Navigation – Plan du site
Travaux

Anachronisme et interprétation : l’historiographie de Jean Jacques Lequeu

Anachronism and Interpretation: the Historiography of Jean Jacques Lequeu
Anachronismus und Interpretation: Historiographie von Jean Jacques Lequeu
Anacronismo e interpretazione: la storiografia di Jean Jacques Lequeu
Anacronismo e interpretación: la historiografía de Jean Jacques Lequeu
Laurent Baridon, Jean-Philippe Garric et Martial Guédron
p. 129-144

Résumés

Jean Jacques Lequeu (1757-1826), architecte dessinateur ignoré de ses contemporains, doit sa redécouverte, au milieu du xxe siècle, à son œuvre graphique. Déposé un an avant sa mort à la Bibliothèque nationale, cet ensemble de dessins comprend, avec quelques projets de construction ou de décor, des productions autonomes : méthodes de dessin, architectures imaginaires ou fantastiques, mais aussi portraits, nus, études anatomiques et sexuelles. Aujourd’hui, à l’occasion de la première exposition qui lui est consacrée, une révision historiographique s’impose, à la lumière d’une connaissance désormais plus ample et plus fine de cette période de l’histoire de l’architecture et des arts. Tour à tour considéré comme moderne, surréaliste avant la lettre, postmoderne et malade mental, Lequeu apparaît dès lors comme un cas propice pour penser les approches anachroniques, en revenant sur la déconcertante série des interprétations dont il a fait l’objet.

Haut de page

Note de l’auteur

Les auteurs souhaitent exprimer leur gratitude à tous ceux qui leur ont fait part de leurs réflexions et tout particulièrement à Ségolène Le Men pour ses précieuses suggestions.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Plan

Lequeu anti-classique ?
Lequeu postmoderne ?
Lequeu anachronique ?

Aperçu du texte

L’œuvre de Lequeu (1757-1826), découverte au milieu du xxe siècle en raison des affinités qu’Emil Kaufman voulut y voir avec ses propres engagements (Kaufmann, 1952), ne se rattache ni à une école ni à un mouvement et son époque l’a passée sous silence. Longtemps, elle resta ainsi un objet flottant, à peine situé, et d’autant plus propice aux interprétations contemporaines que l’histoire de l’architecture, se contentant de prendre acte de la singularité des dessins et du personnage, le laissait à part. Mais les travaux de ces trente dernières années, en élargissant le domaine de l’histoire de l’architecture à des thématiques, des groupes d’acteurs ou des figures en marge, en approfondissant l’étude de voies parallèles à celles de l’édifice, qu’il s’agisse de l’imprimé ou de l’enseignement, éclairent notre objet d’un jour différent.

Devant cette connaissance à la fois plus fine et plus large des mondes de l’art, de l’architecture et de l’artisanat en France durant la période révoluti...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Baridon, Jean-Philippe Garric et Martial Guédron, « Anachronisme et interprétation : l’historiographie de Jean Jacques Lequeu », Perspective, 1 | 2018, 129-144.

Référence électronique

Laurent Baridon, Jean-Philippe Garric et Martial Guédron, « Anachronisme et interprétation : l’historiographie de Jean Jacques Lequeu », Perspective [En ligne], 1 | 2018, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 22 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/perspective/9493 ; DOI : 10.4000/perspective.9493

Haut de page

Auteurs

Laurent Baridon

Laurent Baridon, professeur d’histoire de l’art contemporain à l’université Lumière Lyon 2, travaille sur les imaginaires scientifiques et sociaux des artistes. Il s’intéresse plus particulièrement à l’architecture et à la satire graphique au XIXe siècle.

Articles du même auteur

Jean-Philippe Garric

Jean-Philippe Garric, architecte et historien, professeur d’histoire de l’art contemporain à l’université Paris 1 – Panthéon- Sorbonne est spécialiste de l’histoire de l’architecture en France et en Europe de la fin de l’Ancien Régime à la Première Guerre mondiale.

Martial Guédron

Martial Guédron est professeur d’histoire de l’art à l’université de Strasbourg. Il étudie les liens entre sciences et arts à travers les représentations du corps humain, que ce soit du côté de l’idéalisation, que ce soit du côté du grotesque et du monstrueux.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals