Navigation – Plan du site
Débats

Les collections muséales d’art « non-occidental » : constitution et restitution aujourd’hui

Un débat entre Viola König, Benoît de L’Estoile, Paula López Caballero, Vincent Négri, Ariane Perrin et Laurella Rinçon, conduit par Claire Bosc-Tiessé
Viola König, Benoît de L’Estoile, Paula López Caballero, Vincent Négri, Ariane Perrin, Laurella Rinçon et Claire Bosc-Tiessé
p. 37-70

Ndlr

La contribution de Viola König a été traduite de l’allemand par Bérénice Zunino.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Aperçu du texte

Dans l’histoire des objets, le passage d’un lieu d’usage actif au musée, intrinsèquement lié à la conservation et à la recomposition des identités et des nations, a souvent constitué une rupture violente, d’autant plus lorsque ce passage a été imposé de l’extérieur et lorsqu’il coïncide avec un transfert au loin, dans un contexte de domination qu’il soit politique, militaire ou économique. Pour ce qui concerne l’Afrique, Ezio Bassani a montré le peu d’objets, identifiés comme venant d’Afrique et conservés, entrés dans les collections occidentales avant 1800 : environ cinq cent cinquante pour quinze pays européens plus les États-Unis. Ils sont plus d’une centaine de milliers (plusieurs centaines ?) aujourd’hui. Il s’agit d’objets de toute sorte, objets de culte, objets de prestige ou de la vie quotidienne, armes et instruments de musique. Même si ces chiffres restent à préciser, les rappeler donne du corps à l’ampleur de ce qui s’est déroulé au cours des xixe et xxe siècles. On conna...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Viola König, Benoît de L’Estoile, Paula López Caballero, Vincent Négri, Ariane Perrin, Laurella Rinçon et Claire Bosc-Tiessé, « Les collections muséales d’art « non-occidental » : constitution et restitution aujourd’hui », Perspective, 1 | 2018, 37-70.

Référence électronique

Viola König, Benoît de L’Estoile, Paula López Caballero, Vincent Négri, Ariane Perrin, Laurella Rinçon et Claire Bosc-Tiessé, « Les collections muséales d’art « non-occidental » : constitution et restitution aujourd’hui », Perspective [En ligne], 1 | 2018, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 22 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/perspective/9059 ; DOI : 10.4000/perspective.9059

Haut de page

Auteurs

Viola König

Viola König a été la directrice de l’Ethnologisches Museum de Berlin (2001-2017) et du Übersee-Museum Bremen (1992-2001). Elle est professeure en Sciences culturelles à l’Universität Bremen et en études précolombiennes à la Freie Universität Berlin. Elle a été chargée de la conception de la muséographie du Humboldt Forum à Berlin.

Benoît de L’Estoile

Benoît de L’Estoile, anthropologue, est directeur de recherche au CNRS (Centre Maurice Halbwachs) et professeur à l’école normale supérieure (PSL). Il travaille notamment sur les héritages coloniaux dans les musées et le patrimoine ; il est l’auteur de Le goût des Autres. De l’exposition coloniale aux Arts premiers (Flammarion, 2007).

Paula López Caballero

Historienne et anthropologue, Paula López Caballero est chercheure au CNRS (Sciences Po – CERI) et à l’Universidad Nacional Autónoma de México (CEIICH-UNAM). Son travail porte sur les processus historiques et les pratiques sociales contemporaines conditionnant l’organisation de la distinction entre « Indien » et « non-Indien » au Mexique, comprise comme un aspect des trajectoires historiques de formation de l’État et la nation. Sa dernière publication est un ouvrage collectif intitulé Beyond Alterity. Destabilizing the Indigenous Subject in Mexico.

Vincent Négri

Vincent Négri est chercheur à l’Institut des Sciences sociales du Politique (UMR 7220 : CNRS, ENS Paris-Saclay, université Paris Nanterre). Ses travaux de recherche et ses publications portent sur le droit comparé et le droit international de la culture et du patrimoine culturel, ainsi que sur les rapports entre normes et cultures.

Ariane Perrin

Ariane Perrin est historienne de l’art et spécialiste de l’histoire de l’art de la Corée qu’elle enseigne à l’Institut catholique de Paris. Elle est chercheure associé à l’UMR 8173 « Chine, Corée, Japon » CNRS – EHESS et travaille notamment sur la question des restitutions des biens culturels coréens exportés illégalement.

Laurella Rinçon

Laurella Rinçon est conservatrice du patrimoine, spécialiste des arts d’Afrique. Elle est experte-associée à la Division du patrimoine de l’UNESCO et chercheure-associée au département des Sciences sociales de l’École normale supérieure de Paris, où elle collabore à l’axe « Musées et héritages coloniaux ». Elle étudie les processus de créolisation dans les arts d’Afrique et la mutation des musées européens d’ethnographie, en particulier en Suède, aux Pays-Bas et en France.

Claire Bosc-Tiessé

Chercheure au CNRS, Claire Bosc-Tiessé est conseillère scientifique à l’INHA, responsable du domaine « Histoire de l’art du xive au xixe siècle » et du programme « Vestiges, indices, paradigmes : lieux et temps des objets d’Afrique, xive-xixe siècles ». Elle mène plusieurs projets de recherche collectifs sur l’Éthiopie entre le xiiie et le xviiie siècle.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals