livre traditionnel sur l’architecture, ce sont bien les souvenirs d’Istanbul de Pamuk. Allant du milieu des années 1950 au début des années 1970, ils enrichissent et remettent en question notre façon de penser les villes. Observateur pénétrant, Pamuk hante les rues de sa ville, réfléchissant à la place qu’occupe celle-ci dans la littérature turque et européenne. Croisant les sphères publiques et privées, il ouvre des perspectives originales sur des questions sociales et culturelles. Ayant connu Istanbul enfant, puis comme jeune homme, Pamuk pare la ville d’une atmosphère mélancolique. Les illustrations, dont la majorité est soigneusement sélectionnée dans les archives du photographe Ara Güler, complètent le texte d’une manière remarquablement harmonieuse [Z. Celik].

   

14– Christine Peltre, Philippe Lorentz éd., La Notion d’école, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2007.
– Marc Bayard éd., L’Histoire de l’art et le comparatisme. Les horizons du détour, (coll. d’histoire de l’art de l’Académie de France à Rome), Paris, Somogy, 2007.

Depuis quelques années, les historiens d’art interrogent les horizons conceptuels et les outils de travail de leur discipline, comme dans ces deux ouvrages récents [B. Vouilloux].

   

15– Mark Rothko, écrits sur l’art, 1934-1969, présentation, édition et notes de Miguel López-Remiro, traduit de l’anglais par Claude Bondy, Paris, Flammarion, 2005.

Cet ouvrage rassemble les mots d’un artiste qui s’exprimait peu sur son art et qui tenait la plupart des critiques et des historiens d’art pour des parasites : une rareté qui fait l’importance de ce recueil où le lecteur trouvera des clefs indispensables pour avancer dans la compréhension d’une œuvre parmi les plus mystérieuses du xxe siècle [E. Pernoud].

   

16– Paul-Louis Roubert, L’image sans qualité. Les beaux-arts et la critique à l’épreuve de la photographie, 1839-1959, Paris, Monum, 2006.

Ce livre pose pour la première fois la question du rôle de la photographie dès son origine dans le champ de la critique d’art. Une analyse poussée des textes et des événements montre comment la photographie s’institue dans les esprits comme un « contre-modèle » pour désigner ce que l’art n’est pas et ce qu’il ne doit pas être. On trouve donc là, dans une passionnante analyse historique, les ferments de débats qui ont nourri toute l’histoire de la modernité artistique [M. Poivert].

   

17– Franziska Sick, Christof Schöch éd., Zeitlichkeit in Text und Bild, Heidelberg, Universitätsverlag Winter, 2007.

La bibliographie des études sur les rapports entre le texte et l’image, en essor exponentiel depuis une vingtaine d’années, s’enrichit de ce nouveau volume important. Les concepts temporels et les modèles narratifs mobilisés par les textes et les images y sont étudiés d’un point de vue théorique, sur des corpus singuliers, puis dans une perspective historique [B. Vouilloux].

   

18– Le Troisième Œil. La photographie et l’occulte, Clément Chéroux, Andréas Fischer éd., (cat. expo., Paris, Maison européenne de la photographie, 2004/New York, Metropolitan museum of Art, 2005), Paris, Gallimard, 2004.

Le catalogue de cette exposition qui s’est tenue à Paris et à New York examine sous différents angles la question des rapports entre la photographie et l’occultisme. Au xixe comme au xxe siècle, qu’il s’agisse de grossières mystifications ou d’une exploitation artistique et rhétorique, ce domaine a produit une iconographie d’une singularité sans pareil, touchant tour à tour aux formes de l’abstraction ou bien aux mises en scènes dignes des performances les plus spectaculaires. Une contribution du domaine de l’histoire visuelle à l’histoire de l’art d’une grande originalité [M. Poivert].

   

19– Abigail van Slyck, A Manufactured Wilderness: Summer Camps and the Shaping of American Youth, 1890-1960, Minneapolis/London, University of Minnesota Press, 2006.

À travers cette histoire entrecroisée de paysages naturels, de comportements sociaux et d’architecture, Van Slyck porte son regard sur l’histoire des colonies de vacances aux États-Unis, depuis les premières cabanes dans les bois jusqu’aux cadres architecturaux plus élaborés. Elle démontre comment la disposition des paysages et bâtiments répondait à la notion d’« enfance moderne ». Tout au long de son texte, elle met en lumière la façon dont filles et garçons apprenaient les tâches « propres » à leur sexe, l’importance de l’hygiène et les perceptions de la nature dans la culture américaine, le tout en rapport avec l’architecture. Les images enrichissent d’anecdotes vivantes cette histoire fascinante [Z. Celik].

   

20– Dominique Vaugeois éd., « La valeur », dans Revue des sciences humaines, n° 283, 2003/3.
– Dominique Rabaté éd., « L’art et la question de la valeur », dans Modernités, n° 25, 2007.

Dans le domaine de l’esthétique, on signalera ces deux publications collectives portant sur la question de la valeur, dont l’incidence n’est pas seulement esthétique, mais aussi économique et éthique [B. Vouilloux].

   

21– Danièle Voldman, Fernand Pouillon, Architecte, Paris, Payot, 2006.

Fernand Pouillon fait l’objet depuis une dizaine d’années d’une attention non-négligeable, particulièrement pour son travail en Algérie. L’auteur ouvre de nouvelles perspectives sur cet architecte. Sa biographie examine sa vie et sa carrière en lien avec ses projets architecturaux les plus importants, mettant l’accent sur les relations souvent tumultueuses qu’il entretenait avec les organismes officiels et les administrateurs, ainsi que sur ses sympathies politiques. Passant en revue l’enfance provençale de Pouillon, son engagement dans la reconstruction du port de Marseille, ses travaux sur des grands ensembles résidentiels à Alger, son emprisonnement pour ses démêlés avec l’administration fiscale, ses dernières années au Château de Belcastel et sa nomination à la Légion d’honneur en 1984, Voldman articule étroitement la vie de Pouillon avec l’histoire de son temps [Z. Celik].

   

22– Eyal Weizman, Hollow Land: Israel’s Architecture of Occupation, Londres/New York, Verso, 2007.

Le livre de Weizman sur la politique et l’architecture part de juin 1967, date de l’occupation de la partie orientale de Jérusalem et va jusqu’à aujourd’hui. L’auteur examine la planification et l’architecture des territoires occupés comme un mécanisme indispensable dans la politique israélienne de contrôle et de domination. Fondant ses arguments sur une documentation méticuleusement exploitée, il démontre de manière convaincante comment la transformation de la terre et de l’architecture fut au service d’une stratégie de colonisation « moderne tardive ». Ses illustrations, judicieusement choisies, complètent efficacement son propos [Z. Celik].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Perspective, « Choix de publications », Perspective, 3 | 2007, 550-552.

Référence électronique

Perspective, « Choix de publications », Perspective [En ligne], 3 | 2007, mis en ligne le 30 octobre 2013, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/perspective/3690

Haut de page

Auteur

Perspective

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals