Navigation – Plan du site
Débats

Art dégénéré et spoliations des Juifs durant la Seconde Guerre mondiale

Un débat entre Arno Gisinger, Emmanuelle Polack, Juliette Trey et Christoph Zuschlag, conduit par Johann Chapoutot
Arno Gisinger, Emmanuelle Polack, Juliette Trey, Christoph Zuschlag et Johann Chapoutot
p. 13-36

Ndlr

La contribution de Christoph Zuschlag a été traduite de l’allemand par Bérénice Zunino.

Dans ce débat, comme dans le débat suivant, au sujet de la constitution et de la restitution des collections « non-occidentales » (p. 37-70), le comité scientifique de la revue a souhaité aborder la question des restitutions en donnant la parole aux principaux acteurs concernés, historiens aussi bien qu’historiens de l’art, juristes, artistes et conservateurs de musée.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Aperçu du texte

La dégénérescence fut une des grandes angoisses de l’Occident raciste et social-darwiniste. Le développement de la médecine et des sciences naturelles, le succès foudroyant de Darwin et la transposition des concepts darwiniens de la nature à la culture, de la faune à l’homme, mais aussi la confrontation avec des mondes extra-européens qui inquiétaient autant qu’ils fascinaient, puis le drame démographique de la (Très) Grande Guerre, amenèrent les grandes nations d’Europe et d’extrême-Europe (États-Unis, Commonwealth) à se tâter le pouls : et si la « race blanche », moins primitive, animale, agressive que d’autres, était vouée à l’extinction ? Et si elle avait fait son temps ? Depuis que les naturalistes européens ramassaient des fossiles, on ne comptait plus les espèces, parfois gigantesques, titanesques même, qui avaient disparu. L’histoire, cimetière des géants – la biologie, arène des forts, tribunal des faibles.

Les « peuples primitifs » furent parfois considérés comme une sévèr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arno Gisinger, Emmanuelle Polack, Juliette Trey, Christoph Zuschlag et Johann Chapoutot, « Art dégénéré et spoliations des Juifs durant la Seconde Guerre mondiale », Perspective, 1 | 2018, 13-36.

Référence électronique

Arno Gisinger, Emmanuelle Polack, Juliette Trey, Christoph Zuschlag et Johann Chapoutot, « Art dégénéré et spoliations des Juifs durant la Seconde Guerre mondiale », Perspective [En ligne], 1 | 2018, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 18 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/perspective/8968 ; DOI : 10.4000/perspective.8968

Haut de page

Auteurs

Arno Gisinger

Arno Gisinger est né en 1964 en Autriche et vit aujourd’hui à Paris. Artiste et historien de formation, il travaille sur les relations entre mémoire, histoire et représentations visuelles. Il développe une pratique artistique singulière qui lie photographie et historiographie. Plusieurs de ses travaux portent sur l’exil, la guerre et la spoliation. Il est aussi enseignant-chercheur, maître de conférences au département Photographie de l’université Paris 8.

Emmanuelle Polack

Emmanuelle Polack est docteure en histoire de l’art, elle a été responsable des archives du Musée des monuments français à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine, chercheuse associée à l’Institut national d’histoire de l’art. Elle a étudié en particulier le travail d’inventaire de Rose Valland pendant les années 1940-1945 au Jeu de Paume, et le marché de l’art sous l’Occupation.

Articles du même auteur

Juliette Trey

Juliette Trey est conservatrice en chef, chargée des dessins français et italiens et adjointe au directeur du département des Arts graphiques, au musée du Louvre. Elle a auparavant été conservatrice au château de Versailles, en charge des peintures du XVIIIe siècle et des pastels. Elle est membre du groupe de travail sur les recherches de provenance depuis fin 2015.

Christoph Zuschlag

Après avoir été Professeur d’histoire de l’art et d’éducation artistique à l’Universität Koblenz-Landau, Christoph Zuschlag occupe, depuis avril 2018, la chaire Alfried Krupp von Bohlen und Halbach-Professur für Kunstgeschichte der Moderne und der Gegenwart (19.-21. Jh.), avec un accent sur la recherche de provenance / l’histoire des collections, à l’institut d’Histoire de l’art de l’Universität Bonn. Ses principaux domaines de recherche sont l’art moderne et contemporain, l’histoire des institutions artistiques et la critique d’art, la politique artistique du national-socialisme, la recherche de provenance et l’histoire des collections.

Johann Chapoutot

Johann Chapoutot est professeur d’histoire contemporaine à Sorbonne université. Spécialiste de l’histoire de l’Allemagne et du nazisme, il a notamment publié Le nazisme et l’antiquité (2008), traduit en cinq langues (Greeks, Romans, Germans. How the Nazis usurped Europe’s Classical Past, UCP, 2016) et La loi du sang. Penser et agir en nazi (2014), traduit également en cinq langues (The Law of Blood, Harvard UP, 2018).

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals