Navigation – Plan du site
XXe-XXIe siècles
Actualité

Ouvrages reçus

p. 553

Texte intégral

1– Nella Arambasin, Littérature contemporaine et ‘histoires’ de l’art. Récits d’une réévaluation, Genève, Droz, 2007.

Ce livre montre comment l’intérêt porté par les écrivains aux arts plastiques s’est profondément renouvelé depuis une vingtaine d’années. De Pierre Michon à Pascal Quignard, les œuvres de fiction ont maintenant souvent pour horizon le passé de la peinture. Ce nouveau paysage littéraire relance la question de la transmission des savoirs artistiques et des identités culturelles, réévalue l’univocité du récit historique de l’art, de la manière d’écrire des vies d’artistes à la façon d’exposer la peinture. L’auteur montre comment, face aux flux envahissants d’images, ces récits contemporains redonnent langue à la peinture [O. Bonfait].

   

2– Mathilde Arnoux, Les musées français et la peinture allemande 1871-1981, Paris, éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005.

Une étude détaillée des classements, des acquisitions et des expositions de la peinture allemande au sein des musées français permet d’écrire une nouvelle page de l’histoire des échanges artistiques entre la France et l’Allemagne, dans la collection Passages/Passagen (le 18e volume d’une collection fondée en 1999). Après l’importance des collectionneurs pour la période antérieure à 1914, c’est une zone frontière (l’Alsace, la Suisse) qui permet ces transferts, avant que les politiques volontaires d’échanges ne soutiennent, après 1945, cet intérêt pour l’art allemand, relayées par des initiatives d’historiens de l’art [O. Bonfait].

   

3– « Histoire et historiographie. L’art du second xxe siècle », dans 20/21. siècles (Cahiers du Centre Pierre Francastel), n°5-6, automne 2007.

Plus qu’une histoire de l’histoire de l’art au sens classique, c’est l’étude d’un imaginaire historique en grande partie produit par le monde de l’art (artistes, critiques, curators) qui est ici proposée par l’examen de dossiers précis. Ceux-ci s’articulent en trois grands ensembles : « Paris reine du monde », « Historiae americanae » et théorie postcoloniale et globalisation. Trois éclairages italiens centrés sur les années 1960 et une étude des « jeux de compagnie » Buren-Guggenheim complètent cette histoire des représentations du dernier demi-siècle [O. Bonfait].

   

4– Marianne Jakobi, Julien Dieudonné, Dubuffet, Paris, Perrin, 2007.

S’appuyant notamment sur les archives de la Fondation Dubuffet, sur les nombreux écrits de l’artiste et sur les correspondances publiées, les auteurs retracent l’itinéraire de Jean Dubuffet. Celui occulté (1901-1942), empêtré d’héritages et d’hésitations, comme celui officiel (1943-1985), construit par l’artiste, entre provocation et vedettariat. Ils recomposent ainsi, à travers une biographie, le parcours d’un des artistes majeurs du xxe siècle [O. Bonfait].

   

5– Simon Texier, Georges-Henri Pingusson: Architecte 1894-1978, (Art et architecture), Paris, Verdier, 2006.

Figure du régionalisme dans les années 1920, Pingusson épouse le Mouvement moderne dans les années 1930, mais refuse la mercantilisation de la production architecturale lors de la Reconstruction et des Trente Glorieuses. S’appuyant sur le fonds d’archives laissé par l’architecte, S. Texier propose une monographie d’un témoin privilégié de la scène architecturale française au xxe siècle, connu surtout pour le Mémorial de la déportation [O. Bonfait].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Ouvrages reçus », Perspective, 3 | 2007, 553.

Référence électronique

« Ouvrages reçus », Perspective [En ligne], 3 | 2007, mis en ligne le 30 octobre 2013, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/perspective/3691

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals