Navigation – Plan du site

AccueilLes numéros2020-1Comptes rendus de lecturesDRIESSEN, Miriam. 2019. Tales of ...

Comptes rendus de lectures

DRIESSEN, Miriam. 2019. Tales of Hope, Tastes of Bitterness: Chinese Road Builders in Ethiopia. Hong Kong : Hong Kong University Press

Sarah Hanisch
Traduction de Gabriel Benet
p. 58-59

Texte intégral

1Tales of Hope, Tastes of Bitterness: Chinese Road Builders in Ethiopia de Miriam Driessen propose une ethnographie nuancée des acteurs impliqués dans un projet de construction de routes en Éthiopie. Le projet a été financé par le gouvernement éthiopien et l’Union Européenne, et dirigé par un entrepreneur chinois. Celui-ci a fait appel à six entreprises chinoises et une poignée d’entreprises éthiopiennes pour réaliser ces travaux routiers. Un total de 125 travailleurs chinois et 700 à 800 travailleurs éthiopiens étaient engagés au plus fort du projet en 2012. Le grand nombre de personnes participant au projet et la distance physique de 100 kilomètres qui devait être couverte constituent assurément un contexte inhabituel pour un terrain ethnographique. Driessen s’y est confrontée avec succès en élaborant des stratégies de recherche innovantes. Au cours de dix mois de recherche sur le terrain en 2011 et 2012, Driessen s’est déplacée le long de la route en construction, interrogeant et observant les travailleurs chinois et éthiopiens ainsi que les villageois locaux et les représentants des institutions locales. Driessen ouvre ainsi une fenêtre unique sur la vie quotidienne, les interactions, et les défis des constructeurs de route chinois et de leurs homologues éthiopiens.

2Dans son livre, Driessen analyse les situations de contact dans lesquelles les ouvriers chinois et éthiopiens se rencontrent et s’opposent entre eux dans des relations de pouvoir très asymétriques. Après une brève introduction, Driessen présente les motivations et les perceptions des migrants chinois (chapitre 1). Ils quittent la Chine pour échapper à leur situation précaire dans l’espoir de s’assurer dans le futur une meilleure vie en Chine. Alors que les travailleurs chinois en Éthiopie partagent des motivations et des attentes similaires, Driessen montre qu’ils sont divisés en interne (chapitre 2). Les salaires et autres avantages (daiyu 待遇) varient grandement entre entreprises chinoises privées, étatiques, ou publique-privé. Au sein des entreprises, les ouvriers sont encore divisés en fonction de leur âge, de leur expérience professionnelle, de leur classe, et de leur position hiérarchique. Les travailleurs chinois utilisent le discours du « récit d’amertume » (suku 訴苦) pour décrire leur expérience en Éthiopie (chapitre 7). Dans leurs histoires, les ouvriers se plaignent de tout ce qu’ils doivent endurer, tout en célébrant en même temps leur ténacité et leur persévérance individuelles et collectives face aux difficultés. Mis ensemble, ces chapitres donnent une image nuancée des travailleurs migrants chinois et montrent qu’ils sont souvent déçus par leur séjour en Éthiopie.

3Bien que les dirigeants des entreprises souhaitent préserver une certaine pureté chinoise en dissuadant les hommes chinois de toute intimité sexuelle avec les femmes éthiopiennes, la réalité quotidienne sur les chantiers est tout à fait différente (chapitre 3). Les nombreux cas d’intimité sexuelle provoquent de vifs échanges entre les responsables chinois sur les notions de race et de différence. Ils remettent également en question l’autorité et les disparités raciales des conditions de travail établies par les directeurs chinois.

4Ces derniers éprouvent encore plus de difficultés en essayant de faire des travailleurs éthiopiens des ouvriers laborieux (chapitre 4). Les travailleurs éthiopiens ne se montrent pas convaincus par le besoin d’un développement personnel car ils n’en tirent que peu d’avantages pour eux-mêmes. Les méthodes disciplinaires imprévisibles des superviseurs chinois visant à rendre les ouvriers éthiopiens dociles et assidus ont souvent un effet contre-productif (chapitre 5). À travers de menus actes de bravade quotidiens, de transgressions subtiles des règles de l’entreprise, les travailleurs éthiopiens défient l’autorité de leurs patrons chinois. L’autorité des responsables chinois est encore plus affaiblie lorsque des travailleurs et des villageois éthiopiens intentent des procès aux entreprises chinoises devant les tribunaux locaux (chapitre 6). Avec l’aide des tribunaux locaux, les ouvriers éthiopiens améliorent leurs conditions de travail. Les dirigeants chinois se sentent abandonnés par les autorités locales car elles se rangent du côté des travailleurs éthiopiens. Ces chapitres montrent que les ouvriers éthiopiens exercent un pouvoir considérable – fixant souvent les règles des interactions.

5Dans certaines parties du livre, quelques détails supplémentaires sur des informateurs et des situations spécifiques auraient pu renforcer la force explicative du superbe matériel ethnographique de Driessen. Par exemple, au début du chapitre 6, j’étais curieuse de savoir pour quelle raison exacte Li Deye est resté silencieux sur le chemin du retour du tribunal, et de savoir ce qu’il s’est passé après qu’il a disparu dans sa chambre (p. 132). De même, je me suis demandé pourquoi un vieil homme dénommé Hamid Mengesha avait été choisi comme source compétente pour témoigner de l’influence politique des constructeurs routiers chinois en Éthiopie (chapitre 8). De la même façon encore, les documents sous forme de textes ne sont pas toujours contextualisés. Par exemple, Driessen utilise une discussion prise sur le site internet Zhihu 知乎 au sujet de deux photos – l’une d’un homme chinois, l’autre d’une femme africaine – pour montrer l’obsession des internautes chinois pour la couleur de peau (chapitre 4). En tant que lectrice, j’aurais aimé connaître la raison pour laquelle elle a choisi ce fil de discussion en particulier, et en quoi il est semblable ou différent des autres discussions sur Internet.

6Driessen s’inspire de la littérature sur le développement personnel pour aborder les différentes attitudes des travailleurs vis-à-vis de la discipline et leurs façons de voir la vie. Indiscutablement, le développement personnel est un thème dominant dans la Chine post-Mao. Des études conduites auprès d’ouvriers (Pun 2005) et de femmes de ménage (Yan 2008) montrent que les migrants chinois issus des zones rurales pensent qu’ils doivent se transformer en travailleurs dociles pour réussir. Driessen avance que les travailleurs éthiopiens refusent de devenir des ouvriers dociles, à la grande surprise des responsables et de leurs collègues chinois. Cependant, les incidents comme les suicides d’ouvriers chinois qui attirent l’attention sur leurs conditions de travail désastreuses dans les usines du Sud de la Chine suggèrent que les points de vue des travailleurs chinois et éthiopiens sont plus similaires que ce que ne suggère la discussion de Driessen. Les ouvriers chinois, tout comme leurs homologues éthiopiens, se rendent compte que le développement personnel et la docilité au travail servent avant tout les intérêts de l’État et des entreprises. Ils utilisent par conséquent des tactiques radicales pour négocier de meilleurs salaires et de meilleures conditions de travail. J’avancerais que cela s’applique même au secteur du bâtiment en Chine. Alors que dans les années 1990 les travailleurs n’avaient que peu de sécurité quant à leur salaire et à leur vie même, ils sont parvenus à améliorer les règles de sécurité et le droit du travail par de fréquents mouvements de protestation. Cela mène à penser que même en Chine, l’idée de travailleur soumis, docile, devient un idéal abstrait plutôt qu’une réalité vécue. Les dirigeants chinois en Éthiopie peuvent bien essayer de préserver cet idéal, mais ce n’est certainement plus le statu quo en Chine.

7Dans son livre, Driessen combine habilement une analyse de ses données ethnographiques très riches avec une discussion sur les relations de travail, la migration, la race, et la mondialisation. Son style captivant permet de suivre facilement son raisonnement. Son livre n’est pas simplement un ajout de plus aux études existantes sur les relations sino-africaines. Il s’agit bien d’un exemple enthousiasmant qui montre la manière dont la recherche sur les relations sino-africaines pourrait se sortir d’une niche dominée par les relations internationales et la théorie macroéconomique afin d’ouvrir des débats plus larges en anthropologie, en histoire globale, et en études chinoises. En tant que tel, c’est une lecture indispensable pour les anthropologues et les chercheurs en relations sino-africaines, et une source utile pour les enseignements de premier et deuxième cycles.

8PUN, Ngai. 2005. Made in China: Women Factory Workers in a Global Workplace. Durham : Duke University Press.

Haut de page

Bibliographie

YAN, Hairong. 2008. New Masters, New Servants: Migration, Development and Women Workers in China. Durham : Duke University Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sarah Hanisch, « DRIESSEN, Miriam. 2019. Tales of Hope, Tastes of Bitterness: Chinese Road Builders in Ethiopia. Hong Kong : Hong Kong University Press », Perspectives chinoises, 2020-1 | 2020, 58-59.

Référence électronique

Sarah Hanisch, « DRIESSEN, Miriam. 2019. Tales of Hope, Tastes of Bitterness: Chinese Road Builders in Ethiopia. Hong Kong : Hong Kong University Press », Perspectives chinoises [En ligne], 2020-1 | 2020, mis en ligne le 01 mars 2020, consulté le 28 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/10993

Haut de page

Auteur

Sarah Hanisch

Sarah Hanisch est postdoctorante et chargée de cours au départementd’anthropologie sociale et culturelle de l’Université de Cologne, Allemagne.sarah.hanisch@uni-koeln.de

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search