Navigation – Plan du site

AccueilLes numéros2020-1Comptes rendus de lecturesSOLINGER, Dorothy J. (éd.). 2018....

Comptes rendus de lectures

SOLINGER, Dorothy J. (éd.). 2018. Polarized Cities. Portraits of the Rich and Poor in Urban China. Lanham, Boulder, New York, Londres : Rowman and Littlefield.

Éric Florence
Traduction de Gabriel Benet
p. 57-58

Texte intégral

1De son livre de référence Contesting Citizenship in Urban China (1999), States’ Gains, Labor’s Losses (2009) à Socialism Vanquished, Socialism Challenged (2012), Dorothy Solinger n’a eu de cesse d’étudier la question de la pauvreté urbaine (des migrants ruraux aux populations démunies des villes) et du rôle de l’État et des institutions à l’ère de l’économie planifiée dans la (re)production de la polarisation socioéconomique.

2Réunissant neuf contributions, Polarized Cities entreprend de questionner comment, au fil de trois décennies de taux de croissance extrêmement élevés, les changements socioéconomiques ont conduit à un système d’inégalités toujours plus tenaces, où les super-riches et les plus démunis vivent dans un système de castes quasiment hermétiques. Comprendre comment cette « bifurcation » a été rendue possible est l’enjeu central auquel s’attèlent les contributeurs de ce volume édité (p. 2).

3Dans son chapitre d’introduction, Dorothy Solinger développe les principaux arguments qui donnent au livre sa cohérence. Elle met en avant trois idées interdépendantes. Elle se livre tout d’abord à l’examen des travaux quantitatifs et qualitatifs étudiant les inégalités dans la Chine post-Mao. L’éclairage principal fourni par ces études est de montrer que la combinaison de choix politiques majeurs – tels que la privatisation du secteur immobilier, le démantèlement des entreprises d’État, etc. – et des effets durables des institutions de l’ère socialiste a aggravé la polarisation socioéconomique et a rendu de plus en plus difficile pour les populations urbaines en situation de pauvreté d’échapper à la misère. Deuxièmement, Solinger souligne le rôle central de l’État dans la production de cette inégalité même si, comme elle le note, cela a pu ne pas être intentionnel de la part de l’État chinois. Enfin, elle met en exergue l’existence d’un schéma global de mobilité sociale bloquée. Ces trois thèmes sont repris dans la plupart des chapitres de Polarized Cities. Solinger rentre également dans les détails pour définir « le pouvoir » comme étant à la fois contraint mais aussi permis par les structures de domination (p. 2). La contribution de Wang Feng constitue un excellent apport à l’introduction de Solinger en donnant au lecteur une vue d’ensemble des conditions historiques et politiques dans lesquelles se sont produits ces changements sur le plan des inégalités au cours des quatre dernières décennies. Wang Feng explique pourquoi les tentatives du gouvernement chinois pour réduire les inégalités constituent ce qu’il appelle « une rude bataille » (p. 24). Il se concentre sur deux aspects fondamentaux de cette bataille. Il met d’abord en lumière la manière dont les inégalités économiques sont passées d’une « inégalité de revenu » à une « inégalité de richesse » bien plus profondément ancrée, qui se transmet désormais d’une génération à l’autre. Ensuite, il décrit le déclin de la mobilité dans l’éducation et de la mobilité professionnelle. Pour finir, il évalue les tentatives du gouvernement chinois pour réduire les inégalités.

4Dans la deuxième partie du livre, Zhang Li étudie la façon dont les riches et les pauvres font face aux problèmes d’accès aux espaces et terrains urbains, à la pollution de l’air, aux états de détresse psychologique et aux difficultés émotionnelles (p. 44). Solinger examine ensuite le traitement dont font l’objet les populations défavorisées des villes de la part de l’État chinois avec la « garantie de moyens minimums d’existence » (dibao 低保) à partir de 1999. Elle montre qu’un changement relatif de priorité s’est opéré lorsque l’effort concentré principalement sur les allocations fournies initialement aux urbains pauvres s’est tourné davantage vers les ruraux pauvres à partir de 2013, lorsque les aides aux populations rurales ont commencé à dépasser celles accordées aux démunis des villes. En comparant le dibao aux programmes de lutte contre la pauvreté dans d’autres pays d’Amérique latine, elle constate que même lorsque l’on additionne les aides urbaines et rurales du dibao, la part du PIB dédiée à la réduction de la pauvreté en Chine demeure bien en deçà de la moyenne observée en Amérique latine (p. 74-5).

5Dans la contribution suivante, Mun Young Cho étudie l’engagement affectif et relationnel des employés de Foxconn à travers leur participation à des activités de travail social bénévole. En s’appuyant sur quatre années de recherche ethnographique chez Foxconn à Shenzhen, Cho propose la notion de « citoyenneté éthique » qui, en l’absence de droits sociaux et politiques, fonctionne au travers des « choix, désirs et aspirations » des travailleurs (p. 88). Elle montre que l’engagement des « passionnés pauvres » dans le travail social ne peut les aider à s’extraire de la « position semblable à une caste » dans laquelle ils sont coincés, et que chez ces travailleurs, « la souffrance sociale nous amène à reconnaître la survenue simultanée de leur exclusion structurelle dans la production matérielle d’un côté, et de leur inclusion individuelle dans la production sociale de l’autre » (p. 103).

6Joshua Goldstein apporte ensuite une synthèse historique riche du secteur du recyclage informel à Pékin dans la Chine d’après Mao. D’une répression de routine et d’un contrôle du cadre légal et de la discipline des ramasseurs de déchets (des années 1990 à 2003) à une approche « vivre et laisser vivre » par les autorités des municipalités (p. 119), Goldstein dépeint la ténacité des recycleurs informels malgré un ensemble soutenu de politiques défavorables de la part du gouvernement municipal. D’après Goldstein, le fait que ce réseau dense de recycleurs informels ait été capable de subsister jusqu’à aujourd’hui est à la fois un témoignage du pouvoir de ces recycleurs et du mélange d’incapacité et de réticence de la part des autorités municipales à contrôler et déraciner complètement le marché du recyclage informel.

7La partie III commence par une perspective historique de l’industrie des discothèques à Shanghai, en commençant par les salles de danse issues de la culture de la classe ouvrière de la fin des années 1980, en passant par la culture des karaokés et des bar-salons des années 1990, jusqu’au cercle fermé des hyper-riches et le modèle « roi dans son château » d’aujourd’hui (p. 128). Ils montrent comment les espaces plutôt fluides et ouverts des karaokés et des bar-salons des années 1990 qui offraient des lieux de rencontre mélangeant des personnes de différentes classes, et milieux professionnels, issus de la campagne ou de la ville, ont cédé la place à partir de 2005 à un « espace sûr dédié uniquement aux jeunes fuerdai (富二代) » (p. 139). Dans son chapitre sur la corruption et la formation de la classe des nouveaux riches en Chine, Osburg décrit un processus de cloisonnement très similaire parmi la seconde génération de riches urbains (fu’erdai ) au sein des cercles de l’élite urbaine.

8Selon les observations d’Osburg, la dernière décennie a vu la consolidation de ce qu’il appelle « les élites établies » ou un « système de caste au sommet », l’accès à ce cercle fermé étant toujours plus difficile pour les nouveaux membres s’il n’est pas acquis par la naissance.

9Dans l’ensemble, l’idée quelque peu provocatrice de la formation d’un système de castes aux deux extrémités du spectre social est plutôt solidement étayée. La profondeur historique de plusieurs contributions (Solinger, Wang, Goldstein, Field et Farrer, Osburg) permet d’identifier les changements dans les schémas d’inégalités, de concentration des richesses, et de consolidation des classes ces trente dernières années. Dans leurs chapitres respectifs, Wang Feng, Dorothy Solinger et David Goodman montrent que malgré les grandes politiques initiées par le gouvernement en matière de protection sociale, ce sont les plus privilégiés qui ont le plus bénéficié de la redistribution publique pour la santé, les retraites, et l’éducation. Wang Feng l’exprime de manière assez tranchante : « les inégalités économiques et sociales sont devenues systématiques, structurelles et durables […] » et « l’État a une responsabilité directe dans l’apparition d’inégalités entre ceux qui sont proches du système et ceux qui ne le sont pas » (p. 37). En effet, d’autres chapitres de Cho, Goldstein, et Field et Farrer vont dans le même sens et décrivent un schéma global de déclin de la mobilité étudiante et professionnelle, les origines familiales devenant un facteur toujours plus important dans la détermination de la réussite socioéconomique. Ainsi, malgré la considérable croissance de l’accès à l’enseignement supérieur lors des trois dernières décennies (une multiplication par plus de six entre 1998 et 2014), les écarts entre ruraux et urbains dans l’accès à l’université ont augmenté, et pour les enfants de famille pauvre, à la campagne comme en ville, entrer à l’université est devenu un objectif toujours plus hors d’atteinte, sans parler de l’accès aux universités d’élite (p. 32).

10Une autre particularité essentielle qui ressort de ce livre est le système d’alliances profondément ancré et très robuste entre les pouvoirs politiques et économiques, et le rôle des élites politiques dans l’émergence et la consolidation de l’accumulation et la concentration des richesses depuis le début de l’ère post-Mao. En ce qui concerne ces alliances, l’ampleur de la campagne anti-corruption menée par Xi Jinping est, selon Wang Feng, une illustration de « l’omniprésence et l’étendue du mariage entre pourvoir et argent » (p. 31).

11Alors que le livre dresse un tableau assez sombre des changements socioéconomiques dans la Chine d’aujourd’hui, une question importante est laissée sans réponse, sauf brièvement dans la contribution de Wang Feng : celle du processus sans fin de formation et de consolidation de la légitimation de l’État. Cela ouvre la porte à de futures recherches sur la manière dont différents niveaux et agents de l’État-parti chinois font face à une société de plus en plus polarisée.

Haut de page

Bibliographie

SOLINGER, Dorothy J. 1999. Contesting Citizenship in Urban China. Peasant Migrants, the State and the Logic of the Market. Berkeley : University of California Press.

SOLINGER, Dorothy J. 2009. States’ Gains, Labor’s Losses. China, France and Mexico Choose Global Liaisons, 1980-2000. New York : Cornell University Press.

BENDELJ, Nina, et Dorothy J. SOLINGER (éds.). 2012. Socialism Vanquished, Socialism Challenged. Eastern Europe and China, 1989-2009. New York : Oxford University Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Florence, « SOLINGER, Dorothy J. (éd.). 2018. Polarized Cities. Portraits of the Rich and Poor in Urban China. Lanham, Boulder, New York, Londres : Rowman and Littlefield. », Perspectives chinoises, 2020-1 | 2020, 57-58.

Référence électronique

Éric Florence, « SOLINGER, Dorothy J. (éd.). 2018. Polarized Cities. Portraits of the Rich and Poor in Urban China. Lanham, Boulder, New York, Londres : Rowman and Littlefield. », Perspectives chinoises [En ligne], 2020-1 | 2020, mis en ligne le 01 mars 2020, consulté le 20 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/10987

Haut de page

Auteur

Éric Florence

Éric Florence est professeur associé à l’Université de Liège, Faculté de Philosophie et Lettres (Langues et littératures d’Asie de l’Est), Place du 20-Août, 74000 Liège, Belgique.eric.florence@uliege.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search