Navigation – Plan du site

AccueilLes numéros2020-3ActualitésL’évolution des répertoires de la...

Actualités

L’évolution des répertoires de la contestation à Hong Kong : étude de cas sur le mouvement contre la loi d’extradition

Hiu-Fung Chung
Traduction de Thibault Le Texier.
p. 61-67

Texte intégral

Introduction

1À Hong Kong, le mouvement contre l’amendement de la loi d’extradition, ou mouvement anti-Elab (faandeoi saudeng toufaan tiulai 反對修訂逃犯條例), a relancé un nouveau cycle de protestations après la période de sursis qui avait suivi le mouvement des Parapluies en 2014. En février 2019, le gouvernement de la Région Administrative Spéciale (RAS) de Hong Kong a présenté une proposition visant à amender les ordonnances existantes pour permettre à Hong Kong de détenir et de transférer des fugitifs vers des pays et des territoires avec lesquels elle n’a pas d’accord d’extradition formel, notamment la Chine continentale. Bien que, selon des représentants du gouvernement, le projet de loi ait été lancé en réponse à une affaire de meurtre à Taipei en 2018, l’inquiétude du public quant aux motivations des autorités s’est progressivement muée en contestation aussi bien au sein du Conseil législatif (LegCo) que dans l’arène publique. Après les manifestations massives de juin 2019, des vagues successives de protestations ont stimulé l’imagination et étendu les modes de résistance politique des citoyens hongkongais. En termes de stratégie, l’association complémentaire d’actions « pacifiques, rationnelles et non violentes » (woleifei 和理非) et de confrontations « militantes » (jungmou 勇武) a donné lieu à une évolution inattendue du répertoire de contestation à Hong Kong. Ce changement à première vue spectaculaire n’a pas été instantané ; il a, au contraire, progressivement émergé d’un contexte politique spécifique.

  • 1 L’équipe de recherche était dirigée par le professeur Francis Lee L. F. de l’université chinoise de (...)

2Ce court article examine comment le mouvement anti-Elab a reconfiguré les expériences des mouvements précédents et donné un nouveau sens à la résistance politique à Hong Kong. Il commence par un bref examen de l’évolution du répertoire d’actions des mouvements hongkongais entre la rétrocession et le débat sur l’amendement de la loi d’extradition, début 2019. Après cette mise en contexte, l’article se concentre sur les trois dynamiques qui sous-tendent les formes d’actions parallèles ayant émergé entre juin 2019 et janvier 2020. Afin de saisir la trajectoire d’évolution des répertoires, des données originales issues d’enquêtes sur les lieux de manifestations seront présentées, complétées par des revues de presse. Ces enquêtes ont été menées, avec l’aide d’assistants qualifiés, par une équipe de chercheurs de quatre universités de Hong Kong lors de presque toutes les grandes manifestations de cette période1.

Le répertoire de la contestation à Hong Kong depuis la rétrocession

3Le régime hybride de Hong Kong, sa structure institutionnelle et sa culture contestataire conservatrice expliquent que la RAS avait rarement été témoin de mobilisations sociales disruptives ou violentes avant ou après le transfert de souveraineté (Ku 2007 ; Fong 2013 ; Cheng 2016). Même après la marche historique contre la loi sur la sécurité nationale du 1ᵉʳ juillet 2003, les manifestations et les rassemblements tendaient à rester par principe « pacifiques, rationnels et non violents » (woping, leising, feiboulik 和平, 理性, 非暴力), et à rechercher des concessions auprès du gouvernement grâce à de fortes mobilisations (Cheng 2016). Bien que certaines manifestations aient adopté des formes d’action plus directes, comme l’occupation (zimling 佔領) pendant les campagnes de protection des quais de ferry en 2006 et 2007, la plupart, mues par une volonté de mobiliser la société dans son ensemble, étaient non violentes et symboliques (ibid.). Bien qu’elles aient porté sur divers problèmes, ces manifestations pacifiques cherchaient avant tout à protéger des libertés individuelles menacées et à libéraliser un système politique quasi démocratique (Ma 2007). À partir du début des années 2010, une nouvelle forme de militantisme, axée sur les problèmes de subsistance liés aux interactions croissantes entre Hong Kong et la Chine continentale, est apparue dans les quartiers. Les Hongkongais ont alors adopté des modes d’action plus radicaux ciblant les touristes, les nouveaux migrants et « les commerçants parallèles » du continent (Chen et Szeto 2015 ; Yuen et Chung 2018). Néanmoins, ce n’est qu’à partir du mouvement Occupy Central with Love and Peace (OCLP, Joeng ngoi jyu woping zimling zungwaan 讓愛與和平佔領中環) et du mouvement des Parapluies subséquent, que le répertoire de contestation hongkongais s’est profondément transformé, en termes d’échelle et d’intensité de la participation.

4L’apparition d’OCLP s’inscrit dans un contexte de démocratisation contrariée par de multiples revers politiques. Conformément à la Loi fondamentale, l’élection au suffrage universel du chef de l’exécutif et du Conseil législatif (LegCo) était censée être établie dès 2007 et 2008, mais en 2006 cette disposition a été rejetée et reportée par le Comité permanent du Congrès national populaire (Quanguo renmin daibiao dahui changwu weiyuanhui 全國人民代表大會常務委員會). Dans le même temps, les grandes manifestations, devenues routinières, avaient progressivement perdu leur caractère perturbateur et inédit. Face à la stagnation du processus de démocratisation, les militants ont commencé à penser que des moyens d’action plus radicaux étaient nécessaires et justifiés. Dans ce contexte, au début de l’année 2013, le professeur de droit Benny Tai 戴耀廷 a proposé d’occuper le quartier des affaires de la ville, afin de contraindre les gouvernements de Pékin et de Hong Kong à faire des concessions sur la réforme démocratique. Après plus d’un an et demi de préparation, la campagne de protestation, marquée par l’utilisation de gaz lacrymogènes par la police le 28 septembre 2014, s’est transformée spontanément en mouvement des Parapluies.

5Au cours des 79 jours suivants, la société hongkongaise et l’opinion publique internationale ont été témoins de la plus grande campagne de désobéissance civile de l’histoire contemporaine de Hong Kong. Le régime a rapidement réagi à cet événement imprévu en passant de la répression à une stratégie d’attrition, créant ainsi une impasse (Yuen et Cheng 2017). Du côté des contestataires, les dissensions internes sur l’escalade des modes d’action et le leadership du mouvement ont élargi le fossé entre les manifestants woleifei et jungmou, et fini par saper peu à peu le moral des participants.

6L’échec du mouvement des Parapluies a entraîné une radicalisation de la contestation, marquée notamment par le « localisme » (buntou zyuji 本土主義) et son attrait croissant pour les jeunes Hongkongais. Historiquement, à Hong Kong, le localisme est issu du militantisme progressiste de gauche du milieu des années 2000, puis il a été adopté par des militants de droite qui l’ont intégré à leur programme politique anti-Chine continentale à partir du début des années 2010 (Ku 2012 ; Chen et Szeto 2015). Au lendemain du mouvement des Parapluies, de nouveaux groupes politiques tels que Youngspiration (Cingnin sanzing 青年新政) et Hong Kong Indigenous (Buntou manzyu cinsin 本土民主前線) se sont rapidement approprié le discours localiste et l’ont intégré à leur programme idéologiquement plus radical et pro-indépendance. Appelant à donner la priorité aux Hongkongais, ces militants localistes ont utilisé des répertoires de confrontation plus frontale lors de certaines « opérations de reconquête » (gwongfuk hangdung 光復行動), tout en ciblant des Chinois continentaux dans les quartiers au cours des années 2015 et 2016.

  • 2 Selon une enquête d’opinion publique réalisée en mars 2016, environ 70 % des citoyens hongkongais e (...)

7Les troubles de Mongkok (Wonggok soulyun 旺角騷亂), en février 2016, ont amené la radicalisation tactique à un nouveau sommet. Face à la répression du gouvernement à l’égard des vendeurs de rue non autorisés, Hong Kong Indigenous a mobilisé ses partisans pour protéger les marchands ambulants que les agents de propreté tentaient d’éloigner et pour préserver la culture locale du marché de rue (Yuen et Chung 2020). L’action s’est intensifiée suite aux opérations de contrôle des foules menées par la police, et les manifestants ont adopté des méthodes plus agressives, notamment en retirant les pavés de la chaussée et en lançant des bouteilles de verre sur les policiers (Chan et Ng 2017). Par la suite, les interactions entre police et manifestants sont devenues plus conflictuelles à Hong Kong. En dépit de la violence engendrée, le camp localiste a gagné en popularité et en sympathie (Yuen et Chung 2018), comme l’indiquent les 15 % de votes obtenus par le candidat localiste Edward Leung (梁天琦) lors de l’élection partielle du LegCo de 2016, même si le soutien public aux actions radicales restait, de manière générale, assez faible2.

  • 3 Holmes Chan, « Leading Hong Kong Umbrella Movement activists found guilty of public nuisance », Hon (...)
  • 4 « 眾志倡民主自決 周庭被DQ 選舉主任指沒有真心真誠擁護基本法 » (Zungzi coeng manzyuzikyut zauting bei DQ syungeoizyujam zi mutj (...)

8Afin d’étouffer ces nouvelles tendances plus radicales, le régime a adopté une ligne dure visant à délégitimer le camp localiste et paralyser le mouvement pro-démocratie (Yuen et Chung 2018 ; Cheng 2020). De nombreuses personnes arrêtées lors des affrontements de Mongkok ont été inculpées pour émeute, agressions contre des forces de l’ordre et autres infractions liées, signe d’une répression politique et judiciaire ciblée. Entre avril 2018 et juin 2019, 23 d’entre eux ont été reconnus coupables d’émeutes et condamnés à la peine maximale d’emprisonnement. Fin 2018, neuf personnalités de premier plan du mouvement des Parapluies ont été accusées « d’incitation à commettre des nuisances publiques », « d’incitation à inciter à commettre des nuisances publiques » et d’autres infractions liées3. La controverse sur la prestation de serment fin 2016 (Yuen et Chung 2018) a été suivie par la disqualification de députés élus et, pour les partisans de l’indépendance et de l’autodétermination de Hong Kong, par l’interdiction de présenter leur candidature aux élections4. S’en est suivi entre fin 2016 et début 2019 une période de sommeil du mouvement pro-démocratie à Hong Kong, marquée par une moindre confiance en la capacité de l’action collective à influencer le processus politique et une absence de mobilisation de grande ampleur (Lee, Yuen, Tang et Cheng 2019).

9Il convient néanmoins de noter que les conditions et les ressources d’une mobilisation de masse ont perduré en raison du mécontentement envers une gouvernance toujours aussi faible et une persistance des inégalités sociales, mécontentement auquel est associé le maintien des réseaux du mouvement sur le terrain (Chung 2019 ; Lee et al. 2019).

Les dynamiques de la contestation dans le mouvement anti-Elab

10Comme nous l’avons vu dans la discussion précédente, l’évolution progressive du répertoire d’action collective à Hong Kong suite à la rétrocession est le fruit des expériences du mouvement social et de l’intervention du régime (Tilly et Tarrow 2015 : 19-20). Avant d’expliquer la dynamique sous-jacente à ce changement de répertoire, il est utile de rappeler comment le mouvement anti-Elab a pris l’ampleur qu’on lui connaît.

  • 5 « 影像: 反逃犯條例修訂大遊行 民陣指人數高達13萬 » (Jingzoeng: faantoufaantiulaisaudeng daaijauhang manzan zi jansou gou (...)
  • 6 « 反引渡修例聯署合集 » (Faanjandou saulai lyuncyu hapzaap, Collecte de pétitions anti-Elab), Citizen News, 9 (...)

11Dès la publication de la proposition d’amendement, en février, le projet de loi d’extradition a immédiatement suscité une vive inquiétude chez les Hongkongais en raison de leur profonde méfiance à l’égard du système juridique de Chine continentale. Le gouvernement de la RAS n’ayant pas réussi à atténuer les inquiétudes de la population, la manifestation du 28 avril, initiée par le Civil Human Rights Front (CHRF), a attiré de manière inattendue la plus grande participation à un rassemblement depuis le mouvement des Parapluies5. Au sein du LegCo, les débats se sont intensifiés à partir de mai 2019 tandis que plus de 270 000 signatures de citoyens hongkongais étaient collectées via diverses pétitions en ligne contre la proposition d’amendement. Le 9 juin, un million de citoyens sont descendus dans la rue6. La première utilisation de gaz lacrymogène par la police trois jours plus tard, lors d’affrontements dans le quartier d’Admiralty et à Central, a marqué un tournant. Les manifestants arrêtés le 12 juin ont été accusés d’émeute pour la première fois depuis le début du mouvement anti-Elab. En réaction à cette répression inattendue, le CHRF a appelé à une nouvelle manifestation le 16 juin au cours de laquelle « cinq revendications » (ng daai soukau 五大訴求) ont été officiellement présentées. Ces « cinq revendications » sont devenues un cadre d’action collective qui a légitimé les diverses activités du mouvement au cours des mois suivants (Benford et Snow 2000). Le slogan utilisé par le leader localiste Edward Leung lors de sa campagne électorale de 2016, « Libérer Hong Kong, une révolution de notre temps » (Gwongfuk Hoenggong, sidoi gaakming 光復香港, 時代革命) est devenu le cri de ralliement du mouvement, témoignant d’« un imaginaire révolutionnaire d’une vivacité sans précédent » (Ku 2020) au sein de la population. Pour comprendre comment ce soulèvement extraordinaire est devenu « révolutionnaire », il faut prendre en compte trois aspects interdépendants.

Figure 1. Une affiche avec les slogans « Libérer Hong Kong, une révolution de notre temps » et « Hongkongais, résistez ! » Crédit : ANTIELAB Research Data Archive.

Solidarité et diversité

12Au sein du mouvement, le haut degré de solidarité et de respect de la diversité ainsi que sa durabilité ont fourni un fondement normatif à la radicalisation tactique et à l’émergence de répertoires parallèles innovants, au-delà des manifestations de rue. Cette norme de solidarité, codifiée par des protocoles d’action tels que « ni division, ni rupture des liens » (bat fanfaa, bat gotzik 不分化, 不割席) et « gravissons ensemble la montagne, chacun fournissant les efforts qu’il peut » (hingdai paasaan, gokzi noulik 兄弟爬山, 各自努力), est parvenue dans un premier temps à réduire le schisme entre pacifistes et militants plus radicaux apparu pendant et après le mouvement des Parapluies. Elle a également réuni des partisans ayant différentes disponibilités biographiques et orientations d’action, donnant ainsi une impulsion à un mouvement populaire aux bases sociales hétérogènes.

Figure 2. Graffiti appelant à la « Dissolution de la police de Hong Kong » lors de la manifestation du 1ᵉʳ octobre 2019. Crédit : Dorothy Wong.

  • 7 La taille de l’échantillon de l’enquête du 18 août était de 806.
  • 8 Hillary Leung, « Hong Kong Student Who Fell from Height During a Protest Dies », Time, 8 novembre 2 (...)

13D’une part, la solidarité est essentiellement affective. Les spécialistes des mouvements sociaux ont souligné l’importance de l’émotion pour motiver et construire des actions et des identités collectives (Jasper 2011). En qualifiant leurs homologues de « camarades » (sauzuk 手足, littéralement mains et pieds), les manifestants ont montré un fort attachement émotionnel les uns aux autres, qu’ils aient ou non par ailleurs des relations personnelles. Avec la poursuite du mouvement, les griefs accumulés en raison de la brutalité policière et de l’insensibilité du gouvernement ont renforcé la solidarité affective au sein du mouvement. Selon une enquête menée pendant la manifestation du 18 août, un nombre exceptionnellement élevé de manifestants interrogés ressentaient de la colère envers le gouvernement de la RAS (92,2 %) et les policiers (93,5 %)7. Lorsque le projet de loi d’urgence a été annoncé en octobre 2019, le slogan du mouvement « Hongkongais, tenez bon ! » (Hoenggongjan, gaajau ! 香港人, 加油 !) est devenu « Hongkongais, résistez ! » (Hoenggongjan, faankong ! 香港人, 反抗 !), redéfinissant et repositionnant ainsi la lutte à l’échelle de la ville en une bataille ouverte contre la répression gouvernementale (Ting 2020). Après la mort tragique d’un étudiant de 22 ans en novembre 20198, le nouveau slogan « Hongkongais, vengeance ! » (Hoenggongjan, bousau ! 香港人, 報仇 !) a exprimé un ressentiment encore plus vif envers le régime. Parmi les manifestants interrogés lors de la marche de la Journée des droits humains du 8 décembre, 80,4 % étaient tout à fait d’accord pour dire que les militants radicaux s’étaient sacrifiés pour les manifestants pacifiques, et 68,7 % se sont sentis coupables en les voyant se faire arrêter. Le mélange de culpabilité et de colère est souvent un puissant moteur des mouvements sociaux fondés sur la solidarité avec les plus faibles (Rodgers 2010).

Tableau 1. Opinions des manifestants sur la radicalisation tactique (de juin à décembre 2019)

17 Jui

1 Jui

21 Jul

18 Août

25 Août

15 Sep

14 Oct

20 Oct

8 Dec

La radicalité des modes de contestation peut contraindre le gouvernement à écouter le peuple

53,2

40,5

54,3

48,9

55,4

62,2

66,1

62,4

65,2

La radicalité des modes de contestation peut susciter l’hostilité du grand public

61,2

54,9

33,1

37,4

24,5

27,6

35,8

30

26,8

Seule l’association de rassemblements pacifiques et de confrontations directes peuvent maximiser l’impact des protestations

79,6

71,0

81,6

86,1

89,8

89,1

90,3

90,6

90,2

Lorsque le gouvernement n’écoute pas le peuple, l’utilisation de tactiques radicales par les protestataires est compréhensible

/

83,5

94,7

94,2

94,6

91,9

98,2

97,5

97,5

N =

717

1 169

680

806

395

911

662

921

902

Note : Les personnes interrogées devaient indiquer dans quelle mesure elles étaient d’accord avec les affirmations. Les chiffres montrent le pourcentage de sondés qui ont choisi « d’accord » et « entièrement d’accord ». Les autres choix comprenaient « à peu près d’accord », « pas d’accord », « pas du tout d’accord » et « ne sait pas ».

  • 9 Hiu-Fung Chung 鍾曉烽, « 不斷抗爭, 持續升級’: 反修例運動參與者的民意走向 » (Bat tyun kongzang, cizuk ‘sing kap’: faan sau (...)

14De plus, ce sentiment de solidarité affective intègre une considération pragmatique dans un contexte d’escalade du mouvement. Selon la plupart des enquêtes menées sur place entre juin et août 2019, plus de 90 % des manifestants interrogés estimaient que les manifestations devraient se poursuivre si le gouvernement ne faisait aucune concession au-delà de la suspension du projet de loi, tandis qu’environ la moitié soutenait une nouvelle escalade des protestations9. Au cours de la même période, le pourcentage de participants estimant que l’association d’actions pacifiques et de confrontations avait eu le plus d’effet est passé de 79,6 % le 17 juin à près de 90 % le 25 août, et le chiffre est resté constant au cours des quatre mois suivants (Tableau 1).

Figure 3. Des manifestants occupent Harcourt Road dans le quartier d’Admiralty le 1ᵉʳ juillet 2019. Crédit : Dorothy Wong.

Diffusion et intensification du conflit

15La diffusion fait référence à un processus de propagation d’une forme de contestation, d’un problème ou d’un mode de cadrage particulier d’un lieu de lutte à un autre (Tilly et Tarrow 2015 : 31). Vers juillet 2019, les manifestations ont débordé des lieux et itinéraires habituels lors des mobilisations de masse précédentes. Une série de manifestations de petite échelle ont été organisées dans les quartiers (shequ 社區, residential communities). Des groupes professionnels aussi divers que les journalistes, les avocats, les personnels de compagnies aériennes, les travailleurs du milieu de la création ou encore les fonctionnaires ont organisé leurs propres manifestations, allant jusqu’à rejoindre des grèves politiques, une convergence inhabituelle pour le mouvement pro-démocratie hongkongais (Chan et Pun 2020).

  • 10 « 民調 : 逾八成受訪者稱政府警方需為暴力升溫負很大責任 » (Mandiu : jyu baatsing saufongze cing zingfu gingfong seoi wai boul (...)
  • 11 Citons notamment l’attaque du 21 juillet à Yuen Long et la manifestation du 31 août à la station de (...)

16À l’instar de nombreuses manifestations en réseau, la diffusion rapide de la contestation au sein du mouvement anti-Elab est étroitement liée à l’organisation horizontale et décentralisée permise par l’utilisation intensive des réseaux sociaux et des technologies mobiles. En particulier, le forum en ligne LIHKG (lindang touleonkeoi 連登討論區) et différents groupes Telegram ont servi de plateformes de communication centrales pour mettre au point des tactiques en temps réel sur le terrain et décider de stratégies à long terme. Plateforme similaire à Reddit, LIHKG a facilité la mise en place d’un leadership participatif associé à de solides boucles de rétroaction (Ting 2020). Par rapport à d’autres plateformes populaires telles que WhatsApp, Telegram représentait pour les manifestants un outil de messagerie cryptée plus fiable fournissant un niveau plus élevé de sécurité et de protection. Pour les affrontements de rue, la coordination par l’intermédiaire de plateformes se voulait fluide « comme l’eau » (jyuseoi 如水), en contraste absolu avec la stratégie d’occupation statique du mouvement des Parapluies. Comme de nombreux commentateurs l’ont déjà souligné, les interactions conflictuelles entre les manifestants anti-Elab et les forces de police se sont traduites par une escalade de la violence des deux côtés (Lee 2019b ; Ku 2020 ; Ting 2020). Les affrontements entre la police et les manifestants se propageant dans les zones résidentielles, les passants étaient davantage susceptibles d’être témoins de la violence systématique et excessive de la police. Selon une enquête d’opinion publique réalisée à la mi-novembre, 83 % et 73 % des personnes interrogées estimaient que le gouvernement de la RAS et la police étaient respectivement les principaux responsables de l’escalade de la violence, tandis que seulement 40 % blâmaient les manifestants10. La réceptivité du public aux tactiques radicales a également été alimentée par une forte approbation publique des objectifs du mouvement, l’apathie des autorités et la brutalité policière (Lee 2019a). En réponse aux violences policières et pour faire la lumière sur des événements controversés11, les manifestants ont lancé une série de conférences de presse citoyennes (Mangaan geizewui 民間記者會) afin de permettre aux manifestants, aux victimes de violences policières et aux experts de s’exprimer.

  • 12 Une recherche plus approfondie sur l’internationalisation des mouvements serait utile, mais dépasse (...)

17Dans le même temps, les manifestants modérés ont eux aussi « intensifié » leur engagement en ayant recours à un large éventail d’activités pacifiques allant du chant collectif de l’hymne du mouvement « Glory to Hong Kong » (Jyunwing gwonggwai Hoenggong 願榮光歸香港) à la formation de « chaînes humaines » le long des lignes de métro. J’y reviendrai dans la partie suivante. De fait, la diffusion a dépassé le cadre de la société hongkongaise. La portée mondiale du mouvement anti-Elab, allant de campagnes médiatiques à des manifestations thématiques dans différentes villes étrangères en passant par une diplomatie publique non gouvernementale, représente un tournant dans l’histoire des mouvements sociaux à Hong Kong (Ku 2020)12.

Amplifier la politisation du quotidien

18Il convient également de noter une politisation du quotidien, consistant à inventer des moyens et des pratiques alternatives de faire de la politique ou d’intégrer une dimension politique à des contextes ordinaires et « normaux » (Roussos 2019). La politisation de la vie quotidienne dans le mouvement anti-Elab a été caractérisée par la généralisation des actions connectées, le militantisme au niveau du quartier et la résistance économique, en particulier pendant les derniers mois de protestation. Le tableau 2 illustre les différents types de participation individuelle des manifestants anti-Elab entre septembre 2019 et janvier 2020.

Tableau 2. Moyens individuels de participation (de septembre 2019 à janvier 2020)

15 Sep

28 Sep

1 Oct

14 Oct

20 Oct

8 Déc

1 Jan

Sur le terrain

Passer des ressources en première ligne

46

50,6

34,8

52,3

39,4

53,5

48,4

Arrêter l’avancée de la police

9

9,1

3,1

12,7

6,5

13,5

13,1

Protestations devant les commissariats de police

/

/

/

/

17,5

/

/

Dons de ressources

Don d’argent à des groupes contestataires

42,2

59,3

53,1

42,1

44,2

44,5

49,2

Don d’argent en ligne

46,7

51,9

47,2

54,5

48,2

41,7

43,6

Don de ressources autres que monétaires

43,7

46,2

38,6

47,3

41

47,3

46,1

Militantisme au sein des quartiers

Chanter « Glory to Hong Kong » publiquement

78,2

80,5

77

86,1

79,4

78,9

77,6

S’exprimer sur un « mur Lennon »

67,6

69,1

61,6

67,2

56,6

60,7

60,4

Crier des slogans depuis sa fenêtre

55,3

53,6

48,6

52,6

47

53,7

55,6

Participer à une « flash mob » pendant le déjeuner

/

/

/

/

/

33,9

31,4

Participer à « une chaîne humaine »

64

64,9

61,4

64

57,8

61,3

56,5

Résistance économique

Participer à une grève sous une forme ou une autre

/

/

/

/

/

57,7

52,8

Buycott des commerces pro-mouvement

/

69,9

68,4

86,4

81,3

98,8

98,9

Boycott des commerces pro-gouvernement

/

86,2

83,4

89,7

88,5

98,5

98,1

Actions en ligne et connectées

Partager des messages et des informations pro-mouvement

78,2

82,7

74,5

83,7

78,4

75,4

76,4

Exprimer des opinions pro-mouvement en ligne

74,4

74,1

67,3

79,3

72,4

71,2

72

Signer des pétitions en ligne

79,6

89,6

81,7

90,3

86,3

79,1

81,6

Aucune des actions ci-dessus

0,7

0

0,6

0,2

0,4

1,6

0,5

N =

911

405

640

662

921

902

1306

Note : Les chiffres représentent le pourcentage des sondés ayant pris part à l’action de protestation.

  • 13 Cette pratique fait référence au mur Lennon de Prague, un mémorial créé en hommage aux idéaux pacif (...)

19Aux alentours du mois de juillet, des « murs Lennon » (Linnung coeng 連儂牆)13 sont apparus dans de nombreux espaces publics urbains. Pendant le mouvement des Parapluies, un mur Lennon avait été établi dans le quartier d’Admiralty autour du siège du gouvernement de la RAS, par les partisans pro-démocratie grâce à des post-it et d’autres modes d’affichage créatifs. Depuis, la mosaïque colorée est devenue une pratique spatiale et un moyen d’exprimer la contestation. D’autres modes d’action expressifs à l’échelle du quartier tels que la pratique de « chaînes humaines » et le cri de slogans à la fenêtre de son domicile sont devenus monnaie courante, ce qui a permis aux partisans du mouvement de continuer à se sentir impliqués.

Figure 4. Une affiche de promotion des commerces jaunes. Crédit : ANTIELAB Research Data Archive.

  • 14 « 優品 360 盈利急挫八成, 稱社會運動打壓營商環境 » (Jauban 360 jinglei gapco baatsing, cing sewuiwandung daangaat jings (...)

20La résistance quotidienne la plus remarquable se situe sans doute dans le domaine de la consommation. De septembre 2019 à janvier 2020, les manifestants interrogés déclarant avoir favorisé (buycott) des entreprises pro-mouvement (boutiques « jaunes », wongdim 黃店) ont augmenté de manière significative, passant de 69,9 % à 98,9 %, tandis que le boycott des entreprises pro-gouvernement ou pro-police (magasins « bleus », laamdim 藍店) a également affiché une progression régulière au cours de ces mois (Tableau 2). Pour la première fois, le mouvement pro-démocratie de Hong Kong a utilisé des moyens d’action économiques afin de créer « des ressources politiques alternatives au sein d’une négociation fortement déséquilibrée entre manifestants et gouvernement » (Chan et Pun 2020). Bien qu’il soit encore trop tôt pour déterminer si ce levier économique peut produire des résultats politiques substantiels tant que la structure économique reste inchangée (ibid.), ces pratiques désormais répandues ont entraîné une baisse des revenus de certaines enseignes « bleues » ciblées par les manifestants, comme Best Mart 360 et Maxim’s Group14. Grâce aux applications mobiles qui répertorient les emplacements et renseignent sur les magasins favorables au mouvement, le « cercle économique jaune » (wongsik ginzaihyun 黃色經濟圈) a été adopté pour tenter de contrer l’influence des capitaux chinois et parvenir à une économie locale durable et autonome à long terme.

Conclusion

21Ce court article tente de contextualiser l’évolution du répertoire d’action collective du mouvement anti-Elab et d’analyser sa dynamique sous-jacente. Au moment où j’écris ces lignes, le flot ininterrompu de la contestation ne semble pas prêt de faiblir. Le 24 novembre 2019, le camp pro-démocratie a remporté 85 % des sièges aux élections des conseils de district. Ce raz de marée électoral inattendu a des implications profondes pour les élections du LegCo à la fin 2020, ainsi que pour l’élection du chef de l’exécutif en 2021. Sous le nouveau principe directeur de « gouvernance totale » (quanmian guanzhi 全面管治) appliqué depuis 2014, on peut s’attendre à ce que Pékin adopte, à l’avenir, une approche plus répressive pour gérer la contestation à Hong Kong.

  • 15 Francis Lee Lap-fung 李立峰, « 社會運動下的抗疫和抗疫下的社會運動 » (Sewui wandung haa dik kongjik wo kongjik haa dik s (...)
  • 16 Ching-kwan Lee 李靜君, « “觸動靈魂深處的反送中革命” 社會學解析 » (“Zukdung lingwan samcyu dik faansungzung gaakming” se (...)

22Suite à la pandémie de COVID-19, le mouvement anti-Elab est entré dans une période d’« arrêt forcé » (beibik jauzi 被迫休止) début février 2020, mais les campagnes de protestation ne se sont pas totalement éteintes15. Comme l’a souligné la sociologue Ching-kwan Lee, le mouvement anti-Elab constitue lui-même une « révolution permanente » (winggau gaakming 永久革命), en passe de construire une « communauté hongkongaise » (Hoenggong gungtungtai 香港 共同體) fondée sur la solidarité affective et des formes flexibles de résistance ancrées dans la vie quotidienne des individus16. Avec la promulgation de la Loi sur la sécurité nationale de Hong Kong (Gongkeoi gwokngonfaat 港區國安法) le 30 juin 2020, les manifestants pro-démocratie sont désormais confrontés à un risque accru de sanctions, et on ignore encore dans quelle mesure les libertés politiques des citoyens seront protégées. En outre, de nombreuses personnes craignent une érosion de l’indépendance judiciaire de Hong Kong, son système de common law étant incompatible avec le système judiciaire chinois (Chan 2018). Néanmoins, après un été de liberté et un automne traumatique en 2019, ce mouvement populaire constitue d’ores et déjà une « longue révolution » contre les ingérences autoritaires.

Haut de page

Bibliographie

BENFORD, Robert D., et David A. SNOW. 2000. « Framing Processes and Social Movements: An Overview and Assessment ». Annual Review of Sociology 26 (1) : 611-39.

CHAN, Johannes. 2018. « A Storm of Unprecedented Ferocity: Shrinking Space for Political Rights, Public Demonstrations and Judicial Independence in Hong Kong ». International Journal of Comparative Constitutional Law 16 (2) : 373-88.

CHAN, Debby S.W., et Ngai PUN. 2020. « Economic Power of the Politically Powerless in the 2019 Hong Kong Pro-democracy Movement ». Critical Asian Studies : 1-11. https://doi.org/10.1080/14672715.2019.1708019.

CHAN, Kin Man, et Vitrierat NG. 2017. « Localism, Radicalism and Cynicism in Post-Umbrella Movement Hong Kong ». Mainland China Studies 60 (1) : 19-36.

CHEN, Yun Chung, et Mirana M. SZETO. 2015. « The Forgotten Road of Progressive Localism: New Preservation Movement in Hong Kong ». Inter-Asia Cultural Studies 16 (3) : 436-53. https://doi.org/10.1080/14649373.2015.1071694.

CHENG, Edmund W. 2016. « Street Politics in a Hybrid Regime: The Diffusion of Political Activism in Post-colonial Hong Kong ». China Quarterly 226 (mai) : 383-406. https://doi.org/10.1017/S0305741016000394.

CHENG, Edmund W. 2020. « United Front Work and Mechanisms of Countermobilization in Hong Kong ». The China Journal 83 (janvier) : 1-33. https://doi.org/10.1086/706603.

FONG, Brian C.H. 2013. « State-Society Conflicts under Hong Kong’s Hybrid Regime ». Asian Survey 53 (5) : 854-82. https://doi.org/10.1525/as.2013.53.5.854.

JASPER, James M. 2011. « Emotions and Social Movements: Twenty Years of Theory and Research ». Annual Review of Sociology 37 (1) : 285-303. https://doi.org/10.1146/annurev-soc-081309-150015.

KU, Agnes S.M. 2012. « Remaking Places and Fashioning an Opposition Discourse: Struggle over the Star Ferry Pier and the Queen’s Pier in Hong Kong ». Environment and Planning D: Society and Space 30 (1) : 5-22. https://doi.org/10.1068/d16409.

KU, Agnes S.M. 2020. « New Forms of Youth Activism: Hong Kong’s Anti-Extradition Bill Movement in the Local-national-global Nexus ». Space and Polity 24 (1) : 111-17. https://doi.org/10.1080/13562576.2020.1732201.

LEE, Francis L.F. 2019a. « On Radicalization in the Anti-Extradition Bill Movement in Hong Kong ». Critical Asian Studies. https://criticalasianstudies.org/commentary/2019/10/15/201921-francis-l-f-lee-on-radicalization-in-the-anti-extradition-bill-movement-in-hong-kong (consulté le 15 novembre 2019).

LEE, Francis L.F. 2019b. « Solidarity in the Anti-Extradition Bill Movement in Hong Kong ». Critical Asian Studies 52 (1) : 1-15. https://doi.org/10.1080/14672715.2020.1700629.

LEE, Francis L.F., Samson YUEN, Gary TANG et Edmund W. CHENG. 2019. « Hong Kong’s Summer of Uprising: From Anti-extradition to Anti-authoritarian Protests ». The China Review 19 (4) : 1-32.

MA, Ngok. 2007. Political Development in Hong Kong: State, Political Society, and Civil Society. Hong Kong : Hong Kong University Press.

RODGERS, Kathleen. 2010. « “Anger is Why We’re All Here”: Mobilizing and Managing Emotions in a Professional Activist Organization ». Social Movement Studies 9 (3) : 273-91. https://doi.org/10.1080/14742837.2010.493660.

ROUSSOS, Konstantinos. 2019. « Grassroots Collective Action within and beyond Institutional and State Solutions: The (Re-)politicization of Everyday Life in Crisis-ridden Greece ». Social Movement Studies 18 (3) : 265-83. https://doi.org/10.1080/14742837.2018.1562330.

TILLY, Charles, et Sidney TARROW. 2015. Contentious Politics (2de éd.). New York : Oxford University Press.

TING, Tin-yuet. 2020. « From “Be water” to “Be fire”: Nascent Smart Mob and Networked Protests in Hong Kong ». Social Movement Studies 19 (3) : 362-8. https://doi.org/10.1080/14742837.2020.1727736.

YUEN, Samson. 2019. « Hong Kong Protests: Why Are People Demonstrating? How We Surveyed Protestors ». Political Quarterly. https://politicalquarterly.blog/2019/10/16/hong-kong-protests-why-are-people-demonstrating-how-we-surveyed-protestors/ (consulté le 15 novembre 2019).

YUEN, Samson, et Edmund W. CHENG. 2017. « Neither Repression nor Concession? A Regime’s Attrition against Mass Protests ». Political Studies 65 (3) : 611-30. https://doi.org/10.1177/0032321716674024.

YUEN, Samson, et Sanho CHUNG. 2018. « Le “localisme” à Hong Kong depuis la rétrocession. Une approche évènementielle ». Perspectives chinoises 3 (144) : 21-32.

Haut de page

Notes

1 L’équipe de recherche était dirigée par le professeur Francis Lee L. F. de l’université chinoise de Hong Kong, le Dr Samson Yuen de l’université Lingnan, le Dr Gary Tang de l’université Hang Seng de Hong Kong et le Dr Edmund W. Cheng de l’université municipale de Hong Kong. L’auteur était coordinateur sur place pour plus de dix enquêtes et responsable de l’analyse préliminaire des données. Pour une discussion détaillée sur la méthodologie de l’enquête, voir Yuen (2019).

2 Selon une enquête d’opinion publique réalisée en mars 2016, environ 70 % des citoyens hongkongais estimaient qu’il fallait toujours utiliser des moyens pacifiques et non violents pour s’opposer aux autorités ou lutter pour ses revendications. Voir « Survey Findings on Views on Social Conflict in Hong Kong Released by Hong Kong Institute of Asia-Pacific Studies at CUHK », Bureau des communications et des relations publiques, université chinoise de Hong Kong, 6 avril 2016, www.cpr.cuhk.edu.hk/en/press_detail.php?1=1&1=1&id=2230&t=survey-findings-on-views-on-social-conflict-in-hong-kong-released-by-hong-kong-institute-of-asia-pacific-studies-at-cuhk (consulté le 24 février 2020).

3 Holmes Chan, « Leading Hong Kong Umbrella Movement activists found guilty of public nuisance », Hong Kong Free Press, 9 avril 2019, https://hongkongfp.com/2019/04/09/breaking-hong-kong-umbrella-movement-activists-handed-verdicts-public-nuisance-trial/ (consulté le 24 février 2020).

4 « 眾志倡民主自決 周庭被DQ 選舉主任指沒有真心真誠擁護基本法 » (Zungzi coeng manzyuzikyut zauting bei DQ syungeoizyujam zi mutjau zansam zansing jungwu geibunfaat, Demosisto appelle à l’autodétermination démocratique, Agnes Chow est disqualifiée par le directeur de scrutin pour manque de loyauté à l’égard de la Loi fondamentale), Ming Pao, 28 janvier 2018, https://news.mingpao.com/pns/%e8%a6%81%e8%81%9e/article/20180128/s00001/1517077081428 (consulté le 30 juin 2020).

5 « 影像: 反逃犯條例修訂大遊行 民陣指人數高達13萬 » (Jingzoeng: faantoufaantiulaisaudeng daaijauhang manzan zi jansou goudaat 13 maan, Image : le CHRF affirme que plus de 130 000 personnes ont rejoint le mouvement de protestation contre l’amendement de la loi d’extradition), Initium Media, 28 avril 2019, https://theinitium.com/article/20190428-photo-extradition-law-protest/ (consulté le 24 février 2020).

6 « 反引渡修例聯署合集 » (Faanjandou saulai lyuncyu hapzaap, Collecte de pétitions anti-Elab), Citizen News, 9 juin 2019, www.hkcnews.com/FOO-petitions/ (consulté le 24 février 2019).

7 La taille de l’échantillon de l’enquête du 18 août était de 806.

8 Hillary Leung, « Hong Kong Student Who Fell from Height During a Protest Dies », Time, 8 novembre 2019, https://time.com/5721979/hong-kong-student-brain-injury-death/ (consulté le 24 février 2020).

9 Hiu-Fung Chung 鍾曉烽, « 不斷抗爭, 持續升級’: 反修例運動參與者的民意走向 » (Bat tyun kongzang, cizuk ‘sing kap’: faan saulai wandung samjyuze dik manji zauhoeng, Opinions des manifestants anti-Elab sur l’escalade du mouvement), Stand News, 13 août 2019, www.thestandnews.com/politics/不斷抗爭-持續-升級-反修例運動參與者的民意走向/ (consulté le 24 février 2020).

10 « 民調 : 逾八成受訪者稱政府警方需為暴力升溫負很大責任 » (Mandiu : jyu baatsing saufongze cing zingfu gingfong seoi wai boulik singwan fu handaai zaakjam, Enquête d’opinion publique : plus de 80 % des personnes interrogées pensent que le gouvernement et la police sont largement responsables de l’escalade de la violence), Radio Television Hong Kong, 15 novembre 2019, https://news.rthk.hk/rthk/ch/component/k2/1492480-20191115.htm (consulté le 24 février 2020).

11 Citons notamment l’attaque du 21 juillet à Yuen Long et la manifestation du 31 août à la station de métro Prince Edward.

12 Une recherche plus approfondie sur l’internationalisation des mouvements serait utile, mais dépasse la portée limitée de ce court article.

13 Cette pratique fait référence au mur Lennon de Prague, un mémorial créé en hommage aux idéaux pacifiques de John Lennon après sa mort. Dans les années 1980, ce monument est devenu un symbole de la liberté d’expression et de la rébellion non violente des jeunes tchèques contre le régime communiste.

14 « 優品 360 盈利急挫八成, 稱社會運動打壓營商環境 » (Jauban 360 jinglei gapco baatsing, cing sewuiwandung daangaat jingsoengwaanging, Après une nette baisse de ses profits, Best Mart 360 déclare que les mouvements sociaux sont défavorables pour l’environnement des affaires), Stand News, 24 juin 2020, https://www.thestandnews.com/finance/%E5%84%AA%E5%93%81-360-%E7%9B%88%E5%88%A9%E6%80%A5%E6%8C%AB%E5%85%AB%E6%88%90-%E7%A8%B1%E7%A4%BE%E6%9C%83%E9%81%8B%E5%8B%95%E6%89%93%E5%A3%93%E7%87%9F%E5%95%86%E7%92%B0%E5%A2%83 (consulté le 30 juin 2020) ; Jinshan Hong et Yvonne Man, « Chain Hated by Hong Kong Protesters Sees Double Digit Drop », Bloomberg, 19 novembre 2019, www.bloomberg.com/news/articles/2019-11-18/chain-store-hated-by-hong-kong-protesters-sees-double-digit-drop (consulté le 24 février 2020).

15 Francis Lee Lap-fung 李立峰, « 社會運動下的抗疫和抗疫下的社會運動 » (Sewui wandung haa dik kongjik wo kongjik haa dik sewuiwandung, Lutte contre la pandémie pendant les mouvements sociaux et mouvements sociaux à l’ère de la pandémie), Ming Pao, 20 février 2020, https://news.mingpao.com/ins/%E6%96%87%E6%91%98/article/20200220/s00022/1582098559971 (consulté le 30 juin 2020).

16 Ching-kwan Lee 李靜君, « “觸動靈魂深處的反送中革命” 社會學解析 » (“Zukdung lingwan samcyu dik faansungzung gaakming” sewuihok gaaisik, Analyse sociologique de l’« émouvant mouvement anti-Elab »), The Storm Media, 1ᵉʳ décembre 2019, www.storm.mg/article/2010112 (consulté le 24 février 2020).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1. Une affiche avec les slogans « Libérer Hong Kong, une révolution de notre temps » et « Hongkongais, résistez ! » Crédit : ANTIELAB Research Data Archive.
URL http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/docannexe/image/11457/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende Figure 2. Graffiti appelant à la « Dissolution de la police de Hong Kong » lors de la manifestation du 1ᵉʳ octobre 2019. Crédit : Dorothy Wong.
URL http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/docannexe/image/11457/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Légende Figure 3. Des manifestants occupent Harcourt Road dans le quartier d’Admiralty le 1ᵉʳ juillet 2019. Crédit : Dorothy Wong.
URL http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/docannexe/image/11457/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende Figure 4. Une affiche de promotion des commerces jaunes. Crédit : ANTIELAB Research Data Archive.
URL http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/docannexe/image/11457/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hiu-Fung Chung, « L’évolution des répertoires de la contestation à Hong Kong : étude de cas sur le mouvement contre la loi d’extradition », Perspectives chinoises, 2020-3 | 2020, 61-67.

Référence électronique

Hiu-Fung Chung, « L’évolution des répertoires de la contestation à Hong Kong : étude de cas sur le mouvement contre la loi d’extradition », Perspectives chinoises [En ligne], 2020-3 | 2020, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 04 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/11457

Haut de page

Auteur

Hiu-Fung Chung

Hiu-Fung Chung est assistant de recherche au département des politiques publiques de l’université municipale de Hong Kong. Room B7506, Yeung Kin Man Academic Building, City University of Hong Kong, Tat Chee Avenue, Kowloon, RAS de Hong Kong.hfchung@cityu.edu.hk

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search