Navigation – Plan du site

AccueilPerspective. La revue de l’INHA1AntiquitéActualitéApproches récentes de l’image cel...

Antiquité
Actualité

Approches récentes de l’image celtibère

Silvia Alfayé
p. 55-58
Références :

Alfredo Jimeno éd., Celtíberos. Tras la estela de Numancia, (cat. expo, Soria, 2005), Soria, 2005. 594 p., photos coul. ISBN : 84-95099-86-1 ; 30 €.

Manuel Alberro, Bettina Arnold éd., E-Keltoi. Journal of Interdisciplinary Celtic Studies, vol. 6, “The Celts in the Iberian Península”, 2005-2006. 688 p., photos coul. www.uwm.edu/Dept/celtic/ekeltoi/volumes/vol6/index.html ; accès libre.

Texte intégral

1Deux ambitieuses monographies, consacrées aux populations celtes de la péninsule ibérique, ont été publiées récemment qui offrent une large vision d’ensemble des sociétés indigènes de l’Hispania indo-européenne et incluent plusieurs articles traitant d’aspects liés aux manifestations artistiques et à l’iconographie celtibères. Ces deux ouvrages sont devenus des références indispensables tant pour le chercheur spécialisé que pour le lecteur profane, et comportent un magnifique appareil graphique et une bibliographie nourrie qui accompagne les textes, rédigés par les principaux experts dans chacun de ces domaines. Ils offrent un état actualisé de la question dans les divers aspects du monde celte péninsulaire : économie, villages, langue, société, religion, etc. Toutefois, le premier, le catalogue de l’exposition Celtibères. Dans le sillage de Numance, qui s’est tenue au Musée Numantin de Soria l’an dernier, se concentre sur l’espace celtibère, même s’il inclut des apports sur d’autres sociétés indigènes péninsulaires, tandis que le volume 6 de la revue en ligne E-Keltoi, publiée par l’Université de Wisconsin-Milwaukee, est consacré, bien que de façon inégale, à l’Hispania celtique, et tous ses articles sont rédigés en anglais.

2Le catalogue de Celtíberos comprend deux parties bien distinctes. La première se compose de cinquante-sept brefs articles, qui présentent un état des sujets les plus variés en relation avec la culture celtibère : peuplement (avec d’utiles mises à jour concernant la recherche archéologique dans les principaux gisements), commerce, organisation sociopolitique, langue, religion, iconographie, économie, etc. La deuxième partie se compose du catalogue des 366 objets présentés lors de l’exposition de Soria, dont la consultation facilite l’approche de la culture celtibère, permettant de connaître des pièces restées inédites jusqu’alors. Les photographies sont de grande qualité et accompagnées d’un texte (peut-être trop bref) qui précise la provenance, la chronologie et le lieu où sont conservées chacune de ces pièces. On déplorera toutefois l’absence d’une description plus détaillée de ces objets (surtout du point de vue iconographique) et de références bibliographiques qui permettent au lecteur de poursuivre cette étude de façon autonome.

3En raison du caractère général de cette publication, cette contribution se concentrera sur les articles liés aux manifestations artistiques dans le monde celtibère. Le très bel article de Ricardo Olmos consacré à l’iconographie celtibère (p. 253-260) offre un excellent état de la question sur des images singulières et controversées, dont le sens nous échappe. L’auteur signale les erreurs du passé, critiquant de façon nuancée une méthodologie qui évalue l’image celtibère à partir de parallèles exogènes (ce qui la faisait considérer comme une imitation dégénérée de l’art ibérique méditerranéen), et expose les principaux apports de l’historiographie récente en relation avec l’image celtibère. De surcroît, R. Olmos ne se contente pas de réaliser un état de la question sur le sujet, mais, dans un texte très suggestif enrichi d’images, il propose de nouvelles perspectives de travail qui contribueront sans doute, à l’avenir, à une meilleure connaissance du langage iconique celtibère. En ce sens, il pose l’utilisation de l’iconographie comme un élément d’identité indigène face au conquérant romain et son importance comme réceptacle de la mémoire et des valeurs traditionnelles d’une société en voie de transformation, idées que partage et expose Francisco Marco dans son article du catalogue Celtíberos (p. 213-222).

  • 1 Voir entre autres Silvia Alfayé, « La iconografía divina en Celtiberia : una revisión crítica », da (...)
  • 2 Une synthèse récente dans Martín Almagro, « La escultura en la Hispania Céltica », dans Madrider Mi (...)
  • 3 Les travaux de Federico Wattenberg, Las cerámicas indígenas deNumancia, Madrid, 1963, et Fernando R (...)

4Étant donné que l’épigraphie votive et l’iconographie sont les sources principales de l’étude des systèmes religieux des populations de l’Hispania indo-européenne, il n’est pas étonnant que, dans les divers travaux portant sur la religion celtibère dans Celtíberos, on aborde, avec la méthodologie propre à l’histoire des religions, l’interprétation de diverses images celtibères. Ainsi, dans les articles de F. Marco de même que dans celui de José María Blázquez (p. 223-228) consacré à l’étude des dieux celtibères, certaines images apparaissent comme la représentation de divinités, bien que le texte de ce chercheur ne reprenne pas certains sujets aujourd’hui dépassés et n’inclue pas les propositions les plus récentes1. Ainsi, tant dans cet ouvrage que dans l’article considérablement plus étendu de E-Keltoi consacré à la religion et aux rites des Celtes de la péninsule (p. 287-346), F. Marco analyse diverses images qui montreraient des pratiques cultuelles celtibères, telles que la scène de sacrifice numantine, et même l’existence de sacrificateurs coiffés d’un bonnet pointu. Comme R. Olmos, Marco considère que le recours à des éléments astraux et aquatiques peut être interprété comme la visualisation d’idées cosmogoniques, bien que nous ne disposions malheureusement pas de récits mythiques qui explicitent le contenu narratif de l’iconographie celtibère, ce qui rend difficile l’interprétation de ces images dont la signification symbolique devait être évidente et immédiate pour leurs contemporains. L’un des aspects les plus intéressants du discours de F. Marco, qui ouvre de nouvelles directions de recherche, est la réflexion sur l’existence de similitudes et de différences cultuelles et iconographiques non seulement entre les domaines celtibère et celtique, mais aussi entre les populations indigènes péninsulaires. Comme le signale ce chercheur, la Celtibérie (Celtiberia) ne possède pas de sculpture monumentale présente dans d’autres zones de l’Hispanie (Hispania)2. On peut par exemple consulter dans le volume 6 de E-Keltoi le travail d’Alfredo González-Ruibal sur les manifestations artistiques en Gallice (Gallaecia), avec un corpus complet (p. 133-166), ou dans le reste de la Celtie. Dans l’espace celtibère, de même que dans la région de Vacca (actuelle région de Tarragone), il n’y a pas de statuaire similaire à celle des guerriers lusitano-galliciens, ni de sculpture zoomorphe comparable aux « verracos » produits dans cette même région. En revanche, les artisans choisissent les vases comme support privilégié où façonner le langage iconographique celtibère, préférence à laquelle il n’a pas encore été donné d’explication. Sur ce point, l’article de Fernando Romero publié dans Celtíberos (p. 351-358) est indispensable, car il est consacré à la céramique numantine, bien qu’il mentionne également d’autres productions de vases décorés, comme celles d’Izana, Uxama, Calatañazor, Caminreal ou Pinilla-Trasmonte, qui ont en commun avec celles de Numance d’être produits à une époque tardive (Ier siècle ap. J.-C.), ainsi que des traits formels et des motifs décoratifs analogues3. Dans cet article, F. Romero signale les principales caractéristiques de la céramique (une étroite relation entre forme et décoration et une syntaxe particulière où se détachent les compositions symétriques) et son importance comme document historique nous fournissant des informations sur l’armement ou le vêtement des Celtibères (un aspect également traité par Magdalena Barril dans un autre article de Celtíberos, p. 368-369). Dans le catalogue de Soria, deux textes complètent ces réflexions sur la céramique. Manuel García Heras (p. 359-366) étudie le processus de fabrication de la céramique celtibère ; Francisco Blanco (p. 405-406), la production potière de la culture de la région de Vacca, qui présente des formes et des motifs communs avec l’espace celtibère, comme par exemple les animaux représentés verticalement. Le rôle social de la céramique décorée celtibère est analysé par Francisco Burillo (E-Keltoi, p. 411-480) : une aristocratie locale devait utiliser ces vases dans les banquets et les rituels de libation comme des pièces de prestige chargées d’un sens symbolique.

5D’un point de vue plus technique, mais également lié aux manifestations artistiques celtibères, Carlos Sanz (Celtíberos, p. 337-344) aborde le thème des artisans du bronze, du fer et des orfèvres et complète Salvador Rovira (p. 345-350) sur la technologie du métal. Dans le même ouvrage (p. 329-336), Eduardo Galán se livre à une réflexion sur l’artisanat et le concept d’artiste dans l’espace celtibère.

  • 4 Sur l’iconographie monétaire celtibère, voir M. Paz García-Bellido, Cruces Blázquez, Diccionario de (...)

6Dans d’autres articles du catalogue Celtíberoson trouve également des allusions à l’iconographie en Celtibérie. Ainsi Almudena Domínguez (p. 391-393) traite d’un sujet controversé concernant la monnaie celtibère : la tête masculine sur l’avers avec le cavalier sur le revers, certains identifiant ces motifs comme des portraits, d’autres comme des images divines ou des allusions à un heros equitans4.

  • 5 Voir Martín Almagro, Mariano Torres, Las fíbulas de jinete y de caballito. Aproximación a las elite (...)
  • 6 Gabriel Sopeña, « El mundo funerario celtibérico como expresión de un ‘ethos’ agonístico », dans Hi (...)

7Les images servent également de source d’information essentielle pour la connaissance de la société celtibère. De fait, la relation entre iconographie et société est l’une des lignes prioritaires de la recherche actuelle, qui perçoit l’image celtibère avant tout comme expression du pouvoir, comme autoreprésentation d’une aristocratie martiale et héroïque modelant visuellement à travers des thèmes et des symboles déterminés une anthropologie de l’honneur où la virtus guerrière et la mort au combat prennent tout leur sens. Gabriel Sopeña étudie cette éthique agonistique qui caractérise la culture celtibère dans son article de Celtíberos (p. 235-238) et dans celui, plus ample, d’E-Keltoi (p. 347-410), tandis qu’Alberto Lorrio, seul dans son travail pour Celtíberos (p. 271-278), et avec Martín Almagro dans celui, plus développé, d’E-Keltoi (p. 113-166), se concentre sur l’analyse de l’élite guerrière. Tous ces travaux s’accordent à considérer que cet ethos aristocratique apparaît dans les codes figuratifs celtibères à travers les représentations de combats singuliers (l’exemple le plus représentatif est la monomachie du Vase des guerriers numantin), à travers aussi des figures équestres5 omniprésentes et des images du passage du guerrier à un au-delà céleste privilégié réservé à celui qui périt au combat, comme le reflètent, entre autres, les scènes numantines d’exposition aux vautours6.

  • 7 En ce sens, voir Curchin, 2004, cité n. 1, p. 169-192.

8De la lecture de tous ces travaux et différentes perspectives et méthodologies qu’ils mettent en œuvre, il se dégage que la plupart des chercheurs s’accordent aujourd’hui pour aborder l’étude du langage iconographique celtibère en se plaçant d’un point de vue interne et en tenant compte des circonstances historiques dans lesquelles il s’inscrit, convaincus qu’ils sont, en effet, que la recherche de l’image comporte nécessairement sa contextualisation à l’intérieur de la structure sociale qui la produit. De surcroît, les avancées dans la connaissance de la culture celtibère (exposées en détail dans Celtíberos) ont contribué à réévaluer d’anciens clichés historiographiques dans le domaine de l’iconographie également, et ont permis d’affiner des datations qui obligent à écarter la chronologie préromaine attribuée traditionnellement à l’essentiel de l’iconographie celtibère. Nous savons aujourd’hui que celle-ci a été produite entre le IIe siècle av. J.-C. et le début du Ier siècle ap. J.-C., dans une période de changements profonds et importants des structures indigènes provoqués par la présence militaire romaine, changements que tous les chercheurs considèrent comme déterminants pour l’essor de motifs figurés sur de multiples supports en Celtibérie7. De plus, la majeure partie des chercheurs considère que la syntaxe iconique celtibère semble refléter une tentative de réaffirmation idéologique face au danger constant du dominateur romain (qui devait agir comme un répulsif ou un catalyseur), car la vision du monde que reflète cette iconographie est, en substance, celle d’une élite qui se représente elle-même en trois espaces cérémoniels : la guerre, le rituel et le passage dans l’au-delà.

9Complémentaires, voir parfois concomitants de par la similitude des thèmes et des auteurs, ces deux ouvrages constituent des travaux à la lecture indispensable aussi bien pour qui se penche pour la première fois sur la culture et l’iconographie celtibères, que pour le chercheur familiarisé avec le sujet qui souhaite connaître l’état actuel de la recherche.

Haut de page

Notes

1 Voir entre autres Silvia Alfayé, « La iconografía divina en Celtiberia : una revisión crítica », dans Archivo Español de Arqueología, 76, 2003, p. 77-96 ; Daniel Gricourt, Dominique Hollard, « Lugus et le cheval », dans Dialogues d’Histoire Ancienne, 28, 2, 2002, p. 121-166 ; Francisco Marco, « ‘Signa deorum’ : comparación y contexto histórico en Hispania y Galia », dans Trinidad Tortosa, Juan Santos éd., Arqueología e iconografía : indagar en las imágenes, Rome, 2004, p. 121-136 ; Leonard Curchin, The Romanization of Central Spain, Londres/New York, 2004.

2 Une synthèse récente dans Martín Almagro, « La escultura en la Hispania Céltica », dans Madrider Mitteilungen, 44, 2003, p. 150-161.

3 Les travaux de Federico Wattenberg, Las cerámicas indígenas deNumancia, Madrid, 1963, et Fernando Romero, Las cerámicas polícromas de Numancia, Soria, 1976, restent toujours indispensables. Pour les autres productions de vases, voir Francisco J. Martínez Quirce, « Imagen y articulaciones decorativas en la Meseta : imagen y cultura arévaca en la Segunda Edad del Hierro », dans Al otro lado del espejo. Aproximación a la imagen ibérica, Madrid, 1996, p. 163-177.

4 Sur l’iconographie monétaire celtibère, voir M. Paz García-Bellido, Cruces Blázquez, Diccionario de cecas ypueblos hispánicos, Madrid, 2001, et Juan Manuel Abascal, « Téseras y monedas. Iconografía zoomorfa y formas jurídicas en la Celtiberia », dans Palaeohispanica, 2, 2002, p. 9-35.

5 Voir Martín Almagro, Mariano Torres, Las fíbulas de jinete y de caballito. Aproximación a las elites ecuestres y su expansión en la Hispania Céltica, Saragosse, 1999 ; Fernando Quesada y Mar Zamora éd., El caballo en la antigua Iberia : estudios sobre los équidos en la Edad del Hierro, Madrid, 2003.

6 Gabriel Sopeña, « El mundo funerario celtibérico como expresión de un ‘ethos’ agonístico », dans Historiae, 1, 2004, p. 56-107 ; Silvia Alfayé, « Rituales de aniquilación del enemigo en la ‘estela de Binéfar’ (Huesca) », dans Liborio Hernández, Jaime Alvar éd., Actas del XXVIII Congreso Internacional GIREA-Arys IX, Valladolid, 2004, p. 63-74.

7 En ce sens, voir Curchin, 2004, cité n. 1, p. 169-192.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Silvia Alfayé, « Approches récentes de l’image celtibère »Perspective, 1 | 2006, 55-58.

Référence électronique

Silvia Alfayé, « Approches récentes de l’image celtibère »Perspective [En ligne], 1 | 2006, mis en ligne le 31 mars 2018, consulté le 02 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/perspective/4124 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.4124

Haut de page

Auteur

Silvia Alfayé

Université de Zaragoza - Wolfson College, Oxford

fr

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search