Navigation – Plan du site
Lectures

Repenser les liens entre l’histoire de l’art et la nation

Rethinking the Links between Art History and the Nation
Über die Beziehungen zwischen Kunstgeschichte und Nation
Ripensare i legami tra la storia dell’arte e la nazione
Repensar los lazos entre historia del arte y la nación
Maddalena Carli
p. 159-166
Références :

Michaud, 2015 : Éric Michaud, Les invasions barbares. Une généalogie de l’histoire de l’art, Paris, Gallimard (NRF Essais), 2015, 304 p.

Passini, 2007 : Michela Passini, La fabrique de l’art national. Le nationalisme et les origines de l’histoire de l’art en France et en Allemagne 1870-1933, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’homme/Centre allemand d’histoire de l’art (Passages/Passagen, 43), 2007, 366 p.

Passini, 2017 : Michela Passini, L’œil et l’archive. Une histoire de l’histoire de l’art, Paris, La découverte (SH / Écritures de l’histoire), 2017, 342 p.

Résumés

Entamant un fructueux dialogue avec l’idée de nation et la constellation linguistique qui l’entoure, les travaux d’Éric Michaud et de Michela Passini s’interrogent sur la fonction exercée par l’histoire de l’art dans les constructions identitaires. Marqués par des approches et par des parcours critiques différents, les trois ouvrages semblent avoir en commun l’intention de remédier à la sous-évaluation du penchant nationaliste de l’histoire de l’art européenne : en proposer une lecture croisée peut représenter une contribution à la réflexion sur la portée politique des œuvres artistiques et de leurs histoires, et sur l’influence que les visions organicistes, physiognomoniques et classificatoires du passé continuent d’exercer sur le présent du nouveau millénaire.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Plan

Fantasmer autour des origines
Traverser les frontières nationales
Des histoires de l’histoire de l’art

Aperçu du texte

Au cours des quinze dernières années, la quasi-totalité des sciences sociales ont partagé une tendance à réfléchir sur elles-mêmes et sur leur histoire. Il ne s’agit pas là d’un phénomène nouveau, mais d’une méthode de recherche qui n’a pas cessé de se développer, s’étendant progressivement à toutes les disciplines, même les plus jeunes ; par ailleurs, contrairement à ce qui existait par le passé, cette réflexion a commencé à porter sur la longue durée et sur les interactions socio-culturelles et non plus uniquement sur des dynamiques internes ou sur des segments temporels denses, tels que la crise fin-de-siècle, l’entre-deux-guerres, ou bien le « moment 1968 ».

C’est dans ce contexte que s’inscrit une série d’études sur la naissance de l’histoire de l’art dans l’espace européen et sur ses liens avec les processus de nationalisation au cours du long xixe siècle. Entamant un fructueux dialogue avec l’idée de nation et la constellation linguistique qui l’entoure, dans leurs travaux réc...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maddalena Carli, « Repenser les liens entre l’histoire de l’art et la nation », Perspective, 1 | 2018, 159-166.

Référence électronique

Maddalena Carli, « Repenser les liens entre l’histoire de l’art et la nation », Perspective [En ligne], 1 | 2018, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 19 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/perspective/9625

Haut de page

Auteur

Maddalena Carli

Università degli Studi di Teramo
madcarli[at]gmail.com

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals