Navigation – Plan du site
Actualité

La monographie en musicologie : compositeurs français des xviie et xviiie siècles

Catherine Cessac
p. 625-629

Texte intégral

1Depuis quelques décennies, la musique française des xviie et xviiie siècles rencontre une audience croissante auprès des interprètes qui exhument régulièrement des partitions oubliées et auprès du public qui se presse nombreux et enthousiaste au concert. La saison d’automne du Centre de Musique Baroque de Versailles dans les lieux prestigieux du château de Versailles ou les festivals spécialisés aux quatre coins de la France rencontrent à cet égard un succès certain. Chaque concert ou presque est l’occasion de découvrir des œuvres inédites et même des compositeurs dont aucune note de musique n’avait résonné depuis des siècles. Dans ce contexte, les musiciens ne se contentent pas de jouer leur rôle d’interprète, mais vont souvent à la recherche de programmes dans les bibliothèques, recopient les partitions, tentent de retrouver le jeu des instruments anciens et le style vocal propres à l’époque qu’ils ressuscitent. Il y a quinze ans, le film Tous les matins du monde d’Alain Corneau avec la présence musicale de Jordi Savall révélait le son magique de la viole de gambe de Sainte-Colombe et de Marin Marais.

2Indissociable de la « renaissance » de ce répertoire, la recherche musicologique, tout en lui ayant été bien antérieure, contribue amplement à la connaissance de cette période musicale appelée baroque. La recherche musicologique en France sur cette période est née à la fin du xixe siècle, avec des érudits comme Henri Quittard ou Michel Brenet. À côté de livres ou d’articles dans des revues spécialisées, de grandes éditions critiques monumentales consacrées à François Couperin, Jean-Baptiste Lully et Jean-Philippe Rameau furent entreprises. Les premiers travaux universitaires émanèrent de chercheurs anglo-saxons à partir des années 1950. Actuellement, la recherche dans la musique baroque se décline selon plusieurs axes : édition critique (laquelle a révélé de la part de la France une véritable lacune jusqu’à la fin des années 1980), recensement et description des sources de l’œuvre d’un compositeur, d’un genre, d’un fonds de bibliothèque ou d’un éditeur, analyse des œuvres, monographies enfin, ayant trait à un compositeur, à un genre ou encore à un lieu. Les monographies de compositeurs allient les investigations strictement musicales à des considérations plus larges, ressortissant en particulier au domaine social et historique, tant il apparaît indispensable de ne pas détacher la production musicale de l’époque où elle a pris racine. Dans cet article, je me suis limitée aux ouvrages en français consacrés aux compositeurs français des xviie et xviiie siècles, période qui soulève des problèmes qui lui sont spécifiques.

Le genre monographique

  • 1 Marcelle Benoit, Musiques de cour, Chapelle, Chambre, Écurie (1661-1733), Paris, 1971, p. I.

3Dans le domaine de la musique, je désignerai par « biographie » l’étude de la vie d’un compositeur et de son œuvre en tant que composante de cette vie, et par « monographie », une biographie assortie de l’analyse critique de l’œuvre. La tâche consistant à reconstituer la biographie d’un musicien, longuement recouverte par les strates du temps, n’est pas toujours aisée. Le musicologue doit alors sentir vibrer en lui une âme d’historien et délaisser momentanément les notes de musique pour se plonger dans des documents d’une autre nature : gazettes, mémoires, archives. Cette quête particulière est celle qu’exprimait Marcelle Benoit dans l’introduction de son ouvrage Musiques de cour1, premier volet de l’inestimable étude servant toujours de référence sur la vie musicale à la cour de France de 1661 à 1733 : « À l’heure où, abandonnant les héros romantiques dont la bibliographie musicale se trouvait saturée, nos écrivains projetèrent de se tourner vers les compositeurs de l’Ancien Régime, notamment ceux de la France, il fallut bien aller aux sources, interroger les textes contemporains. Car autant il s’avère possible de broder sur la biographie plus ou moins connue d’un Schumann, d’un Berlioz ou d’un Verdi, et de l’embellir, autant on ne peut inventer de toute pièce celle d’un Marc-Antoine Charpentier ou d’un André Campra. Pour mener à bien ce travail inédit, les historiens prendront enfin le relais des littérateurs. Le lecteur ne perdra pas au change. Grâce à une information objective, le portrait du musicien, dépouillé de la légende qui l’auréolait, non seulement ne déçoit pas, mais au contraire gagne en vérité, en acuité ».

4Cette double démarche, historique et musicale, est en effet essentielle pour comprendre, au plus près l’esthétique d’une époque et trouve sans doute dans la monographie un de ses alliages les plus parfaits. Même si nous savons que la vie et l’œuvre d’un artiste ne s’interpénètrent pas nécessairement, ou d’une façon beaucoup subtile qu’un regard extérieur peut la saisir, la prise en compte du cadre historique, politique, sociologique, artistique et personnel permet d’obtenir une vision de l’œuvre non explicative, mais sans aucun doute enrichie. Il est donc capital de recréer le(s) milieu(x) dans le(s)quel(s) a évolué un compositeur.

5Tous les musicologues spécialistes de la période baroque se trouvent confrontés aux mêmes difficultés. En effet, il existe très peu de sources ayant trait à la vie personnelle d’un compositeur telles que correspondances ou témoignages de proches. D’une manière générale, les documents sont rares et leur exploitation doit être poussée au maximum pour en extraire le moindre indice. À partir de ces données, le chercheur est conduit à émettre des hypothèses pour éclairer les zones obscures, pour relier les pièces disparates du puzzle et offrir au lecteur un personnage point trop abstrait.

6La monographie permet de faire une synthèse, à un moment donné, sur la vie et l’œuvre d’un compositeur, replacées dans leur contexte historique et esthétique. Tout en utilisant les études déjà faites, elle enrichit d’éléments nouveaux (que ce soit au niveau des sources concernant aussi bien la biographie que la musique ou de la réflexion) la connaissance d’un compositeur et de son temps. Elle constitue alors un appui solide à partir duquel des études plus spécifiques peuvent être entreprises. La monographie s’avérant être un des genres les plus traditionnels en musicologie, un détour historiographique s’impose.

Un regard historiographique

7Les premières monographies recensées remontent à la fin du xixe siècle, puis se répartissent d’une manière assez régulière jusqu’à nos jours. J’ai choisi plusieurs points de comparaison : la dimension, l’intitulé, l’ordonnancement de l’ouvrage, le contenu.

8Les dimensions des ouvrages étudiés sont diverses, mais en général plutôt modestes, la moyenne se situant aux alentours de 250 pages. Elles s’épaissiront néanmoins avec le temps pour atteindre par exemple 670 pages avec le Jean-Philippe Rameau de Cuthbert Girdlestone (Paris, 1/1962, 2/1983) ou 910 pages avec le Jean-Baptiste Lully de Jérôme de La Gorce, témoignage de nouvelles découvertes sur le plan biographique, mais plus encore d’une prise en compte de l’environnement social et artistique, ainsi que d’une analyse des œuvres et des sources plus approfondie.

  • 2 Ce titre informatif m’a été expressément demandé par l’éditeur.
  • 3 À l’époque de la sortie du livre, on ne parlait pas encore de musique baroque, ou alors d’une maniè (...)

9Jusqu’à une période très récente, peu de titres mentionnent seulement l’identité du compositeur, cela pour des raisons faciles à comprendre ; la plupart des compositeurs de l’âge baroque sont méconnus ou oubliés. Les dates de naissance et de mort sont aussi souvent indiquées ou, à défaut, la mention de l’époque durant laquelle a œuvré le compositeur… ou la compositrice (voir Catherine Cessac, Élisabeth Jacquet de La Guerre, une femme compositeur sous le règne de Louis XIV, Arles, 1995)2. Enfin, nous trouvons le classique « sa vie et son œuvre » : Grétry, sa vie et ses œuvres de Michel Brenet (Paris, 1884), André Campra, sa vie et son œuvre (1660-1744) de Maurice Barthélemy (Paris, 1957), La vie et l’œuvre de Louis-Claude Daquin (1694-1772) de Jean-Paul Montagnier (Lyon, 1992)… Généralement, les monographies suivent en effet le découpage vie/œuvre, en proposant d’abord l’étude biographique, puis la présentation et l’analyse de l’œuvre. Toutefois, l’équilibre entre les deux parties est fréquemment disproportionné, la part faite à l’œuvre l’emportant sur la biographie. Inversement, certains ouvrages ne font guère de place à l’analyse musicale. Parmi ceux-là, Henry Desmarest (1661-1741). Biographie critique de l’historien Michel Antoine (Paris, 1965), admirable ouvrage porté par la vie et la personnalité peu communes de ce compositeur. Dans son avant-propos, l’auteur déclare avoir voulu « faire uniquement œuvre d’historien » et laisser aux spécialistes le soin de l’analyse esthétique des œuvres. « Si nul musicien ne venait à réaliser ce vœu, poursuit-il, nous croyons néanmoins que ce livre ne sera pas inutile. La vie aventureuse de Desmarest n’intéresse pas les seuls musicologues : elle fournit des traits à l’histoire des mœurs, à l’histoire judiciaire, à l’histoire sociale, à celle de l’expansion de l’art classique français3, à l’histoire aussi du pays [La Lorraine], alors indépendant, qui devint la patrie du musicien exilé ».

  • 4 Lionel de La Laurencie, Lully, Paris, 1911 ; Henry Prunières, Lully, Paris, 1927 ; Eugène Borrel, J (...)
  • 5 Baptiste, roman, Paris, 2002.

10Peu de compositeurs français de l’époque baroque ont connu plusieurs biographies. Celui qui vient en tête est Jean-Baptiste Lully avec, à ce jour, six ouvrages4. Parce qu’il est le musicien français, avec Rameau, qui a le plus marqué cette époque, et parce qu’il possède une « légende ». Henry Prunières ne commence-t-il pas son très musicologique Lully par cette phrase : « La vie de Lully est un roman d’aventures ». Et en effet, la part consacrée à « l’homme » (p. 5-78) est plus importante que celle consacrée à « l’œuvre » (p. 79-121), pourtant immense. Après cette monographie des plus classiques, le musicologue revisite le personnage avec son ouvrage, resté fameux, La vie illustre et libertine de Jean-Baptiste Lully. Le livre fut publié en 1929 dans une collection ayant pour titre « Le roman des grandes existences ». Dans son avant-propos, le grand musicologue français expose les motivations qui l’ont conduit à « écrire cette vie romancée de Lully, vingt ans après en avoir donné la première biographie d’après des documents authentiques. Si je m’y suis résolu, c’est que vivant par la pensée, depuis de longues années dans l’intimité de cet homme singulier, j’ai espéré pouvoir suppléer par l’intuition et l’imagination aux lacunes des documents. Avouerai-je que je crois sincèrement avoir approché la vérité en plusieurs endroits où pourtant les témoignages précis font défaut ? ». En 2002, Vincent Borel5 a renouvelé à sa façon l’expérience de Prunières en présentant un Baptiste sous-titré « roman » qui a fait l’objet d’une adaptation radiophonique sur France Musique. Rappelons aussi l’ouvrage de Pascal Quignard Tous les matins du monde duquel a été tiré le film évoqué plus haut et qui a rencontré un grand succès en librairie. Il est certain que, pour le grand public, ces types d’ouvrages sont beaucoup plus accessibles que les monographies strictement musicologiques et ont donc, outre leur qualité littéraire, leur utilité pour amener de nouveaux mélomanes au concert.

Exemples d’approches

  • 6 Marc-Antoine Charpentier, Paris, 1988 (2004) ; Élisabeth Jacquet de La Guerre, une femme compositeu (...)

11Cette partie s’appuie en partie sur mon expérience personnelle dans le genre monographique, à savoir l’élaboration de quatre ouvrages sur Marc-Antoine Charpentier (1643-1704), Élisabeth Jacquet de La Guerre (1665-1729), Nicolas Clérambault (1676-1749), Jean-Féry Rebel (1666-1747)6, chacun s’étant présenté comme un exercice particulier. Idéalement, la monographie doit tenir un juste milieu entre l’évocation de la vie et l’analyse de l’œuvre. Ce juste milieu s’est situé différemment, notamment dans mes deux premiers ouvrages.

12Ce qui caractérise encore aujourd’hui Marc-Antoine Charpentier, c’est sa personnalité secrète, voire mystérieuse. Elle existe essentiellement au travers de l’œuvre somptueuse qu’il nous a laissée et c’est celle-ci (plus de 550 pièces) qui m’a avant tout guidée. Pour le livre sur Élisabeth Jacquet de La Guerre, ma démarche prit d’autres voies. L’œuvre de la musicienne ne possède pas l’aspect imposant de celle de Charpentier, tout en offrant un intérêt certain, notamment par son caractère novateur. En revanche, la part biographique a pu être développée, notamment grâce à d’importantes découvertes dans les archives. Enfin, consacrer un ouvrage monographique et non seulement biographique, comme c’est le plus souvent le cas, à une compositrice me semblait constituer un enjeu non négligeable et plutôt nouveau en France, il y a plus de dix ans.

13La monographie des compositeurs des xviie et xviiie siècles s’avère la plupart du temps un véritable ouvrage de recherche, dans la mesure où les sources sont souvent de première main. À ce titre, elle peut être enrichie d’un catalogue des œuvres, ce que j’ai effectué pour Clérambault et Rebel, de tableaux chronologiques pour Charpentier, de transcription d’écrits théoriques manuscrits, de documents iconographiques, d’une discographie…

  • 7 Pour faciliter le choix des interprètes, j’ai effectué un classement des œuvres de Charpentier par (...)

14Lorsqu’on écrit une monographie, on doit sans cesse avoir à l’esprit qu’elle va s’adresser à trois types de lecteurs potentiels, le chercheur, le musicien, le mélomane, qui ne recherchent pas les mêmes choses. Le chercheur s’intéresse aux éléments à partir desquels il va construire sa propre démarche, soit l’établissement d’éditions critiques, d’un catalogage plus approfondi, d’analyses techniques ou esthétiques… Le musicien est à l’affût de l’appréciation sur les œuvres qui pourront faire l’objet de concerts7. Le mélomane, lui, veut en savoir plus que ce que lui offre l’audition.

15L’une des difficultés majeures d’une monographie musicale concerne précisément l’approche des œuvres. Par rapport à d’autres disciplines des sciences humaines, la musique a un langage propre et ne « parle » à la plupart des gens que lorsqu’elle est exécutée. Comment alors rendre compte de l’intérêt d’une invention mélodique, d’une conduite harmonique, de la construction de la composition… ? Quelle attitude doit adopter le musicologue ? Utiliser le langage technique spécifique à la musique, seul compréhensible par les spécialistes, en pointant chromatismes, accords de quinte diminuée, rythmes dactyliques et autres cadences rompues ? L’illustrer par des exemples musicaux lesquels, pour certains lecteurs, n’apportera qu’une distance supplémentaire ? L’éviter, faisant la part belle à la métaphore ou autres figures de style ? Afin d’être lisible par un public le plus large possible, l’auteur n’a d’autre solution que de transiger entre les deux démarches ou bien décide de demeurer rivé à la biographie, signant là l’impuissance de mettre en mots l’œuvre musicale.

   

  • 8 Jean Rousset, L’intérieur et l’extérieur, Paris, 1976, p. 7.

16Ces quelques considérations sur la monographie pourraient constituer le départ d’une réflexion théorique encore inédite sur ce genre qui apparaît fondamental pour l’histoire de la musique et qui permet une approche diversifiée de la création musicale, faisant appel à plusieurs autres domaines tels que l’histoire, la littérature, la liturgie… La monographie musicale offre des ouvrages également divers, en fonction du sujet, mais aussi de l’auteur qui va tisser avec son compositeur des liens personnels, au sein d’une démarche scientifique rigoureuse. La monographie permet d’atteindre des lecteurs que d’autres types d’études musicales, plus techniques, attireront moins. Comme l’ont écrit Henry Prunières ou Michel Antoine, l’objectif principal de la biographie, et a fortiori de la monographie, est d’amener son lecteur à la musique. Un nombre important de compositeurs français des xviie et xviiie siècles ont fait l’objet d’une ou de plusieurs monographies. Mais beaucoup de lacunes subsistent encore, alors que, dans le même temps, le genre semble s’essouffler. Pour terminer, j’aimerais reprendre la phrase de Jean Rousset qui montre tout à la fois l’ambiguïté et la richesse de ces recherches : « Il est bien vrai que chacun de nous se crée son xviie siècle, avec son arsenal de pensée, de savoir et de méthodes modernes, mais les œuvres qui nous en parviennent nous donnent un peu de sa présence et de ses rêves »8.

Haut de page

Notes

1 Marcelle Benoit, Musiques de cour, Chapelle, Chambre, Écurie (1661-1733), Paris, 1971, p. I.

2 Ce titre informatif m’a été expressément demandé par l’éditeur.

3 À l’époque de la sortie du livre, on ne parlait pas encore de musique baroque, ou alors d’une manière quasi-clandestine, mais de classicisme à l’imitation de cette catégorie en littérature.

4 Lionel de La Laurencie, Lully, Paris, 1911 ; Henry Prunières, Lully, Paris, 1927 ; Eugène Borrel, Jean-Baptiste Lully, Paris, 1949 ; Emmanuel Haymann, Lulli, Paris, 1991 ; Philippe Beaussant, Lully ou le Musicien du Soleil, Paris, 1992 ; Jérôme de La Gorce, Jean-Baptiste Lully, Paris, 2002.

5 Baptiste, roman, Paris, 2002.

6 Marc-Antoine Charpentier, Paris, 1988 (2004) ; Élisabeth Jacquet de La Guerre, une femme compositeur sous le règne de Louis XIV, Arles, 1995 ; Nicolas Clérambault, Paris, 1998 ; Jean-Féry Rebel, musicien des Éléments, Paris, 2007.

7 Pour faciliter le choix des interprètes, j’ai effectué un classement des œuvres de Charpentier par effectif.

8 Jean Rousset, L’intérieur et l’extérieur, Paris, 1976, p. 7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Cessac, « La monographie en musicologie : compositeurs français des xviie et xviiie siècles », Perspective, 4 | 2006, 625-629.

Référence électronique

Catherine Cessac, « La monographie en musicologie : compositeurs français des xviie et xviiie siècles », Perspective [En ligne], 4 | 2006, mis en ligne le 31 mars 2018, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/perspective/4225 ; DOI : 10.4000/perspective.4225

Haut de page

Auteur

Catherine Cessac

Centre de musique baroque de Versailles

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals