Navigation – Plan du site

AccueilLes numéros2020-3Comptes rendus de lecturesKendall, Paul. 2019. The Sounds o...

Comptes rendus de lectures

Kendall, Paul. 2019. The Sounds of Social Space: Branding, Built Environment, and Leisure in Urban China. Honolulu : University of Hawai’i Press.

Tim Oakes
Traduction de Caroline Grillot
p. 70-71

Texte intégral

1J’ai visité pour la première fois la ville de Kaili 凱里, dans le sud-ouest de la Chine, en 1987. À l’époque, la ville était encore fermée aux étrangers en raison de la présence de nombreuses usines secrètes du Troisième Front, et les agents de la sécurité publique locale m’avaient rapidement repéré et placé dans le prochain bus au départ de la ville. Kaili – qui se trouve au cœur du pays miao au Guizhou – m’avait cependant suffisamment intrigué pour qu’en 1993, je revienne y mener mes recherches doctorales sur le développement du tourisme ethnique dans la région. J’ai de nouveau été chassé de la ville, au motif cette fois-ci que je devais, selon les autorités locales, passer du temps dans les villages si je souhaitais étudier le tourisme ethnique. « Kaili n’est qu’une ville industrielle », m’a affirmé un cadre municipal, « il n’y a pas de tourisme ethnique ici ». J’ai fini par passer le reste de l’année dans des villages touristiques, ne retournant à Kaili que pour y prendre un train pour Guiyang, y rencontrer des guides et responsables du tourisme de la préfecture, ou rester auprès d’amis villageois qui y avaient ouvert des magasins ou y travaillaient.

2Comme il l’évoque dans son ethnographie The Sounds of Social Space, Paul Kendall a entendu des propos similaires lorsqu’il s’est rendu pour la première fois à Kaili pour y étudier les rapports entre les pratiques musicales quotidiennes et la production sociale de l’espace. Il commence son ouvrage par une phrase qui m’est très familière : « Ne perdez pas votre temps à Kaili » (p. 1), mais contrairement à moi, Kendall est resté sur place et a fini par y passer neuf mois entre 2011 et 2012 (suivi par des séjours complémentaires les années suivantes). The Sounds of Social Space explique en partie pourquoi les habitants de Kaili considèrent toujours leur ville comme un espace culturel inauthentique qui ne devrait pas susciter l’intérêt des visiteurs, à l’inverse de la campagne environnante et ce, malgré les efforts continus du gouvernement pour transformer la zone industrielle sordide que j’ai aperçue en 1987 à un prétendu « océan de chants et de danses » (gewu haiyang 歌舞海洋) (p. 4) pour les touristes. Le point central examiné par Kendall, et le plus intéressant, est cette tension – qu’il nomme à tour de rôle contradiction, fossé, conflit – entre les efforts du gouvernement pour faire de Kaili une destination culturelle ethnique authentique d’une part, et la multiplication des espaces publics bruyants dédiés à la consommation de loisirs d’autre part, ces derniers rendant quasiment impossible la mise en scène extérieure de cette « culture authentique ». Il s’agit de manière plus générale d’une tension entre les plans de développement étatiques et les procédés chaotiques d’une urbanisation rapide, un motif dont la Chine compte une infinité de variations.

3La culture prétendument « authentique » de Kaili, constituée des chants et danses des minorités, est soutenue par le discours chinois plus large du yuanshengtai 原生態 qui, comme l’indique Kendall, conçoit l’authenticité comme origine et liens primordiaux avec l’environnement naturel. Cela donne au yuanshengtai un caractère implicitement rural et éloigné des villes « civilisées », rendant d’emblée difficile tout effort d’en apposer la marque sur un espace urbain. L’ethnographie de Kendall montre habilement que les habitants de Kaili comprennent ce problème. Ils insistent non seulement sur le fait que l’espace urbain de Kaili n’est pas du tout yuanshengtai, mais ils célèbrent – avec un certain sentiment de supériorité vis-à-vis des villages – leur propre inauthenticité en tant que « fausses » minorités ethniques. Comme nous le rappelle l’auteur, les espaces urbains ne sont pas censés être ethniques, même si le gouvernement de Kaili n’a pas ménagé ses efforts pour que la ville ressemble à un parc de loisir minzu 民族. Mon passage préféré dans cet ouvrage est sans doute la longue citation d’un danseur de hip-hop de Kaili dénigrant le « lavage de cerveau » culturel que subissent les habitants de la ville à travers les incessantes sonneries de portables reprenant des refrains de A You Duo 阿幼朵, star de la chanson Miao. Pour Kendall, la clé pour comprendre le fossé entre la manière dont la ville est présentée et celle dont elle est vécue réside dans le paysage sonore de la ville plutôt que dans l’environnement bâti qui a bénéficié de la majeure partie des investissements de l’État consacrés à la promotion du tourisme. Même si la ville peut sembler ethnique, son paysage sonore chaotique rappelle l’environnement assourdissant des villes chinoises au lieu de l’authenticité yuanshengtai.

4The Sounds of Social Space ne se limite cependant pas aux divergences entre cette labélisation étatique et les pratiques musicales quotidiennes des habitants, car Kendall est suffisamment clairvoyant pour comprendre qu’une opposition stricte entre « l’État » et « le peuple » est non seulement simpliste, mais surtout inexacte. Dans ce contexte, il propose une critique de la fameuse triade spatiale de Lefebvre qui, par ailleurs, sous-tend son ouvrage d’un point de vue théorique et conceptuel. Kendall s’engage ici dans une discussion éclairée par l’enquête ethnographique avec les théories de Lefebvre sur l’espace social. Bien que je ne sois pas tout à fait d’accord pour affirmer avec lui que les études chinoises se sont peu confrontées aux idées de Lefebvre (les travaux de Wing Shing Tang, Hyun Bang Shin et Yingjin Zhang me viennent à l’esprit), je salue l’insistance de Kendall à ne pas « appliquer » le cadre de Lefebvre à un « cas » chinois, mais plutôt à discuter ses limites conceptuelles sur un plan empirique. Ces limites tournent autour des différences manifestes entre le contexte de l’urbanisme français d’après-guerre qu’a connu Lefebvre et celui de la Chine contemporaine. Kendall s’interroge sur ce qu’il voit comme une tendance chez Lefebvre à comprendre la relation entre l’espace vécu et l’espace conçu en termes d’opposition. Il soutient plutôt qu’« un examen de la production relationnelle de l’espace vécu dans le cadre du travail de terrain indique un flou entre le vécu et le conçu qui n’est pas complètement reconnu par Lefebvre » (p. 137).

5Pour autant, The Sounds of Social Space n’est pas un livre théorique et la lecture que Kendall fait de Lefebvre reste brève et ciblée. Les lecteurs plus portés sur la philosophie auraient probablement trouvé souhaitable que Kendall pousse plus avant les discussions théoriques venant étayer ses arguments sur l’espace social. Mais l’ouvrage offre une ethnographie solide et, pour ma part, des discussions théoriques suffisantes pour être utiles, sans entraver pour autant le récit empirique. Ce dernier explique avec détail comment les paysages sonores sociaux de la ville sont produits et controversés, comment les espaces publics émergent dans le sillage du déclin de l’industrie et de la sociabilité des unités de travail, et comment la création musicale folklorique devient la victime transitoire d’une urbanisation galopante. Kendall insiste sur le fait que cette « petite ville » a beaucoup à nous apprendre sur les nombreux processus qui transforment désormais la Chine urbaine, et il a raison. Pour ma part, je suis ravi qu’il n’ait pas écouté ceux qui répètent à l’envi : « Ne perdez pas votre temps à Kaili ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tim Oakes, « Kendall, Paul. 2019. The Sounds of Social Space: Branding, Built Environment, and Leisure in Urban China. Honolulu : University of Hawai’i Press. », Perspectives chinoises, 2020-3 | 2020, 70-71.

Référence électronique

Tim Oakes, « Kendall, Paul. 2019. The Sounds of Social Space: Branding, Built Environment, and Leisure in Urban China. Honolulu : University of Hawai’i Press. », Perspectives chinoises [En ligne], 2020-3 | 2020, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 04 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/11471

Haut de page

Auteur

Tim Oakes

Tim Oakes est professeur de géographie à l’université du Colorado Boulder. UCB 260, Boulder, CO 80540 USA. toakes@colorado.edu

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search