Navigation – Plan du site

AccueilLes numéros2021/1DossierTravail de plateforme et agentivi...

Dossier

Travail de plateforme et agentivité contingente en Chine

Ping Sun et Julie Yujie Chen
Traduction de Cécile Boussin
p. 19-28

Résumé

L’impact des plateformes numériques sur la structure de l’emploi et les conditions de travail a largement été étudié dans la recherche académique. Cependant, il existe relativement peu d’études portant sur l’agentivité et la subjectivité des travailleurs dans l’économie des plateformes. Prenant pour point de départ les livreurs de repas à domicile en Chine, cet article présente un compte rendu fondé sur des données empiriques et théoriques de la performance de l’agentivité des travailleurs du secteur de la livraison. Nous utilisons la notion d’agentivité contingente afin de mettre en évidence les actions appropriées, diverses et actuelles, élaborées et mises en œuvre habilement par les travailleurs pour exercer leur agentivité dans une situation structurellement vulnérable, inhérente à leur activité professionnelle et à leurs relations de travail. Alors que l’agentivité dans la pratique est toujours contingente et fluctuante, nous conceptualisons cette notion afin de rendre intelligibles les multiples facteurs qui ont modifié la position des travailleurs et ont donc contribué à cette contingence ; ce faisant, nous mettons en lumière les influences réciproques entre l’agentivité des travailleurs et le caractère instable et insaisissable du capitalisme de plateforme. Cet article conclut en examinant les implications de l’agentivité contingente des travailleurs en matière de politique du travail.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 24 août 2020. Accepté le 16 décembre 2020.

Notes de l’auteur

Les auteures ont contribué à parts égales à la rédaction de cet article.

Texte intégral

Les auteures souhaitent remercier les relecteurs anonymes et les rédacteurs de ce numéro thématique – Chris K.C. Chan, Éric Florence et Jack Linchuan Qiu – pour leurs précieux commentaires et suggestions. Merci à Ting Wang et Qianyu Zhang pour leur aide dans la coordination des entretiens menés en 2018, 2019 et 2020.

Introduction

1Il n’est pas aisé de déterminer de quelle façon les technologies numériques ont changé la structure de l’emploi en Chine. Certains chercheurs considèrent les travailleurs du numérique comme une nouvelle classe en devenir, solidaire et dotée d’une subjectivité renforcée (Smith et Pun 2018), tandis que d’autres, établissant un lien entre l’expérience des travailleurs chinois et la tendance mondiale à la précarité, préconisent une évaluation approfondie de l’autonomisation des travailleurs face aux changements politiques et institutionnels (Lee 2016). Cette littérature offre une réflexion indispensable et extrêmement utile sur l’agentivité dans la sphère professionnelle et les actions des travailleurs visant à renforcer leur pouvoir d’agir en général. Toutefois, la documentation et les études analysant de façon systémique l’exercice de l’agentivité des travailleurs s’avèrent limitées dans le débat sur l’autonomisation des travailleurs chinois ou la formation de classes. En complément d’une analyse macro du mouvement collectif ou des changements institutionnels, nous adoptons dans cet article un point de vue micro pour aborder la question de l’agentivité, en mettant en relief les expériences vécues par les travailleurs, leurs luttes et leurs stratégies de survie dans l’ombre du capitalisme de plateforme.

  • 1 « Digital Economy Opens up Employment Space for 200 Million People », Xinhuanet, 12 mars 2019, http (...)
  • 2 « Factories Trapped in Hard Recruitment, While the Number of Delivery Riders is Growing », Tencent. (...)

2L’économie numérique chinoise a connu un accroissement rapide de la main-d’œuvre au cours de la dernière décennie, et cette tendance devrait se poursuivre. Il était estimé en 2019 que plus de 200 millions de personnes travailleraient dans ce domaine en Chine en 20201. Le service de livraison de repas assuré par les plateformes est devenu l’un des secteurs affichant la plus forte croissance pour divers types d’emplois (Sun 2019). S’il n’existe pas de données officielles sur l’emploi dans le secteur de la livraison de repas, le nombre de livreurs à deux roues de Meituan et Ele.me – les deux leaders du marché chinois – dépassait 6 millions en mai 20202. La récente chaîne logistique que gèrent les plateformes dans le cas du service de livraison de repas donne lieu à des relations complexes et structurées en réseau entre les plateformes, les intermédiaires, les restaurants et les travailleurs, lesquelles introduisent, dans une large mesure, de nouveaux paramètres qui façonnent la subjectivité et l’identité des travailleurs, ainsi que la manière dont ils exercent leur agentivité.

3Dans le droit fil des efforts déployés pour étudier la résistance des travailleurs et les actions collectives dans l’économie des plateformes (Chen 2018 ; Cant 2019), nous étudierons la performance d’agentivité des travailleurs du secteur de la livraison de repas. Nous décrirons les formes locales et organisées de la résistance et de l’activisme des travailleurs, et examinerons la reconfiguration de l’agentivité dans la sphère professionnelle ainsi que la subjectivité des travailleurs face au paysage protéiforme de la politique du travail relative aux plateformes en Chine. Enfin, nous tenterons de répondre aux trois interrogations suivantes : de quelle façon les livreurs de repas exercent-ils leur agentivité dans le travail ? Comment leur pratique peut-elle illustrer les conceptions actuelles de l’agentivité du travailleur dans le cadre du capitalisme de plateforme ? Quelles sont les implications de cette étude pour la politique du travail dans la Chine contemporaine ?

4En abordant ces questions, cet article analysera l’agentivité des travailleurs soumis à des régimes de travail à plusieurs niveaux caractérisés par l’hypercapitalisme (Graham 2000), le contrôle algorithmique du processus de travail, et l’affaiblissement des liens sociaux et communautaires entre les travailleurs. Nous proposons le concept d’« agentivité contingente » pour décrire la mobilisation judicieuse et rapide des ressources individuelles et sociales et des technologies par les travailleurs chinois effectuant un travail instable et peu rémunéré afin de survivre et tenter de réussir dans l’économie des plateformes. Le terme « agentivité contingente » rend compte de la façon dont les travailleurs des sociétés de livraison de repas se ménagent des espaces de gains économiques, au niveau individuel et collectif à petite échelle, tout en combattant un pouvoir de plus en plus déséquilibré qui favorise les entreprises-plateformes. Comme pour toutes les autres questions d’ordre social et culturel, la pratique de l’agentivité des travailleurs est une évidence (Ortner 2006), bien que très peu explorée dans les études, de plus en plus nombreuses, portant sur la puissance technologique des plateformes (voir notamment van Dijck et al. 2018). Loin d’être statique, l’expression de l’agentivité est presque toujours tributaire d’un certain nombre de facteurs structurels et circonstanciels. Néanmoins, en attirant l’attention sur l’agentivité des travailleurs mise en évidence à travers ses tensions avec un certain nombre de paramètres allant de la logique capitaliste et le contrôle algorithmique du processus de travail à la tradition culturelle perpétuant l’établissement de relations sociales mutuellement réciproques, nous soutenons que l’agentivité contingente des travailleurs des plateformes en Chine met en lumière de nouveaux défis et opportunités pour les travailleurs du capitalisme de plateforme.

Examen de la littérature existante

Situer l’agentivité dans l’espace numérique de travail

5L’agentivité constitue un thème central dans de nombreuses théories philosophiques et sociales dans lesquelles elle est abordée dans une perspective analytique (voir notamment Giddens 1991). Des universitaires se sont intéressés aux différentes significations et dimensions de l’agentivité, à la pratique de l’agentivité humaine et aux relations entre l’agentivité et les structures sociales (Taylor 1985 ; Giddens 1991 ; Emirbayer et Mische 1998). Selon Emirbayer et Mische (1998), l’agentivité est « un processus d’engagement social temporellement situé » (ibid. : 962) étroitement lié à l’expression de l’individualité, de la volonté, de la liberté, de la créativité et de la subjectivité d’un individu.

6Dans les études sur le monde du travail, l’agentivité constitue une approche privilégiée pour étudier la conscience de soi des travailleurs et la capacité d’organisation collective pour négocier avec l’employeur ou défendre leurs droits face au pouvoir de l’État et au capitalisme mondial. Si l’agentivité demeure un concept clé dans ces études, le terme est peu utilisé dans la littérature : il est le plus souvent remplacé par des concepts tels que « collectivisme » (Lucio et Stewart 1997), « renforcement du pouvoir d’agir » (Vidal 2007), « résistance » (Bieler et Lee 2018) et « activisme » (Zajak et al. 2017). L’agentivité serait un médiateur important entre la structure sociale et l’action sociale (Emirbayer et Mische 1998). D’une part, les structures sociales telles que la classe, les habitudes, les règles, les systèmes et autres éléments contextuels sont susceptibles d’exercer des effets sur la conscience de l’agentivité des individus ; d’autre part, cette agentivité façonne leurs actions sociales de différentes manières. Ortner (2006 : 107) met en garde contre la tendance déterministe des structuralistes, et avance que la subjectivité incarne la relation dialectique entre « l’ensemble des modes » de perception, de pensée et de types d’affect d’un sujet et « les formations culturelles et sociales qui façonnent, organisent et déterminent ces types d’affect [et] modes de pensée » du sujet agissant.

7L’essor de l’économie numérique et l’utilisation généralisée d’Internet et des téléphones portables ont suscité l’intérêt croissant des chercheurs concernant la manière dont les travailleurs utilisent les technologies numériques et leur capacité à s’adapter à un environnement de travail numérique. Ainsi, Qiu (2016) décrit de quelle façon la classe populaire utilise les réseaux sociaux pour créer des « contenus produits par les travailleurs » (worker-generated contents) afin d’« informer, mobiliser et riposter » dans les conflits du travail (ibid. : 627). Se rapportant plus particulièrement à l’économie des plateformes, Chen (2018) analyse la façon dont les chauffeurs de taxi en Chine luttent contre les plateformes VTC à travers des protestations et un activisme algorithmique. Zhang décrit la manière dont les propriétaires de petites entreprises ont utilisé les réseaux sociaux pour se mobiliser contre l’exploitation « sangsue » (bloodsucking) de la plateforme de commerce électronique Taobao (Zhang 2020 : 128). Par ailleurs, les chercheurs mettent également en évidence une fragmentation et une informalisation accrues de la main-d’œuvre dans l’économie numérique, ce qui entraîne une érosion continue du pouvoir structurel des travailleurs (Dyer-Witheford 2015 ; Lazar et Sanchez 2019). Fieseler, Bucher et Hoffmann (2017 : 27) affirment que « l’identité, la cohésion et la fierté fondées sur le travail » sont considérablement affaiblies au sein des plateformes de crowdsourcing telles que Amazon Mechanical Turk, ce qui limite le pouvoir de négociation collective des travailleurs.

8Il est tentant d’expliquer les résultats contradictoires relatifs à la résistance et l’activisme des travailleurs dans l’économie numérique comme n’offrant que deux options : les travailleurs sont soit dominés, soit affranchis par la technologie. Au lieu d’adopter une logique binaire « domination/résistance », nous nous inspirons des travaux d’Ortner (2006 : 110) qui considère que les travailleurs sont des sujets « existentiellement complexes » qui connaissent, « fabriquent et interrogent le sens » de leur situation, agissant simultanément sur les forces sociales et culturelles tout en étant façonnés par elles.

9En recourant à la subjectivité des travailleurs comme lien implicite pour comprendre leur pratique de l’agentivité et leurs relations avec les facteurs déterminants dans l’économie des plateformes, nous avons pour but d’établir de quelle façon les dimensions économiques, sociales et technologiques spécifiques du travail de plateforme interagissent avec la performance d’agentivité des travailleurs et leur démarche visant à créer du sens. La plateforme caméléon en constante évolution produit des formes variées de relations de travail et de pratiques managériales qui influent considérablement sur la subjectivité du travailleur (Vallas et Schor 2020) et l’incite à exercer son agentivité face à l’application flexible d’un « éventail » de techniques de gestion dont dispose l’entreprise-plateforme (Moore et Joyce 2019). Cela engendre donc un modèle dynamique qui permet de comprendre l’agentivité du travailleur, modèle que nous nommons « agentivité contingente ». Il suppose que l’agentivité du travailleur résulte de manifestations locales et contextuelles spécifiques, indissociables de la structure en réseau et des relations sociales et professionnelles qui caractérisent le travail de plateforme dans le secteur des livraisons de repas en Chine. L’agentivité contingente est un procédé heuristique auquel nous recourons pour montrer la façon dont le travailleur de plateforme donne un sens à sa fonction et défend et négocie ses droits en matière de travail sur un terrain mouvant conditionné et déterminé par la structure précaire des plateformes numériques, les formes hétérogènes du travail, la surveillance technologique et une idéologie axée sur les besoins du client.

Plateformisation du service de livraison de repas en Chine

  • 3 Dans cet article, les termes « plateforme de livraison de repas » et « plateforme de vente à emport (...)
  • 4 « Statistical Reports on the Internet Development in China », China Internet Network Information Ce (...)

10En moins de dix ans, les plateformes de livraison de repas ont bousculé les habitudes alimentaires de millions de Chinois et reconfiguré la relation entre consommation et service3. En juin 2019, plus de 400 millions de personnes ont commandé de la nourriture via Internet, générant plus de 600 milliards RMB de transactions en un an (environ 84 milliards USD)4. En Chine, la vente à emporter assurée par des plateformes a débuté en 2011 et, après plusieurs séries de fusions et acquisitions, le marché actuel est dominé par un duopole établi par Meituan et Ele.me : ils détiennent plus de 90 % des parts de marché. Les plateformes ont conjointement mis en place un processus logistique de la chaîne d’approvisionnement grâce à l’essor du smartphone. Aujourd’hui, l’économie de la vente à emporter a créé une chaîne d’approvisionnement à plusieurs niveaux impliquant différents acteurs du marché (Figure 1).

Figure 1. Relation en réseau entre les livreurs et les structures de plateformes

11Dans ce processus logistique de la chaîne d’approvisionnement, les entreprises-plateformes jouent un rôle important en mettant en relation livreurs, intermédiaires, restaurants et clients. La plateforme de livraison de repas sert d’intermédiaire pour les transactions en ligne et hors ligne qui mettent en rapport les clients et les producteurs de repas grâce à un réservoir de main-d’œuvre de livreurs. D’une part, la plateforme s’efforce d’attirer un grand nombre de consommateurs en leur fournissant un service de livraison de repas à la demande, et d’autre part, elle collabore avec les restaurants, les cantines et les producteurs de repas pour élargir la clientèle de ces derniers en leur faisant payer un taux de commission. Les commissions appliquées par les plateformes peuvent représenter pour un restaurant partenaire de 15 à 35 % du montant total des recettes, selon la taille de l’entreprise, le volume quotidien des commandes de livraison et le nombre de plateformes avec lesquelles le restaurant s’est engagé.

  • 5 « Gig Economy is the Reservoir of Labour After COVID-19 », LinkedIn Netease, 2020, http://mp.163.co (...)

12Poussées par la concurrence féroce du marché, les entreprises-plateformes ont lancé plusieurs opérations de restructuration des relations de travail. Des entreprises de premier plan telles que Ele.me, Meituan, Shansong et Dianwoda confient toutes leur travail de gestion des coursiers à des agences d’intérim tierces ou intermédiaires afin de développer leur réservoir de main-d’œuvre pour la livraison. L’essor des plateformes de vente à emporter a rendu le métier de coursier attrayant pour les travailleurs migrants. Au cours de la décennie passée, ces derniers ont délaissé les secteurs de la construction et des activités manufacturières pour privilégier les services assurés par les plateformes tels que le transport, la livraison de colis et de repas5. Comme nous l’avons indiqué précédemment, le nombre de livreurs travaillant pour les plateformes de livraison de repas a dépassé les 6 millions. L’expansion non réglementée des plateformes de vente à emporter et leurs diverses collaborations avec des intermédiaires favorisent de nouvelles formes d’emploi pour les livreurs : ils sont recrutés par les plateformes, des prestataires externes, des restaurants, ou ils exercent dans le cadre du crowdsourcing. Les relations du travail, la structure de gestion et les conditions de travail diffèrent selon chaque type d’emploi.

13Ces différentes formes d’emploi sont exploitées par les entreprises-plateformes pour répondre aux besoins en constante évolution du marché. Le travailleur de plateforme est un coursier embauché par l’entreprise-plateforme avec qui il a signé un contrat de travail. Le prestataire externe est un coursier engagé par une agence d’intérim tierce, il n’a généralement pas de contrat de travail, mais a conclu un accord avec cette agence. Le travailleur exerçant dans le cadre du crowdsourcing est un « travailleur indépendant » qui exerce généralement à temps partiel et n’a pas de contrat de travail. Le marché ayant été progressivement dominé par Ele.me et Meituan, le nombre de livreurs engagés par une plateforme a diminué, tandis que les prestataires externes ou ceux travaillant en crowdsourcing constituent désormais l’essentiel de la main-d’œuvre.

14Au cœur de la chaîne d’approvisionnement du service de livraison de repas, les livreurs établissent des liens, servent d’intermédiaires et tissent des relations avec les plateformes, les agences d’intérim, les restaurants et les clients. Ils établissent des liens subtils et complexes avec diverses structures et organisations sociales et présentent diverses formes de performances d’agentivité. Le processus de plateformisation nous fournit un moyen de considérer l’agentivité des travailleurs comme une expression de leur subjectivité qui évolue et s’enrichit sous l’effet de leurs rencontres avec les différents acteurs de l’industrie et de la structure sociale.

Méthode

15Afin d’étudier les performances d’agentivité des livreurs au sein des structures des plateformes, cette étude s’appuie sur des recherches ethnographiques de terrain et des entretiens approfondis comme principales méthodes de collecte de données. Les participants à cette recherche travaillaient pour Meituan, Ele.me et Shansong, alors chefs de file des plateformes de vente à emporter en Chine. De 2017 à fin 2019, l’équipe de recherche a fréquenté les points de stationnement (zhandian站點) des livreurs dans les différents quartiers de Pékin. Après avoir noué une relation de confiance avec eux, les enquêteurs ont recueilli les observations des participants et réalisé plus de 40 entretiens semi-directifs au cours de ces trois années. En avril et mai 2020, ils ont mené dix entretiens supplémentaires en ligne afin d’analyser la manière dont les livreurs ont effectué leur travail et exercé leur agentivité durant l’épidémie de Covid-19. Les dix enquêtés ont été recrutés selon la méthode dite « boule de neige » de constitution d’un échantillon parmi les relations des enquêteurs dans la communauté des livreurs. Le tableau 1 montre la répartition démographique des coursiers interrogés.

Âge

Entre 18 et 25

9

Entre 26 et 35

29

Plus de 35

12

Genre

Femme

4

Homme

46

Tableau 1. Caractéristiques démographiques des enquêtés

16Chacun de ces 50 entretiens a duré entre une demi-heure et deux heures. Les questions proposées avaient trait à leurs parcours professionnels, leurs conditions de travail, leurs relations de travail et leurs expériences dans l’environnement de travail au sein des plateformes. Les livreurs ont également été invités à partager vécus et opinions sur la façon dont ils organisent leur travail et interagissent avec la ou les plateformes. Lors de la dernière série d’entretiens, nous avons ajouté de nouvelles questions relatives à l’impact du nouveau coronavirus sur leur travail. Les enquêteurs ont également rejoint un groupe de discussion WeChat comptant 500 livreurs pour observer de quelle façon ils communiquent, quel contenu est publié et comment ils expriment solidarité et subjectivité à travers leurs communications quotidiennes.

17Tous les entretiens ont été anonymisés et transcrits, puis codés par les enquêteurs avec toutes les notes d’observation. En nous inspirant de la méthodologie de la théorisation enracinée (Corbin et Strauss 2014), nous avons recueilli des informations sur l’agentivité des travailleurs à partir des données qualitatives, en situant constamment les livreurs en fonction de leur point de vue et dans leur contexte social. Par conséquent, l’analyse est fondée et axée sur les récits des travailleurs. Afin de ne pas appliquer des cadres théoriques rigides aux livreurs, nous établissons un dialogue avec les études et théories existantes lorsque l’expérience des travailleurs leur fait écho, les complique ou les contredit.

Agentivité contingente exercée au sein des plateformes de livraison de repas

Opportunités d’action et contraintes liées à la plateforme

18S’agissant des conditions de travail de plateforme, Moore et Joyce (2019) mettent en garde contre une obsession à l’égard des algorithmes qui risque de faire fi de la « réciprocité » dans une relation de travail. Comme ils l’affirment, les travailleurs résistent chaque fois qu’ils découvrent où « se situent les points de pression, et les niveaux et l’efficacité de la résistance augmentent » (Moore et Joyce 2019 : 8). La volatilité du marché de la livraison de repas via les plateformes est à l’origine de la multiplicité de ces « points de pression ». Parmi ceux-ci, se glissent des interstices que les livreurs découvrent dans le cadre de la compétition entre les différentes entreprises-plateformes. Au cours de la dernière décennie, le marché de la livraison de repas par le biais des plateformes en Chine a évolué vers un duopole complété par de nombreux petits acteurs. Pour se faire concurrence, différentes entreprises-plateformes ont lancé plusieurs opérations de recrutement de main-d’œuvre en renforçant les incitations financières, et en proposant divers types de postes à temps partiel offrant des possibilités d’emploi permanent. Pour les livreurs avisés, chaque fois que la concurrence fait rage entre plateformes, c’est l’occasion de faire un choix professionnel, voire un choix dans leur mode de vie.

Il est difficile pour des gens comme moi de trouver un autre emploi à plein temps. Ce travail est un choix facile, car je peux décider quand et où aller [...]. Je le fais parce que je ne veux pas être surveillé [comme ceux qui travaillent] dans une usine. Quand j’ai le temps, je me connecte et je prends quelques commandes ; si je ne veux pas travailler tel jour, je peux rester au lit toute la journée. (District de Daxing, Pékin, 13 juillet 2019)

19Xu est livreur chez Ele.me depuis trois ans, à temps partiel et de façon intermittente. Il considère que l’économie des plateformes lui permet de jouir de plus d’autonomie en termes d’horaires et de lieux. Il est doué pour suivre les fluctuations de la demande du marché. En général, il accepte les demandes de livraison aux heures de pointe en journée, ou lors de conditions météorologiques extrêmes, ou encore lorsqu’il y a des contrôles dans les transports et autres contextes synonymes de difficultés, car la rémunération à la course tend à augmenter dans ces circonstances. Il a rejoint plusieurs groupes de discussion WeChat de livreurs, où ces derniers partagent des informations sur les lieux et les heures des « grosses commandes [bien payées] » (dadan大單). Grâce à la fonction informative des réseaux sociaux (Qiu 2016), Xu a pu élargir le réseau de ses relations, ce qui lui a permis d’obtenir un second emploi.

20Un autre cas est celui de Wang, un livreur de l’échelon supérieur – l’« élite des livreurs » (wangpai qishi, 王牌騎士) – sur la plateforme Shansong qui propose un service de livraison intra-urbain, où il travaille depuis 2016, c’est-à-dire quatre ans.

[Le travail] me convient. C’est assez flexible. Si je veux travailler, je me connecte au système, autrement, je vaque à mes occupations. Mais on est gourmand... Par exemple, au tout début, j’étais très heureux de gagner 100 RMB grâce à la plateforme, mais rapidement, j’ai voulu gagner plus [d’argent]. Je voulais 200 RMB... Aujourd’hui, je peux gagner jusqu’à 400 ou 500 RMB [par jour], mais j’aimerais gagner davantage encore. (District de Chaoyang, Pékin, 10 juin 2018)

21Contrairement à Xu qui accepte des livraisons par intermittence, Wang a fait évoluer ce travail en un emploi à plein temps, bien qu’il ait rejoint Shansong comme coursier à temps partiel. En parlant de son travail à Shansong, Wang se sentait motivé et estimait que ses efforts avaient été récompensés par la plateforme. Selon lui, la flexibilité lui apporte non seulement un supplément de revenu, mais également la liberté de choisir ce qu’il veut faire. Wang travaillait plus de dix heures par jour à Shansong pour pouvoir maintenir son statut de livreur d’« élite » et bénéficier d’une rémunération à la course plus élevée.

22Alors que l’essor du capitalisme de plateforme reconfigure le modèle des relations de travail, il offre également certains choix et moyens d’agir aux travailleurs, bien que ces opportunités d’action semblent éphémères et imprévisibles. Contrairement à la génération plus âgée qui met l’accent sur la stabilité et la sécurité (voir notamment Kuruvilla et al. 2011), la jeune génération de travailleurs du numérique à laquelle appartient Xu accorde plus d’importance à la flexibilité et à l’autonomie de décision qu’à un emploi à horaire régulier. Notre étude révèle que ce sont les revenus supplémentaires et l’autodétermination qui incitent principalement les travailleurs migrants n’ayant pas accès à un « emploi garanti à vie » (un bol de riz en fer, tiefanwan 鐵飯碗) à affluer en masse vers les plateformes de livraison de repas. Certains travailleurs considèrent également le travail de livreur comme une bonne solution transitoire qui leur offre un revenu pendant qu’ils réflechissent à leur futur professionnel. L’absence d’emploi pérenne au sein d’une plateforme a pour effet de créer un réservoir de travailleurs qui ont adopté une attitude différente à l’égard de leur travail. En effet, le système de valeurs dominant des travailleurs des plateformes a évolué vers une valorisation du modèle « slasheur » (Alboher 2007) ou autoentrepreneur (Freeman 2015) et du profit économique individuel, qui se manifeste dans leur performance d’agentivité.

23Toutefois, comparé aux secteurs comme l’industrie manufacturière et la construction, le travail de plateforme se caractérise par la volatilité, l’incertitude et le manque d’interaction sociale entre pairs sur le lieu de travail, car les livraisons s’effectuent par le biais d’applications mobiles qui excluent la présence physique de collègues. De fait, la plupart du temps, le travailleur doit s’adapter à un environnement de travail sans collaboration ni soutien mutuel. Il n’a d’autre choix que d’entrer en conflit avec la plateforme, car il ignore quand et où il risque de perdre son emploi, ou quand il lui sera nécessaire d’en trouver un autre. En ce sens, l’agentivité du travailleur dépend non seulement des diverses formes d’emplois précaires et temporaires proposées par le capitalisme de plateforme à son stade actuel, mais également d’un certain degré d’identification du travailleur avec la flexibilité et le risque qui font partie intégrante du travail de plateforme. Le fait qu’il accepte les risques et les incertitudes liés à ce travail ne peut pas entièrement s’expliquer par les concepts d’auto-exploitation ou de fausse conscience. C’est là qu’intervient la subjectivité du travailleur dans laquelle l’agentivité s’articule à travers le sens qu’il donne à son travail et à sa rémunération, ainsi qu’à travers l’« affect » (Ortner 2016) qu’il produit en raison de son propre choix d’être un travailleur de plateforme.

Stratégies de contournement pour lutter contre la logique capitaliste

24De nombreuses études indiquent qu’un travailleur n’est pas seulement un « sujet sachant » (Ortner 2016), mais qu’il est également en mesure d’élaborer diverses tactiques dans le but d’utiliser les failles du système des plateformes et défier la gestion de la main-d’œuvre rendue plus aisée par celles-ci (voir notamment Chen 2018 ; Moore et Joyce 2019). Les « stratégies de contournement » (Lee et al. 2015) développées par les livreurs dans notre étude peuvent être qualifiées d’initiatives spontanées pour saisir les occasions et obtenir une rémunération élevée. Dans la pratique, elles consistent notamment pour le livreur à changer fréquemment de plateforme afin d’intégrer celle qui verse une rémunération à la course plus élevée, ou à travailler pour plusieurs plateformes, voire une combinaison des deux. Saisir les occasions et obtenir une rémunération élevée incite même certains livreurs à mettre au point des actions individuelles ou menées de concert, comme l’installation de logiciels de triche dans le but de manipuler le système.

25Coursier chez Starbucks via l’application Ele.me, Zhang a changé de plateforme de livraison à cinq reprises au cours des trois dernières années. Lorsqu’on lui a demandé la raison pour laquelle il devait changer de plateforme si fréquemment, Zhang a mis en avant le gain financier : « L’herbe est toujours plus verte... Quand le salaire est trop bas, on va sur les plateformes qui peuvent rapporter plus d’argent ». L’organisation des livreurs en une hiérarchie selon une grille des salaires est courante dans les plateformes de livraison de repas chinoises, dont la plupart recourent également à un degré de ludification variable (Sun 2019). Face à cette gestion calculée de la main-d’œuvre, les travailleurs choisissent de privilégier l’argent plutôt que la stabilité.

26On retrouve chez Cai, son collègue issu du même village, le critère de rationalité mis en avant par Zhang. Chez Baidu Deliveries, Cai était gestionnaire de station. Son travail consistait à rester dans les locaux de la station et à surveiller les performances en temps réel de chaque livreur. Baidu Deliveries versait un salaire stable ainsi qu’une prime aux gestionnaires de station et leur interdisait d’effectuer des livraisons. Mais Cai a découvert la plateforme de crowdsourcing de Baidu (toute nouvelle application à ce moment-là), qui offrait « une rémunération à la course très élevée » pouvant atteindre 5 ou 6 RMB pour les livraisons à l’heure de pointe du milieu de journée. Cai et un gestionnaire de station voisin ont donc programmé plusieurs livraisons de commandes sur la plateforme de crowdsourcing pour des « livreurs de leurs stations respectives ». Mais l’entreprise s’en est aperçue et ils se vont vus sanctionnés par un avertissement public, assorti d’une amende de 500 RMB pour Cai. Rétrospectivement, ce dernier a attribué la découverte de son infraction à l’utilisation de sa carte d’identité nationale pour s’enregistrer sur la plateforme de crowdsourcing. « J’aurais pu utiliser la carte d’identité d’une autre personne », a-t-il conclu, « comme d’autres l’ont fait ».

27Mais la sanction n’a pas dissuadé Cai de profiter d’une rémunération à la course élevée à laquelle il pouvait prétendre sur le marché. Après cet épisode, il a quitté son emploi et rejoint un groupe de plus de 300 coursiers pour exécuter ce que l’on appelait les « commandes assignées » (zhipai dan 指派單). Elles étaient « très lucratives » selon Cai, procurant un gain supplémentaire de 5 RMB pour chaque commande effectuée dans un rayon de 5 km, et de 10 RMB pour celles livrées dans un périmètre entre 5 et 10 km. Cai a fait partie de ce groupe jusqu’à ce qu’il soit dissous au moment où l’entreprise de livraison de repas Baidu et la plateforme Ele.me ont fusionné.

28Progressivement, les coursiers ont acquis certaines connaissances relatives au contrôle algorithmique du processus de travail, et ont mis au point des tactiques pour manipuler les algorithmes afin de veiller à leurs intérêts. En 2017, lorsqu’une guerre des bonus a eu lieu entre Ele.me et Meituan, les livreurs de repas se sont concertés avec certaines cantines et restaurants dans le but de passer des commandes fictives pour lesquelles les livreurs attendaient à proximité afin de s’assurer qu’ils se verraient attribuer les livraisons. Les livreurs feignaient ensuite d’avoir effectué la commande en cliquant simplement sur le bouton « fin » de l’application, et une fois les fausses commandes terminées, les livreurs, les cantines et les restaurants participants se partageaient la prime en espèces accordée par les plateformes. Certains travailleurs ont poussé l’audace jusqu’à installer des programmes informatiques (bots) pour contourner certaines restrictions imposées par les plateformes (par exemple, lieu ou plateforme unique) ou pour les aider à obtenir automatiquement des courses mieux rémunérées. Toutes ces pratiques contestables de l’utilisation des algorithmes d’une plateforme, individuelles ou collectives, sont appelées « actualiser pour de meilleures commandes » (shuadan 刷單) : une manœuvre frauduleuse et susceptible d’être sanctionnée par la plateforme.

29Les possibilités de gains économiques accrus influencent considérablement le point de vue et la motivation des travailleurs vis-à-vis des changements d’emploi à deux égards. En premier lieu, les informations sur les rémunérations à la course et les différences de rétribution – même de quelques yuans – entre les plateformes ou les types de livreurs sont mieux mises en relief que dans d’autres secteurs, et elles sont conçues comme telles par les plateformes pour stimuler les travailleurs, de façon précise. Par conséquent, si les liens sociaux demeurent importants pour les livreurs (voir notamment l’expérience de Cai), ils démontrent et exercent un certain niveau d’agentivité pour réduire la précarité de leur statut socio-économique en mettant à profit les informations dont ils disposent et leur connaissance du mode de fonctionnement des algorithmes. Cela montre l’importance croissante des données du marché, par opposition à la méthode « empirique » (Tian et Xu 2015), dans la décision des travailleurs de changer de travail. En second lieu, des études montrent que les travailleurs migrants passent d’un travail à un autre afin d’accumuler du capital humain et social (par exemple des connaissances et des compétences), de sorte qu’après plusieurs changements, certains sont en mesure de gravir les échelons professionnels ou de décrocher un emploi mieux rémunéré (Wang et Wu 2010 ; Tian et Xu 2015). Il serait prématuré de déterminer l’accumulation de capital humain et social selon les modèles de changement de travail des livreurs, mais le bénéfice économique semble être l’unique motivation de leur mobilité professionnelle, quand la possibilité d’acquérir des connaissances et des compétences est ébranlée par le capitalisme de plateforme.

30Si les actions des travailleurs pour déjouer les algorithmes sont fréquentes et pérennes, il convient de noter qu’elles ne sont pas seulement risquées, car elles se heurtent à des pannes fréquentes et à des mesures coercitives mises en place par les plateformes, mais qu’elles dépendent également des opportunités d’action, sur le plan technologique, qu’offrent les plateformes. Généralement, à peine les travailleurs développent-ils une tactique pour utiliser les failles du système que la plateforme met à jour son application, corrige les erreurs de programmation ou intensifie la surveillance des travailleurs. De fait, les connaissances et les compétences acquises par les travailleurs se voient rapidement limitées, ce qui réduit leur accessibilité à un futur travail. L’hégémonie technologique des plateformes, qui se traduit par des mises à jour continues et un contrôle algorithmique amélioré grâce aux téléphones portables des travailleurs, restreint la performance d’agentivité de ces derniers. D’une certaine façon, les travailleurs qui manipulent les commandes et les algorithmes aideraient de manière fortuite les entreprises-plateformes à détecter les erreurs technologiques, notamment, et à les alimenter en données pour renforcer leur compétitivité sur le marché, ce qui in fine reproduit la logique capitaliste et la structure du pouvoir (Fleming et Spicer 2003).

Relations sociales : cultiver le renqing

  • 6 Réference au titre original de l’ouvrage de Fei Xiaotong (1992), From the Soil: The Foundations of (...)

31Une plateforme de vente à emporter, en tant que chaîne d’approvisionnement dont l’action est immédiate, doit assurer une interaction fluide de ses différentes composantes pour fonctionner efficacement. Toutefois, le respect du délai de livraison dépend des livreurs, mais également des restaurants : les livreurs se plaignent souvent de la lenteur et du manque d’efficacité des restaurants dans la préparation des plats, ce qui peut entraîner un retard de la livraison. Étant donné que le respect du délai est un indicateur clé de performance pour la plateforme et les intermédiaires chargés d’évaluer les équipes de livraison, les livreurs et les chefs d’équipe (ou gestionnaires de station) font grand cas de la rapidité des livraisons. Ainsi, Ele.me requiert de ses livreurs qu’ils effectuent en 29 minutes les commandes n’excédant pas 3 km. Si le retard de livraison d’une équipe dépasse 5 %, tant le travailleur que le chef d’équipe se voient privés de leur prime. Par conséquent, les livreurs et les responsables usent de tactiques pour maintenir de bonnes relations avec les restaurants – à la frontière entre le lien commercial et la relation fraternelle, démarche qui s’inscrit dans les principes culturels du guanxi (relations sociales, 關係) et du renqing (obligations sociales et morales réciproques, 人情). Dans la conceptualisation que propose Fei (1992), le guanxi désigne à la fois les réseaux sociaux et les relations « au ras du sol6 » (voir également Gold et al. 2002) ainsi que le principe moral et éthique de réciprocité mutuelle (renqing) permettant de discipliner la relation interpersonnelle. Pour cette dernière, le guanxi et le renqing peuvent jouer un rôle majeur et faire l’objet d’un entretien conscient, voire d’une manipulation (Gold et al. 2002 ; Barbalet 2015).

32Wu était un responsable de la plateforme Shansong dans le district de Chaoyang, à Pékin, en charge de 20 groupes de 200 livreurs. Il a contacté 60 restaurants de son secteur afin d’établir une bonne relation avec leurs responsables, puis s’est rendu dans chacun d’entre eux pour se présenter au gérant et au personnel. Wu et ses collègues fréquentaient également ces lieux et prenaient un verre avec le personnel responsable de la vente de plats à emporter. Selon Wu, « être en tête de liste dans la compétition avec les autres équipes de livraison » l’a motivé à nouer des relations sociales :

Tant que le restaurant prépare les repas assez rapidement, mes copains [livreurs] peuvent les livrer à temps. Sinon, il risque de retarder les livraisons de toute l’équipe et donc d’empêcher les livreurs de mon équipe d’obtenir [les primes] qu’ils méritent... [Quand il y a un problème en cuisine qui concerne le traitement des commandes], je les appelle. Habituellement, ils me permettent de sauver la face (mianzi signifie littéralement « visage » en chinois) en terminant d’abord nos commandes. (Entretien en ligne à Pékin, 1er mai 2020)

33Wu savait qu’un restaurant était susceptible de signer un contrat avec plusieurs plateformes de vente à emporter, et que les différences de traitement des commandes de livraison avaient leur importance. Pendant les heures de pointe, la relation amicale que Wu avait instaurée avec les restaurants portait ses fruits, car ils étaient susceptibles de donner la priorité aux commandes de son équipe de Shansong et de minimiser ainsi les risques de retard de livraison. L’équipe de Wu a figuré parmi les trois meilleures équipes de livraison de Shansong à Pékin au cours des trois dernières années, ce qui peut s’expliquer par les efforts de Wu pour tisser des liens amicaux avec les restaurants.

34En outre, les travailleurs de l’équipe de Wu ont également mentionné l’importance de maintenir de bonnes relations avec les différents membres du personnel des restaurants. Li a ainsi affirmé : « [il est] important de connaître l’aide-cuisinier responsable de la vente à emporter. C’est cette personne qui établit l’ordre de l’enlèvement des commandes, et si elle vous connaît, vous pouvez prendre les vôtres avant les autres [travailleurs des autres plateformes] ». Song, un autre travailleur, entretenait des relations fraternelles avec les cuisiniers de plusieurs restaurants. « Quand je n’ai plus le temps d’attendre, je vais directement à l’arrière-cuisine pour les presser ». Selon lui, cela lui donnait une longueur d’avance sur les autres pour enlever les commandes aux heures de pointe.

35Intégrés dans une chaîne d’approvisionnement dont les acteurs sont interdépendants, les livreurs exercent une agentivité en réseau, mais de manière également individualisée, pour laquelle le guanxi personnel (Gold et al. 2002) et les relations « au ras du sol » (Fei 1992) présentent un attrait intrinsèque. Wu se voit traité avec des égards (mianzi) parce qu’il a noué des relations de confiance avec les propriétaires et les gérants de restaurants, et des travailleurs tels que Li et Song connaissent personnellement leurs collègues des restaurants. De manière similaire, ces deux actions contribuent à diminuer l’éloignement social entre les livreurs et les restaurants, en associant sentiments et obligations morales (renqing 人情) à l’opération commerciale, au demeurant impersonnelle, qui débute avec la préparation du repas (par le restaurant) et aboutit à l’enlèvement (par le livreur).

36Les relations sociales et le soutien de la communauté s’avèrent être des indicateurs significatifs de l’agentivité des travailleurs (Chan 2013), même si pour les livreurs, le réseau de relations sociales créé dans le cadre du travail de plateforme est structurellement décentralisé, fragile et facile à dissoudre. Si les livreurs de repas peuvent soigner leurs relations de travail en cultivant des liens personnels instrumentaux et en exploitant des possibilités de collaboration, ces relations et le renqing restent contingents, épisodiques et sujets à changement à tout moment. Tout au long de notre travail de terrain, nous avons constaté que les relations sociales relativement stables et durables entre les travailleurs, les cantines et les chefs de groupe sont difficiles à préserver en raison de la forte mobilité des travailleurs et des changements structurels constants de la plateforme. Ainsi, le taux de rotation de personnel de son équipe étant élevé, Wu a consacré beaucoup de temps à recruter des coursiers et à fréquenter des restaurants dont les gérants changent également de temps en temps. Les relations fraternelles prennent elles aussi fin au sein de la plateforme. Li s’est ainsi plaint que le personnel de la plateforme changeait trop souvent, car l’aide-cuisinier qu’il connaissait avait été transféré ailleurs.

37À la différence des travailleurs de l’industrie manufacturière pour qui le lieu de travail partagé et l’horaire de travail fixe sont propices au développement d’une solidarité, les travailleurs des plateformes évoluent dans un environnement décentralisé et individualisé où ils exercent leur activité professionnelle sans la présence physique de leurs collègues ni possibilité de rassemblement hors ligne. Grâce à la montée en puissance d’Internet et la généralisation des applications mobiles, le travail de plateforme devient un travail « aussi facile à obtenir qu’à perdre » qui permet à la main-d’œuvre de circuler et de se déplacer à une vitesse jamais constatée auparavant. Le nomadisme professionnel des travailleurs et les règles de fonctionnement éphémères des plateformes sapent les fondements sociaux et culturels structurels qui permettent aux travailleurs d’établir des liens sociaux fiables et durables. Cela restreint systématiquement les canaux par lesquels les travailleurs des plateformes mobilisent le capital social et créent un lien culturel pour pratiquer leur agentivité.

Contremesures

  • 7 « The State of Labour Relations in China, 2019 », China Labour Bulletin, 13 janvier 2020, https://c (...)

38Si les contremesures sont l’une des manifestations les plus viables de l’agentivité des travailleurs, elles sont insuffisamment étudiées en ce qui concerne les livreurs. Le China Labour Bulletin a identifié les livreurs de repas et les coursiers parmi les travailleurs les plus vulnérables dans l’économie liée à Internet7. Notre travail sur le terrain a mis en évidence la manière dont les livreurs mobilisent des ressources technologiques et sociales pour se donner les moyens d’agir face aux relations de pouvoir déséquilibrées avec leurs employeurs et les entreprises-plateformes. Globalement, les livreurs ont tendance à s’associer aux protestations ou à prendre part aux conflits provoqués par un traitement injuste ou des questions liées aux baisses de salaire.

39Wang, mentionné plus haut, faisait partie de l’« élite des livreurs ». En général, les coursiers de Shansong sont répartis en trois catégories correspondant à différentes façons d’obtenir les commandes et à différents niveaux de priorité lors de l’attribution automatique des courses. Le nouveau venu, dont le score de service typique est de 60, doit nécessairement « se saisir des commandes » (qiangdan 搶單). Lorsqu’il a effectué un nombre satisfaisant de livraisons et atteint un score de service de 85 ou plus, il peut prétendre à être livreur selon le mode de « répartition automatique des commandes » (paidan 派單). Le plus haut rang de ce mode, réservé à ceux qui ont obtenu les scores de service les plus élevés, est l’« élite des livreurs ». Ce type de livreur bénéficie d’une priorité absolue dans l’attribution des courses et peut, comme les autres livreurs du mode de « répartition automatique des commandes », passer en mode « saisie des commandes », et se voir accorder une priorité plus élevée que les livreurs moins bien classés à ce niveau.

40En octobre 2019, Shansong a commencé à sous-traiter le recrutement et la gestion des coursiers à temps plein à des agences de recrutement tierces. Les agences sous-traitantes ont engagé de nouveaux coursiers dans l’entreprise et les ont placés directement au niveau « répartition automatique des commandes ». Wang et d’autres coursiers chevronnés se sont estimés lésés par la plateforme :

C’est injuste parce que nous avons franchi les différentes étapes de « saisie des commandes », requête pour travailler sur le mode de « répartition automatique des commandes », etc. Nous sommes restés et avons suivi cette règle pendant plusieurs années, [notamment] durant la période où l’entreprise-plateforme n’était pas en très bonne posture. Maintenant que sa situation s’améliore, c’est vraiment déplacé. (Entretien en ligne à Pékin, 3 mai 2020)

41Après avoir exprimé leur mécontentement dans plusieurs groupes WeChat et forums en ligne, les collègues de Wang ont organisé une manifestation contre ce traitement inéquitable au siège de Shansong, dans le district de Haidian à Pékin, à laquelle ont participé environ 300 livreurs expérimentés. La police locale est intervenue. À l’issue de la rencontre entre les hauts responsables de Shansong et les représentants des livreurs, l’entreprise a décidé de placer tous les coursiers sous-traités à plein temps au niveau des nouveaux venus, ce qui signifie qu’ils devront commencer par la « saisie des commandes » et gravir les échelons.

42L’expérience vécue par les livreurs de Shansong suite à la décision arbitraire de la plateforme de confier le recrutement et la gestion de la main-d’œuvre à des agences tierces est loin d’être unique. Dès août 2017, un groupe de livreurs de Baidu Deliveries s’est organisé avec succès pour défendre leurs droits en matière de travail. Le 24 août 2017, Baidu a annoncé la fusion de sa plateforme de livraison de repas avec Ele.me, ainsi qu’un transfert massif et arbitraire de livreurs engagés antérieurement par Baidu vers des agences d’intérim tierces. Cela signifiait que ces livreurs recrutés par Baidu devenaient des livreurs sous-traitants de Ele.me, ce qui constitue une violation du droit du travail. Gestionnaire de station au moment du transfert, Cai se souvient d’un conflit du travail impliquant les livreurs de Baidu dans le district de Chaoyang à Pékin :

Après avoir consulté un avocat qui a accepté de les défendre bénévolement, cinq ou six livreurs ont porté l’affaire devant le comité d’arbitrage des conflits du travail du district de Chaoyang en septembre 2017... Cela a pris environ six mois... Mais les livreurs ont réussi à obtenir une compensation. (Entretien en ligne à Pékin, 1er mai 2020)

43Lorsque l’épidémie de Covid-19 s’est déclarée en Chine avant le Nouvel An chinois, la majorité des coursiers de Pékin étaient retournés dans leur ville natale. Au moment où le confinement a été mis en place dans la capitale, les commandes de livraison de repas ont augmenté en flèche, et du fait du nombre restreint de travailleurs en activité, la charge de travail des coursiers demeurés à Pékin s’est inévitablement intensifiée. Toutefois, les heures supplémentaires effectuées par ces travailleurs n’ont pas été payées. Durant la dernière semaine de janvier 2020, les coursiers de Meituan à Pékin ont travaillé plus de 15 heures par jour : la plupart d’entre eux étaient épuisés et débordés. Les coursiers d’un point de stationnement du district de Haidian ont organisé un arrêt de travail, exigeant que leurs heures supplémentaires soient payées par l’intermédiaire et la plateforme. Compte tenu de la pression croissante et des circonstances particulières dues à l’épidémie, l’entreprise-plateforme et les intermédiaires ont convenu de payer les heures supplémentaires de chaque travailleur durant les congés du Nouvel An. Cependant, à l’issue des vacances, alors que l’épidémie commençait à être maîtrisée, la plateforme et les intermédiaires ont refusé de payer les heures supplémentaires des travailleurs malgré une augmentation continue des commandes et une pénurie de main-d’œuvre, et le conflit opposant les travailleurs et la plateforme a persisté.

44Avec l’arrivée des agences d’intérim dans le secteur de la livraison de repas via des plateformes, le traitement inéquitable des livreurs sous-traitants est devenu monnaie courante, tandis que le recrutement de livreurs à temps complet sur les plateformes a décliné. Les arriérés de salaires non versés, et les réductions de salaire arbitraires imposées par les plateformes ou les agences de recrutement sont devenus le premier motif des actions en justice ou des actions collectives des livreurs en l’absence de syndicats officiels. Un aperçu des actions collectives des livreurs de repas menées à l’échelle nationale entre juin 2019 et juin 2020 révèle que 16 des 17 manifestations et grèves ont été déclenchées à cause d’arriérés ou de réductions de salaire. Si nos travaux sur le terrain ont montré que près de la moitié de nos enquêtés ont participé à des actions collectives ou étaient au courant d’actions de ce type menées par d’autres, celles-ci ont abouti à des résultats en demi-teinte. L’absence d’un soutien social systématique et les conditions de travail très instables et fortement individualisées pèsent sur la performance d’agentivité contemporaine des travailleurs.

Conclusion

45Cet article fournit un compte-rendu exhaustif et nuancé des moyens contextuels et parfois contradictoires par lesquels les travailleurs du secteur de la livraison de repas exercent leur agentivité individuelle et collective pour conquérir leur autonomie. Ce compte-rendu apporte une contribution significative et opportune aux études sur les plateformes de travail et l’agentivité du travailleur, en mettant au premier plan le récit de ce dernier. Nous constatons que parallèlement à l’étonnante montée en puissance de l’économie des plateformes, les travailleurs des plateformes disposent désormais de certains moyens d’action et d’une autonomie de décision concernant le moment, le lieu et la façon de participer au travail des plateformes. Plus important encore, nos conclusions remettent en cause le mythe répandu d’une gestion impénétrable des travailleurs qui relèverait d’une « boîte noire » (voir Moore et Joyce 2019), car les livreurs témoignent de connaissances suffisantes sur le fonctionnement d’une plateforme et les pratiques managériales mises en œuvre à leur encontre. Les travailleurs des plateformes mettent également au point des stratégies de contournement, mobilisent des relations personnelles et des ressources sociales, et prennent part à l’activisme social et à la lutte contre le capitalisme de plateforme.

46Toutefois, la grande diversité des performances d’agentivité des livreurs va de pair avec une conceptualisation minutieuse de leur agentivité dans le contexte de l’environnement du travail de plateforme. Celui-ci se caractérise par une main-d’œuvre particulièrement volatile et hétérogène, une concurrence féroce sur le marché, un contrôle algorithmique arbitraire et des pratiques de gestion imprévisibles (van Dijck et al. 2018 ; Sun 2019 ; Chen et Sun 2020). Les livreurs de repas étant le plus souvent des travailleurs migrants, leur situation informelle en matière d’emploi réduit considérablement leur pouvoir de négociation collective (Fan 2021), ce que ne peut compenser le large éventail des performances d’agentivité déployé au cours de leurs expériences professionnelles. En particulier, la grande volatilité des livreurs de repas coïncide avec la tendance actuelle au raccourcissement de la durée d’occupation d’un emploi parmi la jeune génération de travailleurs migrants chinois (Équipe de recherche en sociologie de l’Université Tsinghua 2013), ce qui se traduit par un niveau de compétences minimum et une mobilité sociale ascendante. L’absence, de manière générale, d’une autonomisation des travailleurs migrants sur le plan institutionnel aggrave la précarité des livreurs de repas dans l’économie des plateformes.

47Par conséquent, leur performances d’agentivité sont en grande partie liées aux circonstances et répondent à l’environnement instable et imprévisible de la plateforme. Mais cela ne signifie nullement que les travailleurs ne font que développer la logique du capital. Notre intention n’est pas non plus de prôner un « faux optimisme » (Lee 2016 : 328) selon lequel la performance d’agentivité du travailleur conduirait à une autonomisation politique ou institutionnelle, ce qui s’avère difficile à réaliser sans la volonté politique des dirigeants. Au contraire, nous conceptualisons la notion d’« agentivité contingente » et précisons les multiples facteurs contingents de manière à saisir à la fois la position structurellement vulnérable des livreurs et les tactiques et stratégies multiples, durables et préventives élaborées et habilement mises en œuvre par les travailleurs. L’agentivité contingente met en lumière la situation instable des travailleurs des plateformes qui les contraint à calculer constamment leurs revenus actuels et futurs, à tirer parti de potentielles circonstances favorables afin d’augmenter ou de maximiser leur salaire, à nouer davantage de relations personnelles et de liens sociaux, à participer aux négociations de salaires et des droits des travailleurs, et, si nécessaire, à se mobiliser pour des actions collectives.

48Wood et Lehdonvirta (2019 : 1) affirment qu’il existe un « antagonisme structurel » entre les travailleurs et les plateformes qui « se manifeste comme ce qui semble relever du conflit à propos des frais de la plateforme, du taux de rémunération et de l’impossibilité pour les travailleurs de se faire entendre ». Cet « antagonisme structurel » est l’un des facteurs spécifiques qui favorisent la participation des travailleurs aux actions collectives, même lorsqu’ils se considèrent comme indépendants. Les résultats de notre étude complexifient et complètent cet argument, car les performances d’agentivité des travailleurs relèvent de mécanismes externes qui visent à faire face à l’imprévisibilité de la plateformisation plutôt que d’une conscience de soi endogène. Nous soutenons que la notion d’agentivité contingente offre une nouvelle perspective à l’éternelle question du contrôle et de la résistance dans les études sur le monde du travail. Les travailleurs de plateforme sont plutôt des sujets temporairement agentiques dont l’autonomisation et l’individualité dépendent des structures de plateformes très instables, structures dont ils sont, dans une certaine mesure, une composante et un agent essentiels (Vallas et Schor 2020). Il est à noter que si les livreurs de repas en Chine sont capables de s’organiser pour résister et mettre en œuvre des actions, leur pouvoir collectif n’est pas encore comparable à celui des ouvriers d’usine, en Chine et ailleurs, pour qu’ils puissent réclamer des réformes législatives ou réglementaires favorables aux travailleurs.

49L’agentivité des livreurs est susceptible d’évoluer et d’inclure de nouvelles modalités pour s’adapter à la restructuration des relations de travail menée par les plateformes, les agences d’intérim et autres acteurs du secteur. Le cadre de l’agentivité contingente contribuera à mettre en évidence les manifestations et les tendances. Si l’on ignore encore si l’agentivité contingente aura un impact durable sur les relations capital-travail, il sera intéressant de lire d’autres études comparant la conscience que les travailleurs des plateformes ont de leurs droits avec celle des ouvriers d’usine. Du fait de la multiplication des plateformes de travail à l’échelle mondiale, le concept d’« agentivité contingente » est applicable au-delà du contexte chinois, notamment pour les pays où l’économie informelle domine et où la réglementation du travail accuse un retard. Les plateformes numériques continueront d’occuper une place centrale dans les études sur le monde du travail, et les nouvelles recherches sur la co-évolution entre le paysage en constante évolution des plateformes et les actes d’agentivité de leurs travailleurs seront appréciées.

Haut de page

Bibliographie

ALBOHER, Marci. 2007. One Person Multiple Careers. New York : PT Mizan Publika.

BARBALET, Jack. 2015. « Guanxi, Tie Strength, and Network Attributes ». American Behavioral Scientist 59 (8) : 1038-50.

BIELER, Andreas, et Chun-yi LEE (éds.). 2018. Chinese Labour in the Global Economy: Capitalist Exploitation and Strategies of Resistance. Vol. 1. Londres et New York : Routledge.

CANT, Callum. 2019. Riding for Deliveroo: Resistance in the New Economy. Cambridge : Polity Press.

CHAN, Chris King-chi. 2013. « Community-based Organizations for Migrant Workers’ Rights: The Emergence of Labour NGOs in China ». Community Development Journal 48 (1) : 6-22.

CHEN, Julie Y., et Ping SUN. 2020. « Temporal Arbitrage, the Fragmented Rush, and Opportunistic Behaviors: The Labor Politics of Time in the Platform Economy ». New Media & Society 22 (9) : 1561-79.

CHEN, Julie Yujie. 2018. « Thrown under the Bus and Outrunning it! The Logic of Didi and Taxi Drivers’ Labour and Activism in the On-demand Economy ». New Media & Society 20 (8) : 2691-711.

CORBIN, Juliet M., et Anselm L. STRAUSS. 2014. Basics of Qualitative Research: Techniques and Procedures for Developing Grounded Theory (4e édition). Thousand Oaks : Sage Publications.

DYER-WITHEFORD, Nick. 2015. Cyber-proletariat: Global Labour in the Digital Vortex. Toronto : Between the Lines.

EMIRBAYER, Mustafa, et Ann MISCHE. 1998. « What is Agency? » American Journal of Sociology 103 (4) : 962-1023.

Équipe de recherche en sociologie de l’Université Tsinghua. 2013. « “短工化 ” : 農民工就業趨勢研究 » (“Duangonghua”: nongmingong jiuyequshi yanjiu, “Coutermisme” : étude des tendances de l’emploi chez les travailleurs migrants). Tsinghua Sociological Review 6 : 1-45.

FAN, Lulu. 2021. « Spécialisation flexible et e-platformes : comment le commerce en ligne a transformé les chaînes d’approvisionnement et les relations de travail dans l’industrie du vêtement en Chine ». Perspectives chinoises 154 : 29-37.

FEI, Xiaotong. 1992 [1947]. From the Soil: The Foundations of Chinese Society. Berkeley : University of California Press.

FIESELER Christian, Eliane BUCHER, et Christian Pieter HOFFMANN. 2017. « Unfairness by Design? The Perceived Fairness of Digital Labour on Crowdworking Platforms ». Journal of Business Ethics 156 : 987-1005.

FREEMAN, Carla. 2015. Entrepreneurial Selves: Neoliberal Respectability and the Making of a Caribbean Middle Class. Durham et Londres : Duke University Press.

GIDDENS, Anthony. 1991. Modernity and Self-identity: Self and Society in the Late Modern Age. Stanford : Stanford University Press.

GRAHAM, Philip. 2000. « Hypercapitalism ». New Media & Society 2 (2) : 131-56.

KURUVILLA, Sarosh, Ching Kwan LEE, et Mary. E. GALLAGHER (éds.). 2011. From Iron Rice Bowl to Informalization: Markets, Workers, and the State in a Changing China. Ithaca, New York et Londres : Cornell University Press.

LAZAR, Sian, et Andrew SANCHEZ. 2019. « Understanding Labour Politics in an Age of Precarity ». Dialectical Anthropology 43 (1) : 3-14.

LEE, Ching Kwan. 2016. « Precarization or Empowerment? Reflections on Recent Labor Unrest in China ». The Journal of Asian Studies 75 (2) : 317-33.

LEE, Min Kyung, Daniel KUSBIT, Evan METSKY, et Laura DABBISH. 2015. « Working with Machines: The Impact of Algorithmic and Data-driven Management on Human Workers ». Actes de la 33e conférence annuelle de l’ACM : Human Factors in Computing Systems. 1603-12.

LUCIO, Miguel Martinez, et Stewart PAUL. 1997. « The Paradox of Contemporary Labour Process Theory: The Rediscovery of Labour and the Disappearance of Collectivism ». Capital & Class 21 (2) : 49-77.

MORRE Phoebe V., et Simon JOYCE. 2019. « Black Box or Hidden Abode? The Expansion and Exposure of Platform Work Managerialism ». Review of International Political Economy 27 (4) : 926-48.

ORTNER, Sherry B. 2006. Anthropology and Social Theory: Culture, Power, and the

Acting Subject. Durham et Londres : Duke University Press.

QIU, Linchuan Jack. 2016. « Social Media on the Picket Line ». Media, Culture & Society 38 (4) : 619-33.

SMITH, Chris, et Ngai PUN. 2018. « Class and Precarity: An Unhappy Coupling in China’s Working-Class Formation ». Work, Employment and Society 32 (3) : 599-615.

STANDING, Guy. 2011. « Labour Market Policies, Poverty and Insecurity ». International Journal of Social Welfare 20 (3) : 260-9.

SUN, Ping. 2019. « Your Order, Their Labor: An Exploration of Algorithms and Laboring on Food Delivery Platforms in China ». Chinese Journal of Communication 12 (3) : 308-23.

TAYLOR, Charles. 1985. What is Human Agency. Cambridge : Cambridge University Press.

TIAN, Ming, et Lei XU. 2015. « Investigating the Job Mobility of Migrant Workers in China ». Asian and Pacific Migration Journal 24 (3) : 353-75.

VALLAS, Steven, et Juliet B. SCHOR. 2020. « What Do Platforms Do? Understanding the Gig Economy ». Annual Review of Sociology 46 (1) : 273-94.

VAN DIJCK, José, Thomas POELL, et Martijn DE WAAL. 2018. The Platform Society: Public Values in a Connective World. Oxford : Oxford University Press.

WANG, Mark Y., et Jiaping WU. 2010. « Migrant Workers in the Urban Labour Market of Shenzhen, China ». Environment and Planning A: Economy and Space 42 (6) : 1457-75.

WOOD, Alex, et Vili LEHDONVIRTA. 2019. « Platform Labour and Structured Antagonism: Understanding the Origins of Protest in the Gig Economy ». https://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=3357804 (consulté le 11 juin 2020).

ZAJAK, Sabrin, Egels‐Zandén NIKLAS, et Piper NICOLA. 2017. « Networks of Labour Activism: Collective Action Across Asia and Beyond. An Introduction to the Debate ». Development and Change 48 (5) : 899-921.

ZHANG, Lin. 2020. « When Platform Capitalism Meets Petty Capitalism in China: Alibaba and an Integrated Approach to Platformization ». International Journal of Communication 14 (1) : 114-34.

Haut de page

Notes

1 « Digital Economy Opens up Employment Space for 200 Million People », Xinhuanet, 12 mars 2019, http://www.xinhuanet.com/tech/2019-03/12/c_1124222712.htm (consulté le 26 mai 2020).

2 « Factories Trapped in Hard Recruitment, While the Number of Delivery Riders is Growing », Tencent.com, 5 mai 2020, https://new.qq.com/omn/20200505/20200505A0F1O900.html (consulté le 26 mai 2020).

3 Dans cet article, les termes « plateforme de livraison de repas » et « plateforme de vente à emporter » sont employés indifféremment.

4 « Statistical Reports on the Internet Development in China », China Internet Network Information Center, 2020, https://cnnic.com.cn/sjzs/SLAtj/ (consulté le 1er juin 2020).

5 « Gig Economy is the Reservoir of Labour After COVID-19 », LinkedIn Netease, 2020, http://mp.163.com/article/FE5RDH630514D39S.html (consulté le 3 juin 2020).

6 Réference au titre original de l’ouvrage de Fei Xiaotong (1992), From the Soil: The Foundations of Chinese Society.

7 « The State of Labour Relations in China, 2019 », China Labour Bulletin, 13 janvier 2020, https://clb.org.hk/content/state-labour-relations-china-2019 (consulté le 8 février 2021).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ping Sun et Julie Yujie Chen, « Travail de plateforme et agentivité contingente en Chine », Perspectives chinoises, 2021/1 | 2021, 19-28.

Référence électronique

Ping Sun et Julie Yujie Chen, « Travail de plateforme et agentivité contingente en Chine », Perspectives chinoises [En ligne], 2021/1 | 2021, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 15 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/11974

Haut de page

Auteurs

Ping Sun

Ping Sun est maîtresse de conférences à l’institut de journalisme et de communication de l’Académie chinoise des sciences sociales, n° 9 Panjiayuan Dongli, district de Chaoyang, Pékin, Chine 100023.sunp@cass.org.cn

Articles du même auteur

Julie Yujie Chen

Julie Yujie Chen est maîtresse de conférences à l’institut de communication, culture, information et technologie (ICCIT) (Mississauga) et à la faculté d’information de l’Université de Toronto, 3359 Mississauga Rd. Mississauga, ON L5L 1C6, Canada.julieyj.chen@utoronto.ca

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search