Navigation – Plan du site
Travaux

Couleurs et polychromie dans l’Antiquité

Colors and Polychromy in Antiquity
Farben und Polychromie in der Antike
Colori e policromia nell’Antichità
Colores y policromía en la Antigüedad
Adeline Grand-Clément
p. 87-108

Résumés

L’image d’une Antiquité classique entièrement drapée de blanc qui s’est cristallisée au fil du temps dans l’imaginaire occidental a fait long feu. Les premières découvertes relatives à la polychromie des arts grec et romain remontent au xixe siècle, mais c’est surtout depuis une vingtaine d’années que les études scientifiques sur cette question ont connu un essor et une ampleur sans précédent. De nouveaux moyens d’investigation archéométriques fournissent désormais des données scientifiques fiables aux archéologues, historiens de l’art et conservateurs de musées pour alimenter des propositions de restitution. Mais celles-ci ne constituent nullement une fin en soi : l’étude de la polychromie des arts grec et romain ne peut se passer d’une réflexion plus générale sur le rôle joué par la couleur dans l’imaginaire et les pratiques sociales des Anciens. L’article fait le point sur les recherches et les débats en cours depuis une vingtaine d’années.

Haut de page

Note de l’auteur

L’article se limite aux mondes grec et romain, même si les recherches actuelles sur la polychromie concernent également d’autres aires culturelles de l’Antiquité, en particulier le Proche et le Moyen-Orient.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Plan

Les Anciens et la couleur : approche anthropologique et retour à la matière
Traquer la couleur : quelles sources ?
Quand les couleurs refont surface
Polychromies antiques : histoire et clefs d’interprétation

Aperçu du texte

L’image d’une Antiquité classique entièrement drapée de blanc s’est cristallisée au fil du temps dans l’imaginaire occidental, pour différentes raisons (Batchelor, 2001 ; Grand-Clément, 2005 ; Manfrini, 2009 ; Østergaard, 2010b ; Jockey, 2013 et 2014) ; aujourd’hui, elle a fait long feu. Les premières découvertes relatives à la polychromie des arts grec et romain remontent au xixe siècle, mais c’est surtout depuis une vingtaine d’années que les études scientifiques sur cette question se sont multipliées. Précisons d’emblée que le terme français « polychromie », formé à partir du grec ancien (polu, « plusieurs, beaucoup », et chrôma, « couleur »), est d’abord un terme technique, créé peu après la Révolution française, pour rendre compte des pratiques artisanales d’ornementation des statues, chez les Grecs et les Romains. Son usage s’est depuis lors étendu à d’autres époques et domaines en histoire de l’art. Le mot désigne aujourd’hui l’application de couleurs à la sculpture et à l’ar...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adeline Grand-Clément, « Couleurs et polychromie dans l’Antiquité », Perspective, 1 | 2018, 87-108.

Référence électronique

Adeline Grand-Clément, « Couleurs et polychromie dans l’Antiquité », Perspective [En ligne], 1 | 2018, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/perspective/9377 ; DOI : 10.4000/perspective.9377

Haut de page

Auteur

Adeline Grand-Clément

Adeline Grand-Clément est maître de conférences en histoire grecque à l’université de Toulouse Jean-Jaurès, membre Junior de l’IUF (2016-2021) et de l’équipe de recherche PLH-ERASME. Depuis sa thèse de doctorat, publiée sous le titre La fabrique des couleurs. Histoire du paysage sensible des Grecs anciens (Éditions de Boccard, 2011), ses recherches portent sur l’anthropologie des couleurs dans les sociétés anciennes. Directrice du programme de recherche Idex Synaesthesia de 2015 à 2017, elle élargit aujourd’hui son terrain d’enquête à tous les registres sensoriels.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals