Navigation – Plan du site
Lectures

La dissolution de la généalogie : Degas et Lepic, place de la Concorde

The Mirage of Genealogy: Degas and Lepic at the Place de la Concorde
Auflösung der Genealogie: Degas und Lepic am Place de la Concorde
La dissoluzione della genealogia: Degas e Lepic, place de la Concorde
La disolución de la genealogía: Degas y Lepic plaza de la Concordia
Todd Porterfield
Traduction de Françoise Jaouën
p. 145-157

Résumés

À contre-courant de l’historiographie, cet article s’inscrit dans le contexte de l’intérêt croissant autour de Degas et la race, en démontrant que Le vicomte Lepic et ses filles traversant la place de la Concorde est une machine qui révèle la vacuité des généalogies de la famille, du patriarcat, du pedigree, de la race, de la lignée comme de l’ascendance artistique. Y sont analysées la place, sa représentation au centre urbain et monumental de Paris, à l’épicentre de l’ordre symbolique de la France, ainsi que la crise de l’art moderne et de la politique – éléments que le tableau ne vient pas atténuer. Les marqueurs de filiation et d’affiliation sont examinés, y compris le chien de Lepic sa fonction esthétique ; son pedigree dans l’histoire de l’art via la fresque de Saint Georges de Pisanello ; et son ascendance, un médaillé de l’Exposition universelle canine de 1863 qui fut un terrain d’essai pour l’eugénisme moderne.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Plan

Un terrain contesté : historiographie
Dissolution symbolique, urbaine, picturale et familiale
Le pedigree et la race
Iconographie désuète
La généalogie artistique
Stabilité sociale incompatible

Aperçu du texte

Cet essai s’inscrit à contre-courant, si l’on considère le nombre croissant d’études sur l’identité et la politique identitaire ; l’intérêt que l’on porte à la question raciale chez Degas ; l’antisémitisme de l’artiste mis en lumière par Linda Nochlin dans une étude d’une magistrale précision ; les débats sur la misogynie qui ont commencé à bouillonner du vivant de Degas ; les doutes émis par une avant-garde rétrograde qui estimait que l’artiste, qui a participé à huit expositions impressionnistes et contribué à les organiser, n’était pourtant pas véritablement un impressionniste ; et enfin la riche historiographie de l’un de ses tableaux les plus célèbres, qui a fait l’objet d’âpres débats. À travers une analyse détaillée de la Place de la Concorde (Le vicomte Lepic et ses filles traversant la place de la Concorde) il s’agit de montrer que Degas a recours à des marqueurs d’identité à caractère fixe et essentiel, des généalogies, pourrait-on dire, portant sur la famille, le patriarc...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Todd Porterfield, « La dissolution de la généalogie : Degas et Lepic, place de la Concorde », Perspective, 1 | 2018, 145-157.

Référence électronique

Todd Porterfield, « La dissolution de la généalogie : Degas et Lepic, place de la Concorde », Perspective [En ligne], 1 | 2018, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/perspective/9551 ; DOI : 10.4000/perspective.9551

Haut de page

Auteur

Todd Porterfield

Todd Porterfield, New York University
tp32[at]nyu.edu

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals